Guerre de Bosnie-Herzégovine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Guerre en Bosnie)
Aller à : navigation, rechercher
Guerre de Bosnie-Herzégovine
À gauche : le parlement de Sarajevo en flammes après avoir été touché par un tir d'artillerie ; en haut, à droite : Ratko Mladić avec des soldats serbes en Bosnie et en bas, à droite : un soldat norvégien de l'ONU à Sarajevo.
À gauche : le parlement de Sarajevo en flammes après avoir été touché par un tir d'artillerie ; en haut, à droite : Ratko Mladić avec des soldats serbes en Bosnie et en bas, à droite : un soldat norvégien de l'ONU à Sarajevo.
Informations générales
Date 5 avril 1992 - 21 décembre 1995
Lieu Bosnie-Herzégovine
Issue Accords de Dayton
Belligérants
1992 :
Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine
Flag of Jihad.svg Moudjahidines
1994 - 1995 :
Drapeau de la Croatie Croatie
Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine
1992 - 1994 :
Flag of the Croatian Republic of Herzeg-Bosnia.svg République d'Herceg-Bosna
1994 :
Drapeau de la Croatie Croatie
1992 - 1994 :
Drapeau de la République serbe de Bosnie République serbe de Bosnie
Drapeau : République fédérale de Yougoslavie République fédérale de Yougoslavie
1994 - 1995 :
Drapeau de la République serbe de Bosnie République serbe de Bosnie
Province autonome de Bosnie occidentale
Commandants
Alija Izetbegović
Sefer Halilović
Rasim Delić
Franjo Tuđman
Janko Bobetko
Mate Boban
Milivoj Petković
Dario Kordić
Slobodan Milošević
Radovan Karadžić
Ratko Mladić
Forces en présence
100 chars
200 000 soldats
300 chars
70 000 soldats
600-700 chars
120 000 soldats
Pertes
31 270 soldats tués
34 555 civils tués
5 439 soldats tués
1 899 civils tués
20 649 soldats tués
2 145 civils tués

La guerre de Bosnie-Herzégovine (appelée guerre de Bosnie par abus de langage) est une guerre entre les peuples Serbes, Croates et Bosniaques ayant eu lieu sur le territoire de la Bosnie-Herzégovine et ayant impliqué principalement la Yougoslavie (RFS Yougoslavie puis RF Yougoslavie), la Serbie, la Croatie et les différentes entités de l'actuelle Bosnie-Herzégovine.

Elle débuta le 6 avril 1992 lorsque l’armée populaire yougoslave attaqua la Bosnie-Herzégovine, qui venait de déclarer son indépendance le 1er mars. La guerre s'est achevée par les Accords de Dayton le 14 décembre 1995.

Préludes[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Yougoslavie et Guerre de Croatie.

La guerre en Bosnie est une conséquence de la dislocation de la Yougoslavie, elle-même liée à la chute des régimes communistes en Europe de l'Est en 1989. La renaissance des idées nationalistes en Yougoslavie a fragilisé le rôle central du Parti communiste. Les arrivées au pouvoir de Slobodan Milosevic en Serbie en 1987, et de Franjo Tudjman en Croatie en 1990, accentuent la crise. En juin 1991, la Slovénie déclare son indépendance, et la Croatie en fait de même. Après un rapide conflit en Slovénie, l'Armée populaire yougoslave (JNA) sous le commandement serbe, appuyée par les para-milices serbes, et les serbes de Krajina en Croatie, attaque la Croatie. Le symbole du début de cette guerre est certainement la bataille de Vukovar.

La Bosnie ne voulant pas participer à ce conflit contre la Croatie, décide de déclarer sa souveraineté en octobre 1991. Mais la commission Badinter précise alors qu'elle ne reconnaitrait l'indépendance de la Bosnie que si un référendum était organisé à cet effet en Bosnie.

Un référendum d'autodétermination est alors organisé le 29 février 1992. Il est boycotté par la plupart des Serbes, qui constituent 32 % de la population. Les Croates et les Musulmans votent, à savoir 68 % de la population. Le résultat du référendum est de 99 % des voix en faveur de la Bosnie indépendante. L'indépendance de la Bosnie est en conséquence proclamée par le parlement bosniaque le 5 avril 1992.

Comme il a été prévu par la commission Badinter, à la suite de ce référendum, la Communauté européenne reconnait la Bosnie en tant qu'État indépendant, le 6 avril 1992. Cette reconnaissance est suivie de celle des États-Unis. La Bosnie adhère ainsi le 22 mai 1992 à l'Organisation des Nations unies, avec la Croatie et la Slovénie.

La République serbe de Bosnie, l'entité des Serbes dirigée par Radovan Karadzic, déclare à son tour, mais sans aucune procédure constitutionnelle, son indépendance. Cette république ne sera jamais reconnue en tant que telle par la communauté internationale. Si, à la suite des accords de Dayton, il existe dans les faits une république serbe de Bosnie, aucune personnalité morale n'a été reconnue à cette dernière.

