Grippe A (H1N1) de 2009-2010 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Grippe A (H1N1) de 2009-2010.

L'épidémie de grippe A H1N1 de 2009-2010 a atteint la France à l'été 2009.

Historique[modifier | modifier le code]

  • Lors du passage en niveau 6 par l'OMS, la France a décidé de rester au niveau 5A[1].
  • 30 juillet 2009 : l'Institut de veille sanitaire annonce la mort d'une jeune fille visiblement touchée par la grippe A (H1N1) mais il émet cependant des doutes quant à la cause réelle du décès car la jeune fille souffrait aussi de complications pulmonaires sévères. Ce serait alors le premier cas mortel de grippe A (H1N1) en France[2].
  • 14 septembre 2009 : un patient de 26 ans en bonne santé meurt de la grippe A H1N1 à Saint-Étienne[3]. On apprendra en novembre 2009 qu'il s'agit d'une souche mutante, également décrite en Norvège[4].
  • 20 octobre 2009[5] : lancement de la campagne de vaccination.
  • 25 novembre 2009 : début de la vaccination dans les écoles.
  • 27 novembre 2009 : deux décès liés à une forme mutante de la grippe A identifiés en France[6].
  • 30 novembre 2009 : le président Sarkozy annonce l'ouverture des centres le dimanche, l'extension des horaires et la mobilisation d'une centaine de médecins militaires[7].
  • 2 décembre 2009 : début de la vaccination dans les collèges et les lycées.
  • 13 janvier 2010 : la fin de l'épidémie est officiellement annoncée en France[8].

Bilan des victimes[modifier | modifier le code]

Bilan des morts indirectement liées au virus H1N1 en France[modifier | modifier le code]

Bilan des morts directement liées au virus H1N1 en France métropolitaine[modifier | modifier le code]

  • 13 novembre 2009 : 33 morts[9].
  • 30 novembre 2009 : 86 morts. 461 personnes hospitalisées, dont 137 en réanimation ou unités de soins intensifs, entre deux et trois millions de malades (Institut de veille sanitaire, InVS)[10].
  • 3 décembre 2009 : 92 morts. Du 21 au 28 novembre 2009, 993 000 personnes ont consulté pour des symptômes grippaux, soit une augmentation de 40 % par rapport à la semaine du 3 au 10 novembre 2009[11].
  • 4 décembre 2009 : 111 morts.
  • 8 décembre 2009 : 118 morts. Deux millions de personnes vaccinés[12].
  • 17 décembre 2009 : 164 morts. 890 personnes ont été hospitalisées ; 211 sont en réanimation ou en soins intensifs. Depuis le début du mois d'août 2009, 5,3 millions de personnes ont été infectées et 3,5 millions de personnes ont été vaccinées (Institut de veille sanitaire / InVS)[13].
  • 23 décembre 2009 : 176 morts dont 28 chez des personnes sans facteur de risque particulier[14].
  • août 2010 : 312 morts (ministère de la santé)

Autres victimes[modifier | modifier le code]

Après leur retour d'Argentine, où ils avaient joué un match, des joueurs de l'équipe de rugby des Barbarians français, dont Grégory Lamboley, ont été touchés par le virus[15]. Tous font néanmoins partie des personnes infectées qui ont survécu.

Informations[modifier | modifier le code]

Un site internet interministériel de préparation à un risque de pandémie grippale, pandemie-grippale.gouv.fr[16], est à disposition des internautes afin d'informer la population sur les comportements à adopter vis-à-vis de ce virus.

De plus, l'Institut de veille sanitaire diffuse régulièrement un bulletin épidémiologique[17].

Souches mutantes[modifier | modifier le code]

Deux décès liés à une forme mutante de la grippe A ont été identifiés en France le 27 novembre 2009. Mi-novembre 2009, la Norvège et l'OMS annonçaient déjà deux décès, causés par cette forme mutante du virus. D'autres cas ont peut-être été identifiés en Chine[18].

Pour l'un de ces patients, s'ajoute toutefois « une autre mutation connue pour conférer une résistance à l'oseltamivir », le Tamiflu, a indiqué l'InVS. Il s'agit de la première souche résistante en France parmi les 1 200 souches analysées à ce jour.

