Guerre de Croatie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guerre de Croatie
Dans le sens des aiguilles d'une montre en partant du haut : la rue centrale de Dubrovnik, le Stradun lors du siège de la ville ; le château d'eau de Vukovar détruit arborant le drapeau croate ; soldats de l'armée croate se préparant à détruire un char serbe ; le cimetière de la ville de Vukovar ; char T-54 serbe détruit sur la route de Drniš.
Dans le sens des aiguilles d'une montre en partant du haut : la rue centrale de Dubrovnik, le Stradun lors du siège de la ville ; le château d'eau de Vukovar détruit arborant le drapeau croate ; soldats de l'armée croate se préparant à détruire un char serbe ; le cimetière de la ville de Vukovar ; char T-54 serbe détruit sur la route de Drniš.
Informations générales
Date 17 août 1990 - 12 novembre 1995[A 1]
Lieu Croatie[A 2]
Issue Victoire croate
Changements territoriaux Le gouvernement croate prend le contrôle de la majorité des territoires croates occupés par les rebelles serbes, le reste étant contrôlé par l'ATNUSO.[A 3]
Belligérants
Flag of Republika Srpska.svg République serbe de Krajina[A 4]

Yugoslav People's Army Armée populaire yougoslave (JNA)
(contrôlée par la Serbie)[A 5]
(1991-92) Flag of Republika Srpska.svg République serbe de Bosnie[A 6]
(1992-95)

Drapeau de la Croatie Croatie[A 7]

Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine[A 8]
(1995)

Commandants
Drapeau : SerbieFlag of Serbia and Montenegro.svg Slobodan Milošević
Flag of Serbian Krajina (1991).svg Milan Babić
Flag of Serbian Krajina (1991).svg Goran Hadžić
Flag of Serbian Krajina (1991).svg Milan Martić
Flag of Serbian Krajina (1991).svg Mile Mrkšić
Yugoslav People's Army Veljko Kadijević
Flag of Republika Srpska.svg Yugoslav People's Army Ratko Mladić
Flag of AP Western Bosnia (1993-1995).svg Fikret Abdić
Drapeau de la Croatie Franjo Tuđman
Drapeau de la Croatie Gojko Šušak
Drapeau de la Croatie Anton Tus
Drapeau de la Croatie Janko Bobetko
Drapeau de la Croatie Zvonimir Červenko
Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Atif Dudaković
Drapeau de la Croatie Zvonimir Skender
Pertes
Sources serbes :
  • 7 501[A 9]- 8 039 tués ou disparus[16],[17]
    • 5 603 combattants
      (SVK: 4 324
      JNA: 1 279)
    • 2 344 civils
  • 447 316 déplacés[18]Sources internationales :
  • 300 000 déplacés[19]
Sources croates :[20],[21]
  • 13 583 tués ou disparus (10 668 morts confirmées, 2 915 disparus)
  • 37 180 blessés ou
  • 12 000+ tués ou disparus[22] ou
  • 15 970 tués ou disparus[23],[15]
    • 8 147 soldats
    • 6 605 civils
    • 1 218 disparus

UNHCR:

  • 247 000 Croates et non-Serbes déplacés[24]
    en octobre 1993
Guerres de Yougoslavie

La guerre de Croatie, ou guerre d'indépendance croate, s'est déroulée entre le 17 août 1990 et le 12 novembre 1995, à l'issue de l'effondrement de la fédération yougoslave et a opposé la République de Croatie nouvellement indépendante à l'Armée populaire yougoslave (JNA) et à une partie des Serbes de Croatie. En Croatie, la guerre est désignée par les expressions « Guerre de la Patrie » (Domovinski rat) et l'« agression de la grande Serbie[25],[26]». Dans les sources serbes, on parle de Guerre en Croatie (Rat u Hrvatskoj)[27].

Initialement, la guerre oppose les forces de police croates et les Serbes vivant dans la république socialiste de Croatie. Comme la JNA passe de plus en plus sous l'influence serbe de Belgrade, de nombreuses unités assistent les Serbes combattant en Croatie[28]. Les Croates veulent établir un État souverain indépendant de la Yougoslavie et les Serbes, soutenus par la Serbie[29],[30] s'opposent à cette sécession et veulent conserver la Croatie au sein de la Yougoslavie. Les Serbes veulent annexer les territoires de Croatie avec une majorité ou une forte minorité serbe[31],[32] et tentèrent de conquérir le plus de territoires possibles[33],[34]. Le principal objectif étant de rester dans le même état que le reste de la nation serbe, cela fut interprété comme une volonté de créer une « Grande Serbie » par les Croates et les Bosniaques[35] En 2007, le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (ICTY) condamne Milan Martić, un des dirigeant serbes en Croatie, pour ses liens avec Slobodan Milošević en vue de créer un « État serbe unifié »[36]. En 2011, le TPIY indique que les généraux croates Ante Gotovina et Mladen Markač (en) avaient fait partie d'un groupe militaire et politique croate dont l'objectif était d'expulser les Serbes de Krajina hors de Croatie en août 1995 et de les remplacer par des réfugiés croates[37].

Au début de la guerre, la JNA tente de mettre fin à la sécession de la Croatie en envahissant le territoire[38],[39]. La sécession n'a pas été écrasée et les forces serbes établissent la république auto-proclamée de Krajina (RSK) au sein du territoire croate. À la fin de l'année 1991, la plupart de la Croatie est impactée par la guerre avec de nombreuses villes et villages lourdement endommagés par les combats et les opérations militaires[40] et le reste devait faire face à l'afflux de centaines de milliers de réfugiés[41]. Après le cessez-le-feu de janvier 1992 et la reconnaissance internationale de la Croatie[42],[43], les lignes de front se stabilisent, la Force de protection des Nations Unies (UNPROFOR) est déployée et les combats deviennent sporadiques dans les trois années suivantes. Durant cette période, la RSK contrôle 13 913 km2 soit un quart de la Croatie[44]. En 1995, la Croatie lance deux offensives majeures, les opérations Éclair et Tempête[3],[45] qui mettent fin à la guerre, en sa faveur. L'Administration Transitoire des Nations Unies pour la Slavonie orientale, la Baranja et le Srem Occidental (UNTAES) est pacifiquement réintégrée au sein de la Croatie en 1998[4],[5].

La guerre se termine avec une victoire décisive de la Croatie qui a rempli ses objectifs définis au début de la guerre : l'indépendance et la préservation de ses frontières[3],[4]. Cependant, la plus grande partie de la Croatie est dévastée avec un quart de son économie détruite tandis que l'ONU estime les dégâts à environ 37 milliards de dollars[46]. Le nombre de morts est estimé à 20 000 pour les deux camps[47] et il y a eu des réfugiés de chaque côté, les Croates principalement au début de la guerre et les Serbes vers la fin. La plupart des réfugiés reviennent dans leurs foyers, ainsi la Serbie et la Croatie se réconcilient en partie, mais les blessures de la guerre et les verdicts du tribunal pénal international continuent d'empoisonner leurs relations[48],[49].

Contexte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dislocation de la Yougoslavie.

Montée des nationalismes en Yougoslavie[modifier | modifier le code]

La guerre en Croatie est le résultat de la montée des nationalismes dans les années 1980 qui mènent à la dislocation de la République fédérative socialiste de Yougoslavie. La crise s'aggrave avec l'effondrement du Bloc de l'Est à la fin de la Guerre froide, symbolisé par la chute du mur de Berlin en 1989. En Yougoslavie, le parti communiste, officiellement appelé ligue des communistes de Yougoslavie perd sa base idéologique[50].

Dans les années 1980, les mouvements sécessionnistes albanais au Kosovo et en Serbie entraînent la répression de la majorité albanaise dans les provinces du sud de la Serbie[51]. Les républiques socialistes de Slovénie et de Croatie, plus prospères, aspirent à une plus large décentralisation et à la démocratisation[52]. La Serbie, dirigée par Slobodan Milošević, reste attachée à la centralisation et au pouvoir d'un parti unique, le parti communiste yougoslave. Milošević met d'ailleurs fin à l'autonomie du Kosovo et de la Voïvodine[51],[53],[54].

Comme la Slovénie et la Croatie tentent d'obtenir une plus large autonomie au sein de la fédération, sous la forme d'une confédération ou d'une indépendance complète, les idées nationalistes commencent à se développer au sein des cercles communistes dirigeants. L'accession au pouvoir de Milošević s'asseoit sur des discours en faveur d'une Yougoslavie unifiée où tous les pouvoirs seraient centralisés à Belgrade[55]. Lors de la commémoration du 600e anniversaire de la bataille de Kosovo Polje le 28 juin 1989, il avance que si les « batailles et les querelles » actuelles sont pacifiques, la possibilité qu'elles deviennent violentes n'est pas exclue[56]. La situation politique s'aggrave lorsque le futur président du parti radical serbe, Vojislav Šešelj visite les États-Unis en 1989 et reçoit le titre honorifique de voïvode (duc) des mains de Momčilo Đujić, un chef des Chetniks de la Seconde Guerre mondiale au cours d'une commémoration de la bataille de Kosovo Polje[57]. Des années plus tard, le chef des Serbes de Croatie, Milan Babić assure que Momčilo Đujić a financièrement soutenu les Serbes de Croatie dans les années 1990[58].

En mars 1989, la crise redouble d'intensité après l'adoption d'amendements à la constitution serbe, qui permettent au gouvernement serbe de reprendre le contrôle total des provinces autonomes du Kosovo et de Voïvodine. Jusqu'à présent, certaines décisions politiques sont prises au sein de ces provinces et elles disposent du droit de vote à l'élection du Président de la République fédérative socialiste de Yougoslavie (six voix pour les différentes républiques et deux pour les régions autonomes)[59]. La Serbie, gouvernée par Slobodan Milošević obtient trois des huit voix et la quatrième est celle du Monténégro dont le gouvernement a échappé à un coup d'État en octobre 1988[60] mais est tombé en janvier 1989[61]. Une fois acquis le contrôle par la Serbie de quatre des huit votes fédéraux, elle est en mesure de bloquer les décisions n'allant pas dans son sens et rend le système administratif inefficace. Cette situation énerve les autres républiques (Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine et Macédoine) qui appellent à une réforme de la fédération yougoslave[62].

Changements électoraux et constitutionnels[modifier | modifier le code]

L'affaiblissement du régime communiste permet aux divers nationalismes de renforcer leur influence politique y compris au sein de la ligue des communistes de Yougoslavie. En 1989, les partis politiques sont autorisés et beaucoup sont créés dont l'Union démocratique croate (croate : Hrvatska Demokratska Zajednica) (HDZ), menée par Franjo Tuđman, qui deviendra par la suite le premier président de la République de Croatie[63]. Tuđman réalise des visites à l'étranger à la fin des années 1980 pour gagner le soutien de la diaspora croate[64].

En janvier 1990, la ligue des communistes se divise sur la question des républiques autonomes. Au cours du 14e congrès extraordinaire de la ligue des communistes de Yougoslavie, le 20 janvier 1990, les différentes délégations ne peuvent s'accorder sur les principaux problèmes au sein de la fédération. Les délégations croates et slovènes demandent la mise en place d'une fédération plus souple mais cette idée est rejetée par la délégation serbe menée par Milošević. En conséquence, les délégués croates et slovènes quittent le congrès[65],[66].

Les présidents Franjo Tuđman et Milan Kučan instaurent une économie de marché et mettent en place des réformes politiques, en sortant la Croatie et la Slovénie de la Yougoslavie Les présidents Franjo Tuđman et Milan Kučan instaurent une économie de marché et mettent en place des réformes politiques, en sortant la Croatie et la Slovénie de la Yougoslavie
Les présidents Franjo Tuđman et Milan Kučan instaurent une économie de marché et mettent en place des réformes politiques, en sortant la Croatie et la Slovénie de la Yougoslavie


En février 1990, Jovan Rašković (en) fonde le Parti démocrate serbe (SDS) à Knin. Son programme avance que « la division régionale de la Croatie était obsolète » et qu'« elle ne correspondait pas aux intérêts du peuple serbe »[67]. Le parti souhaite un redécoupage des subdivisions pour correspondre à la composition ethnique des zones et revendique le droit des territoires possédant une « composition ethnique spéciale » à devenir autonomes. Ce programme fait écho à la position de Milošević qui veut redessiner les frontières intérieures de la Yougoslavie pour permettre à tous les Serbes de vivre au sein d'un même pays[32]. Les dirigeants les plus influents du SDS sont Milan Babić et Milan Martić qui deviennent des officiels de haut rang au sein de la République serbe de Krajina (RSK). Au cours de son procès, Babić avance qu'il a été la victime de la propagande de Belgrade visant à démontrer que les Serbes de Croatie sont menacés de génocide par la majorité croate[68]. Le 4 mars 1990, 50 000 Serbes se rassemblent à Petrova Gora pour soutenir Milošević et s'opposer à Tuđman et aux autres Croates[69],[70].

Les premières élections libres en Croatie et en Slovénie sont prévues quelques mois plus tard[71]. Le premier tour des élections en Croatie a lieu le 22 avril et le second le 6 mai[72]. Le HDZ base sa campagne sur la question d'une plus grande autonomie pour la Croatie en s'opposant à l'idéologie centraliste yougoslave, alimentant le sentiment au sein de la population croate que seul le « HDZ pouvait protéger la Croatie des aspirations de Slobodan Milošević en vue de créer une Grande Serbie ». Il remporte les élections (suivi par les communistes réformés du Parti social-démocrate de Croatie de Ivica Račan) et doit mettre en place un nouveau gouvernement croate[72].

L'atmosphère est électrique en 1990, particulièrement dans la période précédant les élections. Le 13 mai 1990, un match de football est organisé à Zagreb entre le Dinamo Zagreb et l'Étoile rouge de Belgrade. Le match dégénère en émeute entre les supporters et la police[73].

Le 30 mai 1990, le nouveau parlement croate tient sa première session. Le président Tuđman annonce la rédaction d'une nouvelle constitution (ratifiée à la fin de l'année) et des changements économiques, politiques et sociaux. La minorité serbe s'inquiète pour ses droits dans ce nouvel État à majorité croate[74]. En 1991, elle représente 12,2 % de la population mais est sur-représentée dans les postes administratifs dont la police : 17,7 % sont Serbes. Cette proportion encore plus importante lors des années précédentes a créé le sentiment que les Serbes sont les gardiens du régime communiste[75]. Après l'accession au pouvoir du HDZ, certains Serbes employés dans la police et l'administration sont remplacés par des Croates[76].

D'après le recensement de 1991 en Croatie, le pourcentage de personnes se déclarant serbes est de 12 % contre 78 % se déclarant croates[77]. Le 22 décembre 1990, le parlement de Croatie ratifie la nouvelle constitution qui fait évoluer le statut des Serbes de "composante de la nation" à "minorité nationale"[78]. Cette décision alimente l'extrémisme des Serbes de Croatie car elle semble renier les droits qui leur avaient été accordés par la précédente constitution socialiste[79]. Cependant la constitution définit la Croatie comme l'"État national des Croates et un État des membres d'autres nations et des minorités qui sont ses citoyens : Serbes […] à qui les mêmes droits sont accordés qu'aux citoyens Croates…"[74].

Soulèvement populaire et demande d'autonomie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Révolution des Rondins.
Carte des opérations planifiées par l'Armée populaire yougoslave (JNA) en 1991 telle qu'interprétée par la CIA

Les Serbes de Croatie ne cherchent pas particulièrement l'indépendance avant 1990. Le 25 juillet 1990, une assemblée serbe est établie à Srb (en), au nord de Knin pour représenter cette minorité. L'assemblée déclare la « souveraineté et l'autonomie du peuple serbe en Croatie[74] ». Le 21 décembre 1990, la SAO Krajina est proclamée par les municipalités des régions de Dalmatie du Nord et de Lika dans le Sud-Est de la Croatie. L'article 1 du statut de la SAO Krajina la définissant comme une « forme d'autonomie territoriale au sein de la république de Croatie » où la constitution croate, les lois étatiques et le statut de la SAO Krajina sont conjointement appliquées[74],[80].

À la suite de l'élection de Tuđman et la supposée menace de la nouvelle constitution[78], les nationalistes serbes de la région de Kninska Krajina commencent à mener des opérations militaires contre les représentants du gouvernement croate. Les municipalités serbes locales et le « Conseil national serbe » nouvellement établis contrôlent de plus en plus de territoires qui vont donner naissance au gouvernement de la République serbe de Krajina (RSK)[74].

En août 1990, un référendum, non reconnu, concernant la question de la « souveraineté et de l'autonomie » des Serbes en Croatie est soumis dans les régions à majorité serbe près de la frontière de la Bosnie-Herzégovine[81]. Son objectif est de valider l'opposition à des modifications constitutionnelles. Le gouvernement croate tente d'empêcher la tenue du référendum en envoyant la police dans les commissariats des régions serbes pour saisir les armes[Lesquelles ?]. Lors de la Révolution des Rondins, les Serbes des territoires du Sud de la Croatie près de Knin bloquent les routes vers les zones touristiques de Dalmatie[82],[83]. Par la suite, lors du procès de Milan Martić, Milan Babić avance qu'il a été trompé par Martić dans le déclenchement de la « Révolution » et que la totalité de la guerre en Croatie est de la responsabilité de Martić et a été orchestrée par Belgrade[84]. Cette affirmation est confirmée par une interview de Martić publiée en 1991[85]. Babić confirme qu'en juillet 1991, Milošević a pris le contrôle de l'armée populaire yougoslave (JNA)[86]. Le gouvernement croate répond au blocage des routes en envoyant des unités spéciales de police par hélicoptère sur la zone mais celles-ci sont interceptées par des avions de chasse de l'armée de l'air yougoslave et doivent repartir vers Zagreb. Les Serbes abattent des arbres et utilisent des bulldozers pour bloquer les routes et isoler des villes comme Knin ou Benkovac près de la côte Adriatique. Le 18 août 1990, le journal serbe Večernje novosti écrit que près de « deux millions de Serbes étaient prêts à se rendre en Croatie pour se battre[82] ».

