Guido da Montefeltro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
blason familial des Montefeltro

Guido da Montefeltro, dit aussi Il Vecchio (« Le vieux ») (San Leo, 1223 - Assise, 29 septembre 1298 est un condottiere, un politicien et un religieux italien, seigneur de Montefeltro du XIIIe siècle, cité par Dante Alighieri parmi les personnages de l'Enfer de la Divine Comédie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guido de Montefeltro est un personnage historique gibelin qui s'est distingué par ses actions militaires menées en Romagne. Cité par Giovanni Villani et Dante Alighieri, qui dans la Divine Comédie le situe en enfer parmi les conseillers fraudeurs, dans la VIIIe bolgia, chant XXVII.

En 1275, Guido conduit les Gibelins de Romagne à la victoire contre les Guelfes à Ponte San Procolo et remporte une victoire sur les Malatesta de Rimini à Raversano.

L'année suivante, Guido a été capitaine du peuple de Forlì ainsi que le contrôle de tout pouvoir antipapal en Romagne. Il commandait les défenseurs pendant le siège de Forlì en 1282 - 1283, contre les forces françaises fidèles au pape Martin IV et bien que ses forces ayent infligé de lourdes pertes à leurs ennemis, Forlì tomba ce qui conduisit la plupart de la Romagne se soumettre au contrôle de la papauté.

En 1286, Guido accepta l'autorité du pape Honorius IV.

Néanmoins, Guido da Montefeltro apparut de nouveau dans la vie publique en 1288, quand excommunié il devint capitaine des Gibelins de Pise (1289-1293). Au cours des années suivantes, il a aidé Pise dans sa lutte contre Florence, et la ville d'Urbin contre Césène.

En 1296 le pape Boniface VIII accepta de nouveau Guido au sein de l'Église, et lui rendit la seigneurie de Montefeltro. Dans la même année, pris de remords par ses actions tyranniques il entra dans l'ordre des moines franciscains et mourut deux ans plus tard dans le monastère d' Assise.

Divine Comédie[modifier | modifier le code]

Dante Alighieri cite Guido de Montefeltro parmi les personnages de l'Enfer de la Divine Comédie.

En 1298, Boniface VIII a appelé Guido pour être conseillé lors des luttes contre la famille Colonna, qui avait contesté la légitimité de l'élection Boniface et qui s'était réfugiée dans une forteresse de Palestrina.

Guido conseilla au pape de promettre l'amnistie aux Colonna, puis revenir sur la promesse une fois qu'ils seraient sortis de leur forteresse. C'est ce conseil qui a conduit Dante à placer Guido en Enfer .

Dans le chant XXVII de l'Enfer, Guido raconte comment il a donné des conseils à contrecoeur à Boniface, qui a accepté de l'absoudre pour ce pêché.

Comme Guido raconte son histoire, après sa mort Saint- François veut sauver son âme, mais un chérubin noir confirme la revendication supérieure de l'enfer.

« Il me demanda conseil, et je me tus, ses paroles me paraissant ivres. Il reprit :-Que ton cœur ne craigne point ; dès à présent je t’absous. Enseigne-moi comment je jetterai bas Palestrina. Je puis, comme tu sais, ouvrir et fermer le ciel ; car doubles sont les clefs qui point ne furent chères à mon prédécesseur. Alors me poussèrent les graves arguments là où se taire me parut le pis, et je dis : — Père, puisque tu me laves de ce péché, où je dois maintenant tomber, longue promesse et court effet te fera triompher sur le haut siège. — Ensuite, quand je fus mort, François me vint chercher ; mais un des anges noirs lui dit : — Ne l’enlève point, ne. me fais pas tort ; en bas, parmi mes serfs, il doit venir, parce qu’il donna le conseil frauduleux, depuis quoi je le tiens aux crins. Absous ne peut être qui ne se repent, et à la fois vouloir et se repentir ne se peut, à cause de la contradiction, qui point ne le permet. »

— La Divine Comédie (trad. Lamennais)/L’Enfer/Chant XXVII

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ignazio Cantù, I fatti di capitani di ventura, 1838, Milan.
  • Vicentino Ferretto. Le opere con annotazioni di C. Cipolla, 1908, Rome.

Sources[modifier | modifier le code]