Groupe APICIL

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Groupe APICIL

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du Groupe APICIL

Création 1938
Fondateurs Georges Villiers
Slogan Comme vous !
Siège social Drapeau de France Caluire-et-Cuire (France)
Direction Philippe Barret, directeur général
Produits Retraite complémentaire, mutuelle santé, complémentaire santé, prévoyance individuelle et collective, assurance de personne, action sociale, épargne, etc.
Effectif 1 300 collaborateurs en 2011
Site web http://www.apicil.com

Le Groupe APICIL est l’un des premiers groupes français de protection sociale complémentaire[1]. Issu de l’Association métallurgique de prévoyance (AMP) fondée à Lyon en 1938, APICIL est considéré comme le leader en région Rhône-Alpes[2]dans les domaines de la retraite complémentaire, de la prévoyance et de la complémentaire santé.

Histoire du Groupe[modifier | modifier le code]

1938 : sous l’impulsion du patronat lyonnais de l’industrie de la métallurgie, Georges Villiers crée l’Association métallurgique de prévoyance. L’AMP avait pour but d’offrir un régime de prévoyance pour les cadres de l’industrie métallurgique qui, dans un contexte affecté par d’importantes hausses de prix, étaient confrontés à des difficultés croissantes pour protéger leur famille[3].

1947 : avec la création de la Sécurité sociale à la fin de la guerre, l’AMP se transforme en un organisme interprofessionnel et devient, par une décision de l’assemblée générale en date du 3 juillet, APICIL (Association de Prévoyance Interprofessionnelle des Cadres et Ingénieurs de la région Lyonnaise). À l’origine, il s’agit d’une association conforme à la loi de 1901 avant de devenir une institution de prévoyance fonctionnant dans le cadre du code de la Sécurité sociale. Elle propose, entre autres, une couverture en cas de décès ainsi que des garanties incapacité et invalidité. Elle crée aussi, cette même année, 2 structures qui contribueront à son développement  :

  • la mutuelle MICILS (Mutuelle Interprofessionnelle des Cadres et Ingénieurs de la région Lyonnaise) ;
  • et l’organisme de retraite CIRRSEC (Caisse Interprofessionnelle de Retraite Rhône-Sud-Est-Centre) qui deviendra, au début des années 1990, APICIL RETRAITE, caisse de retraite complémentaire des salariés cadres (institution AGIRC).

1949 : la mutuelle MICILS est agréée centre de paiement de Sécurité sociale. APICIL met par ailleurs en place l’option « rente-éducation » qui vise à protéger les orphelins de père ou de mère.

1956 : création de ARCIL RETRAITE, caisse de retraite des salariés non cadres (institution ARRCO).

1961 : premières réalisations sociales grâce à l’acquisition d’un important parc immobilier :

  • la maison de retraite dite « Le Cercle de la Carette » est inaugurée à Caluire-et-Cuire en présence du primat des Gaules, le cardinal Gerlier, de Louis Pradel (maire de Lyon) et d’Elie Vignal (maire de Caluire-et-Cuire) ;
  • édification de l’hôtel Le Faucigny à Megève destiné à recevoir les participants cadres en convalescence ;
  • ouverture, toujours à Megève, de la maison d’enfants Les Marmousets dédiée aux enfants d’adhérents aux revenus modestes.

1974 : MICILS met en place une convention de tiers-payant avec des établissements hospitaliers et des cliniques de la région lyonnaise pour la prise en charge des patients assurés en cas d’hospitalisation. Une politique de prévention santé est aussi lancée avec le concours de l’Institut Mérieux pour permettre aux retraités adhérents de pratiquer gratuitement des bilans de santé.

1975 : APICIL devient APICIL-ARCIL, structure qui emploie alors plus de 400 collaborateurs.

1980 : le groupe est en proie à quelques préoccupations à la suite de la fusion, en 1978, de Saviem et Berliet, deux importantes sociétés de l’industrie du transport qui se marient pour fonder Renault Véhicules Industriels (RVI). Berliet étant l’un des membres fondateurs d’APICIL-ARCIL, les conséquences se font ressentir sur le groupe de prévoyance lorsque RVI annonce qu’il abandonne les institutions CIRRSEC et ARCIL. Cependant, après de longues négociations, APICIL-ARCIL arrive à conserver la prévoyance des cadres pour les anciens de Berliet.

1982 : après cet épisode, le Groupe arrive à rebondir et déclenche une phase de modernisation de son système de gestion. La fonction d’audit interne a d’ailleurs été, deux ans plus tôt, créée pour cela. Par ailleurs, c’est durant cette année que l’actuariat fait son apparition et qu’est fondé ARCIL PREVOYANCE, organisme de prévoyance pour les salariés non cadres auquel adhèrent, en moins de 2 ans, 2 400 entreprises.

1994 : inauguration à Lyon, en présence du ministre de la Santé de l’époque, Philippe Douste-Blazy, de la maison de retraite Les Hibiscus gérée par la Croix-Rouge française et construite grâce aux fonds débloqués par ARCIL RETRAITE et APICIL RETRAITE.

1998 : APICIL-ARCIL s’associe avec les groupes UPESE et IGIREL pour créer un pôle régional des institutions de retraite et de prévoyance. Ce pôle prend le nom d’AGIRA (Association de Gestion des Institutions de Rhône-Alpes). APICIL-ARCIL crée cette même année ACTIL, une plate-forme nationale de services de santé dédiée à la gestion du tiers payant généralisé[4].

2000 : début du processus de fusion entre APICIL-ARCIL, UPESE et IGIREL avec ainsi la naissance d’APICIL-AGIRA, l’un des premiers groupes français de protection sociale complémentaire encaissant annuellement quelque 9 milliards de francs.

2001 : lancement des premiers contrats de complémentaire santé pour les particuliers.

2002 : naissance d’APICIL ASSURANCE et d’APICIL EPARGNE INVESTISSEMENT.

2003 : après la fin du processus de fusion avec UPESE et IGIREL, le groupe APICIL-AGIRA devient le Groupe APICIL. Une nouvelle identité visuelle est ainsi instaurée. Le Groupe transforme aussi son système d’information avec la naissance du GIPS (Groupement Informatique de Protection Sociale) et lance le concept de « Protection Sociale Durable »[5].

2004 : création de la Fondation APICIL œuvrant pour lutter contre la douleur.

2005 : poursuivant son développement à l’échelle nationale, le Groupe APICIL ouvre des agences commerciales à travers la France (notamment à Bordeaux, Dijon, Montpellier et Nice). Préparant la construction de l’« usine retraite », il rejoint le Groupement national de prévoyance (GNP), union d’institutions de prévoyance paritaires « agréée par le Ministère des Affaires Sociales et de l'Emploi dont la vocation unique est la gestion des régimes professionnels de prévoyance mis en place dans le cadre des Conventions Collectives Nationales[6] ».

2006 : alliance avec Sud-Ouest Mutualité[7].

2008 : lancement d’un nouveau site Web intégrant une agence en ligne qui permet aux internautes de souscrire directement un contrat santé de leur choix ou de simuler un devis[8].

Activités[modifier | modifier le code]

Cœurs de métiers[modifier | modifier le code]

Le Groupe APICIL propose des solutions dans les domaines suivants :

  • la retraite complémentaire obligatoire par répartition ARRCO et AGIRC ;
  • la retraite par capitalisation individuelle ou collective ;
  • la complémentaire santé avec des formules de garanties individuelles et collectives ;
  • la prévoyance individuelle et collective permettant d’être couvert face aux risques de la vie (décès, invalidité, incapacité de travail, dépendance, etc.) ;
  • l’épargne individuelle.

Implication dans la vie économique de la région Rhône-Alpes[modifier | modifier le code]

Né dans la région lyonnaise il y a plus de 70 ans, le Groupe APICIL contribue à enrichir le tissu économique rhône-alpin en proposant notamment des aides à la création d’entreprise. Il participe ainsi à des actions de formations pour les nouveaux entrepreneurs dans des pépinières d’entreprise et des incubateurs entrepreneuriaux.

Il investit aussi dans des entreprises de la région cotées ou non en Bourse. Il développe de cette façon de nombreux partenariats avec des chambres de Commerce et d’Industrie de la région (CCI de Lyon, Grenoble, Chambéry).

Chiffres clés au 31/12/2012[9][modifier | modifier le code]

  • 5ème groupe de protection sociale en France
  • Plus de 1,57 million d’adhérents (salariés, retraités, professionnels, particuliers)
  • Plus de 48 500 entreprises adhérentes en retraite
  • Plus de 30 100 entreprises adhérentes en assurance de personnes
  • 2, 481 milliards d’euros de cotisations encaissées
  • 16 millions d’euros consacrés à l’action sociale
  • 740 000 euros consacrés à la lutte contre la douleur par la Fondation APICIL pour 67 projets financés
  • 1 300 collaborateurs à l'écoute des clients

Implantation[modifier | modifier le code]

Historiquement implanté à Lyon, le Groupe APICIL s’est développé au-delà de la région Rhône-Alpes. Il a construit un réseau national avec, actuellement, plus de 220 conseillers attachés à des agences commerciales et à des bureaux de proximité dans plusieurs villes de France (Dijon, Marseille, Montpellier, Nice, Paris, etc.). Il a également réussi à s’ancrer dans les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées grâce à son alliance avec Sud-Ouest Mutualité.

Organisation du Groupe[modifier | modifier le code]

Le Groupe APICIL est composé de plusieurs structures juridiques : des institutions de retraite et de prévoyance, des mutuelles, des associations de gestion, une compagnie d’assurance, etc.