Immédiatement après le référendum sur l'indépendance de la Slovénie et la proclamation de la nouvelle constitution croate, l'armée populaire yougoslave annonce qu'une nouvelle doctrine de défense serait appliquée à travers le territoire. L'ancienne doctrine en vigueur sous Tito qui prévoyait que chaque république maintiendrait une force de défense territoriale (croate : Teritorijalna obrana) (TO) était remplacée par un système de défense centralisé. Les républiques perdraient leur rôle dans les questions de maintien de l'ordre et leur TO seraient désarmées et placées sous le contrôle du quartier-général de la JNA à Belgrade[87]. Dans le cas de la TO croate, cela ne change pas grand-chose car la JNA a déjà confisqué les armes à la veille des élections parlementaires en mai 1990[88]. Un ultimatum est émis pour demander le désarmement et la dissolution de toutes les forces militaires jugées illégales par les autorités yougoslaves. Comme l'ultimatum initial ne précise pas quelles forces sont illégales, les autorités centrales yougoslaves précisent que la demande vise explicitement les forces armées officielles de Croatie[89],[90]. Les autorités croates refusent et l'armée yougoslave retire l'ultimatum six jours après son émission[91],[92].

Forces militaires[modifier | modifier le code]

Serbes[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armée populaire yougoslave.

La JNA trouve son origine dans les organisations de partisans opposés aux forces de l'Axe durant la Campagne de Yougoslavie de 1941 à 1945. Le succès des partisans mène la JNA à baser la plus grande partie de sa stratégie sur la guerre de guérilla vis-à-vis soit de l'OTAN ou du Pacte de Varsovie d'autant plus que le manque de matériel la placerait dans une position difficile dans le cas d'un autre type de guerre. Cette approche mène à la mise en place d'un système de défense territoriale[93].

Sur le papier, la JNA apparaît comme une force puissante avec 2 000 chars et 300 avions à réaction (tous produits localement ou en Union soviétique). Cependant, en 1991, la plupart de ces équipements ont plus de 30 ans et le matériel se compose principalement de chars T-54/55 et d'appareils de type MiG-21[94]. La JNA déploie également environ 300 chars M-84 (une version locale du T-72 soviétique) et un grand nombre d'avions d'attaque au sol tel que les Soko G-4 Super Galeb et les Soko J-22 Orao dont l'armement inclut des missiles guidés AGM-65 Maverick[95]. De même, des équipements rustiques comme les missiles anti-chars AT-5 (en) ou les missiles anti-aériens comme le SA-14 (en) sont disponibles en grand nombre et sont conçus pour détruire des armements bien plus perfectionnés. Avant la guerre, la JNA comptait 169 000 réguliers dont 70 000 officiers. Les combats en Slovénie débouchèrent sur un grand nombre de désertions et l'armée fit appel aux réserves serbes. Environ 100 000 d'entre eux évitent la conscription et les autres se révèlent peu efficaces. La JNA doit donc compter sur les forces paramilitaires[96]. Ces unités paramilitaires comme les Aigles blancs, la Garde serbe, la Dušan Silni et la Garde volontaire serbe qui se distinguent par leurs exactions et les massacres vis-à-vis des Croates et des civils non-Serbes sont de plus en plus utilisées par les forces yougoslaves et serbes[97],[98]. On peut également citer l'emploi de mercenaires, principalement russes par la RSK[99]. Avec le retrait des forces de la JNA en 1992, les unités sont réorganisées en tant qu'armée de Serbie Krajina mais celle-ci conserve l'organisation de la JNA[8],[100].

En 1991, le corps des officiers de la JNA est dominé par les Serbes et les Monténégrins. Ainsi, 60 % des officiers sont issus de ces deux nationalités même si elles ne représentent que 38 % de la population de la Yougoslavie[75]. En 1991, la JNA reçoit l'ordre de Slobodan Milošević et de Borisav Jović d'« éliminer complètement les Croates et les Slovènes de l'armée »[101].

Croates[modifier | modifier le code]

Lors de la bataille des casernes, les Croates s'emparèrent d'équipements militaire qui leur faisait cruellement défaut.

Les forces militaires croates sont dans un bien plus mauvais état que celles des Serbes. Dans les premiers mois de la guerre, le manque d'unités fait que c'est la police croate qui doit combattre. La garde nationale croate (croate : Zbor narodne garde), la nouvelle force croate est formée le 11 avril 1991 et se transforme progressivement en une armée croate (croate : Hrvatska vojska) à partir de mars/avril 1992[6]. L'armement manque cruellement et de nombreuses unités n'ont pas d'armes ou seulement des fusils de la Seconde Guerre mondiale. L'armée croate ne dispose que d'une poignée de chars dont des T-34 issus des surplus de l'après-guerre et ses forces aériennes sont dans un état encore plus dramatique car elles ne comptent que quelques biplans An-2 d'épandage agricole qui ontété convertis en bombardiers artisanaux[102]. Cependant, le moral est très élevé car les soldats défendent leur pays et leurs familles et, combattant dans des territoires familiers, ils se révèlent être une force redoutable[103],[104].

En août 1991, l'armée croate possède moins de 20 brigades. Après la mobilisation générale d'octobre, la taille de l'armée passe à 60 brigades et 37 bataillons à la fin de l'année[105],[106]. En 1991-1992, la Croatie est également soutenue par 456 soldats étrangers, principalement britanniques (139), français (69) et allemands (55)[107]. La capture des casernes de la JNA entre septembre et décembre permet de soulager la pénurie d'équipement et de reprendre la plupart de l'armement confisqué aux forces de défense territoriale en 1990. En 1995, l'équilibre des forces a significativement évolué. Les forces serbes en Croatie et en Bosnie-Herzégovine sont capables d'aligner environ 130 000 hommes tandis que l'armée croate, le conseil de défense croate (croate : Hrvatsko vijeće obrane) et l'armée de la République de Bosnie et d'Herzégovine peuvent déployer environ 250 000 hommes et 570 chars[108],[109].

Opérations militaires[modifier | modifier le code]

1991 : Début des hostilités[modifier | modifier le code]

Premiers incidents[modifier | modifier le code]

Monument honorant la première victime croate de la guerre, Josip Jović, qui périt lors de l'incident des lacs de Plitvice.

Les tensions inter-ethniques s'accroissent au fur et à mesure que les incidents alimentent les propagandes des deux camps. Les tensions dégénèrent en affrontements armés dans les zones à majorité serbe. Les Serbes mènent une série d'attaques contre les unités de police croates[1],[110] et plus de 20 personnes ont été tuées à la fin du mois d'avril. Entre août 1990 et avril 1991, près de 200 attentats à la bombes et poses de mines, ainsi que 89 attaques contre la police croate sont recensées[30]. Josip Jović d'Aržano fut le premier policier tué par les forces serbes lors de l'incident des lacs de Plitvice à la fin du mois de mars 1991[2],[111]. En avril, les Serbes de Croatie commencent à former des mouvements de sécession. La question de l'influence du gouvernement serbe de Milošević dans ce mouvement reste sujet à discussion. Dans tous les cas, la république serbe de Krajina est proclamée dans les territoires croates avec une forte population serbe. Le gouvernement croate s'oppose à cette rébellion et envoie des unités de police spéciale pour rétablir l'ordre. Le 9 avril 1991, le président croate Tuđman demande à ce que les forces spéciales de policiers soient renommées Zbor Narodne Garde (Garde nationale) ce qui marque le début d'une force armée spécifique à la Croatie[6]. Les nouvelles unités sont présentées lors d'une parade militaire devant le stade Kranjčevićeva à Zagreb, le 28 mai 1991[112].

Le 15 mai, il est prévu que le croate Stjepan Mesić devienne le représentant de la présidence tournante de Yougoslavie. La Serbie, soutenue par le Kosovo, le Monténégro et la Voïvodine, dont les votes sont contrôlés par les Serbes, bloque cette nomination. Cela laisse la Yougoslavie virtuellement sans chef d'État et commandant en chef[113],[114]. Un nouveau vote deux jours plus tard échoue également. Ante Marković, premier ministre de Yougoslavie, propose la nomination d'un comité possédant les pouvoirs présidentiels[115]. Cependant, cette proposition est immédiatement rejetée par la Croatie car inconstitutionnelle[116]. La crise est résolue au bout de six semaines avec la nomination du Croate Stipe Mesić. Dans le même temps, l'armée fédérale et les forces de défense territoriales restent sous le contrôle des autorités fédérales de Milošević.

Déclaration d'indépendance[modifier | modifier le code]

Le 19 mai 1991, les autorités croates organisent un référendum sur l'indépendance avec l'option de rester au sein d'une Yougoslavie avec une plus large autonomie[117],[118]. Les autorités locales serbes appellent à un boycott qui est largement suivi par les Serbes de Croatie. 94 % de votants se prononcent en faveur de l'indépendance[119], la Croatie proclame son indépendance et révoque son appartenance à la Yougoslavie le 25 juin 1991[11],[120].

93,24 %
6,76 %
Pour
Contre

En parallèle, ce même 25 juin, la déclaration d'indépendance slovène est prononcée, avec un jour d'avance sur les prévisions, afin de prendre de court le pouvoir yougoslave, en faisant front commun avec la Croatie. Cette déclaration est suivie, en juin et juillet 1991, par un court conflit militaire qui se termine rapidement par une conclusion paisible, grâce à l'homogénéité de la population slovène[121],[122].

Article connexe : Guerre de Slovénie.

La commission européenne presse les autorités croates de mettre en place un moratoire de trois mois sur la décision[123]. La Croatie accepte de geler la déclaration pour trois mois ce qui fait provisoirement baisser la pression[12].

Escalade du conflit[modifier | modifier le code]

En juillet, dans une tentative pour sauver ce qui reste de la Yougoslavie, les forces de la JNA sont impliquées dans des opérations contre les zones à majorité croate. En juillet, les forces de défense territoriales menées par les Serbes commencent à avancer le long de la côte dalmate au cours de l'opération Coast-91[124]. Au début du mois d'août, de larges zones de la Banija avaient été envahies par les forces serbes[125].

Avec le début des opérations militaires en Croatie, les Croates et de nombreux conscrits serbes commencent à déserter massivement de la JNA comme lorsque cela s'est passé en Slovénie[126],[124]. Les Albanais et les Macédoniens commencent à chercher des moyens légaux pour quitter la JNA ou pour faire leur service en Macédoine ; ces mouvements accroissent encore l'homogénéité ethnique des troupes de la JNA en Croatie[127].

Un mois après que la Croatie a déclaré son indépendance, l'armée yougoslave et les autres forces serbes contrôlent un peu moins d'un tiers du territoire croate[125], principalement dans les zones à majorité serbe[128],[129]. Les forces yougoslaves et serbes possèdent une supériorité en armement et en équipement. Leur stratégie militaire repose sur de larges bombardements d'artillerie souvent sans prendre en compte la présence de civils. Avec la progression des hostilités, les villes de Dubrovnik, Gospić, Šibenik, Zadar, Karlovac, Sisak, Slavonski Brod, Osijek, Vinkovci et Vukovar sont attaquées par les forces yougoslaves[130],[131],[132],[133]. Les Nations unies imposent un embargo sur les armes ; cependant cela n'affecte pas la JNA qui peut compter sur un large arsenal mais pose de gros problèmes à la nouvelle armée croate. Le gouvernement croate commence à importer des armes par contrebande[134],[135].

Destructions dans la rue principale de Dubrovnik (gauche) et carte des tirs d'artillerie dans la ville fortifiée (droite) Destructions dans la rue principale de Dubrovnik (gauche) et carte des tirs d'artillerie dans la ville fortifiée (droite)
Destructions dans la rue principale de Dubrovnik (gauche) et carte des tirs d'artillerie dans la ville fortifiée (droite)


En août 1991, la ville frontière de Vukovar est attaquée et la bataille de Vukovar commence[136],[137]. La Slavonie orientale est lourdement touchée tout au long de cette période avec la formation de lignes de fronts autour d'Osijek et de Vinkovci en parallèle à l'encerclement de Vukovar[138].

En septembre, les troupes serbes encerclent complètement la ville de Vukovar. Les troupes croates se retranchent dans la ville et résistent aux assauts des troupes d'élites mécanisées de la JNA[139] et des paramilitaires serbes[97],[140]. Cela entraîne un exode massif de la population croate. Les estimations des victimes du siège varient entre 1 798 et 5 000[98]. 22 000 personnes furent expulsés après la prise de la ville[141].

Le 3 octobre, la marine yougoslave reprend son blocus des principaux ports de Croatie. Cette action suit plusieurs mois d'immobilisme des forces de la JNA et coïncide avec la fin de l'opération Coast-91 au cours de laquelle l'armée yougoslave a échoué à prendre le contrôle de la côte pour couper l'accès de la Dalmatie au reste de la Croatie[142]. Le 5 octobre, le président Tuđman fait un discours dans lequel il appelle l'ensemble de la population à se mobiliser contre l'"impérialisme de la Grande Serbie" poursuivi par la JNA et les forces paramilitaires serbes[106]. Le 7 octobre, l'armée de l'air yougoslave attaque les bâtiments gouvernementaux à Zagreb[143],[144]. Le jour suivant, après l'expiration du moratoire de trois mois, le parlement croate coupe ses derniers liens avec la Yougoslavie[13]. Le bombardement des bureaux gouvernementaux et le Siège de Dubrovnik qui commence en octobre[145] mènent à l'instauration de sanctions contre la Serbie par l'Union européenne[146],[147]. L'attention des médias internationaux se concentre sur les dommages causés à l'héritage culturel de Dubrovnik et les inquiétudes concernant les populations civiles passent au second plan[148]. Ainsi, le quartier historique classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO est la cible de plus de 650 tirs d'artillerie[149].

Paroxysme du conflit[modifier | modifier le code]

Photos des victimes du massacre de Lovas

En réponse à l'avancée du 5e corps de la JNA à travers la Save vers Pakrac et en direction du nord dans la Slavonie occidentale[150], l'armée croate lance alors une contre-attaque au début de novembre 1991, sa première offensive majeure de la guerre. l'opération Otkos 10 permet à la Croatie de reprendre une zone comprise entre les montagnes Bilogora et Papuk[28],[151]. Après cinq jours d'attaque, l'armée croate a repris environ 270 km2[151].

En octobre et début décembre, la situation pour les Croates de Vukovar devient de plus en plus désespérée[40],[152] et le 18 novembre 1991, la ville tombe aux mains des Serbes après un siège de trois mois[153] et le massacre de Vukovar coûte la vie à 240 blessés de l'Hôpital de Vukovar (assassinés méthodiquement d'une balle dans la tête et jetés dans une fosse commune sur la plaine d'Ovčara), parmi eux se trouve un volontaire français, Jean-Michel Nicolier. Les survivants sont emmenés dans des camps d'internement comme celui d'Ovčara, de Velepromet ou de Sremska Mitrovica[154]. La ville de Vukovar est presque entièrement détruite. Au cours des 87 jours de siège, entre 8 000 et 9 000 obus sont tirés chaque jour sur la ville[155]. Les massacres de Lovas, d'Erdut et de Škabrnja qui ont lieu au même moment passent largement dans l'ombre de la chute de Vukovar[156].


Le 14 novembre, le blocus naval des ports de Dalmatie est menacé par des navires civils. La confrontation culmine lors de la bataille des détroits, lorsque l'artillerie côtière endommage ou coule de nombreux navires yougoslaves[157]. Après la bataille, les opérations navales yougoslaves sont limitées au sud de la Mer Adriatique[158]. Les forces croates font de nouvelles avancées dans la seconde moitié de décembre lors de l'opération Orkan 91 qui permet de reprendre environ 1 440 km2, mais un cessez-le-feu durable est sur le point d'être signé[151]. La fin de l'opération marque la fin de six mois d'intenses combats qui ont coûté la vie à près de 10 000 personnes et en ont déplacé plusieurs dizaines de milliers[159].

Le 19 décembre, la Croatie est officiellement reconnue par l'Islande[33] puis par l'Allemagne quatre jours plus tard[42]. Le 26 décembre 1991, la présidence fédérale dominée par les Serbes annonce des plans pour une Yougoslavie réduite qui inclurait les territoires capturés à la Croatie durant la guerre[35]. Dans la seconde moitié de l'année 1991, tous les partis démocratiques croates se rassemblent pour former un gouvernement d'unité nationale avec Franjo Gregurić comme premier ministre.

La Commission d'arbitrage pour la paix en Yougoslavie, également appelée Commission Badinter est mise en place par le Conseil des Ministres de la Communauté économique européenne (CEE) le 27 août 1991. Les cinq membres de la commission sont les présidents des cours constitutionnelles de la CEE. La commission établit que la république fédérale de Yougoslavie est en voie de dissolution et que les frontières intérieures des républiques yougoslaves ne peuvent pas être modifiées sans accord des différentes parties[160].

1992 : cessez-le-feu[modifier | modifier le code]

Un nouveau cessez-le-feu soutenu par l'ONU, le quinzième en moins de six mois, est accepté le 2 janvier 1992 et entre en vigueur le jour suivant[8]. Le 7 janvier 1992, le pilote de la JNA, Emir Šišić, abat un hélicoptère de la Communauté européenne en Croatie tuant cinq observateurs[161]. La Croatie est officiellement reconnue par la Communauté européenne le 15 janvier 1992[42]. Même si la JNA commence à se retirer de Croatie et de Krajina, la RSK conserve toujours le contrôle dans les territoires occupés grâce au soutien de la Serbie[100]. À ce moment, la RSK contrôle 13 913 km2[44].

Pour mettre fin à la série de cessez-le-feu non respectés, les Nations unies déploient une force de protection dans les territoires de Croatie contrôlés par les Serbes, la Force de protection des Nations Unies (FORPRONU) dans le but de faire respecter les accords[162]. La FORPRONU est officiellement créée par la résolution 743 du Conseil de sécurité de l'ONU le 21 janvier 1992. Les belligérants se replient dans des positions retranchées et la JNA se replie de Croatie vers la Bosnie-Herzégovine où un nouveau conflit se prépare[8]. La Croatie devient membre de l'ONU le 22 mai 1992 après qu'elle a inclus dans sa constitution la protection des droits humains des minorités et des dissidents, condition nécessaire à son adhésion[43]. L'expulsion des populations non-Serbes se poursuit dans les territoires occupés malgré la présence des casques bleus qui jouent un rôle de quasi-complices[163].

