Gueydon (navire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gueydon
Image illustrative de l'article Gueydon (navire)
Schéma du Gueydon

Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale (France)
Quille posée 13 août 1897
Lancement 20 septembre 1899
Armé 1er septembre 1903
Statut détruit à Brest en 1944
Caractéristiques techniques
Type croiseur cuirassé
Longueur 137 97 m
Maître-bau 19 38 m
Tirant d'eau 7 65 m
Déplacement 9 516 t
Propulsion 3 machines à vapeur (28 chaudières) (3 hélices)
Puissance 21 500 ch
Vitesse 21,4 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 2 × 194 mm canon 40(mod. 1893)
8 × 163 mm canon 45(mod. 1893)
4 × 100 mm
4 × 47 mm
16 × 37 mm
2 lance-torpilles
Autres caractéristiques
Équipage 566 à 591
Chantier naval Arsenal de Lorient

Le Gueydon est le premier croiseur cuirassé de la classe Gueydon.
Il porte le nom de l'amiral comte Louis Henri de Gueydon, premier gouverneur de l'Algérie sous la IIIe République.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Gueydon est armé au port militaire de Toulon en 1903. Il fait sa première campagne en Extrême-Orient. Il participe ensuite à la Première Guerre mondiale, faisant essentiellement campagne sur les rivages de l'Amérique du Sud et des Antilles.

En 1923, il subit une refonte à l'Arsenal de Brest, et en 1926, une autre à Toulon pour servir d'école de canonnage. En 1927 il remplace le Pothuau comme navire-école des canonniers. Il est rayé du service actif en 1935, et sert alors de ponton-caserne à l’École Préparatoire de la Marine.

En 1943, les Allemands, pour leurrer les observateurs de la RAF, le maquillent en faux Prinz Eugen. Il sera détruit lors de la prise de Brest.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Commandant de Balincourt, Les Flottes de combat en 1915, Augustin Challamel
  • Jean-Michel Roche, Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, t. 2, Rezotel-Maury Millau,‎ 2005 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]