Partenaires[modifier | modifier le code]

Le Groupe APICIL propose des solutions modulaires aux mutuelles souhaitant préserver leur autonomie face à la concentration du secteur mutualiste[10]. Il leur propose  :

  • un appui commercial pour la mise en œuvre de leur plan de développement ;
  • une mise en commun des ressources et des moyens avec notamment le partage du label « Protection Sociale Durable » ;
  • une expertise technique (appui sur l’actuariat, assistance dans la mise en place des outils de contrôle interne, etc.) ;
  • un mécanisme de solidarité financière (gestion des actifs, réassurance sur le portefeuille ou la protection nouvelle, etc.) ;
  • la gestion commune du tiers payant et des relations avec les professionnels de santé par la plateforme ACTIL.

Le Groupe a ainsi pour partenaires : la mutuelle GRM, Les Mutuelles du Soleil, Mutuelle du Rempart, Mutuelle Keolis Lyon, Sud-Ouest Mutualité.

Mode de fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les institutions et les mutuelles qui composent le Groupe APICIL sont toutes à but non lucratif[10], sans actionnaires à rémunérer. Elles fonctionnent sur un mode paritaire et mutualiste. Elles sont ainsi administrées non seulement par les représentants des salariés du Groupe mais aussi par ceux des entreprises adhérentes et des particuliers qui pilotent tous directement la gestion de leur protection sociale complémentaire.

En 2001, le Groupe s’était doté d’un comité d’audit chargé de suivre les travaux de la direction de l’audit interne et d’analyser les dispositifs de maîtrise des risques liés notamment à l’information comptable et financière. Les Commissaires aux Comptes étaient ainsi auditionnés par ce comité une fois par an. En 2009, le Groupe a fait évoluer l’organisation de ce comité d’audit en créant :

  • un comité de groupe intégrant l’ensemble des parties prenantes du Groupe et composé de 4 administrateurs (les Présidents et Vice-Président d’APICIL GESTION, le Président d’APICIL PREVOYANCE, le Président d’une institution de retraite complémentaire) ;
  • un comité spécifique (au sein de la gouvernance d’APICIL PREVOYANCE) pour l’ensemble des activités d’assurance de personne comportant 6 administrateurs (4 représentants d’organisations patronales et syndicales, 2 administrateurs indépendants). Le Délégué Général et le Directeur de l’Audit interne sont également invités à ce comité.

Les missions de ces comités d’audit sont alignées sur les exigences de la directive européenne 2006/43/CE concernant les contrôles légaux des comptes annuels et des comptes consolidés.

Action et engagement[modifier | modifier le code]

En 2012, le Groupe APICIL a consacré 16 millions d’euros à l’action sociale (prévention et dépistage santé, aide à la recherche d’emploi, bourses d’études supérieures, aide pour les personnes handicapées, accueil en établissements spécialisés, préparation et adaptation à la retraite, accompagnement du deuil et du vieillissement, etc.)[11].

En cohérence avec son engagement pour une Protection Sociale Durable, le Groupe développe un mécénat social et solidaire pour un système de santé plus humain.

En 2008, il a soutenu financièrement la construction de la Maison du Petit Monde[12], un hébergement composé de 42 studios et situé près de l’hôpital Femme-Mère-Enfant dans l’est lyonnais. Gérée par l’association Le Petit Monde[13] dont la vocation est d’humaniser les structures pédiatriques, cette Maison permet aux enfants malades de retrouver, dans un cadre agréable et familier, leurs parents tout au long de leur hospitalisation.

Le Groupe APICIL collabore aussi avec l’association Le Petit Monde pour financer une préparation ludique à l’IRM afin de familiariser les enfants de moins de 6 ans à cet examen souvent angoissant[14]. Dans un simulateur en forme de fusée, ces derniers découvrent un écran qui diffuse un dessin animé et qui les aide ainsi à rester immobiles le temps de l’examen factice. L’observation de leur comportement filmé permet aux radiologues de savoir si une anesthésie sera nécessaire lors du vrai examen.

Toujours dans la volonté d’humaniser les structures médicalisées, le Groupe soutient l’association lyonnaise Vivre aux éclats[15] formée de clowns professionnels intervenant pour divertir les enfants hospitalisés.

L’action du Groupe APICIL vise également à soutenir les personnes handicapées par le financement d’établissements spécialisés, l’aide aux structures d’accompagnement ou le partenariat avec les associations culturelles. Le Groupe soutient d’ailleurs le Festival national du court métrage HANDICA-APICIL[16]. Il est aussi acteur dans l’univers du handisport puisqu’il soutient la Ligue Rhône-Alpes Handisport et a sponsorisé plusieurs sportifs de haut niveau ayant participé à des Jeux Paralympiques.

