Guerre d'Irak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Guerre en Irak (2003-2004))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la troisième guerre du Golfe. Pour les précédentes, voir Guerre du Golfe.
Guerre d'Irak
Dans le sens des aiguilles d'une montre en commençant en haut à gauche : une patrouille à Samarra ; le renversement de la statue de Saddam Hussein au square Firdos ; un soldat irakien pendant un assaut ; un engin explosif improvisé explose au sud de Bagdad.
Dans le sens des aiguilles d'une montre en commençant en haut à gauche : une patrouille à Samarra ; le renversement de la statue de Saddam Hussein au square Firdos ; un soldat irakien pendant un assaut ; un engin explosif improvisé explose au sud de Bagdad.
Informations générales
Date – en cours
Lieu Irak
Casus belli « Guerre contre le terrorisme »
Issue Chute du régime de Saddam Hussein.
Guérilla irakienne et perpétuation des attentats en Irak.
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis (2003-2011)
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (2003-2011)
Drapeau de l'Australie Australie (2003-2009)
Drapeau de la Pologne Pologne (2003-2008)
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud (2003-2008)
Drapeau de l'Italie Italie (2003-2006)
Drapeau de la Géorgie Géorgie (2003-2008)
Ukraine Ukraine (2003-2008)
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (2003-2005)
Drapeau de l'Espagne Espagne (2003-2004)
Flag of KDP.png PDK
Flag of PUK.png UPK
Drapeau de l’Irak Irak (depuis 2003)
Flag of Iraq (1991-2004).svg République d'Irak (2003)

Rebelles sunnites
Flag of al-Qaeda in Iraq.svg Al-Qaida en Irak (2004-2006)
ShababFlag.svg État islamique en Irak et au Levant(2006-)
IAILogo.gif Armée islamique en Irak
Flag of Jihad.svg Brigades de la révolution de 1920
Flag of Jihad.svg Ansar al-Islam
Flag of Jihad.svg Ansar al-Sunna (2003-2007)
Flag of Jihad.svg Brigade de l'étendard noir


Rebelles sunnites baasistes
Flag of the Ba'ath Party.svg Parti Baas
Flag of Iraq (2004-2008).svg Commandement suprême pour le Jihad et la Libération (2007-)
Flag of Iraq (2004-2008).svg Armée des hommes de la Naqshbandiyya (2007-)

Rebelles chiites
Flag of Iraq (2004-2008).svg Armée du Mahdi (2004-2008)
• Kata'ib Hezbollah (2008-)
Asaïb Ahl al-Haq (2008-)
• Brigade du Jour promis (2008-)
• Organisation Badr (2003-)
• Les soldats du Ciel
• Réseau Sheibani (2003-2010)
Commandants
Drapeau des États-Unis George W. Bush
Drapeau des États-Unis Barack Obama
Drapeau des États-Unis Tommy Franks
Drapeau des États-Unis Ricardo Sánchez
Drapeau des États-Unis George William Casey
Drapeau des États-Unis David Petraeus
Drapeau des États-Unis Raymond Odierno
Drapeau des États-Unis Lloyd Austin
Drapeau de l’Irak Ghazi Mashal Ajil al-Yawer
Drapeau de l’Irak Flag of Kurdistan.svg Jalal Talabani
Drapeau de l’Irak Iyad Allaoui
Drapeau de l’Irak Ibrahim al-Jaafari
Drapeau de l’Irak Nouri al-Maliki
Drapeau de l’Irak Flag of Kurdistan.svg Massoud Barzani
Drapeau de l’Irak Flag of Kurdistan.svg Babaker Baderkhan Shawkat Zebari
Drapeau de l’Irak Flag of Kurdistan.svg Kosrat Rasul Ali
Flag of Iraq (1991-2004).svg Saddam Hussein
Flag of Iraq (1991-2004).svg Qusay Hussein
Flag of Iraq (1991-2004).svg Uday Hussein
Flag of Iraq (1991-2004).svg Ali Hassan al-Majid
Flag of Iraq (1991-2004).svg Barzan Ibrahim
Flag of Iraq (1991-2004).svg Ezzat Ibrahim Al-Duri

Flag of al-Qaeda in Iraq.svg Abou Moussab Al-Zarqaoui
Flag of al-Qaeda in Iraq.svg Abou Hamza al-Mouhajer
Flag of al-Qaeda in Iraq.svg Nasser al Din Allah Abou Souleimane
ShababFlag.svg Abu Abdullah al-Rashid al-Baghdadi
ShababFlag.svg Abou Bakr al-Baghdadi
IAILogo.gif Ishmael Jubouri


Flag of the Ba'ath Party.svg Ezzat Ibrahim Al-Duri

Flag of Iraq (2004-2008).svg Moqtada al-Sadr
Pertes
Drapeau de l’Irak
16 623 morts

Drapeau des États-Unis
4 489 morts

Drapeau du Royaume-Uni
179 morts

Drapeau de l'Italie
33 morts

Drapeau de la Pologne
23 morts

Drapeau : Ukraine
18 morts

Drapeau de la Bulgarie
13 morts

Drapeau de l'Espagne
11 morts

Autres pays de la Coalition :
41 morts

Sociétés militaires privées
1 554 morts[3][4]
tribus/miliciens sunnites
1 002+ morts[5]
1328 blessés[6],[7]

21 221 à 26 405 morts (ensemble de la guérilla irakienne, sunnite et chiite, 2003-2011)
Civils :

733 158 à 1 446 063 morts
(selon une étude scientifique de l'institut britannique ORB publiée le 28 janvier 2008)

426 369 à 793 663 morts
(selon une étude de la revue scientifique britannique The Lancet, publiée le 11 octobre 2006)

500 000 morts[1]
(de 2003 à 2011, selon une étude publiée en 2013 de la revue scientifique américaine PLOS Medicine)

au moins 250 000 morts
(selon les données du syndicat des journalistes irakiens)

180 000 morts irakiens
dont 120 619 à 133 696 civils
(2003-2013, selon Iraq Body Count)[2]
Batailles
Invasion de l'Irak (2003)

Opération Southern FocusUmm QasrAl FawBassorahNassiriyaNadjafOpération Northern DelayOpération Viking HammerSamawaKerbalaBagdad

Coalition militaire en Irak (2003-2011)
(Guérilla irakienne et Attentats de la guerre d'Irak)

Vol DHL à BagdadSadr CityOpération Cajun Mousetrap IINadjaf1re Falloujah2e FalloujahAl QaimTall AfarOpération Steel CurtainMassacre de HadithaFusillade d'IshaquiRamadiOffensive du RamadanCampagne de DiyalaSiège des bases britanniques à BassorahRaid aérien du 12 juillet 2007 à BagdadAttentat de QahtaniyaOpération Black EagleOpération Restore Peace IIIBassorahOpération Bashaer al-KheirOpération New Dawn

Guerre civile irakienne (2011-en cours)

3e FalloujahYoussoufiyaMahallabiyah

La guerre d'Irak, parfois connue sous le nom de troisième guerre du Golfe[8], a commencé le avec l'invasion de l'Irak (dite « Opération libération de l'Irak ») par la coalition menée par les États-Unis contre le Parti Baas de Saddam Hussein. L'invasion a conduit à la défaite rapide de l'armée irakienne, à la capture et l'exécution de Saddam Hussein et à la mise en place d'un nouveau gouvernement. Le président George W. Bush a officiellement déclaré l'achèvement des combats le , sous la bannière Mission accomplie. Toutefois, la violence contre les forces de la coalition a rapidement conduit à une guerre asymétrique impliquant plusieurs groupes d'insurgés, des milices, des membres d'Al-Qaida, l'armée américaine et les forces du nouveau gouvernement irakien. Le les forces américaines achèvent leur retrait d'Irak[9],[10] mais les violences continuent. La Coalition militaire en Irak aura duré 3 207 jours, soit huit ans et neuf mois.

En , Iraq Body Count, qui fonde son analyse sur des données publiées dans les médias[11], estime qu'entre 105 052 et 114 731 civils irakiens sont morts dans les violences, constituées essentiellement d'attentats[12], mais selon les données du syndicat des journalistes irakiens, ce sont au moins 250 000 civils irakiens qui ont péri en presque 9 ans[13], auxquels il faut ajouter 39 900 morts de combattants de toute origine[14] dont 4 489 morts[15] et 32 239 blessés dans les rangs américains (4 806 morts pour l'ensemble des troupes de la coalition et plus de 36 000 blessés), ceux des sociétés militaires privées[16], et des combattants irakiens (armée irakienne et insurgés). Toutefois la limite de cette méthode de comptabilisation réside dans le fait que les journalistes ne peuvent raisonnablement pas observer, ni recouper entre eux, la totalité des morts durant une guerre aussi longue et se déroulant sur un grand territoire. Plusieurs études donnent des fourchettes beaucoup plus élevées. Parmi elles, la revue scientifique The Lancet a dans une seconde étude[17],[18],[19] publiée le 11 octobre 2006 estimé que le nombre de morts liés à guerre était situé entre 426 369 et 793 663, tandis que l'institut britannique indépendant ORB a estimé dans une publication du 28 janvier 2008[20], sur la base d'une étude épidémiologique, que le nombre de morts était compris entre 733 158 et 1 446 063. La guerre a provoqué l’exode d’au moins deux millions d’Irakiens, réfugiés à l’étranger depuis 2003 (principalement en Syrie et en Jordanie, mais également en Europe et aux États-Unis)[21].

L'organisation National Priorities Project estime à plus de 815 milliards de dollars le coût de la guerre[22] mais selon le Time Magazine, le montant s'élèvera au total à 4 000 milliards de dollars pour le contribuable américain, en incluant les soins médicaux, les indemnités pour invalidité versées pour les soldats en service actif, les vétérans et les familles ainsi que l’embauche de nouveaux soldats pour les remplacer et les coûts sociaux-économiques[23].

Cette guerre est à ce jour l'unique mise en œuvre du concept de guerre préventive développé par l'administration Bush pour parer à la menace des armes de destruction massive dont cette dernière affirmait à tort détenir la preuve dans un rapport présenté au conseil de sécurité de l'ONU le 12 septembre 2002[24].

Sommaire

Événements ayant précédé la guerre[modifier | modifier le code]

La détermination des États-Unis[modifier | modifier le code]

La deuxième guerre d'Irak a été menée sous l'impulsion des États-Unis. Après avoir lancé une offensive en Afghanistan, lieu où Ben Laden se serait réfugié, et suspectant des liens entre le régime irakien et les terroristes d'al-Qaida, George W. Bush charge Donald Rumsfeld et Tommy Franks de constituer un plan d'attaque contre l'Irak. C'est le plan d'opération 1003V, qui est une « évolution » du plan de guerre de la première guerre du Golfe.

Les raisons invoquées officiellement étaient principalement :

Ces accusations ont depuis été démontrées comme non fondées, y compris par le sénat américain, Saddam Hussein considérant l'extrémisme islamiste comme une menace pour son régime[25].
La possession de missiles longue portée et leur prolifération sont démontrées depuis les années 1990[26] mais L'Irak Survey Group chargé par le gouvernement américain de trouver ces armes déclara en septembre 2004 qu'il n'y avait plus aucune arme chimique depuis 1991, ni aucun programme en cours en vue d'en obtenir de nouvelles (voir plus bas), et que seules ont été collectées dans tout le pays 500 munitions abandonnées ou oubliées et dans un état dégradé, datant de la guerre Iran-Irak[27],[28],[29],[30].

Mais ces éléments sont contestés par de nombreux analystes, journalistes et responsables politiques. Les éléments avancés par les États-Unis pour étayer leurs affirmations sur la présence en Irak d'armes de destruction massive, la poursuite de recherches visant à fabriquer de telles armes ou encore l'existence de liens entre l'Irak et le terrorisme ne provoquent guère plus de controverses, surtout après la publication du memorandum de Downing Street. De plus, certains éléments provoquent des interrogations sur les motivations réelles de l'intervention, comme :

  • les liens entre les néo-conservateurs au pouvoir à Washington et des entreprises sous-traitantes de l'armée (dont Halliburton) ;
  • la décision de l'Irak de ne plus faire valoir son pétrole contre des devises en dollars, mais en euros (voir 1).

On peut donc distinguer deux sortes d'objectifs, les objectifs/enjeux officiels, énoncés lors des discours des représentants de la Maison-Blanche et relatés dans la presse, et l'avis de la doctrine qui s'exprime par des objectifs/enjeux officieux.

Les enjeux officiels[modifier | modifier le code]

Objectifs politiques

Établir le plus rapidement possible un gouvernement de transition (gouvernement provisoire irakien) qui désignerait dans le peuple un gouvernement démocratique représentatif de toutes les communautés irakiennes (chiites, sunnites et kurdes), capturer les membres du parti Baas et les juger, renverser le régime dictatorial mis en place par Saddam Hussein et sa famille et affecter les biens (palais, argent…) saisis à ceux-ci pour la reconstruction des infrastructures détruites lors de la guerre.

Objectifs humanitaires

Libérer l’Irak de son dictateur Saddam Hussein, afin que l’Irak devienne un pays uni, stable et libre, appuyer la reconstruction et l’aide humanitaire, minimiser les dommages causés à l’infrastructure du pays et à la population civile, condamner Saddam Hussein pour ses crimes (violation des droits de l’homme), punir l’Irak pour les 16 résolutions des Nations unies qu’elle n’a pas respectées et le non-respect du programme « pétrole contre nourriture 2 ». Promouvoir la démocratie et les droits de la femme dans le monde musulman.

Objectifs militaires

Écarter une menace qui pèse sur le monde, due aux capacités qu’a Saddam Hussein à mener une guerre ; neutraliser les armes de destruction massive (biologique, chimique et nucléaire) ainsi que les missiles à longue portée et les autres armements, frapper des cibles militaires sélectionnées, rendre au Koweït des biens (œuvres d’art, matériel militaire) et des prisonniers de guerre, qui ont été dérobés lors de la première guerre du Golfe.

Le , dans un entretien donné à la chaîne de télévision ABC News, le président Georges W. Bush a reconnu, concernant les armes de destruction massives, que « Le plus grand regret de toute cette présidence consistera dans la défaillance du renseignement en Irak. » À la question de savoir si la guerre aurait été lancée s'il avait su que Saddam Hussein ne détenait pas ces armes, le président Bush a répondu : « C'est une question intéressante. Ce serait revenir sur ce qu'on a fait, et c'est une chose que je ne peux pas faire. »[31],[32].

Objectifs anti-terroristes

Détruire les poches de soutien au terrorisme situées en Irak, éliminer un allié d'Al-Qaïda qui aide et protège les terroristes, les finances, et qui procure un refuge pour divers groupes terroristes palestiniens, qui met des armes et des bases militaires à la disposition des groupes terroristes iraniens.

Le , au lendemain des attentats du World Trade Center, George W. Bush convoque des membres de son administration, dont Richard Clarke, afin d’explorer les possibilités de liens entre les attentats du 11 septembre perpétrés par Al-Qaïda et l’Irak. Il demande à savoir si « Saddam avait fait cela » ou « s’il n’y a pas participé de quelque manière que ce soit »[33].

Le , Richard Clarke envoie un mémo à Condoleezza Rice portant le titre « Survey on intelligence information on any Iraq involvement in the September 11 attacks ». Il explique que seules quelques preuves anecdotiques lient l’Irak à Al-Qaeda et précise qu’il n’y a aucune trace concrète de l’intervention de l’Irak dans la préparation ou la mise en œuvre des attaques du 11 septembre. Il se justifie notamment en expliquant que Ben Laden n’aime pas le sécularisme de Saddam Hussein[34].

Pour justifier leur suspicion sur l’existence de liens entre l’Irak et Al-Qaeda, les services de renseignements américains évoquent différentes rencontres entre Ben Laden ou ses sbires, et des personnalités irakiennes du renseignement ;

  • En 1994-1995, un officier du renseignement irakien aurait rencontré Ben Laden à Khartoum. Mais, il n’y a aucune preuve que cette rencontre ait réellement eu lieu[35].
  • En , l’Irak aurait invité des talibans sur son territoire après que Ben Laden a exprimé sa fatwa contre les États-Unis. En , ce sont cette fois des représentants irakiens qui se seraient rendus en Afghanistan pour rencontrer les Talibans et Ben Laden[36].
  • Selon un unique rapport des services de renseignements tchèques transmis à la CIA, l’égyptien Mohamed Atta, un pilote d’un des avions qui se sont crashés dans les deux tours, aurait rencontré le un officier des services de renseignements irakiens, identifié comme étant Samir al-Ani, diplomate à l’ambassade irakienne de Prague[37].

Selon les services de renseignements, d’autres rencontres auraient encore eu lieu, dont une au cours de laquelle Saddam Hussein aurait proposé à Ben Laden de s’installer dans son pays. Cette offre aurait été refusée par ce dernier, jugeant sa situation plus favorable en Afghanistan que ce que lui proposait l’Irak[38].

Les rapports font état d’une bonne entente entre Al-Qaeda et l’Irak, mais aucun ne laisse paraître la preuve d’une collaboration entre eux pour s’attaquer aux intérêts américains[39].

Objectifs économiques

Protéger les richesses pétrolières qui seront utiles pour la reconstruction du pays et aussi pour le programme « pétrole contre nourriture », arrêt de l’important marché noir[40].

Les enjeux officieux[modifier | modifier le code]

Selon des révélations de l'ancien secrétaire au Trésor Paul O'Neill, reprises par le journaliste Ronald Suskind (The Price of Loyalty), le Conseil National de sécurité de la Maison Blanche discutait un Plan pour l'Irak après Saddam dès le mois de février 2001, soit quelques semaines après l'arrivée à la présidence de G.W. Bush, et bien avant l'attentat du 11 septembre. Selon ce témoin, « Bush voulait chasser Saddam Hussein à n'importe quel prix[41].».

