Guglielmo Libri Carucci dalla Sommaja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Guglielmo Libri)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guglielmo.
Le comte Libri

Guglielmo Brutus Icilius Timeleone Libri-Carucci dalla Sommaja, dit en français Guillaume Libri ou le comte Libri, né le à Florence et mort le à Fiesole, est un mathématicien, historien et bibliophile italien ayant enseigné en France où il s'est rendu célèbre pour une affaire de vol de manuscrits originaux et de livres rares.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Son père, le comte Libri Bagnano, s'était réfugié en France, mais il sera condamné en 1816 par la cour d’assises du Rhône à dix ans de travaux forcés et à la flétrissure, pour faux (en effets de commerce). Il avait encouru, par la suite de son évasion, de nouvelles condamnations le [note 1], avant de devenir en Belgique, l’agent secret du roi des Pays-Bas Guillaume Ier, de 1826 à 1830.

Aristocrate florentin titré comte, comme son père, Guillaume Libri fréquente la faculté de droit de Pise à partir de 1816, et devient docteur en droit en 1820, mais se tourne rapidement vers les mathématiques. Il se fait remarquer dès ce moment par Charles Babbage, Augustin-Louis Cauchy et Carl Friedrich Gauss, par la publication d'une « Théorie des nombres », puis en 1823, par la publication d'un « Mémoire sur divers points d’analyse ». À 20 ans, il est déjà professeur de physique mathématique à l'université de Pise. Il délaisse l'enseignement, et part l'année suivante en année sabbatique pour Paris, où il fréquente quelques-unes des sommités mathématiques du moment. De retour en Italie, il est compromis avec les Carbonari de Toscane, et doit s'exiler en France, où il est naturalisé français le .

Le contexte français[modifier | modifier le code]

Son nom aristocratique et sa fortune lui ouvrent bien des portes. Mathématicien, il est élu membre de l'Académie des sciences en 1833. Son amitié avec l'astronome et physicien François Arago, (secrétaire de l'Académie des sciences), lui permet d'obtenir certains postes prestigieux. En décembre 1834, après la mort de Legendre, il est nommé professeur-adjoint à la Faculté des sciences de Paris, en charge d'un cours de calcul des probabilités. Sa relation avec Arago tourne cependant au vinaigre en 1835, ainsi qu'avec son confrère mathématicien Joseph Liouville. Ils deviennent des ennemis jurés et certaines réunions à l'Académie deviennent alors houleuses. Grâce à son amitié avec Guizot, il devient, en 1838, membre du bureau du Journal des savants. Il est promu chevalier de la Légion d'honneur en 1838[1].

A la Faculté des sciences de Paris, il devient professeur titulaire de chaire en 1839. Il entre en 1843 au Collège de France comme titulaire de la chaire de mathématiques, évinçant Augustin Louis Cauchy et Jean-Marie Duhamel. Entre 1838 et 1841, il publie une « Histoire des sciences mathématiques en Italie de la Renaissance au XVIIe siècle », avec pour sources originales quelque 1 800 pièces manuscrites, lettres et livres de Galilée, Fermat et Descartes, qu'il dit avoir acquises au gré de ventes publiques. Il s'avérera plus tard que ces documents ont été dérobés à la bibliothèque Laurentienne. Bibliomane, il possédait également le livre d'heures de Laurent le Magnifique.

La patrie d'adoption de Libri ouvre de nouveaux horizons à sa passion de bibliophile. Les préfectures des départements avaient hérité, sur ordre du Comité de salut public, des livres confisqués chez les aristocrates et les dignitaires de l'Ancien Régime, livres qui n'avaient pas été détruits lors des pillages de la Révolution française. Ces bibliothèques, mal connues, confiées depuis 1804 à la gestion des villes, disposaient rarement en 1840 d'inventaires complets ou d'un conservateur attitré. Elles étaient souvent peu ouvertes et réservées à un public restreint de notables, de « sociétés de savants » ou de personnes recommandées (souvent des étrangers)[2].