Capture d'un canon serbe par des soldats croates lors de l'incident du plateau Miljevci, 21 juin 1992

L'armée yougoslave a fait des milliers de prisonniers durant la guerre en Croatie et ces derniers sont internés dans des camps en Serbie, en Bosnie-Herzégovine et au Monténégro. Les forces croates ont également fait des prisonniers et les deux camps acceptent plusieurs échanges de prisonniers et la plupart des prisonniers sont libérés à la fin de l'année 1992. Les prisons serbes incluent le camp de Sremska Mitrovica, de Stajićevo et de Begejci en Serbie, et de Morinj au Monténégro[164]. Le principal camp croate se trouve à Split[164].

Les opérations militaires en Croatie continuent de façon intermittente et sur une plus petite échelle. Les Croates organisent plusieurs actions pour lever le siège de Dubrovnik et d'autres cités croates (Šibenik, Zadar et Gospić). Parmi les affrontements les plus violent figurent l'incident du plateau Miljevci (entre Krka et Drniš) les 21 et 22 juin 1992[165], l'opération Jaguar sur la colline Križ près de Bibinje et de Zadar, le 22 mai 1992, et une série d'actions militaires autour de Dubrovnik comme l'opération Tigar entre le 1er et le 13 juillet 1992[166], à Konavle entre le 20 et le 24 septembre, et à Vlaštica entre le 22 et le 25 septembre. Les combats près de Dubrovnik sont suivis par le repli des troupes de la JNA de Konavle au mois d'octobre. La péninsule de la Prevlaka contrôlant l'entrée des bouches de Kotor est démilitarisée et occupée par la FORPRONU tandis que le reste de Konavle est rendu aux autorités croates[167].

1993 : avancées militaires croates[modifier | modifier le code]

Les combats reprirent au début de l'année 1993 lorsque l'armée croate lance l'opération Maslenica dans la région de Zadar, le 22 janvier 1993. L'objectif de l'offensive est de prendre l'aéroport de la ville et le pont de Maslenica[168], le seul lien terrestre entre Zagreb et la ville de Zadar[169]. L'opération se termine le 1er février car elle a rempli ses objectifs[170] mais pour un coût humain assez lourd, 114 Croates et 490 Serbes tués, par rapport à la taille du théâtre d'opération[171].

Alors que l'opération Maslenica est en cours, les forces croates attaquent les positions serbes à environ 130 km à l'est. Elles avancent jusqu'au lac de Peruća et s'emparent du barrage hydroélectrique, le 28 janvier 1993, peu après que les miliciens serbes ont chassé les casques bleus chargés de sa protection[172]. Les forces de l'ONU sont présentes sur le site depuis l'été 1992. Elles ont découvert que les Serbes ont installé entre 35 et 37 t d'explosifs en sept endroits du barrage d'une manière qui empêche le désamorçage ; les charges sont donc laissées en place[172],[173]. Avant de se replier, les Serbes font exploser trois charges représentant 5 t d'explosifs dans le but de détruire le barrage et d'inonder la zone en aval[173],[174]. La catastrophe est empêchée par Mark Nicholas Gray, alors lieutenant des Royal Marines et observateur de l'ONU sur le site. Il outrepasse les ordres et baisse le niveau d'eau dans le réservoir, qui retient 0,54 km3 d'eau, avant que le barrage ne soit détruit. Son action permet de sauver les vies de 20 000 personnes qui auraient pu périr noyées[175].

L'Opération de la poche de Medak a lieu dans un saillant au sud de Gospić, les 9 et 17 septembre. L'offensive est menée par l'armée croate afin de faire stopper les tirs d'artillerie serbes dans la région autour de Gospić[176]. L'opération fait reculer l'artillerie serbe mais est entachée par des crimes de guerre. Le TPIY accuse les officiers croates Janko Bobetko (en), Rahim Ademi et Mirko Norac pour des crimes de guerre commis lors de l'offensive[177]. Norac est par la suite reconnu coupable par un tribunal croate[178]. L'opération est arrêtée du fait de la pression internationale et un accord est trouvé dans lequel les troupes croates reviennent à leurs positions antérieures au 9 septembre et le saillant est occupé par les soldats de l'ONU. Les événements qui suivent restent controversés car les autorités canadiennes ont avancé que l'armée croate a affronté de manière intermittente les troupes canadiennes du Princess Patricia's Canadian Light Infantry qui se déployaient dans le saillant[179]. Les témoignages du ministre de la défense croate et des officiers des Nations-Unies lors du procès Ademi-Norac nient que la bataille ait eu lieu[180],[181],[182],[182].

Le 18 février, les autorités croates signent les accords de Daruvar avec les chefs serbes locaux de Slavonie occidentale. L'objectif de cet accord secret est de normaliser la vie des populations civiles vivant près de la ligne de front. Cependant, les autorités de Knin apprennent cela et arrêtent les signataires serbes[183]. En juin 1993, les Serbes commencent à voter lors d'un référendum sur l'intégration de la Krajina au sein de la République serbe de Bosnie[159]. Milan Martić, agissant en tant que ministre de l'Intérieur de la RSK, déclare dans une lettre adressée, le 3 avril, à l'assemblée de la république serbe de Bosnie, que cette fusion de « deux États serbes était un prélude à l'établissement d'un État de tous les Serbes ». Le 21 janvier 1994, il avance qu'il « accélérera le processus d'unification et qu'il transmettra le relais à Slobodan Milošević » s'il est élu à la présidence de la RSK[184]. Ces intentions sont contrées par la résolution 871 du Conseil de sécurité des Nations unies en octobre 1993 où les Nations unies affirment pour la première fois que les zones protégées des Nations-Unies (entre autres les zones contrôlées par la RSK) font partie intégrante de la république de Croatie[185].

En 1992 et 1993, environ 225 000 Croates, ainsi que des réfugiés de Bosnie-Herzégovine et de Serbie s'installent en Croatie. Des volontaires croates et des soldats réguliers participent à la Guerre de Bosnie-Herzégovine[186]. La Croatie accepte 280 000 réfugiés bosniaques et elle est la destination initiale de la plupart des réfugiés bosniaques[41]. Cet afflux considérable de réfugiés pèse lourdement sur l'économie et les infrastructures croates. L'ambassadeur américain en Croatie, Peter W. Galbraith, déclare que la situation est équivalente à l'accueil de 30 000 000 de réfugiés par les États-Unis[187].

1994: Érosion du soutien pour la Krajina[modifier | modifier le code]

Carte de la poche de Bihać

En 1992, les Croates et les Bosniaques entament un conflit en Bosnie-Herzégovine tout en combattant contre les Serbes de Bosnie. La guerre oppose initialement le Conseil de défense croate et les troupes de volontaires croates à l'Armée de la République de Bosnie et d'Herzégovine, mais en 1994, l'armée croate a déployé entre 3 000 et 5 000 hommes sur le terrain[188]. Sous la pression des États-Unis[189], les belligérants acceptent un cessez-le-feu à la fin du mois de février 1994[190] qui est suivi d'une rencontre entre les représentants bosniaques, croates et le Secrétaire d'État américain Warren Christopher à Washington, D.C., le 26 février 1994[191]. Le 4 mars, Franjo Tuđman accepte l'accord prévoyant la création d'une Fédération de Bosnie-et-Herzégovine et une alliance entre le gouvernement bosniaque et les Croates de Bosnie. L'accord prévoit la mise en place d'une confédération souple entre la Croatie et la nouvelle fédération, ce qui permet à la Croatie d'envoyer des troupes en Bosnie-Herzégovine[14],[192]. Cela entraîne le démantèlement de la République d'Herceg-Bosna et réduit le nombre de belligérants en Bosnie de trois à deux[193].

À la fin 1994, l'armée croate intervient à plusieurs reprises en Bosnie : entre le 1er et le 3 novembre dans l'opération Cincar près de Kupres[194], et le 29 novembre lors de l'opértion Winter '94 près de Dinara et Livno[195],[196]. Ces opérations sont destinées à soulager la région de Bihać assiégée et à approcher la capitale de RSK, Knin, de trois côtés[108].

Dans le même temps, des négociations sous l'égide des Nations Unies entre les gouvernements de la Croatie et de la RSK sont au point mort. Les points de blocage incluent l'ouverture de la partie occupée par les Serbes de l'autoroute entre Zagreb et Slavonski près d'Okučani, et le statut putatif des zones à majorité serbe de Croatie. L'autoroute rouvre à la fin 1994, mais elle est rapidement fermée pour des raisons de sécurité. L'impossibilité de résoudre ces problèmes sera la cause des grandes offensives croates de l'année 1995[197].

Un T-34-85 détruit à Karlovac

La Krajina continue le siège de Bihać avec le soutien de l'Armée de la République serbe de Bosnie[198]. Michael Williams, un membre de la force onusienne déclare que lorsque le village de Vedro Polje à l'ouest de Bihać est tombé aux mains des Serbes de Croatie, cela signifie que le siège entre dans sa phase finale. Il ajoute que ces derniers organisent d'importants tirs d'artillerie contre la ville de Velika Kladuša au nord de l'enclave de Bihać. Les analystes militaires occidentaux avancent que dans l'arsenal anti-aérien serbe entourant la poche de Bihać en territoire croate, il y a des S-75 Dvina dont le niveau de sophistication suggère qu'ils aient été récemment fournis par Belgrade[199]. En réponse à la situation, le Conseil de Sécurité vote la résolution 958 qui autorise les appareils de l'OTAN déployés dans le cadre de l'Opération Deny Flight à opérer en Croatie. Le 21 novembre, l'OTAN attaque l'aéroport d'Udbina contrôlé par les Serbes de Croatie et détruit temporairement les pistes. L'OTAN poursuit ses bombardements dans la zone, et le 23 novembre, elle détruit une batterie de missiles anti-aériens près de Dvor[200].

En 1995, l'armée croate a développé une force de combat efficace centrée sur huit brigades d'élite. De même l'armée a été réorganisée autour des vétérans. Cette organisation fait que lors des dernières campagnes, l'armée croate emploie une variante de la blitzkrieg avec les brigades d'élite perçant les lignes ennemies tandis que les autres unités tiennent leurs positions avant d'encercler les unités adverses[105],[108]. Pour renforcer ses forces, la Croatie engagea la société Military Professional Resources Inc. (MPRI) en septembre 1994 pour entraîner ses officiers[201]. Débutant en janvier 1995, les activités de la MPRI impliquent quinze conseillers et sont contrôlées par le Département d'État américain qui s'assure qu'elles ne violent pas l'embargo sur les armes[202].

1995 : fin de la guerre[modifier | modifier le code]

Les tensions s'accroissent au début de l'année 1995 car la Croatie cherche à accroitre la pression sur les forces serbes qui occupent de larges portions de son territoire. Dans une lettre de cinq pages rédigée le 12 janvier, Franjo Tuđman déclare formellement au Secrétaire général de l'ONU Boutros Boutros-Ghali que la Croatie met un terme à l'accord autorisant le stationnement de la FORPRONU en Croatie effectif jusqu'au 31 mars. La décision est motivée par le soutien continu de la Serbie aux Serbes de Croatie. La situation est également notifiée à l'Assemblée générale des Nations unies[203].

Les efforts de paix internationaux se poursuivent avec la création d'un nouveau plan appelé Z-4 qui est présenté aux autorités de la Krajina et de Croatie. Initialement il n'y a aucune réponse croate et les Serbes refusent catégoriquement la proposition[204]. Alors que la date limite du déploiement de la FORPRONU approche, une nouvelle mission de maintien de la paix est proposée avec un mandat étendu pour pouvoir patrouiller le long des frontières internationalement reconnues de la Croatie. Initialement les Serbes s'y opposent et des chars se déploient de Serbie dans l'est de la Croatie[205]. Un accord est finalement trouvé et la nouvelle mission de l'ONU est approuvée par la résolution 981 du conseil de sécurité de l'ONU le 31 mars. Le nom de l'opération fait l'objet d'une querelle de dernière minute car le ministre des Affaires étrangères croate Mate Granić (en) insiste pour que le terme de Croatie soit ajouté au nom. L'expression "Opération des Nations unies pour le rétablissement de la confiance en Croatie" (ONURC) est finalement adoptée[206].

Les violences reprennent au début du mois de mai 1995. La RSK perd le soutien du gouvernement serbe de Belgrade en partie du fait de la pression internationale. Au même moment, l'Opération Éclair croate permet de reprendre tous les territoires occupés en Slavonie occidentale[45]. En représailles, les forces serbes bombardent Zagreb avec des missiles tuant 7 civils et en blessant 175 autres[207],[208]. L'armée yougoslave répond à l'offensive avec une démonstration de force et envoie des chars à la frontière croate pour semble-t-il éviter une attaque de la Slavonie orientale[209].

Durant les mois qui suivent, les efforts internationaux se concentrent sur les "zones protégées par les Nations Unies", peu efficaces, mises en place en Bosnie-Herzégovine et sur la mise en place d'un cessez-le-feu plus durable en Croatie. Les deux questions se rejoignent, en juillet 1995, lorsque plusieurs zones protégées dans l'est de la Bosnie-Herzégovine sont envahies et que celle de Bihać est menacée[210]. En 1994, la Croatie a déjà indiqué qu'elle ne permettrait pas la prise de Bihać[108] et la nouvelle confiance dans la capacité militaire de la Croatie à reprendre les zones occupées poussa les autorités croates à ne plus accepter de cessez-le-feu ; les territoires occupés seraient réintégrés au sein de la Croatie[211]. Ces développements et l'accord de Washington, un cessez-le-feu signé en Bosnie-Herzégovine, mène à une nouvelle rencontre entre les présidents de Croatie et de Bosnie-Herzégovine, le 22 juillet, lors de laquelle la résolution de Split est adoptée. Dans celle-ci, la Bosnie-Herzégovine invite la Croatie à fournir un soutien militaire, particulièrement dans la zone de Bihać. La Croatie accepte et se prépare à une intervention armée[212],[213].

Entre le 25 et le 30 juillet, l'armée croate et le conseil de défense croate attaquent les territoires tenus par les Serbes au nord du mont Dinara, capturant Bosansko Grahovo et Glamoč durant l'Opération Summer '95. Cette offensive ouvre la voie à la reprise des territoires occupés autour de Knin car elle a permis de couper les dernières voies de ravitaillement entre Banja Luka et Knin[214]. Le 5 août, la Croatie déclenche l'Opération Tempête dont l'objectif est de reprendre la quasi-totalité des territoires occupés de Croatie à l'exception d'une petite bande de terre le long du Danube éloignée du gros des territoires contestés. L'offensive, impliquant 100 000 soldats croates, est la plus importante bataille terrestre en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale[215]. L'opération Tempête remplit ses objectifs et s'achève le 8 août[3].

Document émis par le Conseil suprême de la défense de la RSK du 4 août 1995, ordonnant l'évacuation des civils.

De nombreux civils des zones occupées fuient durant l'offensive ou immédiatement après son achèvement, dans ce qui est par la suite décrit selon des termes allant d'expulsion à évacuation planifiée[3]. Les sources serbes de Krajina (Documents du QG de la protection civile de RSK publiés par Kovačević[216], Sekulić[217] et Vrcelj[218]) confirment que l'évacuation des Serbes est organisée et a été planifiée à l'avance[219],[220]. Selon Amnesty International, l'opération entraîne le nettoyage ethnique de près de 200 000 Serbes de Croatie, le meurtre et la torture de soldats et de civils serbes, et le pillage des propriétés serbes[19]. D'un autre côté, le TPIY conclut que seuls 20 000 personnes furent déportées[37]. La BBC évoque 200 000 réfugiés serbes[221],[222]. Les réfugiés croates exilés en 1991 sont finalement autorisés à rentrer chez eux. Pour la seule année 1996, environ 85 000 Croates retournent dans l'ancienne Krajina et en Slavonie occidentale selon les estimations du Comité américain sur les réfugiés[223].

Dans les mois qui suivent, il y a encore des attaques intermittentes, principalement des tirs d'artillerie, depuis les territoires tenus par les Serbes de Bosnie contre Dubrovnik et ailleurs[10]. La dernière zone contrôlée par les Serbes en Croatie, la Slavonie orientale, doit faire face à la possibilité d'une confrontation militaire avec la Croatie. Une telle possibilité est plusieurs fois avancée par Franjo Tuđman dans les semaines qui suivent la fin de l'Opération Tempête[224]. La menace est renforcée par les mouvements de troupes dans la région à la mi-octobre[225], de même que par la menace antérieure d'une intervention militaire si un accord n'est pas trouvé avant la fin du mois[226]. De nouveaux affrontements sont évités, le 12 novembre, lors de la signature des accords d'Erdut par le ministre de la Défense de la RSK, Milan Milanović[4],[227] après qu'il a reçu des instructions de Belgrade[228],[229]. L'accord prévoit que la dernière zone occupée doit être rétrocédée à la Croatie après une période de transition de deux ans[4]. L'accord prévoit également le retrait de la mission de l'ONURC et son remplacement par une nouvelle force de maintien de la paix pour faire appliquer l'accord. La nouvelle mission appelée Administration Transitoire des Nations Unies pour la Slavonie orientale, la Baranja et le Srem Occidental (ATNUSO) est mise en place par la résolution 1037 de l'ONU du 15 janvier 1996. La période transitoire est par la suite allongée d'un an. Le 15 janvier 1998, le mandat de l'ATNUSO expire et la Croatie reprend le contrôle complet de la région[5]. Alors que l'ATNUSO remplace l'ONURC, la péninsule de Prevlaka, auparavant sous le contrôle de l'ONURC est placée sous l'autorité de la Mission d'Observation des Nations Unies à Prevlaka (MONUP). La MONUP est créée par la résolution 1038 du 15 janvier 1996 et se termine le 15 décembre 2002[167].