Objectifs politiques

Installer un régime démocratique qui servira les intérêts des alliés et qui de plus soutiendrait les occidentaux dans leur lutte contre plusieurs régimes islamiques voisins de l’Irak. À la suite des menaces terroristes, qui se sont exprimées avec les attentats du World Trade Center, et le déclenchement de la guerre contre le terrorisme (Irak et Afghanistan), cela a permis à l’administration Bush de devenir un rempart contre le terrorisme aux yeux de millions d’Américains et a permis le déploiement sans précédent de la puissance militaire américaine et de renforcer l’image de Bush en tant que « patriote » et « défenseur de la nation ».

Objectifs militaires

Placer des troupes alliées et des bases en permanence sur le sol irakien pour ainsi avoir un contrôle sur le golfe Persique, montrer au monde que les occidentaux sont toujours les plus forts et qu’ils peuvent agir efficacement et rapidement, libérer des prisonniers de guerre retenus en Irak.

Objectifs économiques

Ce conflit permettrait également à beaucoup d’entreprises européennes et américaines de profiter du pétrole irakien, prendre le contrôle des puits de pétrole du 4e détenteur de réserves ; il s'agirait donc d'une raison motivée par les analystes de la géopolitique du pétrole. Le secteur de l'armement aurait également l'occasion « d'écouler les stocks » et de stimuler la production par une augmentation des « besoins ». Beaucoup d'argent pourrait ainsi être réinjecté dans l'économie, plus spécifiquement dans le secteur de l'armement et des hydrocarbures.

Conflit diplomatique à l'ONU[modifier | modifier le code]

Cette guerre fait suite à la mission de l'ONU en Irak qui avait en charge le désarmement de l'Irak (résolution 1441 (2002), votée à la demande des Américains et des Britanniques) le . Le Conseil de sécurité de l'ONU n'a pas pu se mettre d'accord entre les partisans :

  • Axe de la paix : (France, Allemagne, Russie, Chine), pour qui tous les moyens pacifiques n'avaient pas encore été exploités, notamment donner encore du temps à la mission des inspecteurs ;
  • Axe de la guerre : (États-Unis, Royaume-Uni, Espagne), pour qui l'Irak ne « jouait pas le jeu » et restait détenteur d'armes de destruction massive. En outre, les pays de la coalition estimaient qu'après 12 ans d'inspections et de nombreuses résolutions, l'ONU n'avait toujours pas réussi à déterminer la menace que pouvaient représenter d'éventuelles armes de destruction massive irakiennes. L'expulsion d'inspecteurs onusiens en et le refus de coopérer de l'Irak en 1998[42] montrait aux yeux des néo-conservateurs américains l'impuissance de l'organisation internationale à se faire respecter.

Plus spécifiquement, les arguments américains seront développés comme suit:

L’échec du processus de désarmement de l’après-1991[modifier | modifier le code]

Après la deuxième guerre du Golfe de 1991, le Conseil de sécurité des Nations unies adopte la résolution 687 qui, en son article 8, décide que « l’Irak doit accepter inconditionnellement que soient détruits, enlevés ou neutralisés, sous supervision internationale :

  1. Toutes les armes chimiques, biologiques et tous les stocks d’agents, ainsi que tous les sous-systèmes et composants de toutes les installations de recherche et développement, d’appui ou de production dans ces domaines ;
  2. Tous les missiles balistiques d’une portée supérieure à 150 kilomètres ainsi que tous les principaux composants et les installations de réparation et de production[43] ».

À la suite de cela, des inspecteurs de l'Organisation des Nations unies (ONU) et de l’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ont procédé à des inspections des sites irakiens jusqu’en décembre 1998.

Fin novembre 2001, Washington met en garde Bagdad contre la production d’armes de destruction massive (ADM) : George W. Bush exige la reprise des inspections des Nations Unies pour le désarmement en Irak. Les États-Unis exercent une pression de plus en plus élevée sur l’Irak en tentant de convaincre Saddam Hussein de laisser revenir les inspecteurs de l’ONU.

Le , les 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies votent la résolution 1441 qui stipule que si Saddam Hussein manque à ses obligations en matière de désarmement, il en découlera de « graves conséquences[44] ».

Le 27 novembre, l’Irak accepte que la nouvelle résolution de l’ONU soit mise en application et voit la reprise des inspections dès le lendemain. La CIA, qui espère rendre les contrôles plus efficaces et accroître les chances de trouver des armes de destruction massive, renseigne les inspecteurs sur leurs caches et emplacements probables[45].

La CIA à la recherche des armes de destruction massive[modifier | modifier le code]

La CIA, dans son rapport d’octobre 2002 intitulé « Iraq’s Weapons of Mass Destruction Programs » est très claire sur le sujet : depuis la fin des inspections de 1998 et en violation des résolutions et des restrictions des Nations Unies, l’Irak a maintenu ses projets d’armes chimiques, a poursuivi le développement et la production de missiles et a investi bien plus encore dans les armes biologiques. La plupart des experts estiment que l’Irak a reconstitué son programme d’armes nucléaires. L’Irak a repris la production d’agents chimiques (gaz VX, sarin, moutarde, …), conservé et développé des missiles, pourrait avoir acquis un moyen d'enrichir l'uranium, etc.[46].

Néanmoins, ce n’est pas l’avis de tout le monde. Ainsi, Joseph C. Wilson, ancien diplomate et chargé de la question de l’Irak, s’est vu confier par la CIA, en février 2002, l’enquête sur l’uranium nigérien dont aurait pu se servir Saddam pour son programme nucléaire. Son rapport est clair : il n’a rien trouvé[47].

Cependant, le 24 septembre 2002, l’uranium nigérien refait surface dans un rapport britannique ; ce rapport précise que l’Irak tente de se fournir en uranium dans des pays africains[48]. Et, en janvier 2003, pour prouver devant les Nations Unies que l’Irak relance son programme nucléaire, George W. Bush fait usage du rapport britannique[49].

Bien que les agents de la CIA n’aient pas trouvé d’arme de destruction massive, ils restent persuadés que l’Irak en possède. Ils comparent les documents remis par l’Irak aux Nations Unies (document de 11 807 pages remis dans le cadre de la résolution 1441, déclarant ce que l’Irak possède encore comme armement) avec ce qu’ils ont comptabilisé après la guerre du Golfe de 1991[50].

Efforts en vue d'un vote au Conseil de sécurité[modifier | modifier le code]

Devant les réserves de la France et de l'Allemagne, qui rappellent le que «seul le Conseil de sécurité des Nations unies est habilité à […] engager une opération militaire contre l'Irak», les États-Unis suscitent diverses initiatives. La première est la Lettre des Huit diffusée le 29 janvier et signée par l'Italie, l'Espagne, le Portugal, le Royaume-Uni, le Danemark, la Pologne, la Hongrie et la Tchéquie. Celle-ci rappelle notamment que «le lien transatlantique est une garantie de notre liberté. Grâce au courage, à la générosité et à la perspicacité américaine, l'Europe a été libérée des deux formes de tyrannie qui dévastèrent notre continent au vingtième siècle: le nazisme et le communisme[51].» Le , un autre appui est donné à une intervention militaire par le Groupe de Vilnius: Estonie, Lettonie, Lituanie, Slovaquie, Slovénie, Bulgarie, Roumanie, Albanie, Croatie et Macédoine. Ces prises de position, qui contreviennent à l'article 11,2 du traité de Maastricht, confirment la division de l'Union européenne et lui enlèvent toute possibilité de peser sur les événements[52].

Le , Colin Powell passe devant le Conseil de sécurité des Nations unies pour dévoiler les preuves des activités illicites du régime baasiste. Il fait défiler des photos de camions présentés comme des prototypes de laboratoire mobile de recherche biologique (en) (sur la base de faux renseignements de « Curveball », ingénieur chimiste irakien à l’origine d’une des plus grandes supercheries de l’histoire du renseignement[53],[54]), des photos satellites d’usine d’armes chimiques et de bunkers, l’enregistrement d’une conversation entre des officiers de la garde républicaine irakienne qui parlent d’« agents neurotoxiques » et présente finalement un flacon de poudre blanche : de l’Anthrax. Il insiste : « chacune des déclarations que je fais aujourd’hui s’appuie sur des sources, des sources solides ». Cependant, quand Lewis S. Libby, secrétaire général du vice-président Dick Cheney, avait remis ce discours à Colin Powell, ce dernier l’avait rejeté en disant : « c’est de la merde, rien ne se tient [55]! »

Étant donné le fait que la France, la Russie et la Chine menacent d’utiliser leur droit de veto pour empêcher une approbation par l’ONU d’une intervention armée contre l’Irak, et la forte probabilité qu’une majorité du Conseil de sécurité refuse de suivre les États-Unis et le Royaume-Uni, ces derniers décident d’attaquer l’Irak sans l’aval du Conseil de sécurité.

Forces de la coalition[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coalition militaire en Irak.

Engagement de forces armées lors de l'offensive initiale : États-Unis, Royaume-Uni et Australie.

Pays ayant un rôle actif et significatif dans le soutien logistique, politique et armé : l'Australie, la Bulgarie, la Corée du Sud, le Danemark, l'Espagne jusqu'en mars 2004 (retrait des troupes à la suite des élections législatives), les États-Unis, la Hongrie, l'Italie, le Japon, la Lituanie, les Pays-Bas, les Philippines, jusqu'en juillet 2004 (désengagement à la suite de l'exécution d'un otage philippin), la Pologne (fin d'engagement officielle le 4/10/2008), le Portugal, la Roumanie, le Royaume-Uni, la République tchèque, la Slovaquie, la Turquie, l'Ukraine.

En , les 48 pays de la coalition cités par la Maison-Blanche sont : l'Afghanistan, l'Albanie, l'Angola, l'Australie, l'Azerbaïdjan, la Bulgarie, Colombie, la Corée du Sud, le Danemark, la République dominicaine, le Salvador, l'Érythrée, Espagne, l'Estonie, les États-Unis, l'Éthiopie, la Géorgie, le Honduras, la Hongrie, l'Italie, l'Islande, le Japon, le Koweït, Lituanie, la République de Macédoine, les Îles Marshall, la Micronésie, la Mongolie, le Nicaragua, l'Ouganda, l'Ouzbékistan, les Palaos, Panama, les Philippines, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, le Rwanda, Singapour, la Slovaquie, la République tchèque, le Royaume-Uni, les Tonga, la Turquie, l'Ukraine.

Le Costa Rica, initialement inclus, est enlevé après la décision de la Cour constitutionnelle invalidant le soutien apporté par le Président Pacheco[56]

Le cas espagnol : alors que le premier ministre espagnol José María Aznar (Partido Popular, droite espagnole) avait dans un premier temps engagé l'Espagne dans le conflit, les élections législatives espagnoles de 2004 lui ont fait perdre la majorité, au profit du PSOE de Jose Luis Zapatero, qui prit la décision, conformément à son programme, de retirer les troupes espagnoles d'Irak. Quelques jours avant les élections, un attentat attribué à Al Qaida avait frappé Madrid. Jose Maria Aznar avait alors accusé l'organisation basque ETA d'être à l'origine des attentats, ce qui s'est révélé inexact. Cette erreur a fait perdre toute crédibilité au premier ministre ce qui aurait, selon certains, entraîné la victoire de Jose Luis Zapatero.

L'engagement australien : lors de l'invasion de l'Irak en mars 2003, l'Australie menée par le conservateur John Howard lance l'opération Bastille, en envoyant environ 2 000 hommes, trois navires de guerre et une quinzaine d'avions de chasse. Pendant la campagne électorale de l'automne 2004, l'opposition travailliste avait promis de ramener les soldats australiens au pays. La victoire du parti de John Howard, allié de George W. Bush, aux élections législatives d' a prolongé le soutien à l’opération américaine en Irak (environ 850 Australiens sur place en 2004) jusqu'à la fin de la mission militaire le 28 juillet 2009[57].

En , les forces non-américaines, représentent environ 10 % des effectifs.

Outre le Royaume-Uni, les nations ayant alors des forces en Irak sont (dans l'ordre décroissant des effectifs) : la Corée du Sud, l'Australie, la Pologne, la Roumanie, le Danemark, le Salvador, la Géorgie, l'Azerbaïdjan, la Bulgarie, la Lettonie, l'Albanie, la Slovaquie, la République tchèque, la Mongolie, la Lituanie, l'Arménie, la Bosnie-Herzégovine, l'Estonie, la Macédoine, le Kazakhstan et la Moldavie soit plus de 14 000 militaires[58].

Des nations comme le Japon ont retiré à cette date leurs forces terrestres mais contribuent à la logistique de l'opération.

En 2010, hors un contingent américain dont le retrait est annoncé, il reste environ 150 britanniques ayant un rôle de formateurs.

Oppositions à la guerre[modifier | modifier le code]

Manifestation devant les "houses of parliament".

Dans un très grand nombre de pays, d'importantes manifestations ont rassemblé la population voulant montrer son refus de l'intervention américano-britannique. Le mouvement a été particulièrement intense en Europe, où, selon les sondages, entre 70 et 90 % de la population était opposée à cette guerre. À Londres, à Barcelone et Madrid particulièrement, les importantes manifestations ont démontré la rupture entre les décisions des deux gouvernements, qui soutenaient la guerre, et la volonté des citoyens, qui étaient massivement contre.

Noam Chomsky pense que c'est « la première fois dans l'histoire occidentale qu'une guerre impérialiste suscite une telle opposition avant même qu'elle ait été lancée[59] ».

Le plasticien Phil Hansen a, par la suite, stigmatisé le conflit à travers son portrait-charge de George W. Bush comportant les mentions nominales des soldats américains morts en Irak.

L'administration Bush a été très sensible aux critiques venant de citoyens américains, au point de demander à la CIA des enquêtes et des écoutes téléphoniques illégales pour pouvoir dénigrer publiquement les détracteurs de cette guerre[60].

2003 : La guerre conventionnelle[modifier | modifier le code]

Déroulement et issue de la guerre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Opération liberté irakienne.
Militaires irakiens montés sur un véhicule de transport de troupes russe, 28 février 2003
VCI BMP-2 irakien détruit pendant l'offensive

Le , à h 45 UTC, le président américain George W. Bush déclare formellement la guerre à l'Irak. Le , à 21 h 37, soit quelques heures après la fin de l'ultimatum de 48 heures qui demandait au président irakien Saddam Hussein ainsi qu'à ses fils Oudaï et Qusay de quitter l'Irak, les États-Unis ont lancé des missiles sur Bagdad. L'Irak a répliqué en envoyant sur le Koweït, à partir d'une vedette rapide de fabrication soviétique dissimulée dans le littoral, plusieurs Missile antinavire HY-2, volant au raz des vagues, qui ont atteint des zones inhabitées sans être intercepté ; l'un est tombé à h 18 UTC prés d'un QG de la 1re Force expéditionnaire de Marines américaine[61]; un total une vingtaine de missiles balistiques furent également lancés par l'armée irakienne en direction du Koweit et sur les forces de la coalition, la majorité étant interceptée par les missiles MIM-104 Patriot ou tombant hors champ mais le 3 avril, l'un d'entre eux frappa le QG d'une brigade américaine.

La stratégie de la coalition a consisté, d'abord, en des bombardements ciblés et répétés de la capitale irakienne et autres villes importantes, visant à la fois à terroriser les Irakiens, (l'espoir de la coalition étant de voir des désertions massives dans l'armée irakienne ou un soulèvement de la population irakienne), et à détruire les systèmes de défenses du pays. Les bâtiments les plus bombardés furent les palais présidentiels (en)[62] et les édifices du parti Baas, ainsi que les casernements que les forces armées irakiennes avaient évacuées plusieurs semaines auparavant[réf. nécessaire], et les systèmes fixes de communications irakiens. Les forces de la Coalition passèrent à l'offensive terrestre à partir de 18 h 30 UTC quelques heures après le début les bombardements aériens contrairement à ce qui s'était passé lors de l'opération tempête du désert[63].

Chars M1 de la 1re Division blindée américaine à Bagdad devant les mains de la victoire commémorant la guerre Iran-Irak

Parallèlement aux bombardements aériens, trois divisions de l'US Army, la 1re Force expéditionnaire de Marines américaine (I Marine Expeditionary Force (en)[64] de l'US Marine Corps et la 1re division blindée britannique[65] de la British Army, comptant 100 000 hommes de troupe et des milliers de blindés sous le commandement de l'United States Central Command stationnés au Koweït, sont entrés dans le pays essentiellement par la frontière sud et ont affronté trois des dix-sept divisions de l'Armée régulière irakienne (chaque division irakienne étant d'une force militaire équivalente à un régiment de la Coalition[66], soit à un Régiment mécanisé en combat rapproché[67], soit à un Régiment d'infanterie légère[68][réf. nécessaire][69][réf. nécessaire], et les onze autres au Kurdistan[réf. nécessaire]) et ne disposant pas d'une logistique leur permettant de se déplacer à plus de quelques dizaines de kilomètres de leur garnison [réf. nécessaire])) et quatre des six divisions de la Garde Républicaine[70] (chaque division de la Garde étant d'une force militaire équivalente à une Brigade de la Coalition : au total, trois Brigades blindées en combat rapproché[71] et 1 Brigade d'infanterie motorisée[72][réf. nécessaire][73]) ; les diverses milices, tels les fedayins de Saddam, essentiellement chargées d'assurer la garde statique de points sensibles, n'ont pratiquement pas eu l'occasion de combattre.