Travaux mathématiques[modifier | modifier le code]

Libri fit publier à ses frais, six mémoires de mathématiques en 1829 à Florence en un très petit nombre d'exemplaires[3]. Ces exemplaires difficilement trouvables furent par la suite réédités par le mathématicien allemand August Leopold Crelle, éditeur et fondateur du Journal für die reine und angewandte Mathematik, en différents volumes. En 1835, Crelle, fit publier un volume compilant dix mémoires de Libri : les six mémoires qu'il avait précédemment publiés dans son journal, auxquels s'ajoutent quatre inédits que Libri lui fournit.

Ces mémoires portent les titres suivants :

  1. Mémoire sur quelques formules générales d'analyse.
  2. Mémoire sur la théorie de la chaleur
  3. Mémoire sur les fonctions discontinues
  4. Mémoire sur la théorie des nombres
  5. Mémoire sur la résolution de quelques équations indéterminées
  6. Mémoire sur la résolution des équations indéterminées à l'aide des séries
  7. Mémoire sur la résolution des équations algébriques dont les racines ont entre elles un rapport donné, et sur l'intégration des équations différentielles linéaires dont les intégrales particulières peuvent s'exprimer les unes par les autres (1830)
  8. Mémoire sur les fonctions discontinues (1832)
  9. Mémoire sur les intégrales définies aux différences finies (1833)
  10. Mémoire sur l'intégration des équations linéaires aux différences de tous les ordres (1833)

Entre 1838 et 1841, Libri publia quatre volumes intitulés Histoire des sciences mathématiques en Italie, depuis la renaissance des lettres jusqu'à la fin du dix-septième siècle et qui lui valent d'être encore connu pour autre chose que ses vols. Il traitera en particulier, des travaux sur les nombres, du mathématicien italien Léonard de Pise (« Leonardo Pisano »), plus connu sous le nom de Leonardo Fibonacci. Ce nom, il ne l'a jamais porté car il lui a été attribué de manière posthume, par Libri. La Suite de Fibonacci s'exprime ainsi : tout nombre (à partir du troisième) est égal à la somme des deux précédents, par exemple : 0, 1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34 etc. Dans la suite (infinie) de Fibonacci, on peut déduire les nombres, par la règle de construction, par propagation, sans avoir besoin de les mémoriser (exemple de processus récursif)[4].

Vol de livres[modifier | modifier le code]

En 1841, Libri, connu pour son érudition et sa connaissance de l'histoire des livres, parvient à se faire nommer secrétaire de la Commission du Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Abusant de ses fonctions et feignant une mauvaise santé (toussotant, vêtu d'une grande cape par tous les temps, il exigeait de se retrouver seul dans les archives des bibliothèques), il parcourt le pays et, un « emprunt » en entraînant un autre, il complète petit à petit sa collection de livres rares et d'autographes. Grâce à la confiance aveugle du chanoine Hyacinthe Olivier-Vitalis, il s'empare à la bibliothèque Inguimbertine de Carpentras de nombreux documents tels que les « Œuvres de Théocrite et d'Hésiode » (Venise, Alde, 1495), 72 des 75 lettres de Descartes au Père Mersenne (entre 1837 et 1847). Il n'hésitait pas parfois à mutiler certains manuscrits : cinq volumes du fonds Peiresc et au moins deux mille feuillets disparurent ainsi. La Bibliothèque Royale n'est pas épargnée, ni celle de L'Arsenal.

La chute[modifier | modifier le code]

Les déclarations de vols (dès 1842), n'attirent l'attention des autorités qu'au bout de plusieurs années. En 1846 deux dénonciations (anonyme et sous le pseudonyme d'Henri de Baisne), parviennent au procureur du roi, concernant en particulier, les vols de livres à la bibliothèque Inguimbertine de Carpentras[5]. Un rapport secret fut rédigé en 1847 par Félix Boucly, procureur du roi, et déposé sur le bureau du ministre des Affaires étrangères, François Guizot : on estimait alors à 500 000 francs la valeur des objets soustraits par Libri depuis 1842. Mais Guizot avait d'autres chats à fouetter : la révolution grondait, laquelle en éclatant priva Libri de tous ses appuis. Le le procureur général, résuma les griefs contre Libri, dans un long rapport adressé au Garde des sceaux, Michel Hébert. Le gouvernement arrêta le document et il fallut, pour qu’il vît le jour, attendre la chute de la monarchie de juillet le .

