Guerre d'indépendance du Pérou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guerre d'indépendance péruvienne
Proclamation de l'Indépendance du Pérou, par le général José de San Martín, 28 juillet 1821.
Proclamation de l'Indépendance du Pérou, par le général José de San Martín, 28 juillet 1821.
Informations générales
Date 1811 - 1824
Lieu Haut-Pérou et Bas-Pérou
Issue Indépendance du Pérou vis-à-vis de la Couronne d'Espagne
Belligérants
Flag of Peru (1822 - 1825).svgRépublique du Pérou
Flag of Chile (1818).svg République du Chili
Flag of the Gran Colombia.svg Grande Colombie
Flag of Argentina (alternative).svg Provinces-Unies du Río de la Plata
Flag of Spain (1785-1873 and 1875-1931).svg Royaume d'Espagne
Commandants
Francisco Antonio de Zela
Mateo Pumacahua
Toribio de Luzuriaga
José de San Martín
José de la Riva-Agüero y Osma
José Bernardo de Tagle
Simón Bolívar
José Fernando de Abascal y Sousa
Joaquín de la Pezuela
José de la Serna
Pedro Antonio Olañeta
Forces en présence
Patriotes péruviens
Armée du Nord
Armée Unie Libératrice
Armée royaliste
Guerres d'indépendance en Amérique du Sud
Batailles
m

Premiers soulèvements autonomes

Campagne Libératrice du Sud (1820-1823)

Campagne Libératrice du Nord (1823-1826)

La Guerre d'indépendance du Pérou (1820-1824) est la période de l'histoire du Pérou au cours de laquelle un conflit révolutionnaire aboutit à la chute de la Vice-royauté du Pérou et à la création d'une République péruvienne, indépendante de la Couronne d'Espagne.

Le 28 juillet 1821, le général argentin José de San Martín, à la tête de l'Expédition Libératrice du Pérou venue du Chili, proclame à Lima l'indépendance de l'État péruvien. Tout de suite après, sous le Protectorat de San Martin, la formation d'une assemblée constituante officialise l'existence du nouvel État. L'armée royaliste ne capitulera définitivement qu'en 1824, au terme de la Campagne de Junín et d'Ayacucho menée par Simón Bolívar. La capitulation royaliste entraîna la chute définitive de la Vice-royauté du Pérou.

Elle s'inscrit dans le cadre des Guerres d'indépendance en Amérique du Sud. À l'échelle continentale, ces guerres débutèrent en 1808 au Mexique[1] et s'achevèrent en 1829, par la victoire des patriotes indépendantistes sur la Monarchie espagnole.

Au-delà de la guerre d'indépendance péruvienne, le processus d'émancipation de toutes les colonies espagnoles en Amérique ne fut conclu qu'à la fin du XIXe siècle, dans les Caraïbes, avec l'indépendance de la République dominicaine (1844), de Cuba et de Puerto Rico (1898).

Antécédents du Pérou colonial[modifier | modifier le code]

Des rébellions apparaissent dans le Pérou colonial dès la capture de l'Inca Atahualpa, l'après-midi du 16 novembre 1532, à la bataille de Cajamarca, qui conduisit par ailleurs à la conquête de l'Empire inca par Francisco Pizarro. De nombreux successeurs auto-proclamés de l'Inca essayèrent à plusieurs reprises de reprendre son pays, de reconquérir son empire, et de restaurer son gouvernement. Certaines de ces tentatives arrivèrent immédiatement, et d'autres un peu plus tard, au cours des XVIIe siècle et XVIIIe siècle siècles. De 1536 à 1572, la résistance des Incas de Vilcabamba débute au lendemain de la fuite de Manco Inca de Cuzco, et finit avec l'exécution de Tupac Amaru I.

En 1780, les rébellions de Túpac Amaru II et Túpac Katari éclatèrent dans le Haut-Pérou en réaction aux Réformes des Bourbons. Entre la rébellion de José Gabriel Condorcanqui et l'arrivée du Général San Martin, le Pérou connut les révoltes de José Quiroga, de Javier Mendoza, de José Antonio Galán, Miguel Tovar, ou encore celle de Felipe Velasco Tupac Inca Yupanqui, ou même la Conspiration de Cuzco de José Gabriel Aguilar, Manuel Ubalde et Manuel Velarde Ampuero.

Autres rébellions de toutes natures survenues dans le Haut-Pérou au XVIIIe siècle:

La révolution hispanoaméricaine[modifier | modifier le code]

Trois siècles plus tard, à la connaissance de ces faits antérieurs vint s'ajouter l'influence décisive de deux évènements en particulier : l'indépendance nord-américaine de 1776 et la Révolution française de 1789. Cependant, le facteur déclencheur du processus d'émancipation fut l'invasion napoléonienne de l'Espagne en 1808. Dès lors, les patriotes, appelés ainsi à cause de leurs idées libérales, prirent les armes afin d'obtenir de l'Espagne leur indépendance.

Tacna et les expéditions argentines dans le Haut-Pérou[modifier | modifier le code]

Première révolte de Tacna (1811)[modifier | modifier le code]

Quelques années avant le Débarquement de Paracas et le ralliement des patriotes péruviens des Bas et Haut-Pérou aux troupes de San Martin, les patriotes organisèrent à Tacna un mouvement à caractère libertaire contre le vice-roi José Fernando de Abascal y Sousa, marquis de La Concordia. Le 20 juin 1811 (jour de la Bataille de Guaqui, où les troupes royalistes commandées par le général José Manuel de Goyeneche vainquirent les indépendantistes du Río de la Plata), les patriotes, dirigés par Francisco Manuel de Zela, assaillirent les deux camps militaires royalistes de Tacna, et proclamèrent Francisco Manuel de Zela Commandant militaire de la place, Rabino Gabino Barrios colonel des milices d'infanterie, et Toribio Ara commandant de la division de cavalerie. Cinq jours plus tard, le 25 juin 1811, la nouvelle de la déroute des indépendantistes argentins à la bataille de Guaqui déconcerta totalement les patriotes péruviens, qui étaient encore en train de s'organiser.

Profitant de l'émoi causé par la nouvelle, les royalistes capturèrent Francisco Manuel de Zela et l'emmenèrent à Lima. Il fut condamné à la réclusion à vie, à la prison de Chagres, au Panama, où il mourut à 50 ans, le 28 juillet 1821.

Seconde révolte de Tacna (1813)[modifier | modifier le code]

Le général argentin Manuel Belgrano réorganisa les troupes indépendantistes battues par José Manuel de Goyeneche et les troupes royalistes à la bataille de Huaqui, dans le Haut-Pérou (actuelle Bolivie). Le 14 septembre 1812, Belgrano affronta les troupes du général Pío Tristán, le vainquit, et stoppa ainsi la progression de l'armée royaliste sur Tucumán (dans l'Argentine actuelle, où siégeait alors le Congrès indépendantiste). Belgrano obtint peu après une seconde victoire, à Salta, ce qui contraignit Pío Tristán à capituler, le 20 février 1813. Dès lors, l'armée argentine put entreprendre une autre offensive, dans l'optique d'occuper à nouveau le Haut-Pérou.

Le général espagnol Joaquín de la Pezuela, (qui avait remplacé le général Goyeneche à La Paz sur décision du vice-roi José Fernando de Abascal y Sousa), mis en déroute le général Belgrano à la bataille de Vilcapugio, le 1er octobre 1813, puis à la bataille d'Ayohuma, le 14 novembre 1813. La progression de l'armée argentine fut donc arrêtée.

Juan Francisco Pallardelli, natif de Tacna, fut l'émissaire de Belgrano au moment où celui-ci chercha à coordonner les manœuvres des patriotes péruviens et de l'armée argentine. Les frères Pallardelli, Juan et Enrique, conspiraient donc à Tacna, tandis qu'Enrique Peñaranda intriguait à Tarapacá. Ce dernier avait reçu ses instructions de Belgrano, à Puno. Le plan consistait à provoquer le soulèvement de tout le sud du Pérou. Dirigés par Enrique Pallardelli, le 3 octobre 1813, les patriotes de Tacna s'approprièrent les places militaires de la ville et firent pression sur le gouverneur royaliste de la province.

L'intendant espagnol d'Arequipa, José Gabriel Moscoso, prévenu des soulèvements, envoya une milice coloniale commandée par José Manuel de Santiago. L'armée patriote marcha à sa rencontre, et engagea la bataille de Camiara, le 13 octobre 1813. Mais les patriotes furent battus et durent se replier à Tacna. Peu après, la nouvelle de la défaite de Belgrano se répandit, et les patriotes se désorganisèrent à nouveau. Enrique Pallardelli et quelques partisans prirent la fuite vers le Haut-Pérou le 3 novembre 1813, comme Tacna était reprise par les royalistes.

Les Argentins armèrent une troisième expédition pour le Haut-Pérou, sous le commandement du général José Rondeau. Les troupes argentines réussirent à prendre les mines de Potosí, mais furent battues le 28 novembre 1815 par les troupes royalistes du général Pezuela à la Bataille de Sipe-Sipe.

Rébellion de Huánuco (1812)[modifier | modifier le code]

La rébellion indigène de Huánuco du 22 février 1812 se mit alors en marche contre le régime colonial. Les troupes du vice-roi s'organisèrent à Cerro de Pasco afin de se diriger vers Huánuco, entrainant ainsi la bataille de Ambo, le 5 mars 1812. L'intendant de Tarma, José González Prada, reconquit alors Ambo accompagné d'un fort contingent réaliste le 10 mars. Les patriotes quittèrent de ce fait Ambo et Huánuco ; les troupes réalistes prirent place dans ces deux villes le 19 mars 1812. González Prada quitta la ville à la poursuite des insurgés, qui possédaient une armée de 2 000 hommes. Les indigènes furent dispersés et les dirigeants capturés par González Prada, parmi eux, Juan José Crespo y Castillo, Norberto Curaca Haro et le chef du village de Huamalíes, José Rodriguez, qui furent jugés sommairement et condamné à la peine capitale. D'autres furent bannis, et beaucoup emprisonnés.

Rébellion de Cuzco (1814)[modifier | modifier le code]

Les indépendantistes (entre 20 000 et 30 000 hommes ainsi que 2 000 cavaliers et 37 à 40 canons), commandés par José Angulo Torres, Vicente Angulo Torres et Mateo Pumacahua), qui avaient proclamé l'autonomie de Cuzco (Junta autónoma de gobierno del Cuzco) lancent une insurrection contre les Espagnols dans la région de Cuzco, d'Ayacucho et d'Aquipa du 3 août 1814 au 25 mars 1815. Elle est réprimée par les troupes réalistes de José Fernando de Abascal y Sousa et de Juan Ramírez Orozco.

Apparition de l'État péruvien[modifier | modifier le code]

José de San Martin et le mouvement libérateur dans le Sud[modifier | modifier le code]

Proclamation de l'indépendance du Pérou[modifier | modifier le code]

Proclamation de l'indépendance du Pérou, tableau de Juan Lepiani.

L'indépendance du Pérou est proclamée le 15 juillet 1821 à Lima par le général José de San Martín[2].

Les Montoneros[modifier | modifier le code]

Le gouvernement de l'Assemblée Constituante[modifier | modifier le code]

Une assemblée constituante péruvienne est instaurée le 20 septembre 1822 et dissoute le 10 mars 1825. Première institution élue démocratiquement, ses membres sont élus lors d'élections populaires ordonnées par San Martin. Elle coïncide avec l'établissement du « Conseil suprême des gouverneurs » (Suprema Junta Gubernativa), représentant le pouvoir exécutif, constitué de José de La Mar, Manuel Salazar y Baquíjano et de Felipe Antonio Alvarado.

Le rôle de l'assemblée constituante fut d'élaborer la constitution du pays, qui sera adoptée en 1823.

L'ascension de Riva Agüero[modifier | modifier le code]

Simón Bolívar et le mouvement de Grande Colombie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Simón Bolívar et Grande Colombie.

Traité de Paix et Amitié[modifier | modifier le code]

Le 4 décembre 1836, le parlement espagnol s'exprime pour renoncer à tout droit de souveraineté sur l'Amérique du Sud. Le 14 août 1879, un traité de paix et d'amitié est signé à Paris entre l'Espagne représentée par l'ambassadeur espagnol en France, Mariano Roca de Togores y Carrasco, par et le Pérou indépendant, représenté par le vice-président Luis La Puerta de Mendoza.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Car le Premier Empire mexicain est le seul État hors d'Amérique du Sud qui fut réellement créé à l'issue d'une guerre d'indépendance. Ces États sont : la Grande Colombie (République de Colombie), le Premier Empire mexicain, les Provinces-Unies du Río de la Plata, la Bolivie, le Chili, le Pérou. Les autres États sudaméricains ne devaient voir le jour qu'après de longues et complexes procédures et tractations, des années après les guerres d'indépendance en Amérique du Sud
  2. (es) ACTA DE LA INDEPENDENCIA DEL PERU, consulté le 7 février 2013