Des combats ont été menés pendant plusieurs jours dans les villes d'Umm Qasr et de Nassiriya, pendant près de deux semaines à Bassorah, la résistance des Irakiens, combattant exclusivement en milieu urbain ou semi urbain, étant plus forte que ce que l'état-major de la Coalition ne l'avait escompté. En particulier, des commandos irakiens (ou des forces spéciales irakiennes) tinrent des quartiers d'Umm Qasr pendant presqu'une semaine [réf. nécessaire], et les forces de l'armée régulière irakienne à Bassorah composé de la 6e division blindée irakienne et de la 51e division mécanisée irakienne de la Coalition. Les forces irakiennes de Bassorah étaient seulement appuyées par une artillerie du volume total d'un Bataillon (canons tractés D-20 (en) et/ou D-30 (en)) et ne disposaient d'aucun appui aérien[réf. nécessaire], « fixèrent » la 1ère Division blindée britannique[65] flancgardée sur sa droite par la 3 Commando Brigade des Royal Marines débarquée à Faw, et disposant de l'appui aérien de la Coalition) dans les faubourgs de cette ville[74] pendant toute la durée du déplacement des forces américaines vers Bagdad [réf. nécessaire], et empêchèrent ainsi cette division blindée britannique de participer à l'offensive sur Bagdad au côté des forces américaines, comme cela était très probablement initialement prévu[75] ; une fois leur mission accomplie, les forces irakiennes de Bassorah ne se rendirent pas, mais « s'évaporèrent » [réf. nécessaire], alors qu'elles avaient certainement la possibilité de tenir encore plus longtemps. De même, une force de l'armée régulière irakienne de Nassiriya, composé de la 11e division irakienne d'infanterie, appuyée par un petit nombre de mortiers, ne disposant pas blindé s'opposa avec succès à Nassirya, pendant près de trois jours, au franchissement à cet endroit de l'Euphrate par une brigade de l'US Marine Corps disposant pourtant de moyens très supérieurs en termes de qualité[réf. nécessaire]. L'infanterie mécanisée américaine, fortement blindée, avec ses chars lourds de combat Abrams, ses VCI Bradley, accompagnée d'une très puissante artillerie lourde (automoteurs M109 howitzer (en) et lance-roquettes multiples M270) et disposant d'une suprématie aérienne totale, a ensuite contourné les villes dans leur marche vers Bagdad. L'objectif était d'atteindre le plus rapidement possible le point central du régime, en espérant qu'une chute de la capitale entraînerait la reddition des foyers de résistance partout ailleurs.

En parallèle, dans la région du Kurdistan, la Coalition avait initialement prévue que la 4e Division d’infanterie mécanisée de l'US Army venue de la province de Mardin en Turquie, Division assez légère mais la plus moderne de toute l'armée américaine au point de vue de son informatisation (et encore en cours d'expérimentation...), « fixe » dans cette région, avant l'invasion, une partie importante de l'armée irakienne, cette division ayant pour mission, soit de menacer Bagdad dans l'hypothèse où l'armée régulière irakienne se trouvant au Kurdistan se serait rendue, soit de « fixer » pendant toute la durée de l'invasion, et jusqu'à la chute de Bagdad, une partie importante de l'armée irakienne dans cette région, les forces kurdes du PDK et du UPK devant dans le même temps menacer Mossoul et Kirkouk[réf. nécessaire]. Cette division n'est finalement pas autorisés à débarquer en Turquie et, devant rejoindre le Koweït par bateau, arrivera après la fin des combats.

Face à cette menace, les Irakiens avaient massé à l'ouest de Bagdad onze divisions de l'armée régulière irakienne et deux divisions de la Garde Républicaine[70] : en première ligne, face à la frontière avec la Turquie, les forces irakiennes étaient équivalentes à deux Brigades d'infanterie motorisée de la coalition, auxquelles il faut ajouter des groupes paramilitaires dans Mossoul et Kirkouk ; en seconde ligne, des forces équivalentes à trois brigades la la Coalition se trouvaient sur chacun des trois axes routiers menant du Kurdistan à Bagdad. Les forces en présence étaient relativement équilibrées, voire légèrement à l'avantage des défenseurs irakiens, bien que la suprématie aérienne de la Coalition lui donnait certainement en réalité l'avantage ; néanmoins, au cas où l'armée régulière irakienne aurait décidé de combattre, il est peu probable que cette Grande Unité américaine, « expérimentale » et dont tous les équipements n'étaient pas encore opérationnels, aurait réellement cherché à l'affronter et à la réduire, par souci de limiter ses pertes en vies humaines[réf. nécessaire]. Finalement, moins d'un mois avant la date de l'invasion, la Turquie n'autorisa pas les forces terrestres américaines à opérer depuis son territoire ; néanmoins, compte tenu de la faiblesse de la logistique irakienne, la plus grande partie de l'armée irakienne du Kurdistan fut forcée de demeurer sur place, à l'exception de quelques unités de la Garde Républicaine qui furent envoyées en renfort des unités de la Garde qui assuraient la défense de Bagdad[réf. nécessaire]. En remplacement de cette Division d'infanterie mécanisée, l'armée américaine envoya au Kurdistan une Brigade aéroportée, principalement destinée à empêcher une intervention de l'armée turque dans cette région et à contrôler l'action des forces kurdes du PDK et du UPK[réf. nécessaire] ; cette Brigade, en conformité avec une tactique que l'armée américaine avait déjà utilisée en Afghanistan, se contenta de suivre et d'appuyer si nécessaire les forces kurdes, sécurisant par exemple les ponts, forces kurdes qui avaient maintenant pour objectif la prise des villes de Mossoul et de Kirkouk. Les forces de l'armée régulière irakienne n'opposèrent pratiquement aucune résistance aux forces kurdes, ayant probablement eu pour consigne (pour motiver ses soldats dans une guerre qui se voulait être une « guerre de défense nationale » et non pas une guerre de défense du régime ou une guerre civile) de ne combattre que les forces « étrangères », les Kurdes étant alors considérés par les irakiens comme des irakiens[réf. nécessaire], et les villes de Mossoul et de Kirkouk furent pratiquement prises sans combat, après que les forces de l'armée régulières irakienne se furent (tout comme les autres forces de l'armée irakienne, qui ne se rendirent jamais, à l'exception, à la fin des hostilités, des Généraux commandant des Régions militaires) « évaporées »...[réf. nécessaire]

Dans les mois qui avaient précédé l'invasion, les forces de la Coalition avaient fait courir le bruit d'une possible vaste opération aéroportée qui, depuis le désert irakien situé près de la frontière jordanienne aurait, aurait pu conduire une offensive sur Bagdad en passant par Falloujah ; en réalité, cette opération, demandant des moyens très importants, en particulier au niveau de la Logistique, et très risquée si les irakiens avaient décidé de mettre en place des troupes sur les aérodromes qui auraient dû dans ce cas être utilisés par les forces de la Coalition, ne semble jamais avoir été réellement planifié, et les irakiens ne semblent pas y avoir réellement cru[réf. nécessaire] ; ils placèrent néanmoins quelques troupes à Falloujah, ville qui pouvait, de toute manière, être menacée par des troupes de l'US Army si celles-ci avaient décidé de se flanc garder sur leur aile gauche lors leur attaque principale sur Bagdad par le Sud. En fait, la Coalition se contenta d'envoyer quelques forces spéciales dans cette région désertique uniquement défendue côté irakien par des gardes frontières. Les forces spéciales américaines se contentèrent de progresser vers le nord, afin de contrôler la frontière de l'Irak avec la Syrie et d'empêcher ainsi une fuite éventuelle des dirigeants irakiens en direction de la Syrie, si ceux-ci avaient décidé de faire une telle tentative[réf. nécessaire].

Article détaillé : Bataille de Bagdad (2003).

Après seulement 19 jours de déplacement et au prix de quelques combats (depuis le départ du Koweït), l'armée américaine a bousculé facilement au sud et à l'est de Bagdad des unités de la Garde Républicaine[70] (entièrement composée de militaires professionnels, en majorité, ou presque exclusivement, des Sunnites[réf. nécessaire]), principalement équipées de chars moyens T-72 Lion de Babylone, de véhicules de transport de troupes (VTT) BTR à roues, de véhicules de combat d'infanterie (VCI) BMP-1 et de VCI BMP-2, ne dépassant jamais un volume équivalent à un Escadron blindé des forces de la Coalition [réf. nécessaire], unités combattant de façon isolées et apparemment très mal commandées au niveau du commandement de la Garde Républicaine[76] ; le commandant des opérations (civil) de la région militaire centre, incluant en particulier les régions de Bagdad, de Tikrît, de Baqubah et de Kut, défendue par la garde républicaine, était Qoussaï Hussein [réf. nécessaire], l'un des deux fils de Saddam Hussein. L'armée américaine a alors pénétré dans Bagdad, menant des attaques contre des bâtiments symboliques du gouvernement irakien, alors que le premier plan du Pentagone aurait prévu de parvenir à 80 km de la capitale après 47 jours. L'armée américaine a pris le contrôle de la capitale avec une série de raids blindés qui ont facilement réduit une faible résistance, mal organisée, de la Garde Républicaine chargée de la protection des palais présidentiels, et de divers groupes paramilitaires.

Le régime de Saddam Hussein est tombé dans les jours suivants. Les dernières poches de résistance armée n'ont alors pas tardé à tomber.

Saddam Hussein lors de son arrestation

Les troupes de la coalition ont ensuite cherché les hauts responsables du gouvernement irakien (réunis symboliquement dans un jeu de cartes). Si certains ont pu être arrêtés rapidement, une partie importante des dignitaires irakiens restera plusieurs mois introuvable, en particulier les deux fils de Saddam Hussein, Udaï et Qusaï (tués tous deux le 22 juillet 2003). En février 2005, sur les cinquante-cinq plus hauts dignitaires de l'ancien régime, seuls onze étaient encore en fuite.

Saddam Hussein a quant à lui été arrêté dans une cave par l'armée américaine à Tikrit dans la nuit du 13 au , avec l'aide des Kurdes. Il fut pendu le au matin après avoir été jugé par le Tribunal spécial irakien.

Médiatisation[modifier | modifier le code]

Une des grandes premières de cette guerre a été sa très grande médiatisation. Certains journalistes étaient présents aux premières lignes, intégrés ou aux côtés des troupes de la Coalition, ou dans des zones potentiellement dangereuses. De plus, bon nombre de soldats équipent leurs véhicules ou leurs casques de petites webcams. Des images du front étaient ainsi diffusées vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Seuls les journalistes embarqués avaient directement accès au front : leur neutralité a été mise en cause pour des raisons psychologiques. De plus, les armements modernes permettant des attaques distantes ne permettaient pas de « voir » les combats. Ainsi, malgré une forte médiatisation, les « dommages collatéraux » ne pouvaient pas être portés à la connaissance du public.

Une partie importante de la presse internationale était rassemblée au plein cœur de Bagdad, dans l'hôtel Méridien-Palestine. Le 8 avril, deux journalistes qui filmaient à partir des fenêtres de cet hôtel tombent victimes d'un obus tiré par un tank américain : l'Ukrainien Taras Protsyuk de l'agence Reuters et l'Espagnol José Couso, de Telecinco. Le même jour, Tarek Ayoub, journaliste à la chaîne Al Jazeera, est tué par un missile tiré d'un avion américain alors qu'il filmait depuis le toit de sa maison[77].

Le sauvetage de Jessica Lynch, mené par les forces spéciales U.S. en pleine couverture médiatique de l'opération libération de l'Irak, a été planifié comme un spectacle hollywoodien visant à émouvoir les téléspectateurs ; voir les articles sur le cinéma de sécurité nationale et le cliché de la demoiselle en détresse.
Cette photo émane des services de presse de l'USCENTCOM.

La presse était surtout bienvenue pour les opérations de propagande. Ainsi, la libération de la militaire Jessica Lynch d'un hôpital irakien, où elle était soignée à la suite d'une blessure survenue le 23 mars, a été présentée comme une opération de sauvetage à haut risque, filmée par des caméras à vision nocturne. Cette mise en scène hollywoodienne et l'énorme médiatisation subséquente servirent à l'administration Bush pour justifier la guerre. Dans une entrevue au magazine Time, Jessica elle-même reconnaît que toute l'opération menée contre l'hôpital avait été une mise en scène[78].

Une autre conséquence de la médiatisation de cette guerre est le bruit qui a couru et qui s'est confirmé à propos des tortures dans les prisons d'Abu Ghraib.

La fin de l'opération de guerre conventionnelle fut savamment orchestrée lors d'un discours du président prononcé le 1er mai 2003 sur le pont d'un porte-avions nucléaire sur lequel on pouvait lire la bannière Mission accomplie ; le président américain le prononça sur un ton victorieux après avoir atterri dans un Lockheed S-3 Viking.

Polémique à propos des armes de destruction massive[modifier | modifier le code]

Tir d'essai d'un missile balistique Al-Samoud en 2001. D'une portée de 180 km, au-delà des proscriptions des Nations Unis, il fut censé être détruit par le régime bassiste mais utilisé durant la guerre de 2003.
Dégâts causés par le tir d'un Al Fatah sur le centre d'opération d'une brigade de la 3e division d'infanterie américaine.

Informations divulguées avant-guerre[modifier | modifier le code]

Richard Butler (en), diplomate australien et chef de la United Nations Special Commission (en) (UNSCOM) chargé des recherches sur le sujet après la guerre du Golfe, dont certains [réf. nécessaire] affirmeraient qu'il aurait été à l'origine, ou couvert, [réf. nécessaire] la communication au Pentagone du contenu militaire (plans détaillés de l'intérieur des installations industrielles inspectées en Irak par les inspecteurs en désarmement de l'UNSCOM, ayant permis la programmation des bombes guidées par GPS utilisées pour la destruction de ces installations en 1998 et en 2003 [réf. nécessaire]) des rapports d'inspection qui étaient exclusivement destinés à l'ONU, a publié un livre en 2000, intitulé The Greatest Threat: Iraq, Weapons of Mass Destruction, and the Crisis of Global Security (ISBN 1-58648-039-1). (« La plus grande des menaces : les ADM de l'Irak et la crise pour la sécurité globale »). Dans ces pages, il explique que les inspecteurs ont découvert en 1998 que l'Irak produisait du gaz VX. L'Irak avait démenti, puis admis en avoir produit seulement 200 litres, puis 3 900 litres mais sans toutefois être en mesure de les utiliser comme armes.

En 2002, les inspecteurs de l'ONU ont résumé ce qu'ils avaient trouvé en Irak, dans un rapport écrit par l'analyste Kenneth Katzman. Entre 1991 et 1994, les inspecteurs ont découvert quarante laboratoires secrets de recherche nucléaire ainsi que trois programmes clandestins d'enrichissement d'uranium.

Hans Blix, dont la moralité n'a jamais été mise en cause par personne, le 27 janvier 2003, a affirmé dans son rapport que les inspecteurs de l'ONU avaient découvert, fin 2002, que l'Irak de Saddam Hussein produisait du gaz VX ainsi qu'un gaz proche du gaz moutarde, le thiodiglycol ainsi que des missiles balistiques tactiques.

Une catégorie de ces missiles sont des missiles Al Samud (Résistance en arabe, missile balistique tactique « Short Range Ballistic Missile » (SRBM) « sol-sol » dérivé du missile « sol-air » soviétique SA-2 Guideline, conçu, mis au point et fabriqué par les Irakiens), lancés à partir de plates-formes de lancement mobiles réalisées en Irak, missiles qui avaient été développés en toute légalité par l'Irak sous le contrôle des inspecteurs de l'UNSCOM à partir de 1994, qui estimaient en 1998 que sa portée réelle était de 149 km , en conformité avec la Résolution 687 de l'ONU qui fixait à 150 km la portée maximale des missiles que pouvait détenir, fabriquer ou développer l'Irak, mais dont les structures semblent avoir été allégées après 1998, ce qui aurait donné aux modèles de production une portée pouvant atteindre 160 km ou 190 km selon les versions[79].

Une dizaine a été détruite devant les médias quelques semaines avant l'invasion. Une douzaine a été capturée le 21 juillet 2003 par les forces américaines.

Une version du FROG-7, le Ababil-100/Al Fatah, d'une portée maximale déclaré par l'Irak de 161 km, a été construite à environ 95 exemplaires entre 2001 et 2003[80]. Ils ont été utilisés durant l'invasion contre le Koweït, sans pertes, et contre le Quartier Général de la 2e brigade de la 3e division d'infanterie des États-Unis le 7 avril 2003 tuant 3 soldats, 2 journalistes, blessant 14 autres militaires et détruisant 22 véhicules[81],[82],[83],[84].

La situation après-guerre[modifier | modifier le code]

Actuellement[Quand ?], aux États-Unis et au Royaume-Uni, plusieurs enquêtes sont en cours afin de déterminer les responsabilités dans le dévoilement de fausses informations, tels les rapports d'avant-guerre exagérés sur la présence d'armes de destruction massive en Irak, raison qu'avaient invoquée les États-Unis et le Royaume-Uni pour justifier leur intervention armée. La CIA est mise en cause. Des équipes de la CIA ont été envoyées en Irak pour trouver des preuves, après plus de deux mois de recherches infructueuses.

Différentes commissions s'ouvrent courant juillet 2003, au Royaume-Uni et aux États-Unis, à propos des faux documents confirmant la présence d'armes de destruction massive soumis par ces gouvernements à leur population.

Le , Dick Cheney, vice-président américain, réaffirme que le régime de Saddam Hussein était lié au réseau terroriste Al-Qaida. Il maintient également que l'Irak poursuivait des programmes de développement d'armes de destruction massive (ADM), bien qu'aucune preuve n'ait été découverte après plus de 6 mois de présence sur le territoire irakien par l'armée américaine et ses alliés [réf. nécessaire].

