Guarino Veronese

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guarino Guarini et Véronèse (homonymie).
Guarino Veronese

Guarino Veronese encore appelé Guarino Guarini ou Guarino da Verona (né v. 1370 à Vérone, en Vénétie - mort le 14 décembre 1460 à Ferrare, en Émilie-Romagne) était un philosophe et un humaniste italien du XVe siècle. C'est l'un des pionniers de l'étude du grec à l'aube de la Renaissance, langue qu'il étudia pendant cinq années à Constantinople, auprès de Manuel Chrysoloras.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guarino Veronese fut l'élève à Padoue de Giovanni di Conversino da Ravenna. En 1429, chassé de Padoue par la peste, il est invité à Ferrare par Nicolas d'Este pour y être le précepteur de son fils Leonello d'Este. Il tient par la suite une célèbre « École » intégrée à l'Université de Ferrare créée en octobre 1442[1]. Étranger à toute forme de moralisme, il y proposait une pédagogie dont le but était de réaliser concrètement l'idéal d'un lettré honnête, qui faisait usage de sa propre doctrine pour promouvoir le bien-être de la société.

Une controverse opposa Guarino Veronese à Poggio Bracciolini (le Pogge) au sujet des mérites comparés de César et de Scipion[2]. En 1435, Poggio exalte, dans une lettre au Ferrarais Scipione Mainenti, les mérites du vainqueur d'Hannibal. Outré, Guarino réplique dans une lettre à Leonello d'Este, qui fut suivie d'une nouvelle lettre du Pogge — adressée cette fois à Francisco Barbaro — (Defensio de præstantia Cesaris et Scipionis). L'enjeu de cette controverse s'inscrit dans le cadre des luttes politiques de l'Italie du Quattrocento, où la tentation de la tyrannie, associée à la guerre civile, préoccupait les esprits et nourrissait les écrits.

Guarini, écrivain très érudit, traduisit à partir du grec et du latin de nombreux ouvrages, notamment ceux de Plutarque et la totalité de l'œuvre de Strabon. Sa correspondance est remplie d'informations sur son activité et sur celle des autres humanistes avec lesquels il était en relation.

Son fils Giovanni Battista Guarini fut précepteur d'Isabella d'Este.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Centuriae Latinae, études en l'honneur de Jacques Chomarat, éd. Colette Nativel, Genève, Librairie Droz, 1997 (ISBN 2600002227 et 9782600002226)
  2. Voir le livre récent de Davide Canfora, La controversia di Poggio Bracciolini e Guarino Veronese su Cesare e Scipione, Florence, l. S. Olschki, 2001 (Fondation Luigi Firpo, Centre d'études sur la pensée politique).

Campanale, Maria I., Giochi di specchi per il principe : l'orazione di Guarino per Leonello d'Este. Edipuglia : 2012. (Quaderni di Invigilata lucernis, 44)