Tentatives de paix[modifier | modifier le code]

En septembre 1991, le diplomate portugais José Cutilheiro et le britannique Peter Carington proposent un projet de cantonalisation de la Bosnie-Herzégovine (sur le modèle suisse des cantons), où chaque canton se verrait attribuer une ethnicité croate, bosniaque ou serbe. Le 18 mars 1992, Alija Izetbegović pour les Bosniaques, Radovan Karadžić pour les Serbes et Mate Boban pour les Croates signent l’accord avant qu'Izetbegović ne retire sa signature le 28 mars 1992 en déclarant son opposition à toute partition ethnique de la Bosnie-et-Herzégovine.

Le 27 avril 1992, la Serbie et le Monténégro, c'est-à-dire les deux seules républiques non-sécessionistes, forment la République fédérale de Yougoslavie, mais celle-ci n'est pas reconnue comme successeur et noyau restant de l'ancienne Yougoslavie (comme ce fut le cas pour la Russie lors de l'implosion de l'URSS), en vertu des conclusions de la commission Badinter. L'ONU tente de pacifier en vain la situation en dépêchant des Casques bleus. La Bosnie-Herzégovine connaît trois ans et demi d'une terrible guerre d'agression et d'extermination des populations bosniaques, croates et serbes.

Le plan de David Owen et de Cyrus Vance connu sous le nom Plan de paix Vance-Owen propose en janvier 1993 une partition de la Bosnie-Herzégovine en 10 régions semi-autonomes. Le plan est approuvé par Radovan Karadžić avant d'être rejeté par l’assemblée des Serbes de Bosnie le 6 mai 1993, et marquera la désolidarisation de Slobodan Milošević vis-à-vis du nationalisme serbe en Bosnie-Herzégovine[réf. nécessaire].

Opérations militaires[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

L'ex-Yougoslavie, et surtout la Bosnie-Herzégovine, ont alors connu plusieurs années de guerre, marquées par des épisodes particulièrement violents : crimes de guerres, massacres, viols, création de camps de concentration, déplacements forcés de populations, des crimes commis par chaque partie. Ces crimes de guerre ont pris une tournure raciste, selon le principe de purification ethnique. Toutefois, les déplacements de populations ont souvent été davantage un enjeu stratégique. En effet, ils désorganisaient notamment le camp adverse en lui imposant de prendre en charge des populations civiles supplémentaires et instauraient un climat de terreur. Dans bien des cas, cela a été suffisant pour faire fuir les populations locales avant l'arrivée des troupes ennemies.

Les dirigeants ont aussi fait appel à des groupes paramilitaires et des groupes du crime organisé, comme les Tigres' du Serbe Arkan ou les Scorpions. De nombreux combattants étrangers ont aussi participé à cette guerre, notamment des russes, grecs et des Moudjahiddin venus surtout de pays islamiques[1]. Les actes de violences ne sont pas le seul fait des armées, mais souvent d'actes individuels puisque beaucoup de Yougoslaves possédaient une arme et un vieil uniforme chez eux. Beaucoup de paysans ont cherché à se protéger ou à se faire justice eux-mêmes.

Déroulement[modifier | modifier le code]

En 1992, les Serbes de Bosnie, qui ont pris pour capitale Pale, à proximité de Sarajevo, entreprennent donc un long et violent siège de la ville, le plus long que l'Europe moderne ait connu. Les premiers bombardements des forces serbes frappent la ville le 6 avril 1992, le lendemain de la déclaration d'indépendance. Sarajevo est soumise à un blocus complet. Les convois de nourriture et de médicaments sont bloqués sur les routes, l'eau et l'électricité sont coupés. Le siège de Sarajevo devient une guerre d'usure.

L'armée des Serbes de Bosnie est commandée par Ratko Mladić et principalement formée par les unités bosno-serbes de l'Armée fédérale yougoslave (JNA). Elle s'empare progressivement des principales villes (en dehors de Sarajevo) et des zones peuplées par des Serbes au début de la guerre et pratique une méthode dite d'épuration ethnique contre la population bosniaque.

Les efforts de la communauté internationale pour mettre fin au conflit et protéger les populations civiles sont sans résultats, malgré l'envoi de plus de 38 000 militaires aux couleurs de l'ONU. 167 hommes de la Forpronu sont tués et plus de 700 d'entre eux sont blessés, dont environ la moitié appartenant à l'armée française.

En mars 1994, un accord est signé entre les dirigeants croates et musulmans de Bosnie, sous la pression de la communauté internationale, surtout celle des États-Unis envers le président Croate Tudjman. Opposées depuis près d'un an, d'avril 1992 (notamment lors des combats durant lesquels fut détruit le pont ottoman du XVe siècle de Mostar) à mai 1993, les deux communautés forment dès lors un front commun contre les Serbes de Bosnie.

Les prises de position internationales[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Musulmans (nationalité), Bosniaque et Bosniens.

