Grolar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le grolar, grolaire[1], pizzly, ou encore prizzly (anglicisme), est le résultat de l'hybridation entre un ours polaire (polar bear en anglais) et un grizzli.

Cette hybridation, encore rare, peut se produire en captivité ou dans la nature. Le premier cas confirmé le fut en 2006 après analyse ADN d'un ours au pelage étrange[2] abattu près de Sachs Harbour par Jim Martell, dans les territoires du Nord-Ouest sur l'île de Banks dans l'Arctique canadien. Au printemps 2010, un autre ours tué à la fourrure blanche mais aux pattes brunes, s'avéra être né d'un grizzly mâle et d'une femelle pizzly[2].

Des cas précédents d'hybridation avaient été rapportés et bien que probables n'avaient pu être confirmés, les techniques ADN n'étant pas alors disponibles. Mais ce phénomène pourrait s'amplifier avec le réchauffement climatique[2]. Celui-ci entraîne un déclin de la population de l'ours arctique. Cette baisse diminue la probabilité de rencontre et d'accouplement d'un mâle et une femelle et les poussent donc à se reproduire avec une espèce proche comme le grizzly lors d'une rencontre, rencontre favorisée par l'extension vers le nord de l'habitat de ce dernier[2].

Bien que l'hybridation puisse être un phénomène naturel participant à la diversité biologique, des chercheurs américains redoutent qu'elle entraîne une disparition plus rapide de l'ours polaire et que le grolar soit, lui, moins adapté à son environnement[2], dans les cas où elle serait provoquée artificiellement par l'homme. Il se révèlerait probablement moins apte à supporter les grands froids arctiques. De même, certains pizzlies observés dans un zoo allemand ont montré une moins bonne aptitude à la nage que l'ours arctique[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Libération, «Grolars», les ours du futur,
  2. a, b, c, d, e et f "La fonte de la banquise donne naissance au Pizzly, article de Catherine Vincent, Le Monde, 16 décembre 2010