Peu de temps après, Libri est informé, par un rédacteur du journal Le National, qu'un mandat d'arrêt à son encontre, est sur le point d'être délivré, sur des soupçons de vol de livres précieux, qui lui fait passer un billet portant ces simples mots : « Vous ignorez sans doute la découverte qui a été faite du rapport judiciaire concernant vos inspections dans les bibliothèques publiques. Croyez-moi, épargnez à la société nouvelle des réactions qui lui répugnent. Ne venez plus à l’Institut. ».

Libri n'a pas attendu d'être arrêté, il s'enfuit à Londres, le , avec la complicité de son collègue de la commission des Monuments historiques, Prosper Mérimée. Avant de fuir la France, il s'est cependant, arrangé pour que 30 000 de ses livres et manuscrits contenus dans 18 malles, lui soient envoyés en Angleterre, dont seulement 6 malles seront confisquées par la douane. Il obtient à Londres, sous prétexte d'être un réfugié politique de la Révolution française, la protection d'un compatriote italien, Antonio Panizzi, Directeur de la Bibliothèque du British Museum (Libri obtiendra la nationalité anglaise à la fin de sa vie).

Le scandale éclate finalement sous la Deuxième République, quand le rapport Boucly est publié dans Le Moniteur du  : une enquête minutieuse est alors diligentée. Lors d'une perquisition, effectuée le , dans son logement à la Sorbonne, on retrouve quelques liasses, restituées ultérieurement à la bibliothèque Inguimbertine de Carpentras, une partie de la correspondance de l'astronome polonais Johannes Hevelius, soustraite par Libri, à la bibliothèque de l'Observatoire[6]. Les documents retrouvés par les enquêteurs ont fait l'objet d'une étude approfondie pendant 3 ans, par les chartistes Henri Léonard Bordier, Ludovic Lalanne et Félix Bourquelot[7].

Libri intente un procès contre le gérant du Moniteur universel, à l'occasion de la publication du rapport l'incriminant, et contre le gérant du National, en raison de l'article publié le [8].

Libri est condamné par contumace à Paris le à dix années de réclusion[9], à la dégradation nationale et à la perte de ses emplois publics. A la demande de l'Académie des sciences, son poste est déclaré vacant, par un décret en date du .

Ludovic Lalanne et Henri Bordier, rédigent même en 1851, un « Dictionnaire de pièces autographes volées aux bibliothèques publiques de France  », sur plus de 250 pages[10]. Ultérieurement, les archives de Bordier, révèlent l'aspect policier et secret des enquêtes préliminaires destinées à confondre Libri, un grand personnage officiel honoré et protégé par les plus hautes autorités (livre paru en 2008, d'André Jammes : Libri vaincu : enquêtes policières et secrets bibliographiques : documents inédits).

Prosper Mérimée, ami et protecteur de Libri, conteste la décision judiciaire avec une telle énergie, en attaquant « la chose jugée » dans un article dans la Revue des Deux Mondes du [11], qu'il est lui-même, poursuivi pour outrage public et condamné à son tour, à quinze jours de prison et à 1 000 francs d'amende, séjour qu'il effectuera à la Conciergerie[12],[13].

Bien que Libri était arrivé en Angleterre sans argent, il n'était pas pauvre pour autant, car sa nouvelle richesse provenait de la vente de nombreux livres précieux et de manuscrits expédiés préalablement à Londres, avant son exil forcé.

Dès 1847, Libri avait conclu en grand secret, par l’entremise de son ami Antonio Panizzi, et sur les conseils de John Holmes (1800-1854), un conservateur adjoint des manuscrits du British Museum, la vente de ses manuscrits au quatrième comte d'Ashburnham (en), sans en justifier la provenance, pour 200 000 francs. Les manuscrits arrivèrent à Ashburnham Place (en), dans le Sussex, le , (auparavant, Libri avait tenté de les vendre au British Museum)[14],[15].

A partir du et suivants, il fait organiser une vente de livres rares, à Paris, qui lui rapporte 116 000 francs[16].