Type et nom de la guerre[modifier | modifier le code]

Mémorial de la Guerre d'indépendance croate à Zagreb

Si le terme appliqué à la guerre directement traduit du croate est Guerre de la Patrie (Domovinski rat)[230], l'expression Guerre d'indépendance croate s'est imposée pour les événements de la guerre en Yougoslavie s'étant déroulés en Croatie[231],[232],[233],[234]. Les expressions Guerre de Croatie ou Guerre serbo-croate sont également apparues avec les changements politiques et militaires[152] et complètent les expressions plus générales comme la Guerre en Yougoslavie[12],[27]. En Croatie, l'appellation officielle est "Guerre de la Patrie", et est la plus utilisée mais l'expression Agression de la Grande Serbie (croate : Velikosrpska agresija) est largement employée par les médias durant le conflit[25].

Deux visions contradictoires du conflit existent selon que l'on considère la guerre comme ayant été civile ou internationale. La vision dominante en Serbie est celle d'une double guerre civile dans la région : une entre les Croates et les Serbes vivant en Croatie et une autre entre la République fédérale de Yougoslavie et la Croatie faisant partie de la fédération[235],[236]. La vision prédominante en Croatie et chez la plupart des experts internationaux, dont le TPIY, est celle d'un conflit international, une guerre d'agression menée par les vestiges de la Yougoslavie et la Serbie contre la Croatie et soutenue par les Serbes de Croatie[235],[237],[238]. Ni la Croatie ni la Yougoslavie n'ont formellement déclaré la guerre à l'autre[239]. À la différence de la position serbe selon laquelle une déclaration de guerre est inutile car il s'agit d'une guerre civile[235], la raison pour laquelle les Croates ne déclarent pas la guerre est que Tuđman croit la Croatie incapable de s'opposer directement à la JNA et espère éviter une guerre générale[240].

Impact et conséquences[modifier | modifier le code]

Pertes et réfugiés[modifier | modifier le code]

Mémorial de guerre abritant 938 tombes des victimes du siège de Vukovar
L'ancien camp de Stajićevo en Serbie était l'un des lieux d'internement des prisonniers de guerre et des civils croates durant la guerre.

La plupart des sources avancent le nombre de 20 000 morts pour les deux camps[47],[241],[242]. Selon le président de la commission croate des personnes disparues, le colonel Ivan Grujić, la Croatie déplore 12 000 morts ou disparus dont 6 788 soldats et 4 508 civils[22]. Les chiffres officiels croates de 1996 avancent 12 000 tués et 35 000 blessés[22]. Goldstein parle de 13 583 tués ou disparus[20]. Environ 2 400 personnes ont été portées disparues durant la guerre[243]. En 2010, la Croatie compte encore 1 997 disparus durant le conflit[244]. En 2009, il y a 52 000 personnes en Croatie handicapés à la suite de leur participation aux combats[245]. Ce chiffre inclut les personnes physiquement handicapés du fait de leurs blessures mais également les personnes dont la santé a été affectée par leur implication dans la guerre comme des victimes de diabète, de maladie cardio-vasculaire et de trouble de stress post-traumatique (SSPT). Dans la plupart des cas, le handicap résulte non pas d'une blessure mais d'une santé détériorée ou d'un SSPT[246]. En 2010, le nombre de SSPT lié à la guerre est de 32 000[247].

Au total, la guerre entraîne 500 000 réfugiés[248]. Entre 196 000[249],221 000[250] et 247 000 (en 1993)[24] Croates et non-Serbes sont déplacés durant la guerre de la province de Krajina et des territoires frontaliers. L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) avance en 2006 que 221 000 personnes sont déplacés et 218 000 sont rentrés chez eux[250]. La majorité est déplacée lors des combats initiaux et des offensives de la JNA en 1991 et 1992[163],[251]. Environ 150 000 Croates de la république serbe de Bosnie et de Serbie ont obtenu la citoyenneté croate depuis 1991[21] et la plupart ont été expulsés[252],[253].

L'organisation non gouvernementale Veritas basée à Belgrade liste 6 780 tués et disparus de la république serbe de Krajina dont 4 324 soldats et 2 344 civils. La plupart d'entre eux sont tués ou portés disparus en 1991 (2 442) et en 1995 (2 394). La plupart des morts ont eu lieu dans le nord de la Dalmatie (1 632)[16]. La JNA reconnaît officiellement 1 279 tués au combat durant la guerre. Le nombre véritable est probablement bien plus grand car les pertes sont systématiquement sous-évaluées. Dans un cas, les rapports officiels avancent deux blessés légers après un engagement mais selon l'officier de renseignements de l'unité, les pertes ont été de 50 tués et 150 blessés[254].

Selon les sources serbes, environ 120 000 Serbes sont déplacés en 1991-1993 et 250 000 sont déplacés après l'opération Tempête[18]. Le nombre de Serbes déplacés est de 254 000 en 1993[24], et tomba à 97 000 au début de l'année 1995[249] avant de remonter à 200 000 à la fin de la guerre. La plupart des sources internationales avancent le nombre de 300 000 réfugiés serbes. Selon Amnesty International 300 000 sont déplacés entre 1991 et 1995 et 117 000 sont officiellement enregistrés comme étant rentrés chez eux en 2005[19]. Selon l'OSCE, 300 000 sont déplacés durant le conflit dont 120 000 seraient rentrés chez eux en 2006. Cependant, on considère que ce nombre ne reflète pas le nombre de rapatriés car beaucoup retournent en Serbie, au Monténégro ou en Bosnie-Herzégovine après s'être officiellement enregistrés en Croatie[250]. Selon un rapport de l'UNHCR de 2006, 125 000 sont rentrés en Croatie et 55 000 s'y sont installés de façon permanente[255].

L'association croate des prisonniers dans les camps de concentration serbes est fondée pour aider les victimes des abus pénitentiaires[256]. Les vétérans de guerre croates sont organisés en plusieurs organisations non gouvernementales dont la plus importante est l'association des vétérans de la guerre de la patrie croates[257].

Dommages de guerre et champs de mines[modifier | modifier le code]

Dégâts des bombardements à Osijek
Panneau indiquant un champ de mines

Les chiffres officiels sur les dommages de guerre publiés en Croatie en 1996 avancent la destruction de 180 000 habitations, de 25 % de l'économie croate et de 27 milliards de dollars de dégâts[22]. L'Europe Review 2003/04 estime les dommages de la guerre à 37 milliards de dollars répartis entre les infrastructures détruites, les pertes économiques et les coûts liés aux réfugiés tandis que le PIB a baissé de 21 % durant la période[46]. 2 423 sites culturels dont 495 structures sacrées sont détruites ou endommagées[258]. La guerre impose un fardeau économique supplémentaire lié aux dépenses militaires. En 1994, la Croatie est entrée de facto dans une économie de guerre et les dépenses militaires représentent 60 % du budget national[259].

Les dépenses yougoslaves et serbes sont encore plus disproportionnées. Le projet de budget fédéral pour 1992 alloue 81 % des fonds à l'effort de guerre serbe[260]. Comme la Croatie et la Slovénie, les républiques yougoslaves les plus développées représentent une part significative des recettes fédérales, la Yougoslavie commence, à partir de 1992, à imprimer de grandes quantités de monnaie pour financer les opérations gouvernementales. Cela entraîne l'un des pires épisodes d'hyperinflation de l'histoire : entre octobre 1993 et janvier 1995, la Yougoslavie, alors composée de la Serbie et du Monténégro, subit une hyperinflation de 5×1015 %[261],[262].

De nombreuses cités croates sont bombardées par l'artillerie, les missiles et l'aviation des forces de la JNA et de la RSK. Les villes les plus touchées sont Vukovar, Slavonski Brod (dans les montagnes de Vučjak)[263] et Županja (durant plus de 1 000 jours)[264],[265] Vinkovci, Osijek, Nova Gradiška, Novska, Daruvar, Pakrac, Šibenik, Sisak, Dubrovnik, Zadar, Gospić, Karlovac et Zagreb[40],[266],[267],[268],[269],[270]. Les tirs d'artillerie sur Vukovar sont particulièrement sévères car la ville reçoit près d'un million d'obus[271] mais d'autres villes sont également lourdement visées. Slavonski Brod n'a jamais été directement attaquée par les chars ou l'infanterie, mais la cité et les villages alentour sont touchés par plus de 11 600 obus d'artillerie et 130 bombes aériennes entre 1991 et 1992[272].

Environ 2 millions de mines sont posées dans diverses régions de Croatie durant la guerre. La plupart des champs de mines sont posés sans plan et sans enregistrement de l'emplacement[273]. Une décennie après la guerre, en 2005, il y avait encore environ 250 000 mines enterrées le long de l'ancienne ligne de front et certaines parties des frontières internationales, particulièrement près de Bihać, et autour de certaines anciennes installations de la JNA[274]. En 2007, les zones minées ou supposément minées représentent environ 1 000 km2 soit 2 % du territoire croate[275]. Plus de 1 900 personnes sont tuées ou blessées par des mines en Croatie depuis le début de la guerre dont plus de 500 après la fin du conflit[276]. Entre 1998 et 2005, la Croatie dépense 214 millions de dollars dans divers programmes de déminage[277]. En 2009, tous les champs de mines restants et les zones suspectées de contenir des mines ou des munitions non explosées sont clairement marqués, mais le déminage est lent ; on estime qu'il faudra encore 50 ans pour nettoyer toutes les zones[278].

Crimes de guerre et TPIY[modifier | modifier le code]

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) est établi par la résolution 872 de l'ONU adoptée le 25 mai 1993. Le tribunal a le pouvoir de juger les personnes accusées de crimes contre le droit international humanitaire, de violation de la convention de Genève et des lois de la guerre, de génocide et de crimes contre l'humanité commis dans les territoires de l'ancienne Yougoslavie depuis le 1er janvier 1991[279]. Les accusés du TPIY vont des simples soldats aux premiers ministres et présidents. Parmi les accusés de haut-rang figurent Slobodan Milošević (président de la République socialiste de Serbie et de la république de Serbie), Milan Babić (président de la RSK), Ratko Mladić (général de la JNA), Ante Gotovina (général de l'armée croate)[280] et Franjo Tuđman (président de la Croatie) décédé en 1999 alors que les procureurs se préparent à l'accuser[281]. Selon Marko Attila Hoare, un ancien employé du TPIY, une équipe d'enquête travaille sur plusieurs hauts responsables serbes dont Veljko Kadijević, Blagoje Adžić, Borisav Jović, Branko Kostić (en) et Momir Bulatović. Cependant, après l'intervention de Carla del Ponte, ces travaux sont rejetés et l'accusation se limite à Milošević ainsi la plupart des ces individus ne sont jamais jugés[282].

« Entre 1991 et 1995, Martić tient des positions de ministre de l'intérieur, de la défense et de président de la « Région Autonome de Serbie Krajina » auto-proclamée (SAO Krajina), qui est par la suite renommée « République de Serbie Krajina » (RSK). Il est reconnu coupable d'avoir participé à une entreprise criminelle commune avec Milošević dont l'objectif était de créer un État serbe unifié à travers une campagne systématique de crimes contre les populations non-serbes habitant dans des territoires de Croatie et de Bosnie-Herzégovine devant faire partie de cet État[36]. »

— Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, dans son verdict contre Milan Martić

Vukovar après le siege

En 2011, le TPIY a condamné sept officiels du côté serbo-monténégrin et deux du côté croate. Milan Martić reçoit la peine la plus lourde avec 35 ans de prison[283]. Babić est condamné à 13 ans. Il exprime ses remords pour son rôle dans la guerre et demande à ses « frères » croates de le pardonner[284]. Un nombre significatif d'hôpitaux et d'abris marqués du signe de la croix rouge ont été la cible des forces serbes[285]. En 2007, deux anciens officiers de l'armée yougoslave sont condamnés pour le massacre de Vukovar par le TPIY à La Haye. Veselin Šljivančanin (en) est condamné à 10 ans[286] et Mile Mrkšić (en) à 20 ans de prison[287]. Les procureurs déclarent qu'après la prise de Vukovar, la JNA transfère plusieurs centaines de Croates aux forces serbes. Sur ce nombre, au moins 264 (dont des soldats blessés, des femmes, des enfants et des vieillards) sont assassinés et enterrés dans des fosses communes près d'Ovčara dans les faubourgs de Vukovar[288]. Le maire de la ville, Slavko Dokmanović (en), est amené devant le tribunal mais se suicide en captivité en 1998 avant le début du procès[289].

Les généraux Pavle Strugar et Miodrag Jokić sont condamnés à respectivement 7 et 8 ans de prison pour le bombardement de Dubrovnik[290]. Le chef d'état-major de l'armée yougoslave, Momčilo Perišić est condamné à 27 ans de prison pour ses décisions d'armer, de financer et de soutenir les armées de Krajina et de la république serbe de Bosnie qui se sont livrés à des massacres à Sarajevo, Zagreb et Srebrenica[291].

En plus des atrocités commises après la prise de Vukovar, il existe de nombreux documents relatant les crimes perpétrés contre les civils et les prisonniers de guerre par les Serbes et les forces yougoslaves en Croatie. La plupart d'entre eux sont étudiés par le TPIY ou les systèmes judiciaires étatiques. Parmi ceux-ci figurent les massacres de Borovo[292],[293], de Dalj[294], de Lovas[97],[295], de Široka Kula[296], de Baćin[294], de Saborsko[297], de Škabrnja[156] et de Voćin[294],[298].

Le TPIY (gauche) condamne plusieurs  personnes pour leurs actions durant la guerre. Milošević (milieu) est le premier ancien chef d'État à comparaitre devant un tribunal international[299] mais il meurt avant le verdict. Mile Mrkšić (droite) écope de 20 ans de prison[287]. Le TPIY (gauche) condamne plusieurs  personnes pour leurs actions durant la guerre. Milošević (milieu) est le premier ancien chef d'État à comparaitre devant un tribunal international[299] mais il meurt avant le verdict. Mile Mrkšić (droite) écope de 20 ans de prison[287]. Le TPIY (gauche) condamne plusieurs  personnes pour leurs actions durant la guerre. Milošević (milieu) est le premier ancien chef d'État à comparaitre devant un tribunal international[299] mais il meurt avant le verdict. Mile Mrkšić (droite) écope de 20 ans de prison[287].
Le TPIY (gauche) condamne plusieurs personnes pour leurs actions durant la guerre. Milošević (milieu) est le premier ancien chef d'État à comparaitre devant un tribunal international[299] mais il meurt avant le verdict. Mile Mrkšić (droite) écope de 20 ans de prison[287].


Il existait de nombreux camps où les civils et les prisonniers de guerre croate étaient internés dont ceux de Sremska Mitrovica, de Stajićevo et de Begejci en Serbie et celui de Morinj au Monténégro[164]. L'association des prisonniers de guerre croates dans les camps de concentration serbes est fondée pour aider les victimes des abus serbes. L'armée croate établit également des camps de détention comme celui de Lora à Split[164].

Les forces croates ont commis également de nombreux crimes de guerre comme les massacre de Gospić et de Sisak en 1991 et 1992[300] et bien d'autres[301],[302]. Ces derniers sont jugés par des tribunaux croates ou par le TPIY[178]. Un autre crime de guerre, qui devient l'affaire "Pakračka poljana", commis par une unité de police de réserve commandée par Tomislav Merčep (en), est le meurtre de plusieurs prisonniers, principalement Serbes, près de Pakrac à la fin de l'année 1991 et au début de l'année 1992[303]. L'affaire est initialement jugée par le TPIY avant d'être transférée à la justice croate[304]. Plus d'une décennie plus tard, cinq membres de cette unité mais pas son commandant sont accusés de plusieurs charges criminelles relatives à ces événements et sont condamnés[305],[306]. Merčep est arrêté pour ces crimes en décembre 2010[307],[308]. En 2009, Branimir Glavaš (en), un ancien député croate est condamné par un tribunal croate pour des crimes de guerre commis à Osijek en 1991[309].

Le TPIY inculpe les officiers croates Janko Bobetko, Rahim Ademi, Mirko Norac et d'autres pour des crimes commis durant l'opération de la poche de Medak mais ces affaires sont également transmises à des cours croates[177]. Norac fut reconnu coupable et emprisonné[178], Ademi fut acquitté[310] tandis que Bobetko est jugé incapable d'assister à son procès du fait de problèmes de santé[311],[312]. L'acte d'accusation du TPIY contre le général Ante Gotovina cite le meurtre d'au moins 150 civils serbes après la fin de l'opération Tempête[313]. Le comité croate des droits de l'homme recense 677 civils serbes tués lors de l'opération[314]. Louise Arbour, procureur au TPIY avance clairement que la légalité et la légitimité de l'opération elle-même n'est pas en cause mais qu'elle a la charge d'enquêter sur les crimes commis durant la campagne[315]. La cour rappelle que la légalité de l'opération Tempête ne relève pas de son pouvoir car le TPIY ne s'occupe que des crimes de guerre[316]. En 2011, Gotovina et Markač sont respectivement condamnés à 24 et 18 ans de prison. Čermak est acquitté pour tous les chefs d'accusation[37].

« La Chambre a conclu que les forces de l'armée croate et de la police spéciale avaient commis un très grand nombre de crimes à l'encontre de la population serbe au cours de l'Opération Tempête. Ces crimes ont été commis dans le cadre d'une entreprise criminelle commune dont l'objectif était de chasser définitivement la population serbe de la région de la Krajina, par la force ou la menace du recours à la force, et impliquait des expulsions, des transferts forcés, des persécutions ayant pris la forme de mesures restrictives et discriminatoires, d'attaques illégales contre des civils et des objectifs civils, d'expulsions et de transferts forcés. (...) La Chambre a conclu que Franjo Tuđman, alors le principal chef des Croates, président de la Croatie, était un membre clé de l'entreprise criminelle commune et qu'il voulait repeupler la Krajina avec des Croates. La Chambre a conclu qu'Ante Gotovina avait contribué à la planification et à la préparation de l'Opération Tempête. Par son comportement, y compris par les ordres qu'il a donnés d'attaquer illégalement des civils et des objectifs civils, Ante Gotovina a participé de manière importante à l'entreprise criminelle commune[317]. »

— Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, dans son verdict contre Ante Gotovina

Amnesty International publie une analyse détaillée à la fin de l'année 2010 sur les difficultés d'obtenir des condamnations pour les crimes de guerre commis dans les Balkans dans les années 1990 et les leçons devant être tirées[318].