L'autre cas est le patient en bonne santé de 26 ans décédé de la grippe A H1N1 à Saint-Étienne le 13 septembre 2009[3]

Vaccination[modifier | modifier le code]

Dès l'été 2009, le gouvernement français par la voix de la ministre de la santé, Roselyne Bachelot a fait savoir qu'il optait pour une campagne de vaccination de masse non-obligatoire.

Dans une circulaire du 21 août 2009 destinée aux préfets[19], les ministres de l’intérieur et de la santé ont précisé le plan de vaccination débutant le 28 septembre qu’ils qualifient de « réponse sanitaire évolutive exceptionnelle ». Il y est indiqué que le gouvernement « a commandé des doses de vaccins, afin d'être en mesure de proposer, si cela s'avérait nécessaire, à l'ensemble de la population une couverture vaccinale contre le nouveau virus ». La vaccination se ferait sous la forme de deux injections à trois semaines d’intervalle[20].

Le plan gouvernemental prévoyait la mise en place d'une campagne de vaccination progressive débutant le 12 octobre selon une liste de priorité[21] ciblant d'abord les personnels médicaux (en particulier ceux œuvrant auprès de populations à risque), puis les personnes à risque elles-mêmes et enfin l'ensemble de la population, à partir du 25 novembre 2009. Ce programme de vaccination a été mené en partie dans les hôpitaux et en partie dans des centres de vaccination, établis le plus souvent dans des gymnases et dans lesquels exerçaient des professionnels de santé réquisitionnés pour l'occasion.

Le 18 janvier 2010, le Haut Conseil de la santé publique estimait que 5,74 millions de personnes s'étaient fait vacciner et qu'entre 12 et 18 millions de personnes seraient immunisées contre le virus, la majorité l'ayant été par infection[22].

Montée en charge[modifier | modifier le code]

Le 28 novembre 2009, le gouvernement français a décidé de faire appel aux médecins militaires afin d'épauler les centres de vaccination[23].

Début décembre 2009, les internes en médecine ont été mobilisés. 5 000 personnes vont être recrutées « en contrat aidé » par les associations pour apporter leur aide dans les centres de vaccination contre la grippe A/H1N1.

Pharmacovigilance[modifier | modifier le code]

Ces mesures de vaccination de masse s'accompagnent d'un dispositif de pharmacovigilance renforcé visant à détecter d'éventuels effets indésirables du vaccin[24].

Réticences[modifier | modifier le code]

En France, la campagne de vaccination s'est d'abord heurtée à une réticence d'une grande partie de la population, y compris parmi les personnels de santé[25]. Ainsi, le syndicat des infirmières SNPI CFE-CGC estime « qu'une vaccination massive contre un virus grippal relativement bénin présente des risques du fait d’un vaccin développé trop rapidement, et d’un adjuvant susceptible de déclencher des maladies auto-immunes ». Les médecins généralistes, dont une partie se montre aussi méfiante vis-à-vis de ce vaccin, reprochent au gouvernement d'avoir été écartés de cette campagne de vaccination[26].

Centres de vaccination[modifier | modifier le code]

Dans les centres de vaccination, les généralistes sont rémunérés 66 euros de l'heure, les médecins retraités 33 euros, et les infirmiers libéraux, 28,35 euros[27].

Polémiques sur la mise à l'écart des médecins généralistes[modifier | modifier le code]

Les médecins généralistes français réclament depuis début novembre 2009 le pouvoir de vacciner leurs patients contre la grippe H1N1, ce que refuse le ministère de la santé[27].

Pour le ministère, outre l'argument financier, opter pour les centres permet aussi une meilleure traçabilité de la vaccination. Il permettrait également une meilleure gestion des vaccins, livrés en multidose de 10 doses.

« Volontariat » forcé et incompétence du personnel[modifier | modifier le code]

Selon le témoignage d'étudiants infirmiers, les autorités publiques réquisitionnent du personnel « volontaire » qui se retrouve parfois dans des centres de vaccinations dépourvus de personnels qualifiés pour ce genre d'opérations[28].

Coût global de la campagne[modifier | modifier le code]

Le coût a été estimé dans un premier temps à 420 millions d'euros. Une somme qui comprend les 48 millions d'euros de dédits déjà donnés aux différents laboratoires. La France possède l'un des dédits les plus importants de tous les pays européens avec 16 % du prix de vente des médicaments. À ces 420 millions d'euros, il convient d'ajouter les 90 millions d'euros environ des factures gérées par le ministère de l'Intérieur, notamment concernant les centres de vaccination[29]. Avec le recul, on bénéficie d'informations plus précises : la Cour des comptes a estimé que le coût total était de 660 millions d'euros. En fait, même cette estimation semble sous-estimée, car n'intégrant pas certaines dépenses, notamment les indemnisations pour les effets secondaires du vaccin (par exemple narcolepsie) [30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Niveau 6 : une pandémie imminente en France ? - Pour convaincre, 11 juin 2009
  2. Grippe A/H1N1: premier décès en France chez une jeune fille qui souffrait d'une maladie grave - Le Nouvel Observateur, 30 juillet 2009
  3. a et b Un homme de 26 ans meurt de la grippe A à Saint-Étienne - Le Figaro (AFP), 14 septembre 2009
  4. Grippe A: un virus mutant avait tué un jeune Stéphanois "sain" en septembre, Le Progrès, 27 novembre 2009
  5. Lancement de la campagne de vaccination grippe A/H1N1 dans les établissements de santé
  6. Deux décès liés à une forme mutante de la grippe A ont été enregistrés en France, RTBF, 27 novembre 2009
  7. H1N1 : le ministère de la défense prêt à participer à la campagne de vaccination, Le Monde, 30 novembre 2009
  8. Le Parisien, 13 janvier 2010 : Grippe A : fin de l'épidémie en France
  9. Journal télévisé de 20h, France 2
  10. 86 décès en France depuis le début de l'épidémie de grippe A, lexpress.fr, 30 novembre 2009
  11. Grippe A-France: Bilan à 92 morts, lejdd.fr, 3 décembre 2009
  12. Un nouveau bilan fait état de 118 deces en metropole - nouvelobs.com, 8 décembre 2009
  13. 164 décès liés à la grippe A(H1N1) en France - Reuters, 17 décembre 2009
  14. [1] site de l'INVS
  15. « La grippe A pour des Barbarians », sur lequipe.fr,‎ 23 juin 2009 (consulté le 22 juillet 2013)
  16. Info' pandémie grippale - Site interministériel traitant des menaces pandémiques grippales
  17. Grippe A(H1N1) - Institut de veille sanitaire
  18. Des cas de mutation du virus H1N1 détectés en France - RTBF, 27 novembre 2009
  19. Planification logistique d'une campagne de vaccination contre le nouveau virus A(H1N1) - Circulaire aux préfets, 21 août 2009 [PDF]
  20. Grippe A (H1N1) : le plan de vaccination du gouvernement français - Le Monde, 27 août 2009
  21. Liste des personnes invitées à se faire vacciner par ordre de priorité - Ministère de la Santé et des Sports, 1er décembre 2009
  22. « Vaccin contre la grippe A : un enterrement des plus discrets », Rue89, 10 février 2010.
  23. « Grippe A : l’armée appelée à la rescousse pour vacciner », sur france-info.com,‎ 28 novembre 2009 (consulté le 28 novembre 2009)
  24. Organisation de la campagne de vaccination contre le nouveau virus A (H1N1) 2009 - Volet Informatif ; Pharmacovigilance - Ministère de la Santé et des Sports, 28 octobre 2009 [PDF]
  25. Le vaccin massivement boudé par les personnels de santé - 20 minutes, 6 novembre 2009
  26. Les ratés de la campagne de vaccination anti-H1N1 - Nord éclair,15 novembre 2009
  27. a et b Grippe A : la polémique enfle entre médecins généralistes écartés de la vaccination et le gouvernement - Le Monde, 30 novembre 2009
  28. Réquisitions H1 N1: ça branle dans le manche! - Marianne, 10 décembre 2009
  29. Vaccination contre la grippe A(H1N1), coût global de la campagne
  30. http://www.leparisien.fr/societe/la-facture-de-la-grippe-a-s-alourdit-20-12-2013-3427137.php

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]