En 1861, à Londres, Libri organise deux grandes ventes de ses livres et manuscrits, en produisant un catalogue de 7 628 lots, vendus en deux parties. La première vente à partir du pendant 12 jours, et la seconde à partir du pendant 8 jours. En fait, il obtient plus d'un million de francs, par les ventes de documents, manuscrits, et livres, et ce à un moment où le salaire journalier moyen pour un ouvrier était d'environ quatre francs. En 1862, à Londres, il organise une autre vente pour la partie la plus précieuse de sa collection, chez Sotheby & Co, le pendant 3 jours, avec la publication d'un catalogue de 143 pages[17].

En 1868 la santé de Libri commence à décliner, et incapable de retourner en France, il quitte l'Angleterre pour son Italie natale, et la Toscane dans une villa de Fiesole, où il décède le .

La restitution partielle des documents volés[modifier | modifier le code]

Après sa mort, Léopold Delisle, administrateur de la Bibliothèque nationale a commencé une longue enquête pour régler la question de savoir si Libri était coupable des accusations pour lesquelles il avait été condamné en 1850 et il a démontré avec une certitude absolue que Libri était en effet un voleur de grande envergure, le tout dans un rapport daté du , adressé à Jules Ferry, Ministre de l'Instruction Publique et des Beaux-Arts[18]. En 1888, le gouvernement français a entamé des négociations avec les autorités anglaises afin que les livres et manuscrits précieux, volés par Libri, puissent être restitués par les acheteurs[note 2].

  • Il faudra toute la ténacité de Léopold Delisle[19], pour obtenir en 1888[20] , des héritiers du comte Bertram Ashburnham, la restitution, moyennant finance, d'une partie des documents volés, dont le fameux Pentateuque de Tours[21],[22].
  • En 1847, Libri avait vendu 34 feuillets de Léonard de Vinci, prélevés dans le « Carnet A » (sur 98feuillets), ainsi que 10 feuillets prélevés dans le « Carnet B » (sur 100 feuillets). Pour les détacher, Libri se servait d’acide chlorhydrique pour brûler les ficelles des coutures. Ces feuillets prirent alors le nom de leur acquéreur, et devinrent le « Codex Ashburnham 1875/1-2 ». Après avoir été récupérés par la Bibliothèque nationale en 1888, les feuillets volés furent rendus à l'Institut de France en 1891, et sont aujourd'hui conservés sous la cote Ms 2184-2185 et considérés comme des suppléments au « Carnet A » et au « Carnet B »[23],[24].
  • De son côté, le gouvernement italien pourra racheter, en 1884, au comte Bertram Ashburnham, quelques 2 000 manuscrits, qui ont retrouvé les rayons de la bibliothèque Laurentienne.
  • En 1867, Libri avait aussi volé, à l'Institut de France, dans le « Carnet B » de Léonard de Vinci, un cahier de 18 feuillets, connu depuis sous le nom de « Codex sur le vol des oiseaux », « Codice sul volo degli uccelli ». Il sera vendu par Libri, au Marquis Giacomo Manzoni, pour 4 000 lires. Celui-ci le cédera en 1892, au léonardiste Théodore Sabachnikoff. En 1893, Théodore Sabachnikoff, sera le premier à publier, une édition du « Codex sur le vol des oiseaux », (OCLC 250553688). Il offrira en mai 1893, le manuscrit à la reine d'Italie, Marguerite de Savoie, qui elle-même, l'offrira à la bibliothèque royale de Turin, où il est conservé actuellement (ce qui fait qu'il est aussi surnommé le « Codex de Turin »)[note 3].
  • Une autre lettre de René Descartes de trois pages, en latin, datée du , adressée au savant anglais Thomas Hobbes, par l’intermédiaire du Père Marin Mersenne, a été restituée le , à l'Institut de France, par Monsieur Jean Bonna[27], qui l'avait acquise lors d'une vente aux enchères, à Berlin en juillet 1998, sans aucune mention de provenance[28]. Cette lettre appartenait au lot de 72 lettres de Descartes à Mersenne, volé par Libri, entre 1837 et 1847, (sur 75 lettres), et dont la présence dans les collections, était attestée en 1800[29].
  • En juillet 2011, la Bibliothèque Mazarine a obtenu la restitution, sans frais, d’un livre dérobé dans ses fonds par Libri avant 1848. Il s’agissait d’un exemplaire des poésies, en italien, « Poesie volgari, nuovamente stampate », de Laurent de Médicis, publiées à Venise par Paul Manuce en 1554. Cet exemplaire avait appartenu, vraisemblablement, au cardinal Mazarin, et était réapparu au printemps 2011 sur le marché anglais des ventes aux enchères, quelques jours avant la London Book Fair (en)[30],[31].

