Grimpe d'arbres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Accrobranche » redirige ici. Pour les autres significations, voir Parcours aventure en forêt.

La grimpe d'arbres, ou grimpe encadrée dans les arbres, est considérée en France comme le terme générique définissant l'activité physique et éducative de pleine nature qui consiste à grimper aux arbres à l'aide des branches, avec une sécurité maximum.

Cette activité peut permettre la découverte de soi-même et, pour les citadins, des milieux arborés. C'est aussi un bon moyen d'observer la faune et la flore, de prendre conscience de son existence et, ainsi, d'acquérir un comportement respectueux vis-à-vis de la nature en général.

Deux grimpeurs d'arbre évoluant sur corde afin d'accéder au houppier.

Historique[modifier | modifier le code]

La grimpe d'arbres est une des plus anciennes capacités des hominidés, utile pour s'abriter des prédateurs ou se nourrir. L'humain moderne a perdu une partie de ses capacités physiques lui permettant d'évoluer facilement dans les arbres mais pour autant l'envie persiste dans le réflexe ludique des enfants qui y trouvent là un jeu attractif sans se rendre compte du danger.

Vers la fin des années 70 Peter Jenkins, arboriste professionnel, se voit demander par quelques uns de ses clients de les former aux techniques de grimpe en arbre qu'il utilise pour ses travaux d'élagage. Après quelques formations qui lui permettent d'adapter les techniques aux besoins d'une pratique de loisirs il décide de créer la première école du genre. Il fonde alors à Atlanta en 1983 Tree Climbers International. Il est considéré comme le père de la discipline et continue de l'enseigner et de la populariser.

En 1989 à Annonay en Ardèche, quelques amis, passionnés du milieu arboré, ont l’idée de faire découvrir les arbres par la grimpe. Ils se surnomment alors les Accro-Branchés[1] et sont les premiers en France à développer commercialement une telle activité qu'ils nomment alors « l'Accrobranche » . Certains sont arboristes, d’autres animateurs nature, travailleurs sociaux ou artistes amoureux de la nature. Forts de cette passion commune, ils mettent au point les premières techniques qui permettent au public de grimper avec une sécurité acceptable.

En 2000 le Syndicat National des Professionnels de l'Accrobranche (SNPA) est créé à la demande d'Alain Mouchel, alors conseiller technique de Marie-Georges Buffet ministre de la jeunesse et des sports, afin de travailler à la réglementation des activités de Grimpe dans les arbre.

En 2003 le Syndicat National des Grimpeurs Encadrant dans les Arbres (SNGEA) succède au SNPA afin de fédérer tous les acteurs de la pratique sans la limiter à la marque déposée qu'est l'Accrobranche. Le terme : « Grimpe Encadrée dans les Arbres » devient alors la dénomination de l'activité. Le SNGEA a pour objectif principal de défendre dans leur ensemble et individuellement, les intérêts moraux et matériels des Grimpeurs Encadrants dans les Arbres qui exercent en France.

A la rencontre d’automne 2005 du SNGEA, le terme « Grimpe d’arbre »[2] est adopté comme nouveau terme générique englobant deux approches : la grimpe libre et la grimpe encadrée suite à la proposition de deux français au retour de leur participation au 4ème Rendezvous en Oregon, rencontre internationale annuelle en partie organisée par TCI, traduisant simplement la dénomination américaine de l'activité : le tree climbing. Formés aux normes d'enseignement de TCI par Peter Jenkins ils fondent la même année Tree Climbers France (TCF).

Par la suite, de nombreuses structures proposent des activités encadrées sous le terme générique de grimpe d'arbres et les techniques sont constamment améliorées dans un souci de sécurité pour le public et de respect de l’arbre.

En 2007 une Fédération de Grimpe d'Arbres et Activités Associées (FGA-AA) voit le jour après plusieurs essais infructueux de fédérer des clubs de grimpe d'arbres autour d'un projet commun. Celle-ci s'attache à fédérer, promouvoir, développer, et informer sur la pratique sportive de la grimpe d'arbres.

Appellations[modifier | modifier le code]

La grimpe d'arbres est devenu le terme générique de la discipline pour pallier la multiplication des dénominations généré par le dépôt comme marque déposée de l'Accrobranche. Les écoles et clubs ne pouvant se servir de cette appellation sans être membres du réseau des Accro-Branchés ceux qui n'en faisaient pas partie durent donc inventer d'autres appellations :

  • Arbo-Escalade
  • ArbrenArbre
  • Escalad'arbre (Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade (FFME))
  • Grimp'arbre
  • etc...

Cette diversité d'appellations, rencontrant le terme parcours acrobatiques synonyme des parcours aventure qui se pratiquent aussi dans les arbres mais selon des techniques et une philosophie totalement différente, a participé à la forte confusion dans l'esprit du grand public et explique la méconnaissance de l'activité. Afin de résoudre cette confusion nuisible au développement de la discipline il convient d'employer simplement le terme grimpe d'arbres. Cependant grimpe en arbres ou grimpe dans les arbres sont aussi d'usage courant parmi les pratiquants sans poser les mêmes problèmes de compréhension.

Réglementation[modifier | modifier le code]

Les animations de grimpe d'arbres sont encadrées par des professionnels qualifiés : les Éducateur Grimpe d'Arbres (EGA) titulaires d'un Certificat de Qualification Professionnel. Ils sont soumis à la législation sur l'encadrement des activités physiques ou sportives, au code de déontologie des grimpeurs encadrant dans les arbres et aux normes européennes en vigueur pour le matériel.

L'activité de grimpe d'arbres n'utilise pas de câbles mais des cordes d'assurance qui sont récupérées à la fin. Des mesures sont également prises pour limiter l'impact sur l'environnement (cf. Code de déontologie).

Pratique[modifier | modifier le code]

On distingue deux pratiques, la grimpe encadrée et la grimpe libre.

La grimpe d'arbres encadrée s'adresse à tous les personnes dès 7 ans, sans limite d'âge ou de handicap. Les participants grimpent par petits groupes de 8 personnes au maximum pour 1 EGA dans le cadre d'une animation ou, bien que cela ne soit pas une limite officielle, par groupe de 4 personnes dans le cadre d'une formation à l'autonomie. Munis d'un équipement de sécurité (baudriers, casques, mousquetons, rappel, longes...), le participant peut grimper seul en s'auto-assurant avec la technique de la liane (grimper à la corde ainsi nommée dans certaines écoles).

En fin d'animation l’EGA propose souvent un atelier spectaculaire, il en existe plusieurs dont :

  • le pont de singe : 2 cordes parallèles sont installées entre deux arbres permettant la traversée en équilibre au-dessus du vide ;
  • la tyrolienne : longue corde accrochée entre deux arbres permettant de descendre en glissant à toute vitesse ;
  • le pendule : sorte de balançoire géante permettant d'effectuer un grand balancier très impressionnant.


La grimpe d'arbres libre est à ce jour pratiquée par des grimpeurs expérimentés selon des techniques diverses comme :

  • La DdRT (Doubled Rope Technic) : la tête du rappel est fixé au baudrier du grimpeur et il monte en tirant sur la queue du rappel qui fait coulisser la corde par dessus la branche sur la quelle elle repose. Ce qui nécessite un rope sleeve, sorte de gaine évitant de blesser la branche par friction. Méthode de plus en plus populaire dans les clubs.
  • La DRT (Double Rope Technic) : le rappel passe par dessus une branche mais contrairement à la DdRT le grimpeur monte retenu par des bloqueurs le long des deux brins sans que la corde ne coulisse sur la branche.
  • La SRT (Single Rope Technic) : la base du rappel est fixée au pied de l'arbre, il passe ensuite par dessus la branche de support et le grimpeur monte le long du brin qui en redescend.
  • La grimpe à l'anglaise : variante de la DdRT similaire dans sa méthode de fixation mais différente en raison de la technique d'ascension qui ne se pratique pas le long du rappel mais en posant les pieds sur le tronc au prix d'efforts importants sur les bras et les reins. Cette technique n'est pas valorisée car peut endommager l'écorce par piétinement.
  • La moulinette : Le grimpeur se sert des branches pour monter jusqu'à la cime de l'arbre en étant assuré par un partenaire qui reste au sol. Le rappel coulissant sur la branche de support cette technique aussi nécessite l'usage d'un rope sleeve ou d'une fausse fourche fixée au préalable.

La pratique libre nécessite une parfaite maîtrise des outils et techniques et une excellente connaissance des réactions des essences et des parasites qui les affaiblissent. Le danger de chute ayant des conséquences majeures (blessures graves voire mortelles) et aucun diplôme de pratique libre n'existant pour apporter et faire valoir l'expérience du grimpeur, la grimpe libre reste confidentielle et peu pratiquée par manque de prérogatives légales. Pour pallier ce manque la FGA est en train d'élaborer des niveaux de formation.

Philosophie[modifier | modifier le code]

La grimpe d'arbres s'accompagne d'une réflexion écologique respectueuse de l'environnement naturel. Les pratiquants anglophones ont mis en valeur un leitmotiv qui reflète ce respect : "Do no harm, leave no trace" que l'on peut traduire par "Un passage, mais un passage propre" et qui insiste donc sur l'importance de ne pas endommager l'arbre au point de ne laisser absolument aucune trace de son passage. Cette philosophie éco-responsable est développée plus en détail par le biais de chartes du grimpeur responsable mises en avant par les différents acteurs de l'activité.

Bien qu'appréciant aussi les sensations fortes procurées par cette discipline, les grimpeurs sont motivés à connaître les différentes espèces d'arbre et les biotopes qu'ils accueillent. C'est une nécessité sécuritaire car beaucoup d'essences, de parasites et d'animaux peuvent induire des dangers majeurs, mais c'est aussi un attrait intellectuel que d'apprendre à les connaitre. Attrait qui est un des ferments de la passion qui motive les grimpeurs et les pousse à développer leur savoir en matière de biologie et plus particulièrement de dendrologie.

D'autre part en raison de la mise en danger, des sensations fortes et de l'entraide sécuritaire spécifique à toute pratique que l'on pourrait classer dans les sports extrêmes, la grimpe d'arbres favorise un état d'esprit volontaire et respectueux d'autrui basé sur la confiance, l'échange et l'encouragement. La spécificité des outils et techniques générant un langage interne aux pratiquants et l'actuelle confidentialité de la pratique dynamisent un peu plus cet esprit de groupe spécifique à la discipline comme on peut l'observer pour beaucoup d'autres pratiques sportives.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le terme Les Accro-Branchés® est une marque commerciale déposée à l’INPI
  2. Cf. Thiébaut et Cyriaque, « Rencontre d'automne 2005 », sngea.fr,‎ 2005

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le triumvirat professionnels / fédérés / pratiquants indépendants en France : Réseau EGA - Educateurs de Grimpe d'Arbre - mis en ligne par le SNGEA FGA - Fédération de Grimpe d'Arbre LAGDLA - LA Grimpe Dans Les Arbres - Réseau des pratiquants autonomes

Les créateurs historiques de la discipline : TCI - Tree Climbing International - Ecole de Peter Jenkins Les Accro-Branchés

Organisations majeures à l'international : GOTC - Global Organization of Tree Climbing TCJ - Tree Climbing Japan