Grise Fiord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grise Fiord
ᐊᐅᔪᐃᑦᑐᖅ
Grise Fiord
Grise Fiord
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Territoire Flag of Nunavut.svg Nunavut
Région Qikiqtaaluk
Maire Meeka Kigutak
Fondateur
Date de fondation
Gouvernement du Canada
1953
Démographie
Population 141 hab. (2006)
Densité 0,42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 76° 25′ 04″ N 82° 53′ 36″ O / 76.417884, -82.89330576° 25′ 04″ Nord 82° 53′ 36″ Ouest / 76.417884, -82.893305  
Superficie 33 270 ha = 332,7 km2
Divers
Langue(s) Anglais, inuktitut
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Grise Fiord
ᐊᐅᔪᐃᑦᑐᖅ

Géolocalisation sur la carte : Nunavut

Voir la carte administrative du Nunavut
City locator 14.svg
Grise Fiord
ᐊᐅᔪᐃᑦᑐᖅ

Géolocalisation sur la carte : Nunavut

Voir la carte topographique du Nunavut
City locator 14.svg
Grise Fiord
ᐊᐅᔪᐃᑦᑐᖅ
Liens
Site web www.grisefiord.ca

Grise Fiord (inuktitut : ᐊᐅᔪᐃᑦᑐᖅ ou Aujuittuq, « le lieu qui ne dégèle jamais ») est une communauté inuite située sur la pointe sud de l´Île d'Ellesmere, au Nunavut, à 720 miles (1140 km) au nord du cercle Arctique.

Grise Fiord était la communauté humaine la plus septentrionale du Canada jusqu'à l´établissement de la base permanente d´Alert.

Sa population est de 141 personnes, selon le recensement de 2006[1]. Le climat local est extrêmement froid, avec un minimum enregistré de -62.2 C. et un maximum de 22.3 C.

Histoire[modifier | modifier le code]

Monument à la mémoire des premiers habitants inuits de 1952 et 1955, réalisé par Looty Pijamini

Grise Fiord a été fondé par le gouvernement canadien en 1953 en partie pour affirmer sa souveraineté en Arctique durant la Guerre froide. Huit familles inuites d'Inukjuak, au Québec, ont alors été relogées après s'être fait promettre des maisons et du gibier. Celles-ci une fois sur place n'ont trouvé aucun bâtiment et très peu de faune leur étant familière. On leur a dit qu'ils seraient rentrés chez eux après un an s'ils le souhaitaient, mais cette offre a été retirée par la suite puisqu'elle aurait nuit aux revendications du Canada sur la souveraineté dans la région. Finalement, les Inuits survivront en faisant l'apprentissage des voies migratoires des baleines.

En 1993, le gouvernement canadien a tenu des audiences pour étudier le programme de relocalisation. Le gouvernement a versé 10 millions de dollars pour les survivants et leurs familles, et a présenté des excuses officielles en 2008.

En 2009, l'artiste Looty Pijamini a été employé par le gouvernement du Canada pour ériger un monument en souvenir de cette déportation. Représentant une femme attristée avec un jeune garçon et un chien de traîneau, le monument a été inauguré par John Duncan, ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien et interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens, le 10 septembre 2010.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]