Famille[modifier | modifier le code]

Il avait épousé Mélanie Jeanne Charlotte Double, fille du docteur François-Joseph Double, fondateur de l'Académie royale de médecine, et sœur du baron Joseph-Louis-Léopold Double[32].

Malgré le soutien de Mérimée, qui dénoncera des irrégularités de procédure, concernant la citation à comparaître et la publication de l'acte d'accusation[33], elle décèdera en 1865, sans être parvenue à obtenir la révision du procès de son mari, malgré la pétition qu'elle lancera, et présentera au Sénat[34]. Elle sera inhumée à Paris, au cimetière du Père-Lachaise, (5e division).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Journal de Lyon et du Département du Rhône N°55 du mercredi 23 juillet 1817 - Cour Royale - Le 19 de ce mois, la Cour Royale de Lyon a entériné les lettres patentes par lesquelles le Roi a commué en réclusion perpétuelle les peines auxquelles George Libry Bagnano avait été condamné par arrêt de la cour d'assises du Rhône du 23 mai 1816, et par un autre arrêt de la cour prévôtale du 3 mai 1817. George Libry Bagnano avait été condamné par l'arrêt de la cour d'assises du 23 mai 1816, à dix ans de travaux forcés et à la flétrissure, pour crime de faux; et par l'arrêt de la cour prévôtale du 3 mai 1817, aux travaux forcés à perpétuité et à la flétrissure, pour récidive en crime de faux.
  2. La bibliothèque de Lord Ashburnham comprenait quatre collections de manuscrits : la collection Libri, la collection Barrois, la collection Stowe ou Buckingham et une collection de manuscrits isolés, dite Appendix
  3. L'original du « Codex sur le vol des oiseaux » compte actuellement 17 pages sur les 18 pages d'origine (source : Musée des Sciences et Techniques Léonard de Vinci, de Milan)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les professeurs des facultés des lettres et sciences, en France au XIXe siècle (1808-1880) : Guillaume Libri, sur le site facultes19.ish-lyon.cnrs.fr, consulté le 13 mars 2015
  2. Voir le chapitre consacré à Libri par Alberto Manguel dans « Histoire de la Lecture », Arles, Actes Sud, 1998.
  3. Mémoires de Mathématique et de Physique, par Guillaume Libri, sur le site books.google.fr, consulté le 13 mars 2015
  4. Jean-Pierre Escofier - Toute l'algèbre de la Licence, sur le site books.google.fr, consulté le 14 mars 2015
  5. [PDF]Carpentras - L'Inguimbertine à l'Hôtel-Dieu, sur le site livre-paca.org, consulté le 20 mars 2015
  6. [PDF]Chantal Grell & Patricia Radelet de Grave : Un projet : L'édition de la correspondance d'Hevelius (1611 -1687), sur le site aihs-iahs.org, consulté le 13 mars 2015
  7. BNF - Archives et Manuscrits : Correspondance et papiers divers de Guillaume Libri, saisis à son domicile, sur le site archivesetmanuscrits.bnf.fr, consulté le 10 mars 2015
  8. Rapport adressé à Monsieur le Garde des Sceaux Hébert, par Monsieur le Procureur du Roi Boucly, suivi du procès (1850), sur gallica.bnf.fr, consulté le 8 mars 2015
  9. Archives Nationales - Arrêté par contumace condamnant Libri à 10 ans de réclusion le 22 juin 1850, sur le site merimee.culture.fr, consulté le 9 mars 2015
  10. Ludovic Lalanne et Henri Bordier - Dictionnaire de pièces autographes volées aux bibliothèques publiques de France, Paris, Pancoucke, (1851), 316 p, sur le site gallica.bnf.fr, consulté le 21 mars 21015
  11. La Revue des Deux Mondes du 15 avril 1852 - Prosper Mérimée - Le procès de M. Libri, sur le site gallica.bnf.fr, consulté le 11 mars 2015
