Guilberville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guilberville
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Saint-Lô
Canton Torigni-sur-Vire
Intercommunalité Saint-Lô Agglo
Maire
Mandat
Mickaël Grandin
2014-2020
Code postal 50160
Code commune 50224
Démographie
Gentilé Guilbervillais
Population
municipale
1 017 hab. (2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 18″ N 0° 56′ 51″ O / 48.988333, -0.9475 ()48° 59′ 18″ Nord 0° 56′ 51″ Ouest / 48.988333, -0.9475 ()  
Altitude Min. 70 m – Max. 262 m
Superficie 22,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de Manche
City locator 14.svg
Guilberville

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de Manche
City locator 14.svg
Guilberville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guilberville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guilberville
Liens
Site web guilberville.a3w.fr

Guilberville est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie, peuplée de 1 017 habitants[Note 1] (les Guilbervillais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est aux confins du pays saint-lois, près du Bocage virois. Son bourg est à 6,5 km au sud-est de Torigni-sur-Vire, à 8,5 km à l'ouest de Saint-Martin-des-Besaces et à 19 km au nord de Vire[1].

Jonction avec la route nationale 174 à 2 fois 2 voies, l'échangeur no 40 de l'autoroute A84 est au centre du territoire. La commune est ainsi directement reliée à Caen au nord-est, Avranches et Rennes au sud-ouest et Saint-Lô au nord-ouest. Raccordée également à cet échangeur, la D 974 permet de rejoindre Vire au sud et Torigni-sur-Vire au nord par l'ancien tracé de la N 174. Au sud du territoire, croisant la D 974, la D 975 (D 675 dans le Calvados limitrophe, ancienne route nationale 175) offre la possibilité de retrouver Saint-Martin-des-Besaces et Pont-Farcy autrement que par autoroute. Reliant le bourg à la D 974, la D 96 continue également vers Pont-Farcy au sud-est et vers Saint-Martin-des-Besaces au nord-est. La croisant à l'est du bourg, la D 213 mène à Placy-Montaigu au nord-est et vers Mont-Bertrand au sud-est. Enfin, partant de la D 974 au nord-ouest, la D 159 permet de joindre Saint-Louet-sur-Vire.

Guilberville est entièrement dans le bassin de la Vire, essentiellement par son affluent la rivière de Jacre dont le bassin occupe la grande majorité du territoire et qui rejoint le fleuve côtier à Domjean. La limite sud-ouest est parcourue par un autre petit affluent qui donne ses eaux à la Vire plus en amont, entre Bures-les-Monts et Pleines-Œuvres, tandis que deux vallons du nord et du nord-est alimentent le bassin du Hamel qui rejoint la Vire à Condé-sur-Vire.

Le point culminant (262 m) se situe au sud, au sommet d'une colline surplombant le lieu-dit le Champ de la Mare. Le point le plus bas (70 m) correspond à la sortie d'un petit affluent de la Vire du territoire, au sud-ouest. La commune est bocagère.

Communes limitrophes de Guilberville[2]
Giéville
Saint-Louet-sur-Vire
Giéville
Saint-Symphorien-les-Buttes (com. ass. à Saint-Amand)
Placy-Montaigu
Saint-Martin-des-Besaces (Calvados)
Saint-Louet-sur-Vire Guilberville[2] Mont-Bertrand (Calvados)
Beuvrigny
Pleines-Œuvres (com. ass. à Pont-Farcy - Calvados)
Bures-les-Monts (Calvados) Mont-Bertrand (Calvados)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Guilberville est issu de l'anthroponyme germanique Gislebertus et de l'ancien français villa, dans son sens originel de « domaine rural »[3]. Le lieu dut donc être le « domaine de Gislebertus ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989 mars 2001 André Letourneur   Agriculteur
mars 2001 mars 2014 Yves Fauvel SE Major de gendarmerie
mars 2014[4] en cours Mickaël Grandin SE Cadre commercial
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 017 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Guilberville a compté jusqu'à 1 846 habitants en 1821.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 542 1 501 1 741 1 846 1 815 1 791 1 777 1 695 1 751
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 675 1 705 1 700 1 600 1 572 1 474 1 402 1 380 1 308
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 340 1 303 1 183 1 085 1 124 1 178 1 138 1 038 1 023
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
988 983 887 838 852 821 893 908 952
2011 - - - - - - - -
1 017 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le parc éolien du Hamel au Brun et l'autoroute A84.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Mathurin.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Association sportive guibervillaise fait évoluer une équipe de football en division de district[7].

Un moto-club, les Z'Amigos, a été créé en janvier 2008.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 141
  4. a et b « Guilberville (50160) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 5 mai 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  7. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – AS Guibervillaise » (consulté le 28 octobre 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :