Grimmen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grimmen
Vue du clocher de l'église Sainte-Marie de Grimmen.
Vue du clocher de l'église Sainte-Marie de Grimmen.
Blason de Grimmen
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of Mecklenburg-Western Pomerania.svg Mecklembourg-Poméranie-Occidentale
Arrondissement
(Landkreis)
Poméranie-Occidentale-Rügen
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
12
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Benno Rüster
Partis au pouvoir CDU
Code postal 18507
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
13 0 73 035
Indicatif téléphonique 038326
Immatriculation VR, GMN, NVP, RDG, RÜG
Démographie
Population 10 399 hab. (31 décembre 2010)
Densité 207 hab./km2
Géographie
Coordonnées 54° 06′ 40″ N 13° 02′ 29″ E / 54.111, 13.041454° 06′ 40″ Nord 13° 02′ 29″ Est / 54.111, 13.0414  
Altitude 9 m
Superficie 5 029 ha = 50,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Grimmen

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Grimmen
Liens
Site web www.grimmen.de

Grimmen est une ville allemande de l'arrondissement de Poméranie-Occidentale-Rügen, dans le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale. Sa population était de 10 399 habitants au 31 décembre 2010.

Géographie[modifier | modifier le code]

Grimmen se trouve au sud de l'arrondissement de Poméranie-Occidentale-Rügen au bord de la Trebel. Elle est à 30 kilomètres au sud de Stralsund et à 30 kilomètres à l'ouest de