Par ailleurs, avec le bus « Destination Prévention »[17] lancé en 2007, le Groupe APICIL se déplace auprès des entreprises adhérentes pour faire bénéficier les salariés d’actions de dépistage (glaucome, déficiences auditives, tests cardio-vasculaires) et les sensibiliser ainsi aux thèmes de la prévention santé.

En novembre 2013, APICIL signe un partenariat avec l'AGEFIPH (association pour la gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées). Cette convention porte sur le recrutement et l'accompagnement de personnes handicapées et durera jusqu'en 2015[18].

Sponsoring sportif[modifier | modifier le code]

Partenaire de champions paralympiques[modifier | modifier le code]

Le Groupe APICIL concrétise son action dans l’univers du handisport en sponsorisant plusieurs sportifs handicapés de haut niveau. Aussi a-t-il soutenu :

  • en 2008, lors des Jeux Paralympiques de Pékin, Christophe Durand, champion de tennis de table et Vincent Boury, champion paralympique de tennis de table
  • et, en 2010, pour les Jeux Paralympiques de Vancouver, Romain Riboud[19], champion de ski alpin.

En 2012 à Londres, Vincent Boury et Maxime Thomas, médaillés de bronze par équipe, Anne Barnéoud (tennis de table)et Stéphanie Merle (aviron).

Au total, 9 sportifs handicapés de haut niveau sont soutenus par le Groupe.

Communication publicitaire[modifier | modifier le code]

Afin de valoriser sa marque, le Groupe a lancé, en 2009, une campagne publicitaire avec deux spots. Cette campagne nationale est la première du genre pour le Groupe.

Bâtiments[modifier | modifier le code]

À l’origine, APICIL avait son siège social à Lyon (successivement sur le cours Lafayette, le quai Sarrail et l’avenue Maréchal-de-Saxe). Ayant connu une croissance continue, l’organisme décide de quitter le centre-ville de Lyon afin de remédier au manque de place qui se fait sentir et de réunir ainsi les différents services. Il s’installe donc en 1965 dans l’agglomération à Caluire-et-Cuire où il a acquis un vaste terrain sur lequel a été édifié l’actuel siège social.

Le Groupe APICIL possédait également des bureaux au cours Albert Thomas et dans le quartier de la Part-Dieu (3e ardt). Pour répondre à l’augmentation des effectifs et aux perspectives de croissance, ces bureaux ont été transférés, au début 2010, dans un nouveau site inauguré sur le quai Paul Sédaillan (9e ardt). Construite sur les normes de Haute Qualité Environnementale, cette structure offrant 18 300 m2 de bureaux regroupe l’ensemble des équipes attachées au métier d’assurance de personnes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le classement 2012 des groupes de protection sociale français établi par le site argusdelassurance.com place le Groupe APICIL à la 5e place : http://www.argusdelassurance.com/acteurs/mutuelles-de-sante-ip/classement-des-groupes-de-protection-sociale.58827
  2. http://www.argusdelassurance.com/ils-s-expriment/delegue-general-du-Groupe-apicil-apicil-assurances-va-elargir-notre-cible-de-clientele-le-Groupe-de-protection-sociale-apicil-leader-en-region-rhone-alpes-compte-pres-d-un-million-d-adherents-salaries-particuliers-ou-retraites-et-plus-de-50-000-entreprises-clientes-apicil-prevoyance-clas.13553
  3. Groupe Apicil, une histoire durable, livret édité pour les 70 ans du Groupe en 2008
  4. http://www.actil.com
  5. http://www.groupe-apicil.com/Apicil/protection-sociale-durable/psd.jsp
  6. http://www.gnp.fr/
  7. http://www.sompb.fr
  8. http://www.apicil.com
  9. http://www.groupe-apicil.com/Apicil/groupe-apicil/chiffres-cles-apicil/chiffres.jsp
  10. a et b Rapport d'activité 2012 du Groupe APICIL
  11. Rapport d'activité 2012 du Groupe APICIL, disponible sur http://www.groupe-apicil.com/Apicil/Images/apicil_ra_2012_tcm202-53699.pdf
  12. La Tribune (Journal officiel de l’Olympique lyonnais), no 43, 30 mars 2010, p. 11, disponible sur http://s.olweb.fr/ol/file/201003/43-bordoweb.pdf
  13. http://www.lepetitmonde.com
  14. http://www.groupe-apicil.com/Apicil/media/video-reportage-tf1-irm-en-jeu.jsp
  15. http://www.vivreauxeclats.fr/
  16. http://www.festival-handica.fr
  17. http://www.groupe-apicil.com/Apicil/engagements-apicil/engagement-quotidien/Prevention-sante.jsp?content=1
  18. Article de l'Argus de l'assurance du 20/11/2013
  19. http://romainriboud.webnode.fr/sponsors/

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]