Le , David Kay (en), chargé de la recherche d'armes de destruction massive en Irak par le gouvernement des États-Unis, démissionne et proclame qu'il n'y a pas eu production d'armes de destruction massive depuis la fin de la première Guerre du Golfe - tout en ne condamnant pas l'intervention militaire. George Tenet, directeur de la CIA, nomme un remplaçant, Charles Duelfer (en). Colin Powell confirme finalement qu'il y a peu de chances qu'il y ait eu des armes de destruction massive en Irak. Peu avant cette démission, le premier ministre britannique Tony Blair se réaffirmait convaincu de la présence d'ADM en Irak devant des journalistes.

Le , Charles Duelfer rend un rapport public dans lequel il affirme que le régime de Saddam Hussein ne possédait pas d’armes de destruction massive et n'en avait pas fabriqué depuis 1991, et surtout qu'il ne disposait pas non plus de la capacité d'en produire, comme les inspecteurs de l'ONU sur place en avaient acquis la certitude [réf. nécessaire]. Le rapport crée un scandale international en mentionnant le nom de personnalités soupçonnées d'avoir bénéficié de fonds occultes de la part du régime de Saddam Hussein, notamment l'homme politique français Charles Pasqua.

Le , le porte-parole de la Maison-Blanche, Scott McClellan, annonce la fin de la mission américaine de recherche d'armes de destruction massive en Irak, sans avoir trouvé trace d'armes prohibées[réf. nécessaire].

Le chef inspecteur de la mission ISG, Charles Duelfer, témoigne que « l'on ne peut pas écarter la possibilité que les ADM aient été transférées en Syrie. » Il cite « un nombre important de preuves crédibles[85] ».

L'ISG affirme dans son rapport que parmi les ADM recherchées, figureraient quatre-vingt tonnes de gaz moutarde qui ont disparu des entrepôts irakiens[86] .

Environ 500 munitions chimiques datant d'avant 1991 mais non classés ADM ont été découvertes dans le pays ainsi que plusieurs tonnes de divers produit chimiques[87].

Le général George Sada, deuxième adjoint des forces aériennes irakiennes sous la présidence de Saddam Hussein, a écrit un livre, Saddam's secrets, dans lequel il explique qu'il a recueilli les témoignages de pilotes de Boeing 747 qui ont utilisé leurs avions pour transporter des ADM en Syrie, en février 2003[88]. Une colonne de camions a fait également le trajet, avec le matériel le moins lourd. La CIA a effectivement des images satellites montrant des colonnes de camions irakiens traversant la frontière, à la même période[89].

John Loftus, ancien procureur fédéral des États-Unis, a publié un rapport fin 2007[90] sur les collusions entre le régime bassiste et les envois d'enveloppes contaminées au bacille du charbon et la présence, selon lui, d'ADM en Irak en 2003.

Une des sources d'informations, Rafid Ahmed Alwan al-Janabi, ingénieur chimiste irakien, qui a fait défection en Allemagne en 1999 et a été interrogé par le BND a fourni de faux renseignements accréditant l'existence d'un programme d'armement biologique. Cela fut révélé au grand public en 2007[91] et il confirmera avoir menti en février 2011[92].

Depuis 2003 : Occupation de l'Irak et guérilla[modifier | modifier le code]

Occupation de l'Irak[modifier | modifier le code]

Zones d'occupation, par autorité occupante et selon les Subdivisions de l'Iraq, 2003

Après leur victoire, les troupes de la coalition ont cherché à stabiliser la situation en Irak en installant un gouvernement militaire provisoire, l'autorité provisoire de la coalition. Néanmoins, la population est massivement hostile aux troupes de la coalition et des conflits surviennent. En outre, la majorité des villes se trouvent dans une situation difficile : pillages, affrontements, règlements de compte…

En avril 2003, l'ancien chef du Commandement central américain, le général Tommy Franks, décide de suspendre la peine de mort en Irak.

Le , la résolution 1483 voté par le conseil de sécurité des Nations-Unis demande aux puissances occupantes de travailler à la formation d'une administration provisoire « jusqu'à ce qu'un gouvernement internationalement reconnu et représentatif puisse être établi par le peuple irakien ». Le , l'administrateur américain en Irak, Paul Bremer, a annoncé la dissolution de l'armée irakienne et d'autres organismes de sécurité de Saddam Hussein, ce qui sera considéré par la suite comme l'une des plus graves erreurs de celui-ci. Le 31 mai 2003, les États-Unis annoncent qu'ils occuperaient militairement l'Irak plus longtemps que ce qui avait été annoncé auparavant.

Au cours du mois de juin 2003, l'armée américaine, qui subit de nombreuses attaques de la part de la rébellion civile irakienne et de groupes terroristes, lance une opération nommée « Scorpion du désert », essayant de prendre le contrôle du pays. Les États-Unis demandent à la population civile de leur livrer quelque 5 millions d'armes qui leur auraient été confiées par le régime de Saddam Hussein et les menacent d'emprisonnement dans le cas d'un refus. Seules quelques milliers d'armes leur sont livrées. Le 17 juin 2003, un groupe jusqu'alors inconnu, les Brigades de résistance irakiennes, revendique les attaques contre l'armée d'occupation américaine. Ce groupe se déclare indépendant de l'ancien président Saddam Hussein, non islamiste, et affirme être un « groupe de jeunes Irakiens et d'Arabes qui croient en l'unité, en la liberté et en l'arabité de l'Irak ». Par la suite, de nombreux groupes de rébellion apparaissent. On pense qu'ils recrutent de nombreux partisans chez les membres des anciennes forces militaires et paramilitaires du régime baassiste, les États-Unis ayant été longs à envisager de les recruter afin de maintenir l'ordre.

Localisation du triangle sunnite : cette expression fut médiatisée, comme celle de la zone verte dans le centre de Bagdad, après la fin des « opérations de combat majeures », lorsque la phase de l'occupation de l'Irak s'avéra plus difficile que prévue.

Courant juillet 2003, les États-Unis demandent à plusieurs pays et à l'ONU de les aider dans le contrôle du pays par l'envoi de troupes armées, mais ces derniers refusent, ne voulant pas cautionner l'invasion jugée illégale de l'Irak.

Le 23 juillet 2003, cent jours après la fin déclarée par l'occupant, de la guerre, Amnesty International publie un article, exposant que les droits de l'homme ne sont toujours pas respectés par l'armée américaine en Irak (tortures, assassinats, détentions dans de mauvaises conditions de prisonniers, même innocentés)[93].

Le 25 juillet 2003, Moqtada al-Sadr, dignitaire chiite considéré comme influent, demande à Najaf, « le retrait des forces d'occupation » américaines, devant une foule de cent mille fidèles.

Le 19 août 2003, un attentat au camion piégé détruit le siège des Nations unies à Bagdad faisant 22 morts dont le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Irak, le Brésilien Sérgio Vieira de Mello. Attribué à Ansar el-Islam (en) et Al-Qaida en Irak, cette attaque marque le début d'un cycle de violences continue dans le pays.

Le , Saddam Hussein, est arrêté par l'armée américaine. On le voit fatigué, avec une longue barbe. Il est transféré dans un endroit tenu secret pour des interrogatoires. Mais son arrestation, bien qu'étant un succès pour les forces des États-Unis, ne décourage pas la rébellion armée.

Fin janvier 2004 en Irak, des attentats quasi quotidiens frappent toujours les forces militaires d'occupation et les civils travaillant pour eux.

Courant janvier et février 2004, les attaques aux engins piégés des points de recrutement de la police et de l'armée irakienne se multiplient. Certains analystes pensent que des rebelles veulent ainsi empêcher toute aide aux forces d'occupation étrangère de la part de leurs concitoyens.

Le , un ensemble de pays voisins de l'Irak (Syrie, Iran, Koweït, Arabie saoudite, Jordanie, Égypte et Turquie), après une réunion à Koweït, demandent solennellement, le retrait de la coalition des forces d'occupation et l'aide de l'ONU, pour rendre le pays à ses habitants.

George W. Bush et Tony Blair se félicitant mutuellement lors du transfert de souveraineté de l'Irak lors du sommet de l'OTAN à Istanbul le

En mars 2004, première bataille de Falloujah, baptisée « Operation Vigilant Resolve (en)[94] » : 2 000 Marines et deux bataillons de la nouvelle armée irakienne conquièrent les deux tiers de la ville et tuent 184 insurgées et 616 civils (nombre de blessés inconnu), pour 27 morts du côté de l'armée américaine[94]. Selon des renseignements recueillis par l'Armée française, les deux bataillons irakiens qui participent à cette opération « s'évanouissent » au premier accrochage[95], et ne participent pas à l'opération. Après 3 semaines de combats, les États-Unis renoncent, officiellement devant les pertes civiles.

Le , après d'âpres discussions, une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU est adoptée sur les conditions du transfert de souveraineté à l'Irak, prévue le 30 juin. Le gouvernement intérimaire doit préparer des élections, prévues début 2005. La résolution stipule qu'il pourra demander le départ de la coalition, mais celle-ci peut toujours intervenir à chaque fois qu'elle l'estime nécessaire.

Le , Paul Bremer, administrateur d'occupation, transmet la souveraineté au gouvernement intérimaire irakien, deux jours avant la date prévue, afin d'éviter les attentats. Le gouvernement intérimaire obtient le contrôle économique du pétrole, mais pas celui des dix-huit milliards de dollars d'aide américaine.

Du 6 novembre au (officiellement), seconde bataille de Falloujah, baptisée « Operation Phantom Fury » (« Operation Al-Fajr » pour les irakiens)[96] : 10 à 15 000 hommes du IIIe corps américain répartis en six bataillons, et 2 000 hommes de la nouvelle armée irakienne, y participent. La bataille débute par des bombardements aériens et d’artillerie, avec l'usage de phosphore blanc (une arme chimique interdite) décrit par la journaliste Giuliana Sgrena[97],[98], après un bouclage de la ville par la coalition. Des caches d’armes, des bunkers et des réseaux de tunnels sont découverts. Cette fois, les unités irakiennes sont en deuxième échelon, elles aident à s'emparer de points critiques comme les mosquées et, surtout, à occuper les territoires conquis. Malgré ce retrait, le comportement des soldats irakiens ne se serait amélioré que très lentement, et les jugements portés par les Marines sur leurs alliés à Falloujah en novembre restent très sévères[95]. Au 15 novembre, il reste quelques centaines de d'insurgés bien équipés. L’essentiel des combats porte alors sur la réduction des poches de résistance. Au 15 décembre, l’armée américaine lutte toujours pour réduire les dernières poches de résistance, dont elle estime les effectifs à 200 hommes environ. Ceux-ci auraient encore eu 45 morts entre le 11 et le 14 décembre. Une grande partie des insurgés parvient finalement à s’échapper et se dispersent dans l’ouest irakien. D’autres seraient revenus quelques semaines après la fin de la bataille[99]. Les chiffres officiels font état de 470 morts et 1 200 blessés, parmi lesquels 243 femmes et 200 enfants, mais plus de 1 350 morts (sans distinction subtile entre « insurgés » et « civils »)[96] et/ou de 4 000 à 6 000 civils tués selon d'autres sources[100] (nombre de blessés inconnu), et 106 morts du côté de la coalition, au [96].

Explosion, provoquée par la coalition, d'une voiture piégée découverte sur les lieux d'un premier attentat en 2005.

Le , George W. Bush et Tony Blair reconnaissent leurs erreurs en Irak. Le président américain a notamment déclaré que ses propos avaient « envoyé de mauvais signaux », que « les choses ne se sont pas déroulées comme nous l'avions espéré » et que « la plus grosse erreur, du moins en ce qui concerne l'implication de notre pays, c'est Abou Ghraïb »[101].

Abdul Sattar Buzaigh al-Rishawi, ex-dirigeant du Conseil du salut d'Anbar, alliance tribale sunnite s'étant allié au gouvernement d'al-Maliki et aux Américains contre Al Qaida en Mésopotamie. Assassiné en septembre 2007, il a été remplacé par son frère Ahmed Abou-Risha élu par le conseil tribal.

Dans la province d'Al-Anbar, à l'ouest du pays, une partie de l'insurrection tribale sunnite forme en septembre 2006 le Conseil du salut d'Anbar, dirigé par Abdul Sattar Abou Richa, qui meurt un an après et est remplacé par son frère aîné Ahmed Abou-Risha. Aussi désigné sous le nom de Mouvement du réveil (en), ces sunnites s'allient au gouvernement d'al-Maliki (majoritairement chiite à la suite de l'abstention massive des sunnites lors des élections de décembre 2005) et aux Américains contre Al Qaida en Mésopotamie. Ils parviennent à faire de la province d'Al-Anbar, l'un des foyers de l'insurrection islamiste, l'une des plus sûres du pays[102].

L'attaque terroriste la plus meurtrière depuis le début de la guerre survient le 14 août 2007 provoquant 572 morts et 1 562 blessés[103]. Peu de temps après, Bush reconnaît, le 15 septembre 2007, que l'engagement politique, économique et militaire des États-Unis en Irak devra se poursuivre après sa présidence[104].

Les renforts (surge) envoyés début 2007[105] et l'application d'un programme d'un contre-insurrection symbolisé par la nomination de David Petraeus au poste de commandant des opérations appuyé par l'armée irakienne et les milices (Réveil d'Anbar, Fils de l'Irak) contribue à faire baisser le niveau de la violence. Fin juillet 2008, le président Bush annonce le retrait des troupes américaines des agglomérations irakiennes pour la fin juin 2009 et la date du 31 décembre 2011 pour le retrait des unités combattantes américaines de ce pays[106].

En novembre 2008, les gouvernements irakien et américain ont signé un pacte bilatéral incluant le Status of Forces Agreement (SOFA) qui fixe à la fin 2011 le terme de la présence militaire des États-Unis. À partir de la mi-2009, les forces américaines ne patrouilleront plus dans les rues[107]. Ce texte, qui comprend trente articles, a été adopté jeudi 27 novembre 2008 au Parlement Irakien par 149 députés sur 198 présents, 35 ayant voté contre et 14 députés se sont abstenus[108].

Fin 2008, il reste 14 brigades américaines dans ce pays[109]

Les seules forces armées étrangères autorisées à rester en Irak après l'expiration du mandat de l'ONU le 31 décembre 2008 sont celles des États-Unis, du Royaume-Uni, de l'Australie, du Salvador, de l'Estonie et de la Roumanie[110]. Le gros des 4 000 militaires du contingent britannique a été rapatrié en juin 2009. Il reste, au 25 janvier 2010, une quarantaine d'instructeurs sous commandement OTAN pour la formation des officiers irakienne et un contingent d'une centaine d'hommes pour assurer la protection des sites pétroliers off shore et former la marine irakienne[111].

Le ministère de la santé irakien annonce que 134 irakiens ont été tués en mai 2009, soit le chiffre le plus bas jusqu'ici depuis l'invasion de 2003 et le porte-parole de l'armée américaine en Irak annonce que treize attaques importantes ont eu lieu[112].

Prises d'otages par des groupes armés (2004)[modifier | modifier le code]

Dès mai 2004, le monde entier apprend avec horreur la décapitation de Nick Berg, prenant conscience de la détermination des preneurs d'otages d'Irak à appliquer leurs menaces. Des experts de la CIA américaine affirmeront reconnaître la voix de Zarqaoui dans le bourreau, pourtant la qualité de la vidéo de l'exécution est mauvaise, et Zarqaoui est censé porter une jambe de bois à la suite d'un accident, selon ces mêmes experts, ce qui n'est pas le cas sur la vidéo. Celle-ci sera ensuite diffusée sur Internet.

Durant l’été 2004, les enlèvements se multiplient en Irak, créant un climat d’insécurité pour tous, ressortissants des pays membres de la coalition ou non. Les ravisseurs appartiennent à la guérilla (mouqawama, la « résistance » irakienne) menée par d’anciens baasistes des services de Saddam Hussein, des djihadistes étrangers, des islamistes et des salafistes.

Le , deux journalistes français, Christian Chesnot et Georges Malbrunot, sont enlevés au sud de Bagdad par un groupe alors inconnu, l'Armée islamique en Irak. Une campagne internationale réclame leur libération : les représentants des musulmans de France, le comité des oulémas musulmans (sunnites) et Yasser Arafat demandent la libération des deux journalistes français. Une manifestation de soutien a lieu le 30 août à Paris. Des dizaines de personnes manifestent le 15 septembre 2004 dans les rues de la capitale irakienne pour exiger la libération des deux otages français. Les ravisseurs réclament l’abrogation de la loi sur les signes religieux à l'école qualifiée d’« injustice et d'agression contre l'islam et la liberté personnelle dans le pays de la liberté présumée ». Le groupe revendique l'assassinat de plusieurs otages, notamment celui du journaliste italien Enzo Baldoni, et a même obtenu le retrait d'Irak des troupes philippines en échange de la libération d'un camionneur. L’organisation publie un communiqué sur Internet le 14 septembre 2004, qui reproche à la France d’être l’ennemie des musulmans, d’être intervenue en Algérie au moment des élections de 1992, d’opprimer les musulmans en Afrique, de soutenir Israël, de s'opposer au voile islamique, et enfin d’avoir affamé le peuple irakien avec l’embargo des années 1990.

Le 15 septembre 2004, l'armée américaine relâche 275 détenus de la prison d'Abou Ghraib.