Rôle de la Serbie[modifier | modifier le code]

Durant la guerre[modifier | modifier le code]

Les frontières sont toujours dictées par le fort, jamais par le faible… Nous considérons simplement qu'il est dans l'intérêt de la nation serbe de vivre dans un seul État.
Slobodan Milošević, 16 mars 1991, à propos de la dislocation de la Yougoslavie[319].
Territoires contrôlés par les forces serbes durant les Guerres de Yougoslavie. Il est clair que Milošević a essayé de créer une Grande Serbie rassemblant tous les Serbes au cours de la dislocation de la Yougoslavie[30],[320],[321],[322].

Si la Serbie et la Croatie ne se déclarent jamais la guerre, la Serbie est directement et indirectement impliquée dans la guerre à travers de nombreuses activités[239]. En premier lieu, elle fournit un soutien matériel à la JNA. À la suite de l'indépendance de plusieurs républiques de la fédération yougoslave, la Serbie fournit le plus gros du financement et des hommes destinés à l'effort de guerre à travers le contrôle serbe de la présidence yougoslave et du ministère fédéral de la défense[101]. Durant la guerre en Slovénie, un grand nombre de soldats croates et slovènes refusent de combattre et désertent de la JNA[126].

La Serbie soutient activement divers unités paramilitaires serbes combattant en Croatie[97],[98]. Même si aucun combat n'a lieu sur le sol serbe ou monténégrin, l'implication des deux est évidente du fait de la maintenance des camps de prisonniers en Serbie et au Monténégro où de nombreux crimes sont commis[164].

Le procès de Milošević au TPIY révèle de nombreux documents dé-classifiés relatifs à l'implication de la Serbie dans les guerres en Croatie et en Bosnie[129]. Les preuves présentées au tribunal montrent exactement comment la Serbie et la République fédérale de Yougoslavie ont financé la guerre, son soutien en armes et en matériels aux Serbes de Bosnie et de Croatie, et les structures administratives mises en place pour soutenir les armées des Serbes de Croatie et de Bosnie[100]. Il est établi que Belgrade, à travers le gouvernement fédéral, finance plus de 90 % du budget de la Krajina en 1993 ; que le conseil suprême de défense décide de dissimuler l'aide aux républiques serbes de Bosnie et de Krajina au public ; que la banque nationale de Krajina opère comme une branche de la banque nationale de Yougoslavie et qu'en mars 1994, les républiques de Yougoslavie, de Bosnie et de Krajina utilisent la même monnaie. De nombreux documents démontrent que le service fiscal de Krajina est intégré au sein du système fiscal serbe en mai 1991 et que, le soutien financier à la Krajina et à la république serbe de Bosnie a été à la cause de l'hyperinflation en Yougoslavie[100]. Le procès révèle que la JNA, le ministère de l'intérieur et d'autres entités (dont des groupes civils serbes et la police) arment les civils serbes et les milices de la RSK avant même l'escalade du conflit[100]. En 1993, le département d'État américain rapporte qu'immédiatement après les opérations des poches de Maslenica et de Medak, les autorités serbes ont envoyé un nombre substantiel de « volontaires » dans les territoires croates tenus par les Serbes[24]. Un ancien secrétaire de Željko Ražnatović témoigne à La Haye et confirme que le chef paramilitaire prend ses ordres, et son argent, directement auprès de la police politique contrôlée par Slobodan Milošević[323].

Ce degré de contrôle est reflété dans les négociations tenues à divers moment entre les autorités croates et la RSK car la direction serbe sous Milošević est régulièrement consultée et prend fréquemment des décisions pour le compte de la RSK[8]. L'accord d'Erdut qui met fin à la guerre est signé par un ministre de la RSK sur des instructions de Milošević[4],[228],[229]. L'étendue du contrôle de la Serbie sur la fédération yougoslave et sur la RSK est mise en évidence lors du procès de Milošević au TPIY[101],[228],[229].

Les médias d'État serbes sont utilisés pour pousser au conflit et enflammer la situation[324]. Pour cela, les médias falsifient délibérément les informations sur des événements qui n'ont jamais eu lieu ou déforment les informations pour justifier les actions de la RSK ou de la JNA. Ainsi, les médias rapportent que des Serbes ont été tués par la police croate lors des incidents à Pakrac même si à ce moment de la guerre, il n'y a eu encore aucun mort en Croatie[325]. De même, ils rejettent les rapports des médias indépendants sur les incendies à Dubrovnik provoqués par l'artillerie de la JNA comme étant une ruse des Croates qui brûlent des pneus dans la ville[326].

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Le mémorial du massacre d'Ovčara à Vukovar, où le président serbe Boris Tadić exprima ses « excuses et ses regrets » pour le massacre de Vukovar en 1991[327].

Après la mise en place de l'accord d'Erdut qui met fin aux combats en 1995, les relations entre la Croatie et la Serbie s'améliorent graduellement. Les deux pays rétablissent des relations diplomatiques en 1996[328]. Dans une affaire portée devant la Cour internationale de justice, la Croatie présente une plainte contre la république fédérale de Yougoslavie, le 2 juillet 1999, citant l'article IX de la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide[329]. Avec la transformation de la république fédérale de Yougoslavie en Serbie-et-Monténégro et la dissolution de ce pays en 2006, la Serbie est considérée comme son successeur légal[329]. Le dossier est rédigé pour la Croatie par l'avocat américain David B. Rivkin[330]. La Serbie réplique par une plainte pour génocide contre la république de Croatie, le 4 janvier 2010[331]. Le dossier serbe couvre les disparus, les tués, les réfugiés, les expulsés, toutes les actions militaires, les camps de concentration ainsi que les rapports historiques concernant les persécutions de Serbes commises par l'État indépendant de Croatie durant la Seconde Guerre mondiale[332].

En 2010, la Croatie et la Serbie améliorent encore leurs relations grâce à un accord visant à résoudre les derniers problèmes posés par les réfugiés[48], à la visite du président croate Ivo Josipović à Belgrade[49] et à celle du président serbe Boris Tadić à Zagreb et Vukovar. Durant leur rencontre à Vukovar, le président Tadić évoque ses « excuses et ses regrets » tandis que le président Josipović déclare qu'« aucun des crimes commis à cette époque ne serait impuni ». Ces déclarations sont faites lors d'une visite conjointe au mémorial d'Ovčara à proximité du site du massacre de Vukovar[327].

Rôle de la communauté internationale[modifier | modifier le code]

La guerre se développe à un moment où l'attention des États-Unis et du monde est tournée vers l'Irak, la Guerre du Golfe en 1991, lors d'une hausse des prix du pétrole et d'un ralentissement économique mondial[333]. Par la suite, il semble que la montée de l'influence des idéologies nationalistes et séparatistes ait été contrebalancée par les politiques de laisser-faire en Europe et en Russie[334]. Cela n'est pas unique aux Balkans car l'Occident refuse également d'intervenir au Rwanda en 1994.

En 1989, la communauté internationale tend à soutenir l'autorité du gouvernement yougoslave. L'ONU impose un embargo sur les armes à toutes les anciennes républiques yougoslaves[335] privant les républiques sécessionnistes de l'armement (qui est principalement contrôlé par les forces serbes[336]).

À la fin de l'année 1991, la reconnaissance officielle des nouveaux États de Slovénie et de Croatie ainsi que le statut de la république fédérale de Yougoslavie sont devenus un problème complexe pour les gouvernements étrangers. À la même période, les autres États nouvellement indépendants tels que la Lituanie, la Lettonie et l'Ukraine reconnaissent l'indépendance de la Slovénie. Dans le même temps, la Croatie et la Slovénie se reconnaissent mutuellement. La première reconnaissance officielle de la Croatie est faite par l'Islande le 19 décembre 1991[33]. Ensuite, entre le 19 et le 23 décembre, d'autres pays européens dont l'Allemagne, la Suède et l'Italie annoncent leur reconnaissance de l'indépendance de la Croatie et de la Slovénie[42]. La Communauté économique européenne dans son ensemble reconnait l'indépendance des deux républiques sécessionnistes le 15 janvier 1992.

