Grolar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grolars au zoo d'Osnabrück, en 2006.

Le grolar, grolaire, pizzly, ou encore prizzly (anglicisme)[1], est le résultat de l'hybridation entre un ours blanc (polar bear en anglais) et un grizzli. Cette hybridation, encore rare, a pu être observé en captivité mais également dans la nature.

Observations[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, ce croisement est déjà observé au parc zoologique de Thoiry, où, faute d'enclos, un grizzly et un ours blanc avaient été réunis[2]. En 2006, des analyses ADN sont effectuées sur un ours au pelage étrange, abattu près de Sachs Harbour par Jim Martell, dans les territoires du Nord-Ouest sur l'île de Banks dans l'Arctique canadien ; c'est alors le premier individu sauvage dont l'hybridation est confirmée[3]. Au printemps 2010, un autre ours tué, à la fourrure blanche mais aux pattes brunes, s'avère être né d'un grizzly mâle et d'une femelle pizzly[3].

Des cas précédents d'hybridation avaient été rapportés mais, bien que probables, n'avaient pu être confirmés, les techniques ADN n'étant alors pas disponibles[3]. En mars 2014, vivraient un peu plus de cinq individus hybrides à l'état sauvage[2].

Causes[modifier | modifier le code]

Le réchauffement climatique amplifie le phénomène : avec la fonte de la banquise, l'ours blanc est repoussé vers le sud du Canada et l'ours brun remonte davantage vers les forêts du nord et les deux espèces sont amenés à vivre sur un territoire commun durant une partie de l'année[2].

De plus, la fonte de la banquise entraîne un déclin de la population de l'ours arctique. Cette baisse diminue la probabilité de rencontre et d'accouplement entre un mâle et une femelle et les poussent donc à se reproduire avec une espèce proche comme le grizzly[3].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le spécialiste Rémy Marion affirme que « le grolar n'est en aucun cas une nouvelle espèce d'ours. Pour avoir une nouvelle espèce, il faudrait que le patrimoine génétique de l'hybride soit isolé. Ici ce n'est pas le cas ». Le grolar est une exception chez les hybrides puisqu'il est l'un des seuls capable de se reproduire car « Géographiquement, les deux espèces sont éloignées, mais génétiquement elles ont beaucoup de similarités ce qui permet à leurs petits d'être fertiles ». Rémy Marion rappelle également qu'« il y a plus de 600 000 ans, l'ours polaire et l'ours brun ne faisaient qu'un »[2].

Bien que l'hybridation puisse être un phénomène naturel participant à la diversité biologique, des chercheurs américains redoutent qu'elle entraîne une disparition plus rapide de l'ours polaire et que le grolar soit moins adapté à son environnement dans les cas où elle serait provoquée artificiellement par l'homme. D'autres scientifiques mettent en avant le risque de troubles physiques et comportementaux chez ces espèces, les grolars pourraient par exemple avoir des difficultés à résister aussi bien que l'ours blanc au grand froid. De même, certains pizzlies observés dans un zoo allemand ont montré une moins bonne aptitude à la nage que l'ours arctique[3].

Au contraire, certains scientifiques voient le grolar comme le sauveur de l'ours blanc, menacé par le réchauffement climatique[4]. L'ours blanc, dont le territoire et la nourriture disparaissent, pourrait, par exemple, survivre en se croisant avec le grizzly et s'adapter en mangeant, comme lui, des fruits ou des oiseaux[5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Libération, «Grolars», les ours du futur, 12 août 2013
  2. a, b, c et d Leslie Bourrelier, « Le «grolar», un nouvel ours témoin du réchauffement climatique », Le Figaro,‎ 28 mars 2014 (lire en ligne)
  3. a, b, c, d et e Catherine Vincent, « La fonte de la banquise donne naissance au Pizzly », Le Monde,‎ 16 décembre 2010 (lire en ligne)
  4. Claire Rainfroy, « Découvrez le "grolar", entre ours brun et polaire », sur europe1.fr,‎ 28 mars 2014 (consulté le 8 mai 2014)
  5. « Le Grolar ou Pizzly, une nouvelle espèce d'ours est apparue », sur RTL.fr,‎ 27 mars 2014 (consulté le 8 mai 2014)