Insurrection et contre-insurrection[modifier | modifier le code]

La guérilla ne désarmant pas, les troupes de la coalition entament des opérations dont l'envergure est de plus en plus grande. Au mois d'août 2004, la ville sainte de Najaf est l'enjeu d'un siège et de combats urbains, dont l'épicentre est le mausolée d'Ali, et les trésors (livres rares, bijoux, objets d'orfèvrerie, pierreries) qu'il renferme. Les clefs du trésor qui étaient en effet détenues par la famille Al-Rufaïe depuis plusieurs siècles auraient été subtilisées par Moqtada al-Sadr[réf. nécessaire], dont les milices luttèrent contre les forces de la coalition autour du mausolée.

Les succès de la guérilla sont visibles dans les quantités de pétrole exportées avec la baisse provisoire de la quantité de pétrole exporté, ceux-ci ayant retrouvé leur niveau d'avant 2003 en 2007. En janvier 2006 est créé le Conseil consultatif des Moudjahiddines en Irak réunissant plusieurs groupes à Al Qaeda.

En plus des opérations terrestres[113], l'aviation intervient ponctuellement, 285 bombes et missiles largués en 2004, 404 en 2005, 229 en 2006, 237 du 1er janvier au 15 mai 2007[114].

Al-Qaïda en Irak a subi de nombreux revers depuis 2007. Le réseau a été considérablement affaibli par la stratégie de contre-insurrection de l'armée américaine jouant sur la lassitude des sunnites face aux violences islamistes et leur ralliement à l'armée américaine, la montée en puissance des forces de sécurité irakiennes ainsi que de vastes opérations militaires inscrite dans la durée comme l'Opération Bashaer al-Kheir s'accompagnant d'opérations spéciales de ciblage des responsables insurgés et terroristes[115]. il s'agit aussi avec ses démonstrations de force pour le gouvernement central du premier ministre Nouri al-Maliki de s'imposer sur la scène politique face aux multiples partis et acteurs de la société de ce pays[116] dont les kurdes irakiens dont les peshmergas contrôlent militairement une partie de la région[117]. Les violences sont ainsi tombées en octobre 2008 à leur plus bas niveau depuis 2004[118].

Des experts militaires ont estimé en décembre 2007 que la situation militaire et sécuritaire est désormais maîtrisée depuis l'arrivée de renforts en cours d'année et la définition d'une nouvelle stratégie mais restent extrêmement circonspects sur l'évolution politique de l'Irak[119].

Aux opérations de recherches et destructions s'ajoutent celles voulant s'assurer le retour à la vie civile des insurgés comme l'Opération Restore Peace III.

Guerre civile ?[modifier | modifier le code]

T-72 de la nouvelle armée irakienne en 2006

Plusieurs représentants chiites et sunnites ont signé en octobre 2006 le Document de La Mecque sous l'égide de l'Organisation de la conférence islamique, qui exige le rétablissement de l'ordre et de la paix.

Selon un rapport publié le par l'Intelligence Community, on peut y lire : « La communauté du renseignement juge que le terme de « guerre civile » ne représente pas de manière adéquate la complexité du conflit en Irak. Cependant, le terme de « guerre civile » décrit de manière correcte des éléments-clés du conflit en Irak, qui incluent un durcissement identitaire dans chaque communauté, un changement dans le phénomène des violences, une mobilisation confessionnelle et des déplacements de population. »

Cependant, la majorité des médias occidentaux utilisent aujourd'hui l'expression « guerre civile » pour désigner le conflit irakien, notamment du fait de l'implication de milices confessionnelles disposant de représentants au parlement. Dans un film d'investigation réalisé à Bagdad en novembre 2006, le journaliste Paul Moreira enquête par exemple sur une prise d'otage géante de 150 personnes au ministère de l'éducation supérieure, ayant eu lieu le 14 novembre 2006[120]. La version officielle parle de miliciens « déguisés » en policiers. Le film montre qu'il s'agit plus probablement de vrais policiers infiltrés par une milice chiite. Un responsable des services secrets lui avoue qu'il s'agit d'un groupe armé qui a un « parti au parlement[121] ».

Interventions armées turque et iranienne[modifier | modifier le code]

L'armée turque en lutte contre le Parti des travailleurs du Kurdistan a déclenché plusieurs offensives contre ce mouvement à l'intérieur du kurdistan irakien depuis 1984[122] tandis que l'armée iranienne bombarde également des villages suspectés d'abriter des séparatistes du Parti pour une vie libre au Kurdistan[123].

Depuis fin 2006, les forces américaines et irakiennes ont capturé et tué plusieurs hauts officiers du corps Ramazon de la force Qods iranienne créée pour agir en Irak qui soutenaient certains groupes de la guérilla. Plusieurs ont été libérés en 2009[124].

Un drone iranien a été abattu le par un F-16 de l'USAF dans la province de Diyala[125].

Retrait des forces étrangères[modifier | modifier le code]

Cérémonie d'activation de la United States Forces – Iraq
Article détaillé : Opération New Dawn.

En mi-2006, 135 000 militaires américains, soit dix-sept brigades dont six de la garde nationale des États-Unis, sont déployés, seuls 50 000 sont réellement opérationnels dans l'ensemble de l'Irak, le reste s'occupant de la logistique. Ces effectifs sont en novembre 2008 de 150 000 militaires renforcés par 163 000 contractuels privés de 122 SMP dont 49 % des employés sont Irakiens, 34 % d'entre eux sont originaires de pays tiers et 17 % Américains[126] dont plus de 13 000 sont armés, pour lesquels aucun compte officiel des pertes n’est tenu.

140 000 militaires américains sont sur place en janvier 2009.

Au 1er janvier 2010, le commandement de la force multinationale est remplacé par la United States Forces – Iraq (en) (USF-I). En juillet 2010, les forces de combat américaines entament leur retrait. La dernière unité de combat présente en Irak, la 4e brigade de la 2e division d’infanterie, a quitté le pays la nuit du 18 au 19 août 2010 par la frontière koweïtienne.

Au 1er septembre 2010, il ne reste que 50 000 soldats placé sous le commandement du général Lloyd Austin. Ils ont un rôle d’assistance et de formation auprès des soldats et des policiers irakiens, mais ne seront pas directement impliqués dans les opérations de maintien de l’ordre. Le 15 décembre 2011, les Américains annoncent la fin de la guerre et les derniers soldats quittent le pays le 18 décembre[10], ne laissant que quelques soldats chargés d'entraîner les forces irakiennes et un contingent de Marines affecté à la protection de l'ambassade des États-Unis en Irak à Bagdad qui abrite plus de 5 500 américains et des milliers d'employés étrangers , marquant ainsi la fin de la guerre.

Bilans de la guerre[modifier | modifier le code]

Bilans humains[modifier | modifier le code]

Pertes annoncées de la Coalition[modifier | modifier le code]

Morts et blessés
Selon les sites Internet indépendants icasualties.org[127] et antiwar.com[128] le bilan de la guerre est, du au date officielle de retrait du dernier soldat américain :

  • de 4 806 morts dans la coalition incluant les décès au Koweït et dans le golfe Persique dont 4 489 soldats américains[129] (3 532 morts au combat), 179 soldats britanniques et 140 soldats d'autres pays alliés (805 par accidents ou maladies).
  • Plus de 36 000 blessés dans la coalition dont 32 239 américains[129] (33 184 selon antiwar.com).

À ces nombres, il faut compter les « mercenaires », les travailleurs, les diplomates et civils étrangers morts en Irak, le nombre des victimes dépassait les 10 000 morts et près de 130 000 blessés selon le NY Times mi-2007[130]. A la fin du conflit, les données disponibles révèlent la mort de 62 membres d’organisations humanitaires, 231 journalistes, 318 « alliés », 3 418 prestataires de service employés par le département d’État et d’autres agences gouvernementales et 10 819 membres des forces militaires et de police « alliées »[131].

Cela en fait la guerre la plus meurtrière pour les États-Unis depuis la guerre du Viêt Nam.

Le bilan annuel -officiel- pour la coalition se décompose ainsi :

  • en 2003 : 580 morts ;
  • en 2004 : 906 morts ;
  • en 2005 : 897 morts ;
  • en 2006 : 872 morts ;
  • en 2007 : 963 morts ;
  • en 2008 : 322 morts ;
  • en 2009 : 150 morts ;
  • en 2010 : 60 morts ;
  • en 2011 : 55 morts;
  • en 2012 : 1 mort.
  • La barre symbolique des 1000 GI's tués a été franchi le 08/09/04 ;
  • La barre symbolique des 2000 GI's tués a été franchi le 26/10/05 ;
  • La barre symbolique des 3000 GI's tués a été franchi le 08/01/07 ;
  • La barre symbolique des 4000 GI's tués a été franchi le 24/03/08 ;

Pertes matérielles
Selon le magazine Raids[132], en mai 2006, on dénombrait dans les forces armées des États-Unis :

  • 2 400 morts et 17 469 blessés, dont 8 137 assez ou sérieusement blessés étant affligés de handicaps permanents, soit un total d'environ 20 000 soldats mis hors de combat, environ 12 % des effectifs engagés ; — avec les rotations, au total, plus d'un demi million de militaires américains on fait un tour de service en Irak ;
  • 104 hélicoptères perdus, dont 14 CH-47 Chinook et 27 AH-64 Apache (plus de 15 millions de dollars l'unité), et 118 hélicoptères endommagés ;
  • sur 30 000 véhicules terrestres, près de 1 400 ont été détruits, dont 49 chars Abrams M-1 (142 endommagés) et 450 véhicules légers Hummer (430 endommagés).

Les pertes matérielles sont dues aux faits de guerre et accidents, mais aussi aux conditions d'utilisation (poussière, chaleur). On estime que la maintenance des hélicoptères a représenté, depuis le début des opérations d'Afghanistan en 2001, 20,6 milliards de dollars, et la maintenance globale pour 2006 est évaluée à 200 millions d'heures de travail.

Impacts psychologiques
Le même magazine raids, dans son numéro de janvier 2008, aborde la question des conséquences psychiques et psychologiques de ces engagements sur les soldats concernés et notamment les réservistes.

Il s'agit d'une étude relative aux soldats américains engagés dans le conflit irakien entre 2005 et 2006. Elle a été publiée par « The Journal of the American Medical Association » et porte sur 88 235 soldats dont la moitié de réservistes.

« Le but de cette étude était de comparer leur état mental avant leur départ, avec celui dont ils témoignent six mois après leur retour. Pour 20 % des professionnels et 42 % des réservistes un suivi psychologique s'impose. »

Selon l'étude d'une manière plus générale les réservistes sont deux fois plus nombreux à manifester des troubles de stress post-traumatique dans leur ménage ou leur activité professionnelles.

Les anciens combattants
Aux États-Unis, 25 % des sans abris sont d'anciens militaires[133].

L'étude souligne que beaucoup de vétérans sont laissés à eux-mêmes une fois rendus à la vie civile, il n'y a pas de véritable politique de suivi et d'assistance.

Bilan humain pour les Irakiens[modifier | modifier le code]

Morts et blessés
Il n'existe pas de décompte précis des morts civils et seules des estimations sont disponibles, établies selon différentes méthodes.

De mars 2003, date de l'invasion américaine en Irak au départ fin 2011 des derniers GI's, 162 000 personnes ont été tuées dans le pays selon un bilan établi par l'Iraq Body Count en croisant ses propres statistiques (consacrées aux civils) avec celles des autorités irakiennes, les pertes américaines ainsi que des données révélées par le site WikiLeaks (Iraq War Logs) [134].

En 2005, le président américain George W. Bush avait estimé le nombre de morts à 30 000[réf. nécessaire].

L'Iraq Family Health Survey Study Group, basée sur un échantillonnage plus important que l'Iraq Body Count Project, avait estimé le nombre de décès autour de 150 000 entre mars 2003 et juin 2006[135].

En octobre 2006, la revue médicale The Lancet estimait le nombre de décès irakiens imputables à la guerre à 655 000[136]. Comparant les taux de mortalité dans les foyers de 1982 individus en 2006 (certificats de décès à l'appui) à des chiffres officiels de 2003, l'étude montre que la mortalité aurait doublé pendant la guerre, passant de 5,5 à 13,3 pour mille ; cette étude est néanmoins fortement critiquée par de nombreuses associations et organisations internationales, y compris par l'Iraq Body Count[137]. L'une des critiques porte sur la sur-représentation des grands axes de circulation dans leur échantillonnage[138].

L'institut de sondage britannique Opinion research business avait estimé à plus de 1 000 000 le nombre de victimes irakiennes entre mars 2003 et août 2007[139].

L'Iraq Body Count Project ne compte que les morts civils répertoriés officiellement. En septembre 2008, il dénombre entre 87 665 et 95 687 décès[2].

Selon l'Iraq Body Count, le nombre de civils tués a beaucoup baissé en 2008 (76 morts par jour en 2006, 25 morts par jour en 2008)[140].

L'armée irakienne et les forces de l'ordre, en mars 2007, auraient 20 000 soldats et policiers tués [réf. nécessaire]. 2 065 policiers ont été tués en 2007 contre 928 en 2008[140]. 225 militaires en ont été tués en 2009 et 429 en 2010[141].

Concernant la période fin 2010-janvier 2011, les ministères irakiens font état de 120 civils tués en octobre 2010, 105 civils tués en novembre, 89 civils, 41 policiers et 21 militaires en décembre 2010, 159 civils, 55 policiers et 45 militaires tués en janvier 2011 selon les ministères de l'Intérieur et de la Défense[142].

Un rapport d'un centre de l'OTAN sur le terrorisme relève en 2011, selon les sources publiques, un total de 2 694 actes terroristes (1er rang mondial) faisant 3 065 tués (2e rang mondial), 8 246 blessés et 71 personnes enlevées[143].

Selon Iraq Body Count, 4 059 civils sont tués en Irak en 2011, et 4 471 sont tués en 2012[144].

Blessés
Début 2008, certains estiment le nombre de blessés parmi la population civile irakienne à au moins 250 000 blessés, principalement parmi la population sunnite, qui compte environ 5 millions de personnes [réf. nécessaire].

Réfugiés
Selon les estimations de l'ONU en avril 2006, presque 2,5 millions d'Irakiens (soit un irakien sur huit) ont fui leur pays en raison des violences. 1 million ont trouvé refuge en Syrie, 75 000 en Jordanie et 150 000 en Égypte et 500 aux États-Unis. De plus, selon le HCR, 1,8 million d'Irakiens ont été déplacés à l'intérieur du territoire. Près du quart des Irakiens ont donc été obligés d'abandonner leurs domiciles depuis le début de la guerre[145].. Depuis septembre 2007, on assiste à un retour de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés[146]

Conséquences pour l'Irak[modifier | modifier le code]

Conséquences pour l'armée irakienne[modifier | modifier le code]

  • Il y a eu une totale recréation de l'armée et des forces de sécurité (Nouvelle armée irakienne, Garde Nationale, police, milices d'autodéfense…) formées et reconstituées par l'armée américaine. Cette nouvelle armée a réengagé de nombreux soldats, jusqu'au grade d'officier subalterne, de l'ancienne armée irakienne.[réf. nécessaire]
  • Les soldats ont plus de liberté vis-à-vis de leurs officiers [réf. nécessaire] ; au début de la guerre, les soldats dépendaient entièrement de leurs officiers car ceux-ci avaient en leur possession les papiers d'identité de leurs soldats, ce qui les obligeait à se battre. En réalité, le comportement de l'Armée régulière irakienne, dont les officiers de carrière étaient en majorité des sunnites et dont les hommes du rang étaient en majorité des conscrits chiites, armée qui s'est battue avec courage et détermination à Umm Qasr, Bassorah et Nassiriya, face à un ennemi très supérieur en capacité, semble démentir complètement la dernière assertion ; ces soldats semblent s'être battus, non pour Saddam Hussein, mais pour la Patrie et pour leur Honneur[réf. nécessaire].

Conséquences sur la politique irakienne[modifier | modifier le code]

  • Fin de la politique menée par Saddam Hussein et sa famille.
  • Fin du parti Bâas.
  • Fermeture ou réduction des activités des ambassades irakiennes à travers le monde selon les ordres de Washington.
  • Installation d'un gouvernement provisoire irakien (sous la tutelle de Paul Bremer, proconsul américain, administrateur général et civil de l'Irak) choisi par la coalition qui a pour objectif de réorganiser la politique irakienne et d'introduire un gouvernement « démocratique » comprenant des membres des divers groupes ethniques en Irak (les chiites, sunnites et Kurdes).
  • Vote d'une constitution qui est acceptée à 75 % (principalement par les Kurdes et les chiites).
  • Premières « élections libres » depuis plus de 50 ans (bien que le caractère libre de ces élections soit sujet de polémiques à cause de la tutelle des États-Unis[réf. nécessaire]).
  • Formation de facto d'un État indépendant[réf. nécessaire] au Kurdistan car depuis, bien longtemps, les Kurdes d'Irak, tout comme ceux de Turquie, de Syrie et d'Iran, veulent créer un État Kurde unifié et indépendant, et ont engagé des luttes armées pour y parvenir, luttes qui ont été en particulier durement réprimées par la Turquie et par le régime de Saddam Hussein.

Conséquences sur l'économie irakienne[modifier | modifier le code]

  • Le nombre d'entreprises privées en Irak est passé de 8 000 en 2003 à 35 000 en 2006 à la suite de la libéralisation de l'économie.[réf. nécessaire]
  • Investissements dans le pétrole par des sociétés étrangères, ce qui empêche l'Irak de bénéficier pleinement de cette ressource, investissements que les irakiens ne peuvent refuser car les raffineries de pétroles sont sous le contrôle des forces spéciales et des armées américaines et britanniques.
  • Sabotages d'usines et de raffineries durant la guerre qui engendrent une baisse des exportations de pétrole à travers le monde et une pénurie d'essence, même dans les régions les plus pétrolifères de l'Irak.
  • Pénurie des productions et importations des produits de première nécessité, de la nourriture, médicaments, etc.
  • Pollution de l'eau par la mise à feu de plusieurs raffineries pétrolières et par les combats, ce qui empêche les agriculteurs de produire suffisamment.
  • Introduction d'une nouvelle monnaie irakienne remplaçant les anciens dinars irakiens à l'effigie de Saddam et le « dinar suisse » ayant court dans le Nord du pays.
  • Disparition du tourisme (déjà quasi-inexistant sous la dictature de Saddam Hussein) en raison de l'état de guerre et de l'insécurité permanente.[réf. nécessaire]

Conséquences sociales en Irak[modifier | modifier le code]

  • Cette guerre a fait des milliers de victimes du côté irakien et beaucoup de réfugiés ont tout perdu en fuyant leur pays vers la Syrie, la Turquie et l'Iran (environ 200 000 réfugiés irakiens).
  • Retour au pays de réfugiés politiques (opposés au pouvoir de Saddam Hussein), exilés dans les pays voisins ou ailleurs dans le monde, c'est le cas de Ahmed Chalabi qui était exilé en Amérique.
  • Il y a eu beaucoup de prises d'otages faites par des groupes radicaux islamiques, soit pour financer leurs opérations, déstabiliser les pays de la coalition ou encore pour faire libérer certain de leurs miliciens emprisonnés par la coalition.
  • Réorganisation des différents services publics et retour à l'école de la jeunesse irakienne malgré la destruction des infrastructures, l'insécurité qui règne dans le pays et la mort de nombreux professeurs et élèves avec, par exemple, un augmentation du taux de scolarisation à Bassorah des 7/13 ans passant de 80 % en 2003 à 89,8 %[147].
  • Pour la première fois des femmes ont accès à des postes dans le gouvernement, au même titre que les hommes, quoiqu'en nombre très inférieur ; c'est le cas de Narmine Othmane (ministre de l'environnement), Jouane Fouad Maasoum (ministre de la communication), Souheila Abed Jaafar (ministre des émigrés et des déplacés), un tiers des députés sont des femmes, un record dans la région.
  • Dommages aux infrastructures civiles : les services de santé ont été pillés de leurs lits, ambulances, équipements, installations électriques (etc.) par la population, les hôpitaux sont surchargés alors que les médecins manquent cruellement. Des routes, centrales électriques, et Des centres de communications sont détruits.
  • Augmentation de l'insécurité générale (pillages, incendies et prises d'otage), à la suite de la désorganisation totale (ou presque) des différents services publics tels que les forces de l'ordre, qui sont actuellement formées par des instructeurs de l'armée américaine.
  • Arrivée d'ONG telles que la Croix-Rouge, le Croissant-Rouge…
  • Libération de prisonniers détenus parfois depuis des dizaines d'années et n'ayant plus d'identité, dans le Quartier Général des Services de renseignements militaires irakiens.
  • Emprisonnement d'autres personnes sur simple dénonciation, vengeances personnelles, etc..
  • Accroissement spectaculaire du nombre de familles atteignant le seuil minimal de pauvreté, du fait du chômage, pillages, déplacements forcés.

Conséquences humanitaires[modifier | modifier le code]

  • Ouverture d'un centre humanitaire américain au Koweït.
  • Fin de l'embargo mis en place à la fin de la première guerre du Golfe (Koweït, 1991).
  • Risques importants de choléra et de maladies respiratoires dus au faible accès à l'eau potable et aux produits alimentaires.
  • Fermetures des frontières voisines (notamment celle de la Syrie) sauf pour laisser passer des convois humanitaires.
  • Système sanitaire inopérant.

Conséquences sur l'éducation supérieure[modifier | modifier le code]

Déjà sous le régime de Saddam Hussein l’éducation supérieure en Irak souffrait :

  • Le salaire d’un professeur était au maximum de 200 dollars US, beaucoup trop peu pour vivre.
  • De nombreux professeurs compétents ont été sortis des universités pour devenir fonctionnaire.

Aujourd’hui les salaires ont augmenté mais restent insuffisants. Les dépressions sont accentuées par le stress psychique causé par la peur de persécution. Souvent les professeurs en Irak n’osent pas dire publiquement leur opinion. Depuis la guerre en 2003, plus de 200 professeurs ont été tués, des bibliothèques ont été pillées, la bibliothèque de la faculté philosophique historique de l’Université de Bagdad par exemple a été entièrement brûlée. Selon l’UNESCO, 84 % des infrastructures des institutions d’éducation ont été endommagées par la guerre et le pillage, ceci avec 50 000 nouveaux étudiants, garçons et filles, intégrant les universités chaque année. L’admission des étudiants se fait sans considération de leur qualification, ce qui entraîne une surcharge des universités, notamment à Bagdad. Les 21 universités irakiennes comptent environ 250 000 étudiants. On estime qu'il manque 60 000 ordinateurs, 2 000 laboratoires scientifiques ainsi que de nombreux livres et du matériel scolaire. Depuis 1990, 40 % des professeurs parmi les mieux formés ont quitté leur pays et depuis vingt ans les universités et centres de recherche irakiens sont isolés de la communauté scientifique internationale. Seulement 7 % du corps enseignant sont des professeurs. Des professeurs sont obligés d’avoir une deuxième source de revenu. Leurs qualifications se limitent souvent à un niveau bacheliers, alors qu’un master ou mieux un doctorat serait la norme. La qualité manque également au niveau académique. Les travaux de diplômes en histoire par exemple se limitent souvent à un listage d’événements historiques. Aucune critique ou contribution n'apparait, faisant cruellement défaut aux programmes. Des congrès, conférences et forum sont presque inexistants, sans parler d'une « vie d’étudiant ». Il n’y a guère de contacts vers l’extérieur. Beaucoup de scientifiques et étudiants manquent de connaissances linguistiques pour un échange international. Officiellement il n’existe plus de restrictions concernant le programme scolaire, malgré un manque de planification stratégique[148].

Conséquences sur la culture irakienne[modifier | modifier le code]

  • De nombreux centres historiques ont été détruits par les bombardements américains, les combats et les pillages.
  • Le Musée national d'Irak a été pillé au moment de l'entrée des troupes américaines dans Bagdad.
  • Tout ce qui représente Saddam ou son régime a été saccagé par les populations chiites et kurdes.

Conséquences religieuses en Irak[modifier | modifier le code]

  • Fin de la paix religieuse permise par le régime laïc du parti baas de Saddam Hussein.
  • Résurgence des anciens conflits religieux entre chiites et sunnites pour la prise du pouvoir et l'installation d'un régime religieux, après la chute de Saddam.
  • Assassinats de nombreux chefs religieux chiites tel que l'Ayatollah Mouhammad Baqir Al-Hakim et Abdoul Majid al Khoï (chef chiite irakien modéré et pro-occidental, revenu d'exil après 12 ans).
  • Assassinats de Chrétiens autrefois protégés par le régime laïc de Saddam Hussein.
  • Exode vers l'étranger de centaines de milliers de chrétiens syro-chaldéens pour echapper à la mort.

Conséquences écologiques[modifier | modifier le code]

  • Détérioration des canalisations d'eau des principales villes irakiennes.
  • Pollution des terres agricoles et des nappes phréatiques par le sabotage des puits de pétrole et l'ouverture volontaire des oléoducs.

Conséquences pour les États-Unis[modifier | modifier le code]

Conséquences pour l'armée américaine[modifier | modifier le code]

  • Le manque de forces au sol pour une opération massive de longue haleine se fait ressentir par un emploi massif des réservistes et une augmentation de la durée des rotations.
  • Le budget accordé par le Sénat des États-Unis au Département de la défense a été largement augmenté, mais le financement des opérations en Irak en augmentation fait que des économies sont exigées dans d'autres programmes militaires tandis que l'usure du matériel est accélérée.
  • De nombreuses améliorations du matériel ont été réalisées : augmentation de la protection balistique pour le personnel militaire (protection pour les jambes, les bras, gilets-pare balles plus performant, casques, ...), augmentation du confort du soldat, adaptation au milieu (nouveaux camouflages, matériels adéquats pour tel type d'opération, etc), véhicules militaires évolués (protections supplémentaires, confort augmenté, techniques dernier-cri, etc.), ...

Conséquences sur la politique des États-Unis[modifier | modifier le code]

  • L'accusation de mensonge lancé contre l'administration Bush au sujet des justifications de l'intervention militaire a provoqué des troubles dans l'opinion publique américaine.
  • La politique américaine a été fortement critiquée dans le monde. La question des mensonges de l'administration Bush a créé un climat de défiance entre les opinions publiques, y compris au sein des pays alliés des États-Unis, et l'administration américaine. Cela s'est traduit par un grand nombre de manifestations anti-américaines et contre la guerre.
  • Plusieurs responsables ont quitté l'administration Bush (dont le secrétaire d'État Colin Powell) en raison du désaccord avec la ligne présidentielle.

Conséquences économiques pour les États-Unis[modifier | modifier le code]

  • Augmentation des dépenses militaires (armes, habillements, véhicules... ).
  • Beaucoup de sociétés américaines se sont enrichies grâce aux contrats engendrés par l'intervention militaire (telle que Halliburton), et envisagent de pouvoir se charger de la reconstruction du pays dévasté par la guerre et les attentats.
  • Selon le Prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz, « C'est la seule guerre connue financée par l'emprunt[152] ». L'administration Bush a, dans le même temps, procédé à deux baisses d'impôt successives, et a empruntée « plus de 800 milliards de dollars au reste du monde » (la dette publique des États-Unis est aujourd'hui, avec la crise des subprimes, à plus de 9 000 milliards de dollars). Selon J. Stiglitz,

    « Aujourd'hui [fin novembre 2008], après une enquête indépendante, j'évalue le coût global de la guerre en Irak à 3000 milliards de dollars. (…) Larry Kingsley, “chief economic adviser”, disait qu'elle coûterait 200 milliards de dollars : il a été renvoyé par Bush. L'administration prétendait que la guerre ne coûterait pas plus de 50 à 60 milliards de dollars, et qu'il n'y aurait pas plus de trois mois de combats sur le front. »[152]

Coût financier[modifier | modifier le code]

Le coût financier de la guerre d'Irak peut en partie être calculé à partir des mesures budgétaires votées par le Congrès des États-Unis en sus des budgets de fonctionnement. Le Département de la Défense est aussi autorisé à utiliser ce budget de fonctionnement pour financer la guerre.

De nombreuses associations américaines, pour la plupart hostiles à la guerre, suivent de près l'évolution des surcoûts liés à la guerre. Leurs estimations tournent autour de 500 milliards de dollars et intègrent aussi des frais indirects (pensions, indemnités...)[153]

Dans son discours du 28 octobre 2006 devant la Chambre des représentants des États-Unis, le sénateur honoraire du Massachusetts, James P. Mc Govern, estime le coût de la guerre à 246 millions de dollars par jour (soit 2 847 $ par seconde)[154]. Il rappelle que les dépenses directes (qui ne représentent pas l'ensemble des coûts) se sont montées à :

  • 2004 : 77,3 milliards de dollars
  • 2005 : 87,3 milliards de dollars
  • 2006 : 100,4 milliards de dollars

Il identifie deux scénarios pour l'avenir :

  • Une décision de retrait immédiate (d'Irak et d'Afghanistan) coûterait 371 milliards de dollars.
  • La prolongation de quatre ans des opérations entraînerait un coût de 1 000 milliards de dollars.

Linda Bilmes et Joseph Eugene Stiglitz (« Prix Nobel » d'économie en 2001), deux chercheurs de Harvard et Columbia, ont réactualisé une étude sur les coûts du conflit de 2 267 milliards de $

Les coûts budgétaires (en dollars) qu'ils identifient se décomposent ainsi :

  • 336 milliards déjà dépensés.
  • 389 milliards de frais de fonctionnement pour les opérations futures
  • 127 milliards pour les indemnités et pensions des anciens combattants
  • 160 milliards pour la démobilisation et le repositionnement de la défense

Les coûts économiques se décomposent selon les auteurs de la façon suivante :

  • 355 milliards de manque à gagner pour l'économie liés aux décès, invalidités, différentiels de coûts des achats liés à la guerre…
  • 300 milliards liés au prix du pétrole sous forme de transferts vers les pays producteurs.
  • 150 milliards liés à une moindre performance économique liée aux même prix élevés.
  • 450 milliards découlant de l'affectation des budgets à la guerre plutôt qu'à des dépenses productives ou à la réduction du déficit.

En début 2008, dans un livre intitulé The Three Trillion Dollar War: The True Cost of the Iraq Conflict. Ils identifient désormais un coût global de 3 000 milliards de dollars (article du figaro du 9 avril 2008) Le coût des opérations a déjà dépassé celui des douze ans de la guerre du Viêt Nam, et représente le double du coût de la guerre de Corée.

Dans son numéro du / le magazine Time estime à 502 milliards de dollars les dépenses des États-Unis dans la guerre contre le terrorisme.

Évolution de l'opinion américaine[modifier | modifier le code]

Protestation à Washington contre la guerre

En 2003, environ 150 000 personnes avaient manifesté contre la guerre d'Irak dans les rues de San Francisco[155].

En , l'opinion publique américaine semble être en désaccord avec la politique des États-Unis en Irak : d'après une enquête publiée le 27 juin 2005 par ABC/Washington Post, une majorité d'Américains désapprouvent la gestion de la situation en Irak. Plus d'un Américain sur deux pense que George W. Bush a « intentionnellement trompé » l'opinion américaine sur les raisons d'engager cette guerre.

  • 57 % d'entre eux estiment que l'administration Bush a exagéré la menace des armes de destruction massive.
  • En somme, 53 % des personnes interrogées jugent que le conflit n'en valait pas la peine.
  • Cependant, toujours selon le même sondage, 58 % estiment que les soldats américains doivent demeurer en Irak pour rétablir l'ordre.
  • Seuls 41 % exige le retrait de ces troupes (source : Le Monde et AFP, 28 juin 2005).

Le , 100 à 300 000 manifestants[156] s'étaient rassemblés à Washington D.C. pour protester contre l'engagement américain en Irak. Dans ce contexte difficile (ouragan Katrina) pour George W. Bush, un sondage Gallup montrait que 63 % des Américains voulaient le retour des soldats dans leur pays.

Un mois plus tard, le Wall Street Journal révèle les résultats d'un sondage encore plus défavorable à l'intervention américaine : 53 % des Américains pensent que le conflit en Irak était « une erreur », contre seulement 34 % qui estiment qu'elle était justifiée.

Un nouveau sondage commandé par CNN au début du mois d'août 2006 montre que les partisans de la guerre sont très minoritaires : 36 % approuvent encore le conflit en Irak alors que 60 % le rejettent[157].

Le , lors d'une allocution télévisée, le président annonce que 21 500 militaires supplémentaires seront envoyés en Irak pour permettre un retour à la paix plus rapide. Cette décision se heurte à un congrès et une opinion publique hostile et majoritairement sceptique à cette démarche[158]. Cela remettrait les effectifs américains au niveau de décembre 2005 au moment des élections législatives dans ce pays[159].

Le , une nouvelle manifestation est organisée par le collectif Unis pour la paix et la justice contre la guerre et l'envoi de renforts armés en Irak ; elle réunit plusieurs milliers d'Américains dans la capitale[156]. À l'occasion du quatrième anniversaire de la guerre d'Irak, plus de 50 000 personnes[160] ont manifesté le 17 mars 2007 à Washington DC contre le maintien des troupes américaines ; ils ont défilé à l'appel d'Answer (Act Now to Stop War and End Racism) de la Maison-Blanche au Pentagone.

Le , le Sénat des États-Unis vote le retrait des troupes américaines d'Irak d'ici le mois de mars 2008[161].

Le 26 avril, la loi est définitivement adoptée par le sénat américain pour un retrait des troupes à partir du mois d'octobre en contre partie d'une rallonge budgétaire de 124 milliards de dollars[162].

Le (soit 4 ans jour pour jour après la déclaration annonçant la fin des « principales opérations de combat »), le président George W. Bush annonce comme prévu dans une allocution télévisée qu'il met son veto à la loi votée par la majorité démocrate quelques jours auparavant estimant que « proposer un calendrier pour un retrait est proposer une date pour un échec et [que] cela serait irresponsable[163] ».

Le retrait des troupes d'Irak est alors soutenu par 56 % des Américains selon un sondage NBC/Wall Street Journal publié le (seuls 37 % soutiennent le président Bush sur ce point). Le sondage indique également que 55 % des Américains ne croient plus à la victoire en Irak (contre 36 % qui y croient et 9 % qui ne se prononcent pas). On pourra y lire encore que près de la moitié des sondés trouvent que la situation en Irak a empiré ces trois derniers mois (37 % estiment qu'elle est stable et 12 % pensent qu'elle s'améliore)[164].

Dans son éditorial du , le New York Times affirmait : « Il est temps pour les États-Unis de quitter l'Irak, sans plus de délai qu'il n'en faut au Pentagone pour organiser un retrait méthodique[165]. » Ainsi, l'un des journaux les plus influents du pays appelait au retrait des forces américaines d'Irak.

Le de nouvelles manifestations pacifistes sont organisées dans les principales villes américaines (New York, Los Angeles, Chicago, Philadelphie, San Francisco, Boston, Seattleetc.[166]). Entre 10 000 et 30 000 personnes se sont rassemblées rien qu'à San Francisco[166].