Films et documentaires[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il n'y eut jamais de déclaration de guerre officielle. Les premiers affrontements armés furent l'incident de Pakrac le 1er mars 1991[1] et l'incident des lacs de Plitvice le 31 mars 1991 où eurent lieu les premières pertes[2]. La dernière grande opération militaire fut l'opération Tempête qui eut lieu du 4 au 8 août 1995[3]. Formellement les hostilités cessèrent avec les accords d'Erdut complétés par les accords de Dayton en novembre 1995[4].
  2. Il y eut également quelques affrontements en Bosnie-Herzégovine particulièrement à la fin 1994 et au début 1995.
  3. Trois mois après la défaite militaire de la République serbe de Krajina lors de l'opération Tempête[3], les accords d'Erdut soutenus par l'ONU furent signés entre les autorités serbes et croates le 12 novembre 1995[4]. L'accord prévoyait une période de transition de deux ans, par la suite allongée d'un an au cours duquel les territoires occupés par l'ONU devaient être transférés au gouvernement croate. Les casques bleus se retirèrent en 1998[5].
  4. Initialement, les régions autonomes de Kninska Krajina, de Slavonie occidentale et orientale combattaient séparément contre le gouvernement croate. Le 19 décembre 1991, les régions sont intégrées au sein de la République serbe de Krajina[6].
  5. Après que les anciennes républiques yougoslaves eurent déclaré leur indépendance, le Monténégro et la Serbie formèrent la République fédérale de Yougoslavie le 27 avril 1992. Les unités de la JNA furent démantelées peu après[7]. Les unités de la JNA composées de serbes participèrent aux opérations tout au long de l'année 1991 et jusqu'en mai 1992 aux cotés de la république serbe de Krajina[8].
  6. Entre 1992 et 1994, la république serbe de Bosnie fut parfois impliquée dans les opérations militaires en Croatie, principalement en fournissant du matériel et du ravitaillement. Il y eut également des bombardements aériens à partir de la base aérienne de Mahovljani près de Banja Luka et de manière plus importante des bombardements d'artillerie sur les villes croates de Slavonski Brod, Županja et Dubrovnik[9],[10].
  7. Le 25 juin 1991, le parlement croate proclame l'indépendance de la Croatie à la suite d'un référendum tenu en mai[11]. La décision fut suspendue durant trois mois[12] et devint effective le 8 octobre 1991[13].
  8. La Bosnie-Herzégovine joua un rôle important à la fin de la guerre en 1994-1995. À la suite des accords de Washington, l'armée croate était autorisée à pénétrer en Bosnie-Herzégovine ce qui lui permit de flanquer Knin, la capitale de la république serbe de Krajina[14].
  9. 6 222 tués dans la région de Krajina selon Dražen Živić[15] et 1 279 soldats de l'armée yougoslave selon des documents officiels yougoslaves.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Stephen Engelberg, « Belgrade Sends Troops to Croatia Town », The New York Times,‎ 3 mars 1991 (lire en ligne)
  2. a et b Chuck Sudetic, « Deadly Clash in a Yugoslav Republic », The New York Times,‎ 1er avril 1991 (lire en ligne)
  3. a, b, c, d, e et f Dean E. Murphy, « Croats Declare Victory, End Blitz », Los Angeles Times,‎ 8 août 1995 (lire en ligne)
  4. a, b, c, d, e, f et g Chris Hedges, « SERBS IN CROATIA RESOLVE KEY ISSUE BY GIVING UP LAND », The New York Times,‎ 12 novembre 1995 (lire en ligne)
  5. a, b et c Chris Hedges, « An Ethnic Morass Is Returned to Croatia », The New York Times,‎ 16 janvier 1998 (lire en ligne)
  6. a, b et c (en) Eastern Europe and the Commonwealth of Independent States, Routledge,‎ 1998 (ISBN 1-85743-058-1, lire en ligne), p. 272-278
  7. « Two Republics Transform Selves Into a New, Smaller Yugoslavia », The Los Angeles Times, Associated Press,‎ 28 avril 1992 (lire en ligne)
  8. a, b, c, d et e Chuck Sudetic, « Yugoslav Factions Agree to U.N. Plan to Halt Civil War », The New York Times,‎ 3 janvier 1992 (lire en ligne)
  9. Peter Maass, « Serb Artillery Hits Refugees - At Least 8 Die As Shells Hit Packed Stadium », The Seattle Times,‎ July 16, 1992 (lire en ligne)
  10. a et b Raymond Bonner, « Dubrovnik Finds Hint of Deja Vu in Serbian Artillery », The New York Times,‎ 17 août 1995 (lire en ligne)
  11. a et b Chuck Sudetic, « 2 YUGOSLAV STATES VOTE INDEPENDENCE TO PRESS DEMANDS », The New York Times,‎ 26 juin 1991 (lire en ligne)
  12. a, b et c Chuck Sudetic, « Conflict in Yugoslavia; 2 Yugoslav States Agree to Suspend Secession Process », The New York Times,‎ 29 juin 1991 (lire en ligne)
  13. a et b « Ceremonial session of the Croatian Parliament on the occasion of the Day of Independence of the Republic of Croatia (Zagreb, 7 octobre 2004) », sur Official web site of the Parliament of Croatia, Parlement de Croatie,‎ 7 octobre 2004 (consulté le 16 décembre 2010)
  14. a et b Steven Greenhouse, « Muslims and Bosnian Croats Give Birth to a New Federation », The New York Times,‎ 18 mars 1994 (lire en ligne)
  15. a et b Marko Attila Hoare, « Genocide in Bosnia and the failure of international justice », université Kingston,‎ avril 2008 (consulté le 23 mars 2011)
  16. a et b « Killed and missing persons from the territories of Republic Croatia and former Republic of Serb Krayina | the Polynational War Memorial », Polynational War Memorial (consulté le 7 février 2010)
  17. Meštrović 1996, p. 77
  18. a et b (sr) Savo Štrbac, « Zločini nad Srbima na prostoru Hrvatske u periodu 90-99 ("Crimes Against Serbs in the territory of Croatia in Period of 1990-1999") », Veritas - Bilten,‎ décembre 1999 (lire en ligne)
  19. a, b et c « Croatia: "Operation Storm" - still no justice ten years on », Amnesty International,‎ 26 août 2005 (consulté le 27 janvier 2011)
  20. a et b Goldstein 1999, p. 256
  21. a et b Dominelli 2007, p. 163
  22. a, b, c et d Darko Zubrinic, « Croatia within ex-Yugoslavia », Croatianhistory.net (consulté le 7 février 2010)
  23. (hr) « Utjecaj srbijanske agresije na stanovništvo Hrvatske ("Effects of Serbian aggression on population of Croatia") », sur Index.hr, Index promocija d.o.o.,‎ 11 décembre 2003 (consulté le 23 décembre 2010)
  24. a, b, c et d « CROATIA HUMAN RIGHTS PRACTICES, 1993 », US Department of State,‎ 31 janvier 1994 (consulté le 13 décembre 2010)
  25. a et b (hr) Mirko Bilandžić, « Hrvatska vojska u međunarodnim odnosima ("Croatian Army in International Relations") », Polemos: časopis za interdisciplinarna istraživanja rata i mira, Croatian Sociological Association and Jesenski & Turk Publishing House, vol. 11, no 22,‎ juillet 2008 (ISSN 1331-5595, lire en ligne)
  26. Darko Zubrinic, « The period of Croatia within ex-Yugoslavia (1918-1941, 1945-1991) », sur croatianhistory.net,‎ 1995 (consulté le 30 janvier 2011)
  27. a et b (sr) « Srbija-Hrvatska, temelj stabilnosti ("Serbia-Croatia, foundation of stability », B92,‎ 4 novembre 2010 (consulté le 22 décembre 2010)
  28. a et b Chuck Sudetic, « Army Rushes to Take a Croatian Town », The New York Times,‎ November 4, 1991 (lire en ligne)
  29. « Milan Martić verdict », TPIY,‎ 26 juin 2009 (consulté le 11 septembre 2010) : « Le tribunal a démontré que le président de la Serbie, Slobodan Milošević avait secrètement soutenu la préservation de la région autonome de Krajina au sein d'une Yougoslavie fédérale. Cette région devait évidemment être une province peuplée par des Serbes. Cet État devait être créé grâce à des incidents provoqués par des forces paramilitaires qui forceraient la JNA à intervenir. Initialement, la JNA devait intervenir pour séparer les deux parties en présence mais par la suite, la JNA sécuriserait les territoires du futur État serbe »
  30. a, b et c « Final report of the United Nations Commission of Experts established pursuant to security council resolution 780 (1992), Annex IV - The policy of ethnic cleansing », ONU,‎ 28 décembre 1994 (consulté le 19 mars 2011)
  31. « Milan Babić verdict », TPIY,‎ 26 juin 2009 (consulté le 11 septembre 2010)
  32. a et b Chuck Sudetic, « Serbs Refuse to Negotiate in Croatia », The New York Times,‎ 5 août 1991 (lire en ligne)
  33. a, b et c « Croatia Clashes Rise; Mediators Pessimistic », The New York Times,‎ 19 décembre 1993 (lire en ligne)
  34. (hr) Ivan Strižić, Bitka za Slunj-obrana i oslobađanje grada Slunja i općina Rakovice, Cetingrada, Saborsko i Plitvička Jezera od velikosrbske agresije, Zagreb, Naklada Hrvoje,‎ 2007 (ISBN 978-953-95750-0-5), p. 124
  35. a et b « Serb-Led Presidency Drafts Plan For New and Smaller Yugoslavia », The New York Times,‎ 27 décembre 1993 (lire en ligne)
  36. a et b « Milan Martić sentenced to 35 years for crimes against humanity and war crimes », International Criminal Tribunal for the former Yugoslavia,‎ 12 juin 2007 (consulté le 24 août 2010)
  37. a, b et c « Judgement Summary for Gotovina et al. », Haag, TPIY,‎ 15 avril 2011 (consulté le 15 avril 2011)
  38. Kadijević 1993, p. 134-135
  39. Bjelajac, Žunec, Boduszynski, Draschtak, Graovac, Kent, Malli, Pavlović, Vuić 2009, p. 241
  40. a, b et c « Yugoslavia Army Begins Offensive », The New York Times,‎ 18 octobre 1991 (lire en ligne)
  41. a et b Yigan Chazan, « Deadly Clash in a Yugoslav Republic », The Guardian,‎ 9 juin 1992 (lire en ligne)
  42. a, b, c et d Stephen Kinzer, « Slovenia and Croatia Get Bonn's Nod », The New York Times,‎ 24 décembre 1993 (lire en ligne)
  43. a et b Paul L. Montgomery, « 3 Ex-Yugoslav Republics Are Accepted Into U.N. », The New York Times,‎ 23 mai 1992 (lire en ligne)
  44. a et b (hr) « Republika Hrvatska i Domovinski rat 1990. - 1995. dokumenti ("Republic of Croatian and the Croatian War of Independence 1990-1995, documents") », Profil (consulté le 20 janvier 2011)
  45. a et b Roger Cohen, « CROATIA HITS AREA REBEL SERBS HOLD, CROSSING U.N. LINES », The New York Times,‎ 2 mai 1995 (lire en ligne)
  46. a et b (en) World of Information, Europe Review, Kogan Page,‎ 2003 (lire en ligne), p. 75
  47. a et b « Presidents apologise over Croatian war », sur BBC News Online, BBC,‎ 10 septembre 2003 (consulté le 7 février 2010)
  48. a et b « UN agency welcomes Serbia-Croatia agreement on refugee, return issues », Nations unies,‎ November 26, 2010 (consulté le 18 décembre 2010)
  49. a et b « Serbia and Croatia forge ties with talks in Belgrade », BBC News Online,‎ 18 juillet 2010 (consulté le 18 décembre 2010)
  50. Vesna Pešić, « Serbian Nationalism and the Origins of the Yugoslav Crisis », Peaceworks, Institut des États-Unis pour la paix, no 8,‎ avril 1996, p. 12 (lire en ligne)
  51. a et b « Kosovo », The New York Times,‎ 23 juillet 2010 (lire en ligne)
  52. Henry Kamm, « Yugoslav republic jealously guards its gains », The New York Times,‎ December 8, 1985 (lire en ligne)
  53. « A Kosovo Primer », Time (consulté le 10 décembre 2010)
  54. « Serbia's Vojvodina Regains Autonomy », Radio Free Europe/Radio Liberty,‎ 15 décembre 2009 (consulté le 10 décembre 2010)
  55. (hr) Damijan Guštin, « Slovenija, saveznica Hrvatske tijekom razlaza s jugoslavenskom državom (od "nenačelne koalicije" do raspada vojnog saveza 1989.-1991.) ("Slovenia - Ally of Croatia at the Break-up of the Yugoslav State: from "unprincipled Coalition" to the Breakdown of the military Alliance, 1989-1991)") », Časopis za suvremenu povijest, Hrvatski institut za povijest, vol. 40, no 1,‎ 1er juin 2008, p. 91-93 (ISSN 0590-9597, lire en ligne)
  56. Tim Judah, « Tyrant's defeat marks Serbs' day of destiny », The Guardian,‎ 1er juillet 2001 (lire en ligne)
  57. « Vojislav Seselj indictment », Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie,‎ January 15, 2003 (consulté le 8 octobre 2010)
  58. « Slobodan Milosevic Transcript, case NO. IT-94-1-T »,‎ 4 décembre 2002 (consulté le 27 janvier 2011)
  59. « A Country Study: Yugoslavia (Former): Political Innovation and the 1974 Constitution (chapter 4) », The Library of Congress (consulté le 27 janvier 2011)
  60. Henry Kamm, « Yugoslav Police Fight Off A Siege In Provincial City », New York Times,‎ 9 octobre 1988 (lire en ligne)
  61. « Leaders of a Republic In Yugoslavia Resign », The New York Times, Reuters,‎ 12 janvier 1989 (lire en ligne)
  62. Frucht 2005, p. 433
  63. Branka Magas, « Obituary: Franjo Tudjman », The Guardian,‎ 13 décembre 1999 (lire en ligne)
  64. (hr) Ivica Radoš, « Tuđmana je za posjeta Americi 1987. trebao ubiti srpski vojni likvidator ("Durant sa visite aux États-Unis en 1987, Tuđman devait être tué par un assassin serbe") », Večernji list,‎ 9 décembre 2009 (lire en ligne)
  65. (hr) Davor Pauković, « Posljednji kongres Saveza komunista Jugoslavije: uzroci, tijek i posljedice raspada ("Last Congress of the League of Communists of Yugoslavia: Causes, Consequences and Course of Dissolution") », Časopis za suvremenu povijest, Centar za politološka istraživanja, vol. 1, no 1,‎ 1er juin 2008, p. 21-33 (ISSN 1847-2397, lire en ligne)
  66. « Ivica Racan », The Times,‎ 30 avril 2007 (lire en ligne)
  67. Goldstein 1999, p. 214
  68. « The Prosecutor v. Milan Babic - Factual Statement », TPIY,‎ 2004 (consulté le 21 janvier 2011)
  69. Ramet 2006, p. 382
  70. « Yugoslavia: Demonstrations in Croatia and Vojvodina », UNCHR,‎ 1er mai 1990 (consulté le 11 décembre 2010)
  71. « EVOLUTION IN EUROPE; Yugoslavia Hopes for Free Vote in '90 », The New York Times,‎ 23 avril 1990 (lire en ligne)
  72. a et b « EVOLUTION IN EUROPE; Conservatives Win in Croatia », The New York Times,‎ 9 mai 1990 (lire en ligne)
  73. « Day When Maksimir Stadium Went up in Flames », Dalje.com,‎ 13 mai 2009 (consulté le 19 janvier 2011)
  74. a, b, c, d et e TPIY, « The Prosecutor vs. Milan Martic (paragraph 127-150) »,‎ 12 juin 2007 (consulté le 11 août 2010)
  75. a et b Bjelajac, Žunec, Boduszynski, Draschtak, Graovac, Kent, Malli, Pavlović, Vuić 2009, p. 239
  76. « Croatia in Yugoslavia, 1945-91 », sur Encyclopædia Britannica, Encyclopædia Britannica, Inc. (consulté le 18 novembre 2010)
  77. (hr) Dada Zečić, « U Hrvatskoj živi oko 202 tisuće Srba ("Approximately 202 thousand Serbs live in Croatia") », Vjesnik, Narodne novine d.d.,‎ 11 juin 2002 (lire en ligne)
  78. a et b « Crisis in the Kremlin; Croatia Takes Right to Secede », The New York Times, Associated Press,‎ 22 décembre 1990 (lire en ligne)
  79. Vesna Pešić, « Serbian Nationalism and the Origins of the Yugoslav Crisis », Peaceworks, Institut des États-Unis pour la paix, no 8,‎ avril 1996, p. 11, 26 (lire en ligne)
  80. Chuck Sudetic, « Croatia's Serbs Declare Their Autonomy », The New York Times,‎ 2 octobre 1990 (lire en ligne)
  81. Chuck Sudetic, « Serb Minority Seek Role in a Separate Croatia », The New York Times,‎ 7 août 1990 (lire en ligne)
  82. a et b « Roads Sealed as Yugoslav Unrest Mounts », The New York Times, Reuters,‎ 19 août 1990 (lire en ligne)
  83. « Armed Serbs Guard Highways in Croatia During référendum », The New York Times,‎ 20 août 1990 (lire en ligne)
  84. « IWPR news report: Martic "Provoked" Croatian Conflict », sur iwpr.net, Institute for War and Peace Reporting,‎ 17 février 2006 (consulté le 7 février 2010)
  85. Chuck Sudetic, « Truce in Croatia on Edge of Collapse », The New York Times,‎ 19 août 1991 (lire en ligne)
  86. « Milan Babić Transcript », TPIY,‎ 17 février 2006 (consulté le 10 janvier 2011)
  87. « History-Territorial Defence », Forces armées slovènes (consulté le 11 décembre 2010)
  88. Bjelajac, Žunec, Boduszynski, Draschtak, Graovac, Kent, Malli, Pavlović, Vuić 2009, p. 237, 240
  89. « Defiant Yugoslav Republics Brace for Assault », The New York Times, Associated Press,‎ 20 janvier 1991 (lire en ligne)
  90. Chuck Sudetic, « Yugoslavia Warns Croatia to Disarm Its Forces », The New York Times,‎ 22 janvier 1991 (lire en ligne)
  91. Chuck Sudetic, « Defiant Croatian Republic Refuses to Disarm Paramilitary Police », The New York Times,‎ 25 janvier 1991 (lire en ligne)
  92. Chuck Sudetic, « Confrontation in Yugoslavia Headed Off », The New York Times,‎ 27 janvier 1991 (lire en ligne)
  93. (sr) Aleksandar Radić, « Vežba Avala-Jugoslovenska odbrana od Varšavskog pakta 1968. godine ("The Avala exercise-Yugoslav defense from the Warsaw Pact in 1968") », Istorija 20. veka, Belgrade, Institut za savremenu istoriju, no 2,‎ 2006 (ISSN 0352-3160, lire en ligne)
  94. Western European Union 1986, p. 107
  95. (en) Alastair Finlan, The Collapse of Yugoslavia, 1991-1999, Osprey Publishing,‎ 2004 (ISBN 1841768057 et 9781841768052, lire en ligne), p. 20-21
  96. Stephen Engelberg, « Yugoslav Ethnic Hatreds Raise Fears of a War Without an End », The New York Times,‎ 23 décembre 1991 (lire en ligne)
  97. a, b, c et d (sr) « 69 hrvatskih civila ubijeno u Lovasu u oktobru 1991. ("69 Croatian civilians killed in Lovas in October 1991") », B92,‎ 20 octobre 2010 (consulté le 22 décembre 2010)
  98. a, b et c Special Forces « Final report of the United Nations Commission of Experts, established pursuant to UN Security Council resolution 780 (1992), Annex III.A Special forces ; S/1994/674/Add.2 (Vol. IV) », School of Humanities, Languages and Social Sciences (UWE),‎ 27 mai 1994 (consulté le 20 octobre 2010)
  99. « Use of mercenaries as a means of violating human rights and impeding the exercise of the right of peoples to self-determination - Note by the Secretary-General », United Nations,‎ 29 août 1995 (consulté le 23 janvier 2011)
  100. a, b, c, d et e « Weighing the Evidence », Human Rights Watch,‎ 13 décembre 2006 (consulté le 18 novembre 2010)
  101. a, b et c (sr) « IZJAVA NA OSNOVU PRAVILA 89 (F) ("STATEMENT PURSUANT TO RULE 89 (F) », International Criminal Tribunal for the former Yugoslavia,‎ 16 novembre 2003 (consulté le 18 janvier 2011)
  102. Georg Mader, « Croatia's embargoed air force », World Air Power Journal, Londres, Aerospace Publishing, vol. 24, no Printemps,‎ 2006, p. 145 (ISBN 1-874023-66-2)
  103. Blaskovich 1997, p. 5
  104. Frucht 2005, p. 562
  105. a et b (en) Nigel Thomas, The Yugoslav Wars: Slovenia & Croatia 1991-95, Osprey Publishing,‎ 2006 (ISBN 1841769630 et 9781841769639, lire en ligne), p. 21-25
  106. a et b Chuck Sudetic, « Shells Still Fall on Croatian Towns Despite Truce », The New York Times,‎ 6 octobre 1991 (lire en ligne)
  107. (hr) Berislav Jelinić, « Život nakon rata za tuđu domovinu ("Life after a war for a foreign homeland") », Nacional,‎ 24 novembre 2009 (consulté le 23 janvier 2011)
  108. a, b, c et d Ramet 2006, p. 452
  109. Roger Cohen, « Arms Trafficking to Bosnia Goes On Despite Embargo », The New York Times,‎ 5 novembre 1994 (lire en ligne)
  110. Stephen Engelberg, « Serb-Croat Showdown in One Village Square », The New York Times,‎ 4 mars 1991 (lire en ligne)
  111. « 19th anniversary of Plitvice action commemorated », sur morh.hr, Ministère de la Défense de Croatie,‎ 31 mars 2010 (consulté le 11 septembre 2010)
  112. « osrh.hr » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  113. John Pike, « Serbo-Croatian War », GlobalSecurity.org,‎ 20 octobre 2005 (consulté le 7 février 2010)
  114. Celestine Bohlen, « New Crisis Grips Yugoslavia Over Rotation of Leadership », The New York Times,‎ 16 mai 1991 (lire en ligne)
  115. Celestine Bohlen, « Yugoslavia Fails to Fill Presidency », The New York Times,‎ 18 mai 1991 (lire en ligne)
  116. Chuck Sudetic, « CROATIA REJECTS A YUGOSLAV PANEL », The New York Times,‎ 19 mai 1991 (lire en ligne)
  117. « Croatia Calls for EC-Style Yugoslavia », Los Angeles Times,‎ 16 juillet 1991 (lire en ligne)
  118. (hr) « ODLUKA o raspisu référenduma ("DECISION on référendum") », Narodne Novine, Narodne Novine d.d.,‎ 2 mai 1991 (lire en ligne)
