Gruffydd ap Llywelyn Fawr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gruffydd ap Llywelyn.
Llywelyn the Great.JPG

Gruffydd ap Llywelyn Fawr (12001er mars 1244) fut le fils aîné illégitime de Llywelyn le Grand (Llywelyn Fawr en gallois).

Origine[modifier | modifier le code]

Gruffydd nait de la liaison de son père avec Tangwystl fille de Llywarch Goch de Rhos.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il était adolescent, Gruffydd était l'un des otages réclamés aux Princes et nobles Gallois par le roi Jean en guise de bonne foi. À la mort de son père en 1240, il aurait pu recevoir une part du royaume de son père en vertu de la loi galloise de l'époque. Mais Llywelyn avait fait de son seul fils légitime, Dafydd, son unique héritier. Llywelyn avait considérablement préparé le terrain pour Dafydd, probablement conscient que Gruffydd risquait d'être mieux accepté. Daffyd était en effet à moitié anglais.

Prétendant[modifier | modifier le code]

Gruffydd fut fait prisonnier par Dafydd quand ce dernier prit possession du Gwynedd. Suite à l'invasion des frontières galloises menée par le roi Henri III d'Angleterre en 1241, Dafydd fut contraint de lui livrer Gruffydd, donnant la possibilité à Henri d'utiliser son frère contre lui. Mais Gruffydd tenta de s'échapper de la Tour de Londres en 1244. On raconte qu'il attacha des draps pour se faire une corde, mais étant trop lourd, ceux-ci se déchirèrent et il chuta. En 1248, les abbés de Strata Florida et d'Aberconwy firent rapatrier son corps au Gwynedd et il fut enterré avec son père à Aberconwy.

Postérité[modifier | modifier le code]

De son union avec une certaine Senena Gruffydd ap Llywelyn Fawr laisse cinq enfants[1]. Ses quatre fils se disputèrent et Llywelyn triompha des autres, devenant le dernier grand roi gallois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) David Walker Medieval Wales, Cambridge University Press, réédition 1999, (ISBN 0521311535) p. 103