Les déclarations d'indépendance de la Slovénie et de la Croatie en juin 1991, pourtant annoncées six mois avant, prennent la diplomatie française au dépourvu. Cette dernière s'accroche au principe essentiel de la guerre froide : le statu quo, le refus de toute modification de frontières. L'attitude française envers la Bosnie-Herzégovine sera identique : le Quai d'Orsay parle toujours des « belligérants », montrant une volonté claire de les renvoyer dos à dos, de ne pas prendre parti. La France s'illustrera surtout par des discours humanitaires, par une volonté de protéger les populations en faisant abstraction de la guerre en cours. Cette position atteindra son paroxysme avec la visite du Président François Mitterrand aux casques bleus français à Sarajevo lors de laquelle il prononcera sa célèbre phrase : « Il faut laisser du temps au temps.»

La Bosnie-Herzégovine attire l'attention des pays occidentaux. Certains intellectuels (comme Bernard-Henri Lévy) et hommes politiques présentent la Bosnie-Hérzegovine comme un succès du multiculturalisme, et un exemple réussi d'intégration d'une population musulmane en Europe. À leurs yeux, soutenir la Bosnie-Herzégovine, c'est avant tout soutenir les Musulmans, non pas les « musulmans », fidèles de l'Islam, mais les « Musulmans » (ou Bosniaques), nationalité créée par Tito en 1971 pour équilibrer les populations en Bosnie-Herzégovine. Les Musulmans deviennent en ces temps de guerre une nationalité à protéger.

Il y a toutefois des nuances à apporter à cette description. La Bosnie-Herzégovine est partagée en communautés distinctes, malgré le nombre important de mariages mixtes (5,5 % de la population se déclarant « yougoslave » selon un recensement de 1991, le taux le plus élevé en Yougoslavie).

Bernard-Henri Lévy reçoit Alija Izetbegović à Paris en janvier 1993[2] et est nommé avec Bernard Kouchner docteur Honoris causa de l'université de Sarajevo.

Le dénouement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Massacre de Srebrenica.

Du 13 au 16 juillet 1995, l'armée des Serbes de Bosnie, commandée par Ratko Mladic, s'empare de Srebrenica, une enclave bosniaque encerclée depuis le début du conflit où se sont réfugiés des milliers de personnes. Jusqu'à cette offensive serbe, Srebrenica était sous la protection des Casques bleus. Les forces serbes commettent un massacre (8 000 disparus).

Devant l'inefficacité des Casques Bleus, les forces de l'Alliance Atlantique (OTAN) sont alors intervenues en 1995 directement contre les milices serbes de Bosnie. En août de cette même année, la Croatie reconquiert la Krajina lors d'une opération-éclair de 3 jours, l'opération Tempête, appuyée par des bombardements de l'OTAN. L'opération fait un millier de victimes et 200 000 réfugiés serbes sont alors déplacés. Dans le même temps, les forces bosniaques et croates acculent les Serbes à la défensive et reprennent le contrôle d'importants territoires. Les Accords de Dayton signés le 14 décembre 1995 par Izetbegovic (bosniaque), Tudjman (croate) et Milosevic (serbe), mettent fin au conflit. La Bosnie-Herzégovine devient une confédération de deux entités, la Fédération croato-bosniaque (51 % du territoire, 65 % de la population) et la République serbe de Bosnie (49 % du territoire, 35 % de la population).

Le TPIY créé durant la guerre a arrêté tous les dirigeants serbes incriminés (Ratko Mladic étant le dernier et a été arrêté le 26/05/2011), jugé et condamné des criminels de guerre.

Victimes et bilans[modifier | modifier le code]

À la fin de la guerre, la plupart des estimations quant au nombre de victimes oscillaient entre 200 000 et 260 000 morts. Ces chiffres ont depuis été revus à la baisse.

Selon le Centre de documentation et de recherche de Sarajevo, en mars 2006, le conflit en Bosnie-Herzégovine a coûté la vie à 96 175 [3] personnes (dont 38 645 civils), se répartissant ainsi :

  • Bosniaques : 63 994 (dont 34 555 civils)
  • Serbes de Bosnie : 32 723 (dont 2 145 civils)
  • Croates : 7 338 (dont 1 899 civils)

En janvier 2007, le Centre a revu ses chiffres légèrement à la hausse, et annonce le chiffre de 97 901 tués[4].

Dispositif des forces de paix après 1995[modifier | modifier le code]

  • Sous commandement de l'OTAN

IFOR : opération « Joint Endeavour » de décembre 1995 à décembre 1996 (60 000 hommes).

SFOR : opérations « Joint Guard » et « Joint Forge » jusqu'en décembre 2004 (de 32 000 à 7 000 hommes).

  • Sous commandement de l'Union européenne

EUFOR : opération « Althea » jusqu'en décembre 2005 (7 000 hommes).

33 nations participent à l'opération Althea, dont 11 nations hors Union européenne. La France est le 5e pays contributeur, avec 460 hommes[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]