  12. Mérimée - Une fidélité aveugle en amitié…, sur le site merimee.culture.fr, consulté le 9 mars 2015
  13. Le Sénat - Prosper Mérimée - L'affaire Libri, sur le site senat.fr, consulté le 9 mars 2015
  14. Charles Ridoux - Léopold Delisle et l’Affaire Libri, sur le site ridoux.fr, consulté le 12 mars 2015
  15. (en)[PDF]Alessandra Maccioni - Guglielmo Libri and the British Museum : A case of scandal averted, sur le site bl.uk, consulté le 12 mars 2015
  16. Catalogue de la vente du 2 juillet 1857 et suivants, Paris, V. Tillard, (1857), 477 p, sur le site catalog.hathitrust.org, consulté le 21 mars 2015
  17. (en)Sotheby & Co - Catalogue de la partie réservée et la plus précieuse de la collection Libri, vente du 25 juillet 1862 et suivants, sur le site books.google.fr, consulté le 10 mars 2015
  18. Léopold Delisle - 28/06/1883 - Les manuscrits du comte d'Ashburnham, Rapport au Ministre de l'Instruction Publique et des Beaux-Arts, sur le site archive.log, consulté le 9 mars 2015
  19. Léopold Delisle - 23/02/1888 - Les manuscrits des fonds Libri et Barrois, sur le site persee.fr, consulté le 9 mars 2015
  20. [PDF]Le Droit d'auteur du 15 mai 1888 : Les destinées de deux trésors littéraires (Les collections Libri et Barrois), pages 46 et suivantes, sur le site wipo.int, consulté le 10 mars 2015
  21. Le Petit Parisien - Le pillage des collections publiques d’ouvrages rares par le comte Libri, sur le site france-pittoresque.com, consulté le 8 mars 2015
  22. Pentateuque dit d'Ashburnham ou de Tours, sur le site gallica.bnf.fr, consulté le 13 mars 2015
  23. Institut de France - Les carnets de Léonard de Vinci conservés à la Bibliothèque de L'Institut de France, sur le site bibliotheque-institutdefrance.fr, consulté le 9 mars 2015
  24. Institut de France - Les carnets de Léonard de Vinci conservés à la Bibliothèque de L'Institut de France, sur le site calames.abes.fr, consulté le 9 mars 2015
  25. « Retransmission de la cérémonie du 8 juin 2010 »
  26. Patricia Cohen, « Descartes Letter Found, Therefore It Is », New York Times,‎ (lire en ligne)
  27. Les Echos - Jean Bonna, l'homme aux papiers précieux, sur le site lesechos.fr, consulté le 9 mars 2015
  28. Restitutions en 2010 et 2011 : deux lettres de René Descartes au Père Marin Mersenne (21 janvier et 27 mai 1641), sur le site bibliotheque-institutdefrance.fr, consulté le 9 mars 2015
  29. Institut de France - Une lettre dérobée et retrouvée, sur le site descartes.institut-de-france.fr, consulté le 14 mars 2015
  30. Bibliothèque Mazarine - A propos encore de Guillaume Libri, sur le site nla-revue.org, consulté le 9 mars 2015
  31. Bibliothèque Mazarine - Poesie Volgari Laurent de Médicis, Venise , Paul Manuce (1554), sur le site naude.bibliotheque-mazarine.fr, consulté le 9 mars 2015
  32. [PDF]Généalogie de la famille Double de Saint-Lambert, sur le site jean.gallian.free.fr
  33. Acte d'accusation contre Libri-Carrucci, devant la Cour d'appel de Paris, sur le site books.google.fr, consulté le 9 mars 2015
  34. Mateo Falcone - Mérimée en prison : l'affaire Libri, sur le site ibibliotheque.fr, consulté le 11 mars 2015

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Au sujet de ce livre, voir l'article de Bertrand Galimard Flavigny, « Libri vaincu » dans Les Petites Affiches du 10 février 2009.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :