Guerre de l'information

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La guerre de l’information, également dénommée infoguerre (en anglais : information warfare ou infowar), désigne l'ensemble des méthodes et actions visant à infliger un dommage à un adversaire ou à se garantir une supériorité. Cela concerne avant tout :

  • l’acquisition d’information (données ou connaissances) stratégique à propos dudit adversaire ;
  • la dégradation de ses systèmes d'acquisition d'information et de communication ;
  • la manipulation et l'influence (notamment la désinformation) de son opinion ;
  • plus généralement, la propagation soigneusement organisée et contrôlée, auprès de cet adversaire, de toute une diversité de messages au contenu destiné à servir la stratégie de son propre camp.

Vocabulaire pluridisciplinaire[modifier | modifier le code]

L'expression guerre de l'information provient du vocabulaire militaire (surtout anglo-saxon) et de l’intelligence économique ou des technologies de l’information et de la communication.

Suivant le contexte, il désigne aussi bien des actions d'influence sur l’opinion ou une forme quelconque de sabotage de l'image ou des institutions, au moyen de stratégies de communication, de recherche d'information légale ou illégale (espionnage industriel), et d'imposition de normes dans le domaine du traitement de l'information.

L’infoguerre se pratique sur un plateau de télévision, sur Internet, via des satellites, des logiciels. Elle n'est pas seulement menée par des pirates informatiques ou des « spins doctors » (manipulateurs de l’opinion). Des juristes, des militaires, des ingénieurs et chercheurs y prennent également part.

Domaines concernés[modifier | modifier le code]

La notion de guerre de l'information est valable à la fois en temps de guerre et en temps de paix.

En temps de guerre, la notion recouvre toutes les méthodes visant à surveiller, paralyser ou dissuader un adversaire (par exemple en détruisant ses systèmes de transmission ou en prenant le contrôle de ses réseaux informatiques).

En temps de paix, cette notion est plus générale :

  • L'utilisation du droit pour influencer l'économie internationale, en mettant en œuvre des règles sur les contrats internationaux, et en utilisant les failles juridiques de l'adversaire (voir chambre de commerce internationale) ;
  • L'utilisation de réseaux de surveillance des échanges d'information mondiaux (voir Echelon) ;
  • Les dérives de l’économie de marché : l'extension de la concurrence à des activités de déstabilisation, voire d’agression des concurrents, par exemple exploitant systématiquement les points faibles de l'adversaire, et détecter ses points forts (recherche d'information par des moyens légaux, ou à la limite de l'illégalité : espionnage), en créant une rumeur pouvant discréditer une entreprise ; l'évaluation des performances financières à travers les normes comptables orientées actionnaires ;

Dans tous les cas, il s'agit de diriger l’opinion à travers des actions de guerre psychologique, de guerre de l'image, de mise en scène et de désinformation, destinées notamment à faire adhérer l’opinion internationale à sa cause, à diaboliser l’adversaire ou à démoraliser le camp adverse. Ici, guerre de l'information est synonyme de propagande, manipulation ou, pour employer un euphémisme militaire, d'influence stratégique (on dit aussi : diplomatie publique, opérations psychologiques alias psyops, Opérations psychologiques etc.)

Formes de l’infoguerre[modifier | modifier le code]

Différentes formes selon la nature des informations[modifier | modifier le code]

Un conflit d'intérêts fait apparaître les informations comme :

  • désirables (des bases de données, des images satellites, des codes d’accès, bref des renseignements qu'il faut acquérir) ;
  • vulnérables (des logiciels, des mémoires, des sites, des réseaux, les informations ou vecteurs d’information qui peuvent être faussés) ;
  • et redoutables (des virus, des rumeurs, bref tout ce dont la propagation est favorable à un camp et nuisible à l’autre).

Dans ce contexte, on parle souvent de la guerre « par, pour et contre » l’information :, mais il existe encore une autre forme : la gestion de la perception.

Par l'information et la communication[modifier | modifier le code]

  • Par l'information et la communication : en produisant des messages efficaces — qu'il s’agisse d'influencer au niveau international, de transmettre des instructions ou de rallier des partisans — mais aussi en gérant au mieux un savoir supérieur à celui de l’adversaire (voir gestion des connaissances), ou plus trivialement en fabriquant des virus informatiques. Dans cette perspective, l’information se transforme en arme ou en facteur de supériorité ;

Pour l'information[modifier | modifier le code]

Il s’agit cette fois de l’acquérir, comme on s’empare d’une richesse. Il est évident qu'il y a avantage à percer les secrets de l’autre, à se procurer certains renseignements pertinents sur ses intentions, sur l’environnement, ou certains brevets ou techniques : peu importe alors que la lutte se déroule sur le champ de bataille ou qu’elle vise à gagner des marchés ; on utilise tous les moyens de recherche d'information, comme les moteurs de recherche ; on s'emploie à améliorer l'efficacité des recherches en indexant les moteurs avec des données adaptées (voir métadonnée) ;

Contre l'information[modifier | modifier le code]

Quant au « contre l’information », il est la conséquence des deux premiers. Il faut s’attendre fort logiquement à ce que l’adversaire lutte lui aussi « par l’information », il faut donc prévoir des boucliers pour se protéger aussi bien d'une cyberattaque, d'une rumeur propagée par la presse et d'un stratagème, tout en protégeant ses bases de données.

Gestion de la perception (perception management)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gestion de la perception.

Une nouvelle forme de guerre de l'information est apparue aux États-Unis après la fin de la guerre froide. En effet, certaines nations alliées sur le plan politique, avec lesquelles les États-Unis entretenaient de bonnes relations économiques, sont devenues des adversaires géoéconomiques. Il s'agissait donc de considérer ces nations à la fois comme des alliés géopolitiques, et comme des adversaires géoéconomiques. Dans ce contexte, le Département de la Défense américain (DoD) a imaginé le concept de perception management (en français : gestion de la perception) pour orienter les prises de décision des dirigeants des pays cibles en leur faveur. Ce concept se traduit en pratique par une manipulation de l'information[1].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) James Adams, The Next World War : Computers Are the Weapons and the Front Line Is Everywhere, Simon & Schuster,‎ 2001, 368 p. (ISBN 978-0743223805)
  • (en) John Arquilla et David Ronfeldt, Networks and Netwars : The Future of Terror, Crime, and Militancy, Rand Corporation,‎ 2001, 380 p. (ISBN 978-0833030306, [%5Bhttp://www.rand.org/pubs/monograph_reports/MR1382.html%5D lire en ligne])
  • Dario Azzellini et Boris Kanzleiter, Le business de la guerre, Gatuzain,‎ 2006, 264 p. (ISBN 978-2913842366)
  • Philippe Baumard et Jean-André Benvenuti, Compétitivité et système d’information, Dunod,‎ 1998, 249 p. (ISBN 978-2225832529)
  • Duncan Campbell et Héloïse Esquié, Surveillance électronique planétaire, Allia,‎ 2001, 169 p. (ISBN 978-2844850522)
  • Éric Denécé et Claude Revel, L'autre guerre des États-Unis, économie : les secrets d'une machine de conquête, Allia,‎ 2005, 169 p. (ISBN 978-2844850522)
  • Pierre Fayard, La maîtrise de l’interaction, Éditions 00H00,‎ 2000 (ISBN 978-2745403056)
  • Dominique Fonvielle, De la guerre... économique, P.U.F.,‎ 2002 (ISBN 978-2130500360)
  • Ludovic François (dir.), Business sous influence, Eyrolles,‎ 2004, 251 p. (ISBN 978-2130500360)
  • Philippe Guichardaz, Pascal Lointier et Philippe Rose, L’infoguerre : Stratégies de contre-intelligence économique pour les entreprises, Dunod,‎ 1999, 196 p. (ISBN 978-2100040650)
  • Jean Guisnel, Guerre dans le cyberspace : Services secrets et Internet, La Découverte,‎ 1995, 251 p. (ISBN 978-2707125026)
  • Christian Harbulot (dir.) et Didier Lucas (dir.), La guerre cognitive : L'arme de la connaissance, Lavauzelle,‎ 2002, 251 p. (ISBN 978-2707125026)
  • Christian Harbulot, La main invisible des puissances : Les Européens face à la guerre économique, Eyrolles,‎ 2007, 158 p. (ISBN 978-2729832650)
  • François-Bernard Huyghe, L’ennemi à l’ère numérique : Chaos, information, domination, P.U.F.,‎ 2001, 216 p. (ISBN 978-2729832650)
  • François-Bernard Huyghe, Maîtres du faire croire : De la propagande à l'influence, Vuibert,‎ 2008, 174 p. (ISBN 978-2711711949)
  • Rémi Kauffer, L’arme de la désinformation, Grasset,‎ 1999, 306 p. (ISBN 978-2246557012)
  • Daniel Martin et Frédéric-Paul Martin, Cybercrime : Menaces, vulnérabilités et ripostes, P.U.F.,‎ 2001, 304 p. (ISBN 978-2246557012)
  • Laurent Murawiec, La guerre au XXIe siècle, Odile Jacob,‎ 2000, 297 p. (ISBN 978-2738107558)
  • Alvin Toffler et Heidi Toffler, Guerre et contre-guerre, Fayard,‎ 2001, 430 p. (ISBN 978-2213591971)
  • Panoramiques (revue n°52), L’information, c’est la guerre, 2001
  • Paul Virilio, Stratégie de la déception, Galilée,‎ 1999, 87 p. (ISBN 978-2718605241)
  • Michel Wautelet, Les Cyberconflits : Internet, autoroutes de l'information et cyberespace : quelles menaces ?, Éditions Complexe,‎ 1998 (ISBN 978-2870277119)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]