Groupes de Conway

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En mathématiques, les groupes de Conway Co1, Co2 et Co3 sont trois groupes sporadiques découverts par John Horton Conway en 1968[1]. Tous sont intimement liés au réseau de Leech Λ.

Le plus grand, Co1, d'ordre 4 157 776 806 543 360 000, est obtenu en quotientant le groupe des automorphismes de Λ par son centre, qui est constitué des matrices scalaires ±1.

Les groupes Co2 (d'ordre 42 305 421 312 000) et Co3 (d'ordre 495 766 656 000) sont constitués des automorphismes de Λ fixant un vecteur de réseau de type 2 et un vecteur de type 3 respectivement. (Le type d'un vecteur est égal à la moitié du carré de sa norme vˑv). Comme le scalaire –1 ne fixe aucun vecteur non nul, ces deux groupes peuvent être considérés comme des sous-groupes de Co1.

Autres groupes sporadiques[modifier | modifier le code]

Les groupes Co2 et Co3 sont contenus tous deux dans le groupe de McLaughlin McL (en) (d'ordre 898 128 000) et le groupe de Higman-Sims (d'ordre 44 352 000), qui peuvent être décrits comme les stabilisateurs d'un triangle de type 2-2-3 et 2-3-3, respectivement.

En identifiant ℝ24 avec ℂ12 et Λ avec (ℤ[e2iπ/3])12, le groupe d'automorphisme résultant, i.e., le groupe des automorphismes du réseau de Leech conservant la structure complexe, a pour quotient, par le groupe à 6 éléments des matrices scalaires complexes, le groupe de Suzuki (en) Suz (d'ordre 448 345 497 600). Suz (en) est le seul sous-quotient sporadique propre de Co1 d'ordre divisible par 13.

Une construction similaire donne le groupe de Hall-Janko J2 (d'ordre 604 800) comme le quotient du groupe des automorphismes quaternioniques de Λ par le groupe ±1 de scalaires.

Les 7 groupes simples décrits ci-dessus comprennent ce que Robert Griess appelle la deuxième génération de la famille heureuse, ces derniers étant les groupes sporadiques simples trouvés dans le groupe Monstre. Plusieurs de ces 7 groupes contiennent au moins certains des 5 groupes de Mathieu, qui forment la première génération.

Note et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) J. H. Conway, « A perfect group of order 8,315,553,613,086,720,000 and the sporadic simple groups », PNAS, vol. 61,‎ 1968, p. 398-400

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) Eric W. Weisstein, « Conway Groups », MathWorld