Groupe d'étude sur l'Irak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Groupe d'étude sur l'Irak (Iraq Study Group), aussi appelé la commission Baker-Hamilton[1], ou plus simplement la commission Baker[2] est une commission composée de dix personnes désignées par le Congrès des États-Unis, qui est chargée de fournir une appréciation indépendante sur la situation en Irak et sur la guerre d'Irak menée par les États-Unis.

Cette commission avait été proposée par Frank Wolf[3], représentant républicain de la Virginie à la suite d'une réunion au Capitole sur l'initiative d'un groupe des membres des deux partis du Congrès des États-Unis[4]. Le panel n'a pas d'autorité directe pour changer la politique menée en Irak, mais elle a émis des recommandations politiques. Le Groupe d'étude sur l'Irak est secondé par l'Institut des États-Unis pour la paix qui a diffusé son rapport final sur leur site web le 6 décembre 2006.

Membres[modifier | modifier le code]

Lee Hamilton (à gauche) et James Baker (à droite) ont présenté le rapport du Groupe d'étude sur l'Irak à George W. Bush le 6 décembre 2006

La commission est codirigée par James Baker, un ancien secrétaire d'État (Républicain) et Lee Hamilton (Démocrate), un ancien représentant américain et vice-président à la Commission du 11-Septembre. Elle est composée par quatre républicains et quatre démocrates.

Républicains[modifier | modifier le code]

En plus de Baker, le panel des républicains est le suivant:

Rudolph Giuliani, l'ancien maire de New York, était initialement membre de la commission mais il démissionna le 24 mai 2006, en déclarant dans une lettre adressée à Baker qu'il ne pouvait « plus assurer une participation pleine et entière que le Groupe d'étude sur l'Irak mérite. »[5] Il fut remplacé par Meese.

Un ancien directeur de la CIA, Robert M. Gates était aussi membre du panel jusqu'à ce qu'il fut remplacé par Lawrence Eagleburger le 10 novembre 2006[6]. Gates démissionna car il fut nommé par le président George W. Bush en tant que Secrétaire à la Défense le 8 novembre 2006, remplaçant Donald Rumsfeld.

Démocrates[modifier | modifier le code]

En plus d'Hamilton, le panel démocrates est le suivant:

Financement et soutien[modifier | modifier le code]

Le travail du panel a été facilité par l'Institut des États-Unis pour la paix et soutenu par le Centre d'Études internationales et stratégiques (CSIS), le Centre d'étude de la présidence (CSP), et l'Institut James Baker. Il a demandé et reçu un budget d'1,3 million de dollars US du Congrès[7].

Rapport[modifier | modifier le code]

Le 6 décembre 2006, le groupe a rendu un rapport au président américain en se basant sur le constat que la politique irakienne de Bush « ne marche pas ».

Voir Rapport du groupe d'étude sur l'Irak

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michael Rubin, « Conclusion First, Debate Afterwards », The Weekly Standard,‎ 30 octobre 2006 (consulté le 14 novembre 2006)
  2. Kinsley, Michael. "Commission improbable", The Guardian, November 14, 2006. Retrieved November 14, 2006.
  3. Barrett, Ted. "Congress forms panel to study Iraq war", CNN.com, March 15, 2006. Retrieved 11 octobre, 2006.
  4. a, b et c Extrait d'un résumé analytique de l'Institut des États-Unis pour la paix
  5. "News Release: Edwin Meese Replaces Rudolph Giuliani on Iraq Study Group", United States Institute of Peace, May 31, 2006. Retrieved 11 octobre 2006.
  6. "Eagleburger to join U.S. Iraq study group", Reuters, November 10, 2006. Retrieved November 10, 2006.
  7. Chiffre cité sur CNN