En mars 2008, un nouveau sondage montre une montée de l'opposition de l'opinion publique américaine : d'après un sondage effectué pour CBS, 64 % des sondés pensent que la guerre n'en valait pas la peine[167].

Conséquences au niveau mondial[modifier | modifier le code]

Conséquences sur le droit international public[modifier | modifier le code]

Conséquences sur l'économie mondiale[modifier | modifier le code]

Conséquences politiques en dehors de l'Irak[modifier | modifier le code]

  • Augmentation du nombre d'attaques terroristes, principalement dans le monde musulman et en Irak.
  • Discorde au sein de l'Union européenne en raison des tensions entre les pays qui se sont engagés en Irak (Royaume-Uni, Pologne, Espagne…) et ceux qui se sont opposés à l'intervention armée (Allemagne, Belgique, France…).
  • Lancement d'une véritable politique de dévalorisation de la France aux États Unis connue sous le nom de « French Bashing ». Elle se manifeste particulièrement dans certains restaurants où les frites, appelées usuellement « French Fries », sont renommées « Liberty Fries[168] ». Cette pratique n'est, avec l'évolution de l'opinion américaine sur le conflit, plus d'actualité.
  • Renforcement à l'Est et au Nord de la puissance politique de l'islam Chiite et donc de l'Iran, qui peut désormais soutenir pleinement son allié syrien.
  • Renforcement au Nord de la puissance politique de l'islam Sunnite et donc de l'Arabie saoudite grâce aux milices d'Al-Qaïda qui font de l'Irak une terre de Jihad.
  • Endettement massif des États-Unis à la suite des dépenses militaires et perte de leur statut de super puissance militaire et politique aux yeux de nombreuses nations en raison de leur échec à contrôler politiquement l'Irak.
  • Renforcement du sentiment anti-américain dans le monde, principalement dans les pays de culture musulmane.

Autres[modifier | modifier le code]

Pour l'IFRI, en septembre 2005, « la cause religieuse l'emporte sur la cause nationale[169]. »

L'arrestation de Saddam Hussein par l'armée des États-Unis, aurait cependant, pour certains observateurs sur place, permis à une plus large part de la population de ne pas avoir peur de représailles et de rentrer dans les rangs de la guérilla qui se disent persécutés [réf. nécessaire]. Sa « capture » et certaines photographies prises à cette occasion semblent avoir été extrêmement mal perçues par la majorité des Sunnites irakiens [réf. nécessaire].

D'après Robert Fisk[170], en octobre 2005, l'armée américaine avait complètement perdu le contrôle de la situation. Des « rebelles » en armes se promènent alors dans Bagdad au grand jour à 200 mètres de la zone verte.

En octobre 2006, l'Organisation de la conférence islamique (OCI) rédige le « document de La Mecque ». Signé par des dignitaires irakiens chiites et sunnites, le texte lance un appel à la fin des violences interconfessionnelles, à la libération de tous les otages et à la préservation de l'unité de l'Irak[171]. La situation s'améliore graduellement à partir de 2007 grâce à l'envoi de renforts supplémentaires ("surge") et d'autres facteurs[172],[173].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Plusieurs films américains ont pour sujet la guerre d'Irak :

  • Fahrenheit 911, un documentaire de Michael Moore sur les attentats du 11 septembre, les élections américaines de 2000 et la politique américaine pour le lancement de l'opération Iraqi Freedom en mars 2003 ;
  • Les soldats du désert Réalisé par Irwin Winkler avec Samuel L. Jackson, Jessica Biel, Brian Presley en 2007.
  • Generation Kill, série américaine de HBO (2008) créée par David Simon et Ed Burns, suit le 1er Bataillon de Reconnaissance des Marines lors de l'invasion de l'Irak.
  • Démineurs, sortie en 2009, sur le travail des équipes luttant contre les engins explosifs en Irak.
  • Green Zone réalisée par Paul Greengrass avec Matt Damon sorti en 2010, suit le parcours d'un soldat américain affecté à la recherche des armes de destruction massive Irakiennes et dénonce les motivations officieuses des États-Unis pour mener cette guerre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Point : Les 500 000 morts de la guerre en Irak
  2. a et b Iraq Body Count
  3. « U.S. Department of Labor — Office of Workers' Compensation Programs (OWCP) - Defense Base Act Case Summary by Nation », sur Dol.gov (consulté le 15 décembre 2011)
  4. T. Christian Miller, « U.S. Government Private Contract Worker Deaths and Injuries », sur Projects.propublica.org,‎ 23 septembre 2009 (consulté le 23 octobre 2010)
  5. 185 in Diyala from June 2007 to December 2007,[1] 4 in assassination of Abu Risha, 25 on 12 November 2007,[2] 528 in 2008,[3] 27 on 2 January 2009,[4] 53 From 6 to 12 April 2009,[5] 13 on 16 November 2009,« http://www.france24.com/en/node/4926131 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-01-08 15 in December 2009,[6] 100+ from April to June 2010,[7] [8] 52 on 18 July 2010 [9] [10], total of 1,002+ dead
  6. Solomon Moore et RICHARD A. OPPEL Jr, « Attacks Imperil U.S.-Backed Militias in Iraq », The New York Times,‎ 24 janvier 2008 (lire en ligne)
  7. Greg Bruno, « Finding a Place for the ‘Sons of Iraq’ - Council on Foreign Relations », sur Cfr.org (consulté le 26 décembre 2011)
  8. La troisième guerre du Golfe : Analyse politique, stratégique et économique , Réseau Multidisciplinaire d'Études Stratégiques, 2007, L'Harmattan, (ISBN 2296024742)
  9. Hors cadres de formation et troupes de protection de l'ambassade
  10. a et b http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/12/18/le-dernier-soldat-americain-a-quitte-l-irak_1620199_3218.html#ens_id=1291885&xtor=RSS-3208
  11. (en) Méthodologie de Iraq Body Count, consultée le 4 novembre 2009
  12. Nombre de personnes tuées, blessées ou enlevées à la suite des actes de terrorisme en Irak selon le centre national de contre-terrorisme du Département d'État : 20 685 en 2005, 38 813 en 2006. 22 citoyens privés américains tués en 2006, National Counterterrorism Center: Annex of Statistical Information
  13. Infographie : Pertes humaines pendant la guerre d'Irak par Alexandra Iaroch sur le site de l'agence russe d'information internationale RIA Novosti.
  14. http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130320.OBS2530/guerre-d-irak-10-ans-et-des-centaines-de-milliers-de-morts.html
  15. Globalsecurity
  16. 800 selon Emmanuel Razhavi, Éric de la Varenne, Stéphane Villemin. Arte reportage. Diffusion : 19 mai 2007.
  17. Modèle:PDFlink. By Gilbert Burnham, Riyadh Lafta, Shannon Doocy, and Les Roberts. The Lancet, October 11, 2006
  18. Modèle:PDFlink. By Gilbert Burnham, Shannon Doocy, Elizabeth Dzeng, Riyadh Lafta, and Les Roberts. A supplement to the October 2006 Lancet study. It is also found here: [11] [12]
  19. "Study Claims Iraq's 'Excess' Death Toll Has Reached 655,000". By David Brown. Washington Post. Oct. 11, 2006.
  20. http://www.zcommunications.org/more-than-1-000-000-iraqis-murdered-since-2003-invasion-by-orb
  21. InfoSud HumanRights Tribune, même chiffre pour l’ambassade de France au Danemark. Amnesty international donnait le chiffre d’1,8 million en novembre 2006
  22. Dépenses supplémentaires portées au budget national, comme primes de guerre, munitions, reconstruction, sans tenir compte des futures pensions d'invalidité des soldats blessés : Cost of War to the United States
  23. (en) Iraq: Ten Years After par Mark Thompson dans le Time Magazine du 18 mars 2013.
  24. http://www.monde-diplomatique.fr/2003/07/RAMONET/10193
  25. Les justifications de la guerre en Irak battues en brèche par le Sénat américain, Le Monde, 09-09-2006
  26. (en) Task force on terrorism & unconventional warfare, « THE IRAQI WMD CHALLENGE -- Myths and Reality », sur www.au.af.mil, Chambre des représentants des États-Unis,‎ 10 février 1998 (consulté le 31 mars 2010)
  27. (en) « New report offers no evidence that Iraq stockpiled WMD », Mercury News,‎ 2006-06-22 (lire en ligne)
  28. (en) « Sarin, Mustard Gas Discovered Separately in Iraq », Fox News,‎ 17-05-2004 (lire en ligne)
  29. (en) « Hundreds of chemical weapons found in Iraq », Breitbart,‎ 2006-06-22 (lire en ligne)
  30. (en) « Addendums to the Comprehensive Report », GlobalSecurity.Org,‎ mars 2005 (lire en ligne [PDF])
  31. (en) Iraq intelligence failure my biggest regret: Bush - ABC, 2 décembre 2008
  32. (fr) Bush : « Je n'étais pas préparé pour la guerre » - Le Figaro, 2 décembre 2008
  33. (en) « The 9/11 Commission Report » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-26 - États-Unis Government Printing Office, 2002, p. 334
  34. Idem, p. 351
  35. Ibidem, p. 61
  36. Ibid., p. 66
  37. Op.cit., p. 228
  38. Idem, p. 66
  39. Idem ; K. Katzman, « Iraq and Al-Qaeda : allies or not? », CRS Reports for Congress, p. 6
  40. « Pour des raisons bureaucratiques, nous nous sommes concentrés sur la raison principale, à savoir les Armes de Destruction Massive, parce que c'était celle que tout le monde acceptait mais... il y a toujours eu trois arguments principaux. Le premier est les ADM, le second, les liens avec le terrorisme, le troisième, le caractère criminel du régime. Vous pourriez dire aussi qu'il y en a un quatrième, une sorte de mélange entre les deux premiers... Le troisième argument en lui-même est une bonne raison d'aider les Irakiens, comme je l'ai souligné précédemment, mais ce n'est pas une bonne raison de risquer la vie de jeunes Américains. L'argument numéro deux, soit les liens entre le régime et le terrorisme, est le plus débattu au sein du gouvernement mais je crois que tout le monde se rejoint sur le fait que nous avons tué plus de cent membres d'un groupe d'Al-Quaeda en Irak et que nous avons arrêté un membre d'Al-Quaeda à Bagdad, lié à Al-Zarkawi. » — Déclaration de Wolfowitz au journaliste Sam Tanenhaus de Vanity Fair en juin 2003
  41. Michel Carlier, Irak. Le mensonge, 2008, p. 207.
  42. (fr) De "pétrole contre nourriture" à la résolution 1441, Ministère français des affaires étrangères
  43. Art. 8 de la Résolution 687 du Conseil de Sécurité, 3 avril 1991, www.un.org, 1991, p. 13.
  44. Résolution 1441 du Conseil de Sécurité, 8 novembre 2002, www.un.org, 2002, p. 5.
  45. B. Woodward, « Plan d’attaque », Folio documents, n° 25, 2004, p. 357.
  46. (en) Iraq’s Weapons of Mass Destruction Programs - Rapport de la CIA, octobre 2002, pp. 1-3 [PDF]
  47. J. Wilson, « What I didn’t find in Africa », 6 juillet 2003, New York Times, 2003, p. 9
  48. [PDF] Iraq’s Weapons of Mass Destruction the Assessment of the British Government sur www.fco.gov.uk
  49. J. Wilson, op. cit., p. 9.
  50. B. Woodward, o. c. (v. note 4), n° 25, 2004, p. 350
  51. Michel Carlier, Irak. Le mensonge, 2008, p. 27
  52. Michel Carlier, Irak. Le mensonge, 2008, p. 31.
  53. Claude Moniquet, Guerre secrète, Encre D'orient,‎ 2011, 288 p.
  54. « Invasion de l'Irak : un transfuge dit avoir "fabriqué" des informations », sur Lemonde.fr,‎ 16 février 2011
  55. M. Gozlan, « La véritable histoire de la guerre en Irak », 25 au 31 octobre 2008, Marianne, p. 71
  56. Connie Veillette, « CRS Report for Congress »,‎ 10 février 2005 (consulté le 17 août 2010)
  57. Irak: fin de la mission militaire australienne, 31 juillet 2009
  58. Non-US Forces in Iraq - novembre 2006
  59. Noam Chomsky, « Noam Chomsky on 1968 », New Statesman, 8 mai 2008. [lire en ligne]
  60. L'administration Bush et les détracteurs de la guerre en Irak, article du quotidien Le Monde, daté du 17 juin 2007.
  61. (en) Attacking the Cruise Missile Threat, 8 septembre 2003, Joint Forces Staff College (en) [PDF]
  62. (en) Palais présidentiel irakien, près de Babylone Aerial View of Saddam Hussein's Palace
  63. (en) OPERATION IRAQI FREEDOM Theater Air and Missile Defense, 32nd Army Air and Missile Defense Command, septembre 2003 [PDF]
  64. (en) I Marine Expeditionary Force I Marine Expeditionary Force
  65. a et b (en) 1re Division blindée britannique1st Armoured Division (United Kingdom)
  66. Une division blindée de l'armée régulière irakienne « type 2003 », équipée en moyenne d'environ 120 chars moyens T-54 totalement obsolètes (canon à âme rayée de 100 mm, ne tirant pas de pénétrateur à énergie cinétique, tirant des obus perforants (OP) et des High Explosive Anti-Tank ne perçant plus la plus grande partie des surfaces blindées des chars lourds de la Coalition, et dont un obus quelconque n'a de chance raisonnable d'atteindre une cible en mouvement lent qu'à moins de 1 000 mètres), d'environ 40 (VCI) BMP-1 (véhicules de combat d'infanterie obsolètes, pouvant néanmoins être considérés aujourd'hui comme des véhicules de transport de troupe bien armé, pouvant appuyer efficacement une infanterie débarquée, mais dont le canon « basse pression » de 73 mm, par manque de précision, n'est efficace sur un véhicule qu'à moins de 400 m, et dont les missiles antichar AT-3 Sagger ne percent plus la plus grande partie des surfaces blindées des chars lourds de la Coalition), disposant de l'équivalent d'une Compagnie d'éclairage équipé de BRDM, montée sur véhicules légers, d'une Batterie d'artillerie (canons tractés D-20 et D-30) et d'un petit nombre de véhicules de transport ne permettant pas, et de loin, de déplacer l'ensemble de la division en une seule fois, était équivalente à un Régiment renforcé de Cavalerie légère blindée équipé de Sagaie (tirant des munitions OFL de 90 mm, avec télémètre laser et calculateur de tir) et ce, uniquement en combat rapproché car, à moyenne distance (1 000-2 000 m), elle n'avait guère plus de valeur qu'un Groupement d'escadrons de Cavalerie légère blindée équipé d'AMX-10 RC (tirant des OFL de 105 mm sur objectif mobile) et, à grande distance (2 000-3 000 m), elle devait équivaloir à un Escadron de chars lourds de combat Leclerc (tirant en marche des OFL de 120 mm sur objectif mobile)... Une division blindée de l'armée régulière irakienne ne pouvait valablement se battre qu'en zones semi-urbaines
  67. Une division mécanisée de l'armée régulière irakienne « type 2003 », équipée en moyenne d'environ 40 chars moyens T-54 et d'environ 120 VTT MT-LB (véhicule de transport de troupes dont l’armement principal se limite à un fusil mitrailleur de 7,62 mm), disposant de l'équivalent d'une Compagnie d'éclairage montée sur véhicules légers, d'une Compagnie de missiles anti-char (équipée d'un petit nombre de missiles antichar AT-3 Sagger portatifs, demandant un très grand entraînement des servants pour avoir une probabilité raisonnable d'atteindre son but, et ne perçant plus la plus grande partie des surfaces blindées des chars lourds de la Coalition), de deux Batteries d'artillerie (canons tractés D-20 et D-30) et d'un petit nombre de véhicules de transport ne permettant pas, et de loin, de déplacer l'ensemble de la division en une seule fois, était équivalente à un Régiment d’infanterie mécanisée équipé d'AMX-30 B2 (tirant des munitions flèche OFL de 105 mm sur objectif mobile) et de véhicules de combat d'infanterie (VCI) AMX-10 P armés d'un canon de 20 mm efficace à 1 000 mètres, et ce, uniquement en combat rapproché car, à moyenne distance (1 000-2 000 m), elle n'avait guère plus de valeur qu'un Escadron d’AMX-30 B2 (tirant des munitions flèche OFL de 105 mm sur objectif mobile) et, à grande distance (2 000-3 000 m), elle devait équivaloir à un Peloton de chars lourds de combat Leclerc (tirant en marche des munitions OFL de 120 mm sur objectif mobile)... Une division mécanisée de l'armée régulière irakienne ne pouvait valablement se battre qu'en zones urbaines ou semi-urbaines
  68. Une division d'infanterie de l'armée régulière irakienne « type 2003 », composée de l'équivalent de trois Bataillons d'infanterie légère (disposant chacun de quelques moyens d'éclairage, de quelques canons sans recul antichar de 73 (SPG-9) mm (tirants des à projectiles à charge creuse (OCC), de quelques mortiers portés de 60 mm, mais ne disposant pas de moyens de transports organiques) équivalent chacun à un Bataillon d'infanterie de montagne, et de l'équivalent d'une Compagnie d'éclairage montée sur véhicules légers, d'une Compagnie de missiles anti-char (équipée d'un petit nombre de missiles antichar AT-3 Sagger portatifs, demandant un très grand entraînement des servants pour avoir une probabilité raisonnable d'atteindre son but, et ne perçant plus la plus grande partie des surfaces blindées des chars lourds de la Coalition), d'une Compagnie d'appui équipée d'un petit nombre de mortier de 120 mm, et d'un petit nombre de véhicules de transport ne permettant pas, et de loin, de déplacer l'ensemble de la division en une seule fois, était équivalente à un Régiment d'infanterie de montagne. Comme toute unité d'infanterie non mécanisée, et comme les irakiens l'avaient appris à leurs dépens lors du désastre militaire qu'ils avaient subi à l'occasion de la Guerre du Golfe de 1991, une division d'infanterie de l'armée régulière irakienne ne pouvait se battre qu'en terrain favorable, à savoir en zones urbaines, en zones montagneuses ou en zones couvertes
  69. les quatorze autres divisions se trouvant en dehors des zones de combat (trois à Amara
  70. a, b et c (en) Garde Républicaine irakienne Iraqi Republican Guard (
  71. Une division blindée de la Garde Républicaine « type 2003 », équipée en moyenne d'environ 120 chars moyens T-72 de fabrication irakienne (« Lion de Babylone », dont, en particulier, le blindage est de qualité nettement inférieure à celui des T-72 de fabrication soviétique, char équipé d'un canon à âme lisse de 125 mm, tirant des munition flèche (OFL), capables de percer une partie des surfaces blindées des chars lourds de la Coalition, très dangereux pour les véhicules ce combat d'infanterie (VCI) de type Bradley ou Warrior mais dont un obus quelconque n'a de chance raisonnable d'atteindre une cible en mouvement lent qu'à moins de 1 200 m), d'environ 40 (VCI) BMP-2 (véhicule de combat d'infanterie dont le canon de 30 mm est efficace à 1 500 m, susceptible de « neutraliser » certains des chars lourds de la Coalition en endommageant certains de leurs accessoires, mais dont les missiles antichar texte=AT-4 Spigot ne percent plus la plus grande partie des surfaces blindées des chars lourds de la Coalition), de l'équivalent d'un Bataillon d'éclairage équipé de BRDM, de l'équivalent d'un Bataillon d'artillerie (canons tractés D-20 (en) et/ou D-30 (en) et de quelques canons automoteurs 2S1 Gvozdika et/ou 2S3 Akatsiya (en) et/ou AuF1 GCT et/ou lance-roquettes multiples BM-21 Grad) et d'un certain nombre de véhicules de transport, était équivalente à une Brigade Blindée équipée de AMX-30 B2 (tirant des munitions flèche OFL de 105 mm sur objectif mobile) et de véhicules de combat d'infanterie (VCI) AMX-10 P armés d'un canon de 20 mm efficaces à 1 000 mètre, mais ce, uniquement en combat rapproché car, à moyenne distance (1 000-2 000 m), elle n'avait guère plus de valeur qu'un Régiment AMX-30 B2 et, à grande distance (2 000-3 000 m), elle devait équivaloir à un Groupement d'escadrons de chars lourds de combat Leclerc (tirant en marche des munitions OFL de 120 mm sur objectif mobile)... Une division blindée de la Garde Républicaine ne pouvait valablement se battre qu'en zones semi-urbaines
  72. Une division d'infanterie motorisée de la Garde Républicaine « type 2003 », composée de l'équivalent de trois Régiments d'infanterie équivalent chacun à un Régiment d'infanterie de montagne (disposant chacun de l'équivalent d'une Compagnie d'éclairage, d'une Compagnie antichar dotée de missiles antichar Milan de première génération mais capables de percer une partie des surfaces blindées des chars lourds de la Coalition), d'une Compagnie de commandos et une Compagnie d'appui équipée de mortiers portés de 81 mm, disposant de véhicules de transport de troupes (VTT) BTR à roues (équipés d'une mitrailleuse lourde de 14,5 mm et d'un fusil mitrailleur de 12,7 mm) organiques, et de l'équivalent d'un Bataillon d'éclairage équipé de BRDM, d'un Bataillon équipé de véhicules de combat à roues (VCR) armés de missiles antichar HOT de première génération mais capables de percer une partie des surfaces blindées des chars lourds de la Coalition), d'un Bataillon de commandos, d'un Bataillon d'appui équipé de mortiers de 120 mm, de l'équivalent d'un Escadron de chars moyens T-62 (ou T-72 Lion de Babylone de fabrication irakienne, dont, en particulier, le blindage est de qualité inférieure à celui des T-72 de fabrication soviétique, char équipé d'un canon à âme lisse de 125 mm, tirant des munition flèche (OFL), capables de percer une partie des surfaces blindées des chars lourds de la Coalition, très dangereux pour les véhicules ce combat d'infanterie de type M2/M3 Bradley ou Warrior mais dont un obus quelconque n'a de chance raisonnable d'atteindre une cible en mouvement lent qu'à moins de 1 200 m) et d'un certain nombre de véhicules de transport, correspondant à une Brigade d'infanterie motorisée de la Coalition. Comme toute unité d'infanterie non mécanisée, et comme les irakiens l'avaient appris à leurs dépens lors du désastre militaire qu'ils avaient subi à l'occasion de la Guerre du Golfe de 1991, une division d'infanterie motorisée de la Garde Républicaine ne pouvait se battre qu'en terrain favorable, à savoir en zones urbaines, en zones montagneuses ou en zones couvertes
  73. Les deux autres divisions de la Garde Républicaine, la division mécanisée, équivalente en combat rapproché à une Brigade mécanisée de la Coalition, et une seconde division d'infanterie motorisée, se trouvaient au Kurdistan[réf. nécessaire]
  74. en utilisant intelligemment le réseau très dense de canaux - utilisés comme fossés anti-chars - de cette agglomération, qui a la particularité d'être incontournable
  75. (en) POLO STEP : Plan d'invasion américain de l'Irak de 2002, déclassifié en 2005 [PDF]
  76. La Garde Républicaine n'a apparemment pas cherché à tirer profit du réseau dense des très larges canaux d'irrigation situés au Sud de Bagdad, comme l'avait fait l'Armée régulière irakienne à Bassorah, alors que les moyens de franchissement de ces canaux pas les chars de combat lourds Abrams constituaient l'un des points faibles de l'US Army, dans ce terrain très défavorable aux offensives des blindés. Évidemment, pour que cette manœuvre puisse être couronnée d'un certain succès, il aurait fallu qu'en plus, comme elle avait réussi à le faire à Bassorah avec la 1re division blindée britannique, l'armée irakienne parvienne à « fixer » quelque part, au moins pour quelque temps, la 1re Force expéditionnaire de Marines américaine (en) progressant sur Bagdad suivant l'axe secondaire est-ouest, ce qui supposait un plan stratégique cohérent de défense d'ensemble de l'Irak, plan qui n'existait probablement pas...
  77. Michel Carlier, Irak. Le mensonge, 2008, p. 83-85
  78. Michel Carlier, Irak. Le mensonge, 2008, p. 107
  79. (en) Al-Samud, Global Security
  80. (en) Ababil-100 / Al Fatah, Global Security
  81. Zucchino, David: Thunder Run: The Armored Strike to Capture Baghdad. Grove Press, 2004, page 162.
  82. Iraqi missile hits Army base, By Steven Lee Myers. The New York Times, 04/07/2003.
  83. www.globalsecurity.org
  84. (de) Reportage spécial sur la mort de deux journalistes)
  85. Article du Washington Times, 27 avril 2005
  86. (en) Comprehensive Revised Report with Addendums on Iraq's Weapons of Mass Destruction (Duelfer Report)
  87. (en) Mémorendun du Directeur national du Renseignement au Comité permanent du Renseignement de la Chambre des Représentants, 21 mai 2007 [PDF]
  88. George Sada, Saddam's secrets, Integrity Publishers, 2006
  89. (en) Entretien avec Ryan Mauro, analyste du renseignement, 2 mars 2006
  90. (en) Site de John Loftus
  91. (en) Iraq war source's name revealed , BBC, 2 novembre 2007
  92. (en) Martin Chulov, Helen Pidd, « Defector admits to WMD lies that triggered Iraq war », The Guardian,‎ 15 février 2011 (consulté le 15 février 2011)
  93. sur web.amnesty.org
  94. a et b Première bataille de Falloujah, Operation Vigilant Resolve First Battle of Fallujah (en)
  95. a et b (fr) Ministère de la Défense, Centre de Doctrine de l'Emploi des Forces : "Irak, L'adaptation au son du canon", p. 17 [PDF]
  96. a, b et c Seconde bataille de Falloujah « Phantom Fury » Operation Phantom Fury
  97. (en) US used white phosphorus in Iraq - BBC News, 16 novembre 2005
  98. (it) Article sur le site de la Reppublica
  99. Anne Nivat, Le Point, 6 octobre 2005
  100. (en) A name that lives in infamy - The Guardian, 10 novembre 2005
  101. Jean-Louis Turlin, « Bavures en Irak : le mea culpa de George Bush et de Tony Blair » dans Le Figaro du 27 mai 2006 [lire en ligne]
  102. Adrien Jaulmes, L'Irak prolonge son expérience démocratique, Le Figaro, 30 janvier 2009
  103. (en) Toll in Iraq Truck Bombings Is Raised to More Than 500 - Damien Cave et James Glanz, The New York Times, 21 août 2007
  104. (en) A Portrait of a Man Defined by His Wars - Bob Woodward, The Washington Post, 9 septembre 2008
  105. (en) President's Address to the Nation (discours du président à la nation) - Site de la Maison-Blanche, 10 janvier 2007
  106. (en) « Sources: US, Iraq take security pact to leaders » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-01-08 - AP, 15 octobre 2008
  107. (fr) Le gouvernement irakien approuve l'accord de sécurité avec les États-Unis - America.gov, 18 novembre 2008
  108. (en) Le Parlement adopte le projet de retrait américain - Le Nouvel Observateur, 27 décembre 2008
  109. (en) Combat Brigade Is Cut 6 Weeks Early in Iraq - The Washington Post, 6 novembre 2008
  110. (fr) Fin de la mission sud-coréenne en Irak - Le Nouvel Observateur, 1er décembre 2008
  111. (en) « Operations in Iraq: British Forces in Iraq » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Ministry of Defense, 25 janvier 2010, sur www.mod.uk. Consulté le 31 mars 2009
  112. (fr) Les pertes civiles en Irak au plus bas depuis l'invasion - L'Express, 1er juin 2009
  113. Une liste partielle est disponible à l'adresse Iraq Pacification Operations
  114. « Irak : des raids américains plus nombreux, Jean-Jacques Cecile, 21 juin 2007 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-26
  115. (en) Why Did Violence Plummet? It Wasn't Just the Surge., Bob Woodward, Washington Post, 8 septembre 2008
  116. (en) The Maliki Government Confronts Diyala, Institue for the study of war, 23 septembre 2008
  117. (en) « Iraqi forces take control of Diala’s disputed town-military, Iraq Updates, 28 août 2008 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-01-08
  118. (fr) L'armée américaine annonce la mort du numéro 2 d'Al-Qaïda en Irak, AFP, 15 octobre 2008
  119. (en) Mémorendum du 18 décembre 2007 du général Barry R McCaffrey - United States Military Academy [PDF]
  120. Iraqi report on hostage release now called false - Ministry was quoted as saying hostages released ; 117 die elsewhere in Iraq sur www.msnbc.msn.com
  121. « Irak: l'agonie d'une nation » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-26
  122. (fr) Kurdistan : l’armée turque dans l’impasse, TTU, 15 octobre 2008
  123. (fr) « Des hélicoptères iraniens bombardent le Kurdistan irakien », RTBF, 2 mai 2009.
  124. (en) Bill Roggio, « US released senior Iranian Qods Force commander », sur http://www.longwarjournal.org/, The Long War Journal,‎ 27 juillet 2009 (consulté le 28 juillet 2009)
  125. (en) « U.S. Says It Shot Down an Iranian Drone Over Iraq », New York Times, 17 mars 2009.
  126. (fr) Irak : Washington informe les sociétés de sécurité de la levée de leur immunité, 21 novembre, AFP
  127. Site icasualties.org
  128. Site antiwar.com
  129. a et b (en) Rapport du site du département de la défense US [PDF]
  130. American Contractors in Iraq Face Risks - New York Times
  131. Le sort des vétérans américains de la guerre d’Irak par Alexis Varende sur le site du webzine OrientXXI, décembre 2013.
  132. Jean-Dominique Merchet, « Le matériel américain paie le prix cher en Irak », Libération, 3 mai 2006
  133. http://journalmetro.com/opinions/le-monde-sous-la-loupe/259738/dure-dure-la-vie-de-veteran-americain/
  134. Irak : 162.000 morts depuis 2003 (ONG), Le Figaro.fr le 02/01/2012
  135. Iraq Family Health Survey Study Group, Violence-related mortality in Iraq from 2002 to 2006 , N Eng J Med, 2008;358:484-493
  136. (en) Study estimates 655,000 excess Iraqi deaths since start of war, The Lancet, 13 octobre 2006
  137. Iraq Body Count Press Release 14 (16 octobre 2006) :: Iraq Body Count
  138. Brownstein CA, Brownstein JS, Estimating excess mortality in post-invasion Iraq, N Eng J Med, 2008;358:445-447
  139. "By and large the results are in line with the ‘urban results’ and we now estimate that the death toll between March 2003 and August 2007 is likely to have been of the order of 1,033,000. If one takes into account the margin of error associated with survey data of this nature then the estimated range is between 946,000 and 1,120,000. "Welsh Small Business Economic Confidence Survey
  140. a et b "Irak : près de 100 000 civils ont été tués depuis le début de la guerre", dans Le Monde du 28-11-2008, [lire en ligne]
  141. L'armée irakienne, en pleine reconstruction, célèbre son 90ème anniversaire, AFP, 6 janvier 2010
  142. Irak: 159 civils et 55 policiers ont été tués en janvier, , 20 minutes
  143. (en)[PDF]« 2011 Annual Terrorism Report », sur Centre of Excellence Defense Against Terrorism,‎ mars 2012 (consulté le 22 mars 2012)
  144. Le Nouvel Observateur : Le nombre de civils tués en 2012 en Irak a augmenté
  145. La fuite vers Damas, Talia Bouchouareb, L'EXPRESS.fr du 18/04/2007
  146. (fr) 46.000 réfugiés irakiens ont pu regagner leur foyer fin 2007, 4 janvier 2008
  147. (en) « Operations in Iraq: Facts and Figures » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Ministère de la Défense du Royaume-Uni, sur http://www.mod.uk. Consulté le 31 mars 2010
  148. Réseau International de Solidarité avec les Chercheurs Irakiens pour la Paix et les Recherches Interdisciplinaires « www.gipri.ch » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-01-08
  149. « Irak: les marais de Mésopotamie presque à moitié restaurés », sur http://www.avmaroc.com/, AFP,‎ 7 décembre 2006 (consulté le 20 avril 2010)
  150. edition.cnn.com
  151. Claude Revel et Éric Denécé, L'autre guerre des États-Unis, les secrets d'une machine de conquête, Robert Laffont, 2005, (ISBN 2221103688).
  152. a et b Joseph Stiglitz, Joseph Stiglitz et cette finance qui nous pigeonne, entretien publié en anglais fin novembre 2008, et traduit en français sur Rue89, 25 mai 2009
  153. Home - National Priorities Project
  154. (en) Déclaration de James P. Mc Govern
  155. Jess McKinley, « On Invasion’s Anniversary, Protests and Pessimism », dans The New York Times du 20-03-2008, [lire en ligne]
  156. a et b « Manifestation massive des anti-guerre à Washington », dans Le Monde du 27/01/2007, [lire en ligne]
  157. « 60 % des Américains opposés à la guerre » dans Le Nouvel Obs du 09/08/2006, [lire en ligne]
  158. (fr) George Bush envoie en Irak 20 000 soldats en renfort
  159. US Forces Order of Battle
  160. D'après les journalistes, « Plus de 50 000 personnes défilent contre la guerre en Irak », dans Le Monde du 18/03/2007, [lire en ligne]
  161. « Le Sénat US vote le retrait des troupes » dans Le Nouvel Observateur du 28/03/2007, [lire en ligne]
  162. « Le Congrès demande à Bush un retrait d'Irak à partir du 1er octobre » (yahoo actualités avec l'AFP)
  163. dépêche AFP du 2 Mais 2007
  164. sondage de NBC News et du Wall Street Journal du 26 avril 2007.
  165. Cité dans Aline Leclerc, « Le "New York Times" appelle au retrait des troupes américaines en Irak », Le Monde du 09/07/2007, [lire en ligne]
  166. a et b États-Unis : Plusieurs manifestations contre la guerre d'Irak, dans Courrier international du 27-10-2007, [lire en ligne], consulté le 30-10-2007
  167. « Cinq ans après l'invasion de l'Irak : Bush ne regrette rien », dans Le Figaro du 19-03-2008, [lire en ligne]
  168. (en) Article de BBC news du 20 février 2003
  169. (fr) « la cause religieuse l'emporte sur la cause nationale. », Le Nouvel Observateur, 15 septembre 2005
  170. « En Irak, l'Amérique a déjà perdu la guerre » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-26
  171. « Chiites et sunnites unis contre les violences », dans Le Figaro du 21/10/2006, [lire en ligne]
  172. "The State of Iraq: An Update", Brookings Institution, 22 décembre 2007.
  173. "Vanishing Act", Council of Foreign Relations, 13 janvier 2008.
  174. a et b Vianney Aubert, « Portrait d'une Amérique meurtrie » dans Le Figaro du 05-11-2007, [lire en ligne]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Exemples de scènes de guerre (vidéos)[modifier | modifier le code]

Vidéo d'une scène nocturne d'échange d'armes entre combattants irakiens, vue par des soldats américains depuis un hélicoptère Apache, avec les commentaires et hésitations de ceux-ci sur la décision de tir puis l'exécution d'un homme blessé.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :