Guerre de Saint-Sabas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La guerre de Saint-Sabas, opposant les Génois, soutenus par Philippe de Monfort, seigneur de Tyr, et l'ordre des hospitaliers, aux vénitiens, soutenus par le comte de Jaffa et l'ordre des Templiers, est l'un des épisodes des conflits entre les villes marchandes italiennes en méditerranée orientale.

Informations générales
Date 1256 - 1270
Lieu Terre sainte
Casus belli Expulsion des Vénitiens de Tyr par les Génois
Issue
Belligérants
Venise
Comté de Jaffa
Ordres des Templiers
Gênes
Tyr
Ordre des Hospitaliers
Empire de Nicée 1261-1270
Guerre de Saint-Sabas

Elle fait suite à l'expulsion des vénitiens de Tyr en 1256, qui précipite la guerre de Saint-Sabas. Philippe approvisionnait les génois d'Acre en nourriture, et soutint l'intervention armée de Gêne à Acre en 1258. Philippe se tenait à une lieue d'Acre, au lieu-dit « la Vignie Neuve » avec « lxxx. homes a chevau et .ccc. archers vilains de sa terre ». Sa présence n'empêcha pas les Génois d'être « desconfis ». Les rescapés regagnèrent Tyr.

La guerre continua. Les Génois se sont rapprochés de Michel Paléologue, empereur de Nicée (reste de l'empire byzantin). Financés par ce dernier, ils envoyèrent une flotte de 50 navires combattre les Vénitiens à la suite du traité de Nymphée, en 1261, contre une franchise douanière quasi-totale sur les terres de l'empire qu'ils parviendraient à reconquérir. Mais, les Vénitiens tentèrent encore d'assiéger Tyr en 1264, qu'ils abandonnèrent à l'arrivée des secours. Un accord définitif conclu en 1270 mit fin à la rivalité entre Vénitiens et Génois.

source[modifier | modifier le code]

  • [1] Pierre Racine, Les villes d'Italie, mi XII° siècle - mi XIV° siècle, Sedes, 2004