  119. Chuck Sudetic, « Croatia Votes for Sovereignty and Confederation », The New York Times,‎ 20 mai 1991 (lire en ligne)
  120. (hr) « DEKLARACIJA o proglašenju suverene i samostalne Republike Hrvatske ("DECLARATION on proclamation of sovereign and independent Republic of Croatia") », Narodne Novine, Narodne Novine d.d.,‎ 25 juin 1991 (lire en ligne)
  121. Chuck Sudetic, « Conflict in Yugoslavia; Yugoslav Troops Battle Slovenes, Ending Cease-Fire », The New York Times,‎ 3 juillet 1991 (lire en ligne)
  122. Carol J. Williams, « Yugoslavia to Withdraw Troops From Slovenia », Los Angeles Times,‎ 19 juillet 1991 (lire en ligne)
  123. Alan Riding, « Europeans Warn on Yugoslav Split », The New York Times,‎ 26 juin 1991 (lire en ligne)
  124. a et b « Army Leaves More Towns in Croatia », Los Angeles Times,‎ 29 septembre 1991 (lire en ligne)
  125. a et b Charles T. Powers, « Serbian Forces Press Fight for Major Chunk of Croatia », Los Angeles Times,‎ 1er août 1991 (lire en ligne)
  126. a et b Stephen Engelberg, « Yugoslav Army Revamping Itself After Setbacks », The New York Times,‎ 16 juillet 1991 (lire en ligne)
  127. « Croatia and the Federal Republic of Yugoslavia (FRY): Military Service », Immigration and Refugee Board of Canada,‎ 1er septembre 1993 (consulté le 13 décembre 2010)
  128. Chuck Sudetic, « Croat Turn Down a New Peace Pact », The New York Times,‎ 24 juillet 1991 (lire en ligne)
  129. a et b Stephen Engelberg, « Serbia Sending Supplies to Compatriots in Croatia », The New York Times,‎ 27 juillet 1991 (lire en ligne)
  130. « Yugoslav Army Driving on Dubrovnik, 2 Other Cities », Los Angeles Times, Associated Press,‎ 3 octobre 1991 (lire en ligne)
  131. Carol J. Williams, « Belgrade Gets a Final Warning From EC », Los Angeles Times,‎ 4 novembre 1991 (lire en ligne)
  132. Charles T. Powers, « 30 Killed as Croatia Battles Rage Unabated », Los Angeles Times,‎ 28 juillet 1991 (lire en ligne)
  133. « Croatia Says Missiles Aimed at Its Fighters », Los Angeles Times, Reuters,‎ 29 décembre 1991 (lire en ligne)
  134. Christopher Bellamy, « Croatia built 'web of contacts' to evade weapons embargo », The Independent,‎ 10 octobre 1992 (lire en ligne)
  135. Nathaniel C. Nash, « Chilean Arms Shipment to Croatia Stirs Tensions », The New York Times,‎ 11 janvier 1992 (lire en ligne)
  136. Chuck Sudetic, « Fighting May Unravel Yugoslav Truce », The New York Times,‎ 24 août 1991 (lire en ligne)
  137. Chuck Sudetic, « New Croatia Strife After Bonn Warning », The New York Times,‎ 26 août 1991 (lire en ligne)
  138. Chuck Sudetic, « Croatia Angrily Sets Deadline on Truce », New York Times,‎ 23 août 1991 (lire en ligne)
  139. (hr) Vlado Vurušić, « Vukovar 18.11.1991.: 4004 branitelja, 81.884 agresora ("Vukovar 18.11.1991: 4004 defenders, 81.884 aggressors") », Jutarnji list, Europapress Holding,‎ 18 novembre 2006 (lire en ligne)
  140. Gabriel Partos, « Vukovar massacre: What happened », BBC,‎ 13 juin 2003 (consulté le 15 décembre 2010)
  141. « 15,000 Recall Siege of Vukovar in 1991 », The New York Times,‎ 19 novembre 2001 (lire en ligne)
  142. Chuck Sudetic, « Navy Blockade of Croatia Is Renewed », The New York Times,‎ 3 octobre 1991 (lire en ligne)
  143. « Yugoslav Planes Attack Croatian Presidential Palace », The New York Times,‎ 8 octobre 1991 (lire en ligne)
  144. Carol J. Williams, « Croatia Leader's Palace Attacked », Los Angeles Times,‎ 8 octobre 1991 (lire en ligne)
  145. Bjelajac, Žunec, Boduszynski, Draschtak, Graovac, Kent, Malli, Pavlović, Vuić 2009, p. 249-250
  146. David Binder, « Old City Totters in Yugoslav Siege », The New York Times,‎ 9 novembre 1991 (lire en ligne)
  147. Alan Riding, « European Nations Declare Sanctions Against Belgrade », The New York Times,‎ 9 novembre 1991 (lire en ligne)
  148. Joseph Pearson, « Dubrovnik's Artistic Patrimony, and its Role in War Reporting », European History Quarterly, vol. 40, no 2,‎ 1991, p. 197-216
  149. « Chronology for Serbs in Croatia », Minorities at Risk,‎ 2004 (consulté le 5 janvier 2011)
  150. Bjelajac, Žunec, Boduszynski, Draschtak, Graovac, Kent, Malli, Pavlović, Vuić 2009, p. 245
  151. a, b et c (hr) Željko Krušelj, « "Orkan" i "Otkos" raspršili velikosrpske planove (""Otkos" and "Orkan" disperse plans of a Greater Serbia") », Vjesnik, Narodne Novine d.d.,‎ 24 décembre 2005 (lire en ligne)
  152. a et b « Observers Blame Serb-Led Army For Escalating War in Croatia », The New York Times,‎ 3 décembre 1991 (lire en ligne)
  153. Chuck Sudetic, « Croats Concede Danube Town's Loss », The New York Times,‎ 18 novembre 1991 (lire en ligne)
  154. « Yugoslavia - further reports of torture », Amnesty International,‎ March 1992 (consulté le 15 décembre 2010)
  155. « Prime Minister Ivo Sanader: "Vukovar Defended Itself and Croatia" », Weekly bulletin, Embassy of the Republic of Croatia, Washington DC, USA, vol. 2, no 47,‎ 18 novembre 2005, p. 6 (lire en ligne)
  156. a et b « Croatia war-crimes suspect extradited », Turner Broadcasting System,‎ 16 novembre 2001 (consulté le 19 décembre 2010)
  157. (hr) Eduard Šoštarić, « Bitka za jedrenjak 'Jadran' ("Battle for 'Jadran' sailing ship") », NCL Media Grupa d.o.o.,‎ 8 juillet 2008 (consulté le 25 janvier 2011)
  158. (hr) Stjepan Bernardić, « Admiral Letica je naredio: Raspali! ("Admiral Letica ordered: Fire!") », Slobodna Dalmacija, Europapress Holding,‎ 15 novembre 2004 (lire en ligne)
  159. a et b Chuck Sudetic, « Fighting in Bosnia Eases Under Truce », New York Times,‎ 20 juin 1993 (lire en ligne)
  160. Allain Pellet, « The Opinions of the Badinter Arbitration Committee: A Second Breath for the Self-Determination of Peoples », European Journal of International Law, vol. 3, no 1,‎ 1992, p. 178-185 (lire en ligne)
  161. Chuck Sudetic, « 5 European Observers Are Killed As Yugoslav Troops Down Copter », The New York Times,‎ 8 janvier 1992 (lire en ligne)
  162. Carol J. Williams, « Roadblock Stalls U.N.'s Yugoslavia Deployment », Los Angeles Times,‎ 29 janvier 1992 (lire en ligne)
  163. a et b Carol J. Williams, « Non-Serbs in Croatian Zone Forced to Leave », The New York Times,‎ 9 mai 1992 (lire en ligne)
  164. a, b, c, d et e Annex VIII: Prison camps « Final report of the United Nations Commission of Experts, established pursuant to the UN Security Council Resolution 780 (1992), Annex VIII-Prison camps; Under the Direction of: M. Cherif Bassiouni; S/1994/674/Add.2 (Vol. IV) », School of Humanities, Languages and Social Sciences (UWE),‎ 27 mai 1994 (consulté le 20 octobre 2010)
  165. Michael T. Kaufman, « Croatian Troops Hit Serbian Area », The New York Times,‎ 24 juin 1992 (lire en ligne)
  166. Michael T. Kaufman, « The Walls and the Will of Dubrovnik », The New York Times,‎ 15 juillet 1992 (lire en ligne)
  167. a et b « Prevlaka Peninsula-UNMOP-Background », United Nations (consulté le 17 décembre 2010)
  168. Chuck Sudetic, « Croats Battle Serbs for a Key Bridge Near the Adriatic », The New York Times,‎ 24 janvier 1992 (lire en ligne)
  169. Bjelajac, Žunec, Boduszynski, Draschtak, Graovac, Kent, Malli, Pavlović, Vuić 2009, p. 242
  170. Chuck Sudetic, « YUGOSLAV LEADER THREATENS CROATS », The New York Times,‎ 25 janvier 1992 (lire en ligne)
  171. (hr) « 'Maslenica' obilježava 14.obljetnicu ("'Maslenica' marks its 14th anniversary") », sur dnevnik.hr, Nova TV,‎ 20 janvier 2007 (consulté le 21 janvier 2011)
  172. a et b John Darnton, « Battle for Dam in Croatia Grows, Ousting U.N. Force », The New York Times,‎ 29 janvier 1992 (lire en ligne)
  173. a et b John Darnton, « Croats Rush Work on Crumbling Dam », The New York Times,‎ 29 janvier 1992 (lire en ligne)
  174. Carol J. Williams, « Croats Rush to Drain Massive Lake Behind Dam », Los Angeles Times,‎ 30 janvier 1993 (lire en ligne)
  175. Tom Wilkie, « Unsung army officer saved 20,000 lives », The Independent,‎ 16 septembre 1995 (lire en ligne)
  176. Daniel Simpson, « Croatia Protects a General Charged With War Crimes », The New York Times,‎ 3 décembre 2002 (lire en ligne)
  177. a et b « CT/MO/1015e-RAHIM ADEMI AND MIRKO NORAC CASE TRANSFERRED TO CROATIA »,‎ 1er novembre 2005 (consulté le 12 août 2008) : « Aujourd'hui, 1er novembre 2005, l'affaire Rahim Ademi et Mirko Norac a été officiellement transférée aux autorités croates par le TPIY. C'est la première affaire dans laquelle des personnes déjà condamnées par le TPIY sont déférées en Croatie. C'est la seule affaire, parmi les 10, où le tribunal a demandé le transfert en Croatie. »
  178. a, b et c « Croatia jails war crimes general », BBC (consulté le 12 août 2008) : « Il fut condamné à sept ans de prison pour ne pas avoir empêché ses soldats de tuer et de torturer des Serbes en 1993... L'acte d'accusation incluait le meurtre de 28 civils et de cinq prisonniers dont certains avaient été torturés. »
  179. Lee Windsor, « Professionalism Under Fire », The Army Doctrine and Training Bulletin, Canadian Forces Land Force Command, vol. 4, no 3,‎ 2001, p. 20-27 (lire en ligne)
  180. (hr) « Kanađani odlikovani za lažnu bitku ("Canadians decorated for fictitious battle") », Nacional,‎ 11 décembre 2002 (lire en ligne)
  181. « Medak Pocket battle 'a myth' », sur Canada.com, Postmedia News,‎ 20 septembre 2007 (consulté le 25 janvier 2011)
  182. a et b (hr) « Policajac UN-a: Cijeli Medački džep bio planski uništen ("UN Police Officer: Entire Medak Pocket was Destroyed on Purpose") », sur dnevnik.hr, Nova TV,‎ 21 février 2008 (consulté le 25 janvier 2011) : « Upitan o navodnom sukobu Hrvatske vojske i kanadskog bataljuna McGuinnes je rekao da je do razmjene vatre došlo jednom ili dva puta, ali da ozlijeđenih nije bilo. [Questionné sur un prétendu affrontement entre l'armée croate et le bataillon canadien, Mac Guinness écrivit que des tirs avaient été échangés mais qu'il n'y avait eu aucune victime] »
  183. « MARTIC OWED HIS FAME TO THE KNIN ROADBLOCKS », Sense-Agency,‎ 16 janvier 2006 (consulté le 11 septembre 2010)
  184. « The Prosecutor vs. Milan Martic (paragraph 335-336) », TPIY,‎ 12 juin 2007 (consulté le 7 octobre 2010) : « Les efforts pour unifier la Krajina croate et la Krajina bosniaque continuèrent jusqu'en 1995. Les preuves montrent que la direction de la RSK cherchait une alliance sinon une intégration au sein de la république serbe de Bosnie et que Milan Martić était en faveur d'une telle fusion. Dans une lettre datée du 3 avril 1993 écrite au nom des « Serbes de RSK », Milan Martic militait pour une fusion de « deux États serbes en prélude à l'établissement d'un État de tous les Serbes ». De plus, le tribunal rappelle les preuves concernant l'opération Koridor 92. Le 21 janvier 1994, durant la campagne pour la présidence de la RSK, il avança qu'il « accélérerait le processus d'unification et qu'il transmettrait le relais à Slobodan Milošević ». »
  185. « UN Security Council resolution 871 (1993) on the situation in Former Yugoslavia »,‎ 3 octobre 1993 (consulté le 11 septembre 2010) : « 7. Souligne l'importance qu'il attache, en tant que première étape vers la mise en œuvre du plan de maintien de la paix des Nations unies pour la République de Croatie, au processus de rétablissement de l'autorité de la République de Croatie dans les « zones roses », et dans ce contexte, appelle à la réactivation de la Commission mixte établie sous la présidence de la FORPRONU ; 8. Prie instamment toutes les parties et autres intéressés de coopérer avec la FORPRONU pour conclure et appliquer un accord sur des mesures de confiance, notamment le rétablissement de l'alimentation en électricité et en eau et des voies de communication dans toutes les régions de la République de Croatie, et souligne dans ce contexte, l'importance qu'il attache à l'ouverture de la voie ferrée reliant Zagreb et Split, de la route entre Zagreb et Zupanja et du pipeline pétrolier de l'Adriatique, ainsi qu'à l'assurance d'un trafic ininterrompu dans le détroit de Maslenica et qu'au rétablissement de l'alimentation en électricité et en eau de toutes les régions de la République de Croatie, y compris les Zones protégées des Nations unies; »
  186. John F. Burns, « Croats Claim Their Own Slice of Bosnia », The New York Times,‎ 6 juillet 1992 (lire en ligne)
  187. Blaskovich 1997, p. 103
  188. Paul Lewis, « U.N. Security Council Warns Croatia on Troops in Bosnia », The New York Times,‎ 4 février 1994 (lire en ligne)
  189. Doyle McManus, « Croats, Muslims Summoned to U.S. for Talks », Los Angeles Times,‎ 25 février 1994 (lire en ligne)
  190. William E. Schmidt, « Croats and Muslims Reach Truce To End the Other Bosnia Conflict », The New York Times,‎ 24 février 1994 (lire en ligne)
  191. « Christopher Hears Demands Of 2 Warring Bosnia Sides », The New York Times,‎ 27 février 1994 (lire en ligne)
  192. Stephen Kinzer, « Croatian Leader Backs Pact by Bosnia's Muslims and Croats », The New York Times,‎ 4 mars 1994 (lire en ligne)
  193. « Bosnia and Herzegovina-Background », Central Intelligence Agency (consulté le 11 septembre 2010) : « La déclaration de souveraineté de la Bosnie-Herzégovine en octobre 1991 fut suivie par une déclaration d'indépendance vis-à-vis de l'ancienne Yougoslavie le 3 mars 1992 après une référendum boycotté par les Serbes. Les Serbes de Bosnie soutenus par la Serbie et le Monténégro voisins répondirent par une résistance armée visant à diviser la république selon des critères ethniques et à regrouper les territoires tenus par les Serbes afin de former une « Grande Serbie ». En mars 1994, les Bosniaques et les Croates réduisirent le nombre de belligérants de trois à deux en créant une fédération conjointe entre les Croates de Bosnie et les Bosniaques. »
  194. Chuck Sudetic, « Bosnian Army and Croats Drive Serbs Out of a Town », The New York Times,‎ 4 novembre 1994 (lire en ligne)
  195. Roger Cohen, « Croatia Is Set to End Mandate Of U.N. Force on Its Territory », The New York Times,‎ 12 janvier 1995 (lire en ligne)
  196. (en) Steven L. Burg et Paul S. Shoup, The War in Bosnia-Herzegovina: Ethnic Conflict and International Intervention, M. E. Sharpe,‎ 2000 (ISBN 1563243091 et 9781563243097, lire en ligne), p. 331
  197. Stephen Kinzer, « Opened Road in Croatia: Path to Peace? », The New York Times,‎ 4 janvier 1995 (lire en ligne)
  198. Roger Cohen, « CONFLICT IN THE BALKANS: IN CROATIA; Balkan War May Spread Into Croatia », The New York Times,‎ 12 décembre 1994 (lire en ligne)
  199. Roger Cohen, « Hard-Fought Ground », The New York Times,‎ 28 octobre 1994 (lire en ligne)
  200. (en) Mark Bucknam, Responsibility of Command, Maxwell Air Force Base, Air University Press,‎ 2003 (ISBN 1-58566-115-5, OCLC 52199670), p. 182-83
  201. « Croatia - Operation Storm 1995 », GlobalSecurity.org (consulté le 17 janvier 2011)
  202. David Isenberg, « MPRI Couldn't Read Minds: Let's Sue Them », sur The Huffington Post,‎ 19 août 2010 (consulté le 17 janvier 2011)
  203. « Croatia Tells U.N. Troop Accord Ends », The New York Times,‎ 13 janvier 1995 (lire en ligne)
  204. « Croatian Serbs Won't Even Look At Plan for Limited Autonomy », The New York Times,‎ 31 janvier 1995 (lire en ligne)
  205. Raymond Bonner, « Croatia's Serbs Balk at a New U.N. Role », The New York Times,‎ 14 mars 1995 (lire en ligne)
  206. Christopher S. Wren, « U.N. Votes to Keep Its Troops In Balkans for 8 More Months », The New York Times,‎ 1er avril 1995 (lire en ligne)
  207. Roger Cohen, « REBEL SERBS SHELL CROATIAN CAPITAL », The New York Times,‎ 3 mai 1995 (lire en ligne)
  208. Roger Cohen, « Rebel Serbs Pound Zagreb for Second Day », The New York Times,‎ May 4, 1995 (lire en ligne)
  209. Roger Cohen, « Serbia Moves Tanks to Croatia Border », The New York Times,‎ 7 mai 1995 (lire en ligne)
  210. Tony Barber, « Croats ready to hurl troops into battle of Bihać », Independent,‎ 28 octobre 1995 (consulté le 13 octobre 2010)
  211. William D. Montalbano, « Balkan War Looms as Croatia Widens Its Reach », Los Angeles Times,‎ 1er août 1995 (lire en ligne)
  212. « Croatia to Assist Bosnia », The New York Times,‎ 23 juillet 1995 (lire en ligne)
  213. : (en) William Shawcross, Deliver Us From Evil: Peacekeepers, Warlords and a World of Endless Conflict, Simon & Schuster,‎ 2001 (ISBN 0743225775, lire en ligne), p. 175
  214. Alan Cowell, « Croatia Presses Offensive Against Serbs », The New York Times,‎ 30 juillet 1995 (lire en ligne)
  215. « The Croatian Offensive », The New York Times,‎ 8 août 1995 (lire en ligne)
  216. (sr) Drago Kovačević et Miodrag Linta, Kavez: Krajina u dogovorenom ratu ("Cage: Krajina in an Arranged War"), Belgrade, Srpski demokratski forum,‎ 2003 (ISBN 8683759040 et 9788683759040, lire en ligne), p. 93-94
  217. (sr) Milisav Sekulić, Knin je pao u Beogradu ("Knin Fell in Belgrade, Nidda Verlag"),‎ 2000 (lire en ligne), p. 171-246
  218. (sr) Marko Vrcelj, Rat za Srpsku Krajinu: 1991-1995 ("War for Serbian Krajina: 1991-1995"), Belgrade, Srpsko kulturno društvo "Zora",‎ 2002 (ISBN 9788683809066, lire en ligne), p. 212-222
  219. « Marko Attila Hoare » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  220. Barić, Nikica: Srpska pobuna u Hrvatskoj 1990.-1995., Golden marketing. Tehnička knjiga, Zagreb, 2005
  221. Matt Prodger, « Evicted Serbs remember Storm », sur BBC News Online, BBC,‎ 5 août 2005 (consulté le 23 décembre 2010)
  222. « Croatia marks Storm anniversary », BBC News,‎ 5 août 2005 (consulté le 23 décembre 2010)
  223. « World Refugee Survey-Croatia », U.S. Committee for Refugees and Immigrants (consulté le 19 novembre 2010)
  224. « Croatia's President Pledges To Retake Serb-Held Enclave », The New York Times,‎ 27 août 1995 (lire en ligne)
  225. Chris Hedges, « Croatia Reported to Move Troops to Disputed Serb Region », The New York Times,‎ 15 octobre 1995 (lire en ligne)
  226. « Croatian President Again Threatent Attack », The New York Times, Reuters,‎ 5 novembre 1995 (lire en ligne)
  227. « The Erdut Agreement », Institut des États-Unis pour la paix,‎ 12 novembre 1995 (consulté le 17 janvier 2011)
  228. a, b et c René van der Linden, « Croatia's request for membership of the Council of Europe - Report », Conseil de l'Europe,‎ 29 mars 1996 (consulté le 17 janvier 2011)
  229. a, b et c « Slobodan Milošević trial - Transcript », International Criminal Tribunal for the former Yugoslavia,‎ 15 octobre 2003 (consulté le 17 janvier 2011), p. 27555-27556
  230. (hr) Josip Čerina, « Branitelji benkovačkog kraja u domovinskom ratu ("Croatian War Veterans of the Benkovac Area in the Croatian War of Independence") », Društvena istraživanja, Ivo Pilar Institute of Social Sciences, vol. 17, no 3,‎ juillet 2008 (ISSN 1330-0288, lire en ligne)
  231. Amy Fallon, « Serbian war crimes suspect Mile Bosnic arrested in Gloucester », The Guardian,‎ 2 avril 2010 (lire en ligne)
  232. Roger Cohen, « Croatia Is Set to End Mandate Of U.N. Force on Its Territory », The New York Times,‎ 12 janvier 1995 (lire en ligne)
  233. « Croatia marks massacre in Vukovar », sur BBC News Online, BBC,‎ 18 novembre 2006 (consulté le 16 décembre 2010)
  234. Trevor Bormann, « The real captain Dragan », ABC News (Australie),‎ 28 septembre 2010 (consulté le 16 décembre 2010)
  235. a, b et c Bjelajac, Žunec, Boduszynski, Draschtak, Graovac, Kent, Malli, Pavlović, Vuić 2009, p. 238-239
  236. (de) Daniel Böhmer, « Warum sollte Serbien Mladic schützen ? ("Why should Serbia protect Mladic ?") », Die Welt,‎ 17 octobre 2009 (lire en ligne) :

    « Boris Tadic: "Eine Täterrolle für Serbien muss ich ablehnen. Das war ein Bürgerkrieg, und daran war jeder beteiligt. Wir alle müssen uns unserer Verantwortung stellen" (Traduction : "Je refuse le rôle de criminel pour la Serbie. Il s'agissait d'une guerre civile et tout le monde y était impliqué. Nous devons tous prendre nos responsabilités.") »

  237. « PROSECUTOR v. DUSKO TADIC a/k/a "DULE" », TPIY,‎ 5 octobre 1995 (consulté le 19 janvier 2011) : « Le conflit armé dans l'ancienne Yougoslavie commença peu après la déclaration d'indépendance de la Slovénie et de la Croatie le 25 juin 1991 entre les forces militaires de la Fédération de Yougoslavie et la Croatie et la Slovénie. Un tel conflit armé doit évidemment être considéré comme interne car les déclarations d'indépendance furent suspendues durant trois mois par l'intervention de la commission européenne. Après l'expiration de ce délai, la Slovénie proclama son indépendance le 7 octobre 1991 et la Croatie le fit le lendemain. Par conséquent le conflit dans l'ancienne Yougoslavie doit être considéré comme international à partir du 8 octobre 1991 car l'indépendance de ces deux États était définitive à partir de cette date. »
  238. (en) « Final Report of the Commission of Experts Established Pursuant to Security Council Resolution 780 (1992) - General Conclusions and Recommendations », United Nations,‎ 27 mai 1994 (consulté le 7 septembre 2011)
  239. a et b David Binder, « U.N.'s Yugoslavia Envoy Says Rising War-Weariness Led to the Cease-Fire », The New York Times,‎ 8 janvier 1992 (lire en ligne)
  240. (en) Laura Silber et Allan Little, The Death of Yugoslavia, Penguin Books,‎ 1996 (ISBN 0140261680, lire en ligne), p. 170
  241. « Serbia to respond to Croatian genocide charges with countersuit at ICJ », SETimes.com, Southeast European Times,‎ 20 novembre 2008 (consulté le 7 février 2010)
  242. « Tehran Times » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  243. « Croatia/Serbia: more action needed to find missing persons », International Committee of the Red Cross,‎ 4 novembre 2010 (consulté le 23 janvier 2011)
  244. (hr) « Sjećanje na nestale u Domovinskom ratu ("Remembering wartime missing persons") », Croatian Radiotelevision,‎ 30 août 2010 (consulté le 23 janvier 2011)
  245. (hr) Vesna Roller, « HZMO: Invalidsku mirovinu primaju 45.703 hrvatska ratna vojna invalida ("Croatian Retirement Insurance Institute: Disability check received by 45,703 persons formerly serving with Croatian military") », Glas Slavonije, Glas Slavonije d.d.,‎ 7 novembre 2008 (lire en ligne)
  246. (hr) S. Dukić, « U protekle tri godine novih 8 tisuća invalida Domovinskog rata ("Extra 8 thousand disabled persons due to the Homeland War in the past three years") », Slobodna Dalmacija, Europapress Holding,‎ 23 juin 2009 (lire en ligne)
  247. (hr) Stanislav Soldo, « Oboljeli od PTSP-a: Blokirat ćemo sve domove zdravlja ("PTSD patients: We shall block all primary healthcare facilities », Slobodna Dalmacija, Europapress Holding,‎ 30 octobre 2010 (lire en ligne)
  248. Frucht 2005, p. 439
  249. a et b « Civil and Political Rights in Croatia », Human Rights Watch,‎ 1er octobre 1995 (consulté le 23 décembre 2010) : « En mars 1995, le gouvernement croate fournissait des abris à 189 000 réfugiés de Bosnie et à 196 000 personnes déplacés au sein de la Croatie en 1991 et après. », p. 62
  250. a, b et c « International Center for Transitional Justice » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  251. Carol J. Williams, « Serbian Refugees Uneasy in the Role of Occupiers », Los Angeles Times,‎ 14 décembre 1991 (lire en ligne)
  252. Marcus Tanner, « 'Cleansing' row prompts crisis in Vojvodina », The Independent,‎ 24 août 1992 (lire en ligne)
  253. Chuck Sudetic, « Serbs Force An Exodus From Plain », The New York Times,‎ 26 juillet 1992 (lire en ligne)
  254. (en) Stjepan Gabriel Meštrović, Genocide After Emotion: The Postemotional Balkan War, Routledge,‎ 1996 (ISBN 0415122945, lire en ligne), p. 77-78
  255. « Croatia - Events of 2008 », Human Rights Watch (consulté le 5 septembre 2009)
  256. (hr) « Šimonović potvrdio Josipovića: U tužbi protiv Srbije se nalaze logori ("Šimonović confirms Josipović: The camps are included in the lawsuit against Serbia") », Business.hr d.o.o.,‎ 8 janvier 2010 (consulté le 17 janvier 2011)
  257. « World Veterans Federation - Alphabetical List by Country », World Veterans Federation (WVF) (consulté le 17 janvier 2011)
  258. (hr) Maja Sajler Garmaz, « Beskrajna obnova od rata ("Endless reconstruction after the war") », Vjesnik, Narodne Novine d.d.,‎ 21 décembre 1991 (lire en ligne)
  259. : (en) Europa Publications Limited, Eastern Europe and the Commonwealth of Independent States, Londres, Routledge,‎ 1998 (ISBN 1857430581 et 9781857430585, lire en ligne), « Croatia - The Economy », p. 280
  260. Chuck Sudetic, « YUGOSLAV BREAKUP GAINS MOMENTUM », The New York Times,‎ 21 décembre 1991 (lire en ligne)
  261. Bob Davis, « Hyper Hyper-Inflation », The Wall Street Journal,‎ 8 mai 2009 (lire en ligne)
  262. « The Worst Episode of Hyperinflation in History: Yugoslavia 1993-94 », San Jose State University (consulté le 20 janvier 2011)
  263. (hr) « Dogodilo se 31. kolovoza ("Happened on August 31") », sur Hrvatski spomenar, Hrvatski Informativni Centar (consulté le 27 janvier 2011)
  264. (hr) « Dogodilo se 26. listopada ("Happened on October 26") », sur Hrvatski spomenar, Hrvatski Informativni Centar (consulté le 27 janvier 2011)
  265. (hr) Zdravko Tomac, « Strah od istine ("Fear of the Truth") », sur Portal of Croatian Cultural Council, Hrvatsko kulturno vijeće,‎ 15 janvier 2010 (consulté le 7 février 2010)
  266. Chuck Sudetic, « Aid Convoy Falls Victim in Croatia », The New York Times,‎ 20 octobre 1991 (lire en ligne)
  267. « Croatia Fighting Worsens as Zagreb Suburb Is Hit », New York Times,‎ 11 septembre 1993 (lire en ligne)
  268. Chuck Sudetic, « Yugoslav Battles Rage on Eve of Talks », The New York Times,‎ 5 novembre 1993 (lire en ligne)
  269. Chuck Sudetic, « YUGOSLAV FIGHTING BREAKS CEASE-FIRE », The New York Times,‎ 7 novembre 1991 (lire en ligne)
  270. Chuck Sudetic, « U.N. Envoy Wins Yugoslav Peace Move », The New York Times,‎ 1er janvier 1992 (lire en ligne)
  271. Anthony Lewis, « Abroad at Home; A Lesson Too Late », The New York Times,‎ 4 mars 1994 (lire en ligne)
  272. Antun Jelić, « Child casualties in a Croatian community during the 1991-2 war », Archives of Disease in Childhood, BMJ Group, vol. 71, no 6,‎ décembre 1994, p. 540 (ISSN 0003-9888, PMID 7726618, PMCID 1030096, DOI 10.1136/adc.71.6.540)
  273. S. Soldo, « Injuries caused by antipersonnel mines in Croatian Army soldiers on the East Slavonia front during the 1991-1992 war in Croatia », Military Medicine, Association of Military Surgeons of the United States, vol. 164, no 2,‎ février 1999, p. 141-4 (ISSN 1930-613X, PMID 10050574, lire en ligne)
  274. Hanson et al. 2000, p. 96
  275. Nicholas Walton, « Croatian bees sniff out landmines », sur BBC News Online, BBC,‎ 30 mai 2007 (consulté le 17 janvier 2010)
  276. « Mine victims assistance (MVA) », Croatian Mine Action Centre,‎ 2010 (consulté le 17 janvier 2010)
  277. Marcin Monko, « Croatia: safe playgrounds in danger zones », International Committee of Red Cross,‎ 30 septembre 2005 (consulté le 17 janvier 2010)
  278. Valentina Pop, « Croatian region calls for EU aid on landmines », EUobserver,‎ 10 août 2009 (consulté le 17 janvier 2010)
  279. « Statute of the Tribunal », Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie,‎ septembre 2009 (consulté le 19 janvier 2011)
  280. « About the ICTY », International Criminal Tribunal for the former Yugoslavia (consulté le 19 décembre 2010)
  281. Marlise Simons, « U.N. Court Convicts Two Croatian Generals of War Crimes and Frees a Third », New York Times,‎ 15 avril 2011 (lire en ligne)
  282. « Attila Hoare » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  283. « Serb leader jailed for war crimes », sur BBC News Online, BBC,‎ 10 mars 2006 (consulté le 20 décembre 2010)
  284. « Milan Babic-Former dentist who founded the doomed Serb Republic of Krajina and initiated 'ethnic cleansing' », The Times,‎ 10 mars 2006 (lire en ligne)
  285. « Roy W. Gutman » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  286. « UN court increases Serb officer's sentence for Vukovar massacre », France 24, Société de l'audiovisuel extérieur de la France,‎ 5 mai 2009 (lire en ligne)
  287. a et b « Hague triples Vukovar jail term », sur BBC News Online, BBC,‎ 5 mai 2009 (consulté le 15 décembre 2010)
  288. « U.N. tribunal to rule in Vukovar massacre case », Reuters,‎ 25 septembre 2007 (consulté le 11 septembre 2010)
  289. Marlise Simons, « Serb Charged in Massacre Commits Suicide », The New York Times,‎ 30 juin 1998 (lire en ligne)
  290. « General guilty in Dubrovnik attack », New York Times,‎ 1er février 2005 (consulté le 11 avril 2011)
  291. (en) « Summary of the Judgement in the Case of Prosecutor v. Momčilo Perišić », La Haye, International Criminal Tribunal for the former Yugoslavi a,‎ 6 septembre 2011 (consulté le 7 September 2011)
  292. Stephen Engelberg, « One More Dead as Clashes Continue in Yugoslavia », The New York Times,‎ 5 mai 1991 (lire en ligne)
  293. Nation 2004, p. 5.
  294. a, b et c « Milosevic Indictment: Text », sur BBC News Online, BBC,‎ 29 octobre 2001 (consulté le 19 décembre 2010)
  295. « 30 mai 2007 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24
  296. « Croatia: Information on abuses carried out between April 1992 and September 1992 by Serbian military and paramilitary forces in Krajina generally and in particular in the places named in Response HRV16050.E », Immigration and Refugee Board of Canada,‎ 1er février 1994 (consulté le 20 décembre 2010)
  297. « SUMMARY OF JUDGEMENT FOR MILAN MARTIĆ », International Criminal Tribunal for the former Yugoslavia,‎ 12 juin 2007 (consulté le 19 décembre 2010)
  298. Stephen Engelberg, « Villagers in Croatia Recount Massacre by Serbian Forces », The New York Times,‎ 19 décembre 1993 (lire en ligne)
  299. « Milosevic scorns UN tribunal », BBC News,‎ 3 juillet 2001 (consulté le 4 février 2011)
  300. « Amnesty International Report 2010 - Croatia », Amnesty International,‎ 28 mai 2010 (consulté le 13 janvier 2011)
  301. Chuck Sudetic, « Evidence in Massacre Points to Croats », The New York Times,‎ 25 janvier 1992 (lire en ligne)
  302. « Croatia Admits Serb Civilians Were Killed », Los Angeles Times, Associated Press,‎ 3 octobre 1995 (lire en ligne)
  303. « Mercep suspected of murder or disappearance of 43 people »,‎ 12 décembre 2010 (consulté le 22 janvier 2011)
  304. Berislav Jelinić, « Suljic dying, statement against Mercep impossible », Nacional, NCL Media Grupa d.o.o.,‎ 31 juillet 2006 (consulté le 22 janvier 2011)
  305. (hr) Davor Butković, « Pobjeda pravde ("Triumph of justice") », Jutarnji list, Europapress Holding,‎ 17 septembre 2005 (lire en ligne)
  306. (hr) « Presuda i rješenje broj: I Kž 81/06-7 ("Ruling and decision number: I Kž 81/06-7") », Cour suprême de Croatie,‎ 10 mai 2006 (consulté le 22 janvier 2011)
  307. « Croatia detains former official for war crimes », Canadian Broadcasting Corporation,‎ 10 décembre 2010 (consulté le 22 janvier 2011)
  308. (hr) Slavica Lukić, « Zbog ratnog zločina iz 1991. uhićen Tomislav Merčep! ("Tomislav Merčep arrested for war crimes committed in 1991!") », Jutarnji list, Europapress Holding,‎ 10 décembre 2010 (lire en ligne)
  309. « Bosnia Arrests Croatian Deputy Convicted Of War Crimes », sur Radio Free Europe/Radio Liberty, Broadcasting Board of Governors,‎ 13 mai 2009 (consulté le 22 janvier 2011)
  310. « Case information sheet: "MEDAK POCKET" (IT-04-78) - ADEMI & NORAC », TPIY (consulté le 22 janvier 2011)
  311. « Profile: General Janko Bobetko », sur BBC News Online, BBC,‎ 29 avril 2003 (consulté le 22 janvier 2011)
  312. « Janko Bobetko, 84, a Hero of Croatian Independence, Dies », The New York Times, Associated Press,‎ 30 avril 2003 (lire en ligne)
  313. Vesna Perić Zimonjić, « Croatian general accused of ethnic cleansing against Serbs goes on trial », The Independent,‎ 12 mars 2008 (lire en ligne)
  314. Marina Karlović-Sabolić, « Prohujalo s Olujom », Slobodna Dalmacija, Europapress Holding,‎ 15 septembre 2001 (lire en ligne)
  315. « Statement by Justice Louise Arbour, Prosecutor of the ICTY during her visit to Zagreb, Croatia. », TPIY,‎ 20 juillet 1999 (consulté le 19 novembre 2010)
  316. « Judges Grant Leave to Amend Operation Storm Indictment », TPIY,‎ 21 octobre 2005 (consulté le 19 novembre 2010)
  317. « Judgement Summary for Gotovina et al. », La Haye,‎ 15 avril 2011
  318. « Behind A Wall of Silence - Prosecution Of War Crimes In Croatia », Amnesty International,‎ 30 novembre 2010 (consulté le 15 février 2011)
  319. Doder and Branson 1999, p. 81.
  320. Nicholas Wood, « The End of Greater Serbia », The New York Times,‎ 18 mars 2006 (lire en ligne)
  321. « Obituary: Slobodan Milosevic », sur BBC News Online, BBC,‎ 11 mars 2006 (consulté le 12 décembre 2010)
  322. Decision of the ICTY Appeals Chamber; 18 April 2002; Reasons for the Decision on Prosecution Interlocutory Appeal from Refusal to Order Joinder; Paragraph 8
  323. Marlise Simons, « Mystery Witness Faces Milosevic », The New York Times,‎ 24 avril 2003 (lire en ligne)
  324. (sr) Miloš Vasić, « Politika Falsifikata ("Policy of Falsification") », NP "VREME" d.o.o.,‎ 23 janvier 1999 (consulté le 23 janvier 2011)
  325. Christopher Bennett, « How Yugoslavia's Destroyers Harnessed Media », Public Broadcasting Service (consulté le 23 janvier 2011)
  326. Jane Perlez, « Serbian Media Is a One-Man Show », The New York Times,‎ 10 août 1997 (lire en ligne)
  327. a et b « Serb leader Tadic apologises for 1991 Vukovar massacre », BBC News Online,‎ 4 novembre 2010 (consulté le 18 décembre 2010)
  328. « Serbia and Croatia Agree to Diplomatic Relations », The New York Times,‎ 8 août 1996 (lire en ligne)
  329. a et b « Preliminary Objections (Croatia v. Serbia) », Cour internationale de justice,‎ 18 novembre 2008 (consulté le 19 décembre 2010)
  330. « Application Instituting Proceedings (Croatie c. Yugoslavie) », Cour internationale de justice,‎ 2 juillet 2008 (consulté le 19 décembre 2010)
  331. « Serbia files genocide lawsuit against Croatia », B92,‎ 4 janvier 2010 (consulté le 19 décembre 2010)
  332. « No court trial would be better for Zagreb », Blic,‎ 4 janvier 2010 (consulté le 19 décembre 2010)
  333. Commodity review and outlook 1991-92, Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture FAO
  334. (en) Michael Mann, The Dark Side of Democracy: Explaining Ethnic Cleansing, Cambridge University Press,‎ 2005 (ISBN 0521538548 et 9780521538541, lire en ligne)
  335. Further Report of the Secretary-General Pursuant to Security Council Resolution 787 (1992) (S/25000, 21 December 1992) 574 50
  336. The 'Yugoslav' crisis in international law: general issues By Daniel L. Bethlehem, Marc Weller, University of Cambridge. Research Centre for International Law

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]