Grue royale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Balearica regulorum

Description de cette image, également commentée ci-après

Grue royale (Tanzanie)

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Gruiformes
Famille Gruidae
Genre Balearica

Nom binominal

Balearica regulorum
(Bennett, 1834)

Statut de conservation UICN

( EN )
EN  : En danger

La Grue royale (Balearica regulorum) est une espèce de grands échassiers de la famille des Gruidae. Elle vit dans les savanes sèches au sud du Sahara en Afrique, mais elle niche dans des habitats un peu plus humides, et est également présente dans des régions herbeuse ou cultivée à proximité de lacs ou rivière comme au Kenya ou en Ouganda. Elle ne migre pas.


Morphologie[modifier | modifier le code]

La grue royale mesure environ 1m de haut pour un poids de 35kg et une envergure de 2m. Le plumage est principalement gris avec des ailes blanches dont quelques plumes sont plus colorées.

La tête est blanche et noir avec des tâches rouges sur le dessus, et surmontée d'un panache de plumes dorées. Elle possède un sac gulaire rouge extensible. Elle est perchée sur de longues pattes gris foncées aux larges pieds qui lui assurent un bon équilibre.

Le dimorphisme sexuel est peu marqué, les mâles tendent à être légèrement plus imposants. Les oisillons sont plus gris avec un visage aux plumes chamois.


Comportement[modifier | modifier le code]

Grues royales en quête de nourriture (Tanzanie)

Cette grue passe le plus clair de son temps à rechercher de la nourriture. Elle est omnivore, se nourrissant de plantes, graines, insectes, grenouilles, vers, serpents, petits poissons et œufs d'espèces aquatiques.

Elle se déplace en piétinant le sol afin de débusquer des insectes, rapidement repérés et attrapés. Ces oiseaux suivent parfois des ruminants afin de profiter de l'agitation pour repérer des proies.

La nuit est une période de repos; elle dort perchée sur un arbre.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Œufs de Balearica regulorum gibbericeps Muséum de Toulouse

Elle a une parade nuptiale faite de danses, de saluts et de sauts. Elle a un cri bruyant qui implique l'utilisation de son sac gulaire rouge. Elle émet également un son cacardé tout à fait différent des barrissements des autres espèces.

Le nid est une plate-forme d'herbe et autres plantes construit dans les hautes végétations de zones humides. La femelle y pond de 2 à 5 œufs. L'incubation est réalisée par les deux sexes et dure de 28 à 31 jours. Les poussins volent à partir de 56 à 100 jours.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Balearica regulorum a été décrite par l'ornithologue britannique Edward Turner Bennett en 1834, sous le nom initial d'Anthropoïdes Regulorum[1].

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Anthropoïdes Regulorum Bennett, 1834 Protonyme

Taxinomie[modifier | modifier le code]

D'après le Congrès ornithologique international, cette espèce est constituée des sous-espèces suivantes :

  • Balearica regulorum gibbericeps Reichenow, 1892[2] (Grue royale d'Afrique de l'Est) trouvée depuis l'Est de la République démocratique du Congo et, en passant par l'Ouganda, dont elle est l'oiseau national, et le Kenya, jusqu'à l'est de l'Afrique du Sud. Elle a une plus grande surface de peau nue rouge du visage au-dessus de la tache blanche que les petites
  • Balearica regulorum regulorum (Grue royale sud-africaine) trouvée de l'Angola au sud de l'Afrique du Sud.

Cette espèce et la Grue couronnée, qui lui est étroitement apparentée, sont les seules qui peuvent se percher dans les arbres, en raison d'un long doigt arrière qui leur permet d’agripper les branches. Cette possibilité, entre autres choses, est une des raisons pour lesquelles les Grues royales sont soupçonnées être très proches physiquement des Gruidae primitifs.

La Grue royale et l'Homme[modifier | modifier le code]

Préservation[modifier | modifier le code]

La population estimée compte de 58 000 à 70 000 individus la rends assez courante dans son aire de distribution, néanmoins son habitat est menacé par le drainage, l'élevage intensif et les pesticides.

Ces menaces sont telles que le statut UICN de l'espèce est passer de vulnérable à en danger en 2012.

Symbolique[modifier | modifier le code]

armoiries Ougandaises

La grue royale est le symbole national de l'Ouganda et est présent sur le drapeau et les armoiries du pays.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bennett,ET 1834. PZS["1833"] Pt1 no.11 p.118
  2. Reichenow 1892. Journal für Ornithologie 40 p.126

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :