Guerre de Shanghai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Shanghai (homonymie).
Guerre de Shanghai
Troupes chinoises de la 19ème armée de route dans les rues de Shanghai.
Troupes chinoises de la 19ème armée de route dans les rues de Shanghai.
Informations générales
Date 28 janvier - 3 mars 1932
Lieu Shanghai et environs, Chine
Issue Succès militaire japonais : cessez-le-feu, démilitarisation de Shanghai
Belligérants
Drapeau : Japon Empire du Japon Flag of the Republic of China.svg République de Chine
Commandants
Drapeau : JaponYoshinori Shirakawa
Drapeau : JaponKanichiro Tashiro
Flag of the Republic of China.svg Jiang Guangnai
Flag of the Republic of China.svg Zhang Zhizhong
Forces en présence
Entre 90 000 50 000 hommes
Pertes
5000 13 000 soldats tués
entre 10 000 et 20 000 morts civils
Batailles
Invasion japonaise de la Mandchourie

Mukden · Jiangqiao · Pont de la rivière Nen · Jinzhou · Harbin · Pacification du Mandchoukouo · Rehe · Grande Muraille · Mongolie-intérieure (Suiyuan)

Les noms de Guerre de Shanghai[1], Bataille de Shanghai, Incident du 28 janvier (一·二八事變; dans l'historiographique chinoise), ou Premier incident de Shanghai (dans l'historiographie japonaise, le Second incident de Shanghai étant la bataille de 1937) sont utilisés pour désigner un conflit armé ayant opposé l'Empire du Japon à la République de Chine peu après le début de l'invasion de la Mandchourie (1931). Ce fut l'un des préludes à la Seconde Guerre sino-japonaise (1937-1945).

Contexte[modifier | modifier le code]

À la fin 1931, l'Empire du Japon avait envahi la Mandchourie, annexant son territoire et se préparant à y établir le Mandchoukouo. Le Japon souhaitait cependant poursuivre sa politique expansionniste en Chine, tout particulièrement à Shanghai où il possédait, comme un certain nombre de puissances occidentales, des concessions territoriales. Afin de justifier l'expansion militaire du Japon, des incidents furent suscités ou exploités : le 18 janvier, cinq moines bouddhistes japonais furent passés à tabac près de la fabrique de Sanyou par des civils chinois. Des agents japonais mirent alors le feu à la fabrique, et tuèrent l'un des policiers envoyés par les autorités chinoises. Ces incidents provoquèrent à Shanghai une vague de ressentiment anti-japonais, des citoyens chinois manifestant contre leur présence et appelant au boycott des produits japonais. De leur côté, les Japonais profitèrent de la situation pour rassembler des troupes autour de Shanghai.

Bataille[modifier | modifier le code]

La police militaire de Shanghai participant aux combats de rue.

Les tensions allèrent en s'aggravant la semaine suivante. Le 27 janvier, les Japonais avaient réuni autour de la ville trente navires, quarante avions de guerre, et environ sept mille soldats afin de défendre leur concession. Le gouvernement japonais demanda également à la municipalité de Shanghai une condamnation officielle des violences anti-japonaises, ainsi que des compensations financières pour les biens détruits. Le 28 janvier, la municipalité accepta dans l'après-midi de satisfaire ces requêtes. Mais, dans la nuit, l'aviation japonaise commença à bombarder la ville, tandis que les troupes japonaises au sol s'attaquaient à différentes cibles, affrontant la 19ème armée de route de l'Armée nationale révolutionnaire.

Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, qui bénéficiaient tous de concessions à Shanghai, tentèrent vainement d'obtenir un cessez-le-feu de la part du Japon. Le 30 janvier, Tchang Kaï-chek, chef de l'armée, ordonna le transfert temporaire du siège du gouvernement vers Luoyang, Nankin, capitale de l'époque, étant jugé trop proche de Shanghai.

Le 12 février, les Japonais émirent un ultimatum, exigeant que les troupes chinoises reculent à vingt kilomètres des concessions : devant le refus chinois, les combats continuèrent et s'intensifièrent. N'étant toujours pas parvenus à contrôler la ville, les Japonais envoyèrent un nombre important de renforts, les effectifs de l'Armée impériale japonaise montant jusqu'à 80 000 hommes, soutenus par 80 navires de guerre et 300 avions. Tchang Kaï-chek, de son côté, envoya la 15ème armée chinoise, qui constituait les troupes d'élite de la République de Chine. Le 20 février, les Japonais accrurent leurs bombardements pour briser les lignes défensives chinoises. Le 3 mars, la 19ème armée de route et la 5ème armée chinoises, prises à revers, durent abandonner leurs positions.

Cessez-le-feu[modifier | modifier le code]

Le 4 mars, la Société des Nations émit une résolution demandant un cessez-le-feu. Le 14 mars, des délégués de la SDN arrivèrent à Shanghai pour amener les Japonais à négocier, tandis que les combats continuaient sporadiquement. Le 5 mai, la République de Chine et l'Empire du Japon signèrent l'accord de cessez-le-feu de Shanghai (chinois : 淞滬停戰協定; pinyin: sōnghùtíngzhànxiédìng), qui faisait de la ville une zone démilitarisée et interdisait aux Chinois de maintenir une force armée dans ses environs, en ne conservant qu'une force de police.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les puissances occidentales, désireuses de préserver leurs intérêts à Shanghai, avaient contribué à imposer un accord de cessez-le-feu désavantageux pour les Chinois. Le traité fut ressenti comme une humiliation en Chine, quelques mois après la défaite en Mandchourie. La situation bénéficia cependant à Tchang Kaï-chek : ce dernier, qui venait de démissionner de son poste de chef de l'État après l'invasion de la Mandchourie, put revenir sur le devant de la scène politique, la menace japonaise le faisant apparaître comme un recours militaire indispensable.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Donald Jordan, China's Trial by Fire: The Shanghai War of 1932, University of Michigan Press, 2001
  • Hsu Long-hsuen, Chang Ming-kai, History of The Sino-Japanese War (1937-1945), Chung Wu Publishing, 1971
  • Albert Londres, La Guerre à Shanghai : dernier reportage, Arléa, 2008 (réed)
  • Bruno Birolli, Ishiwara, l'homme qui déclencha la guerre, Arte éditions/Armand Colin, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. China's Trial by Fire: The Shanghai War of 1932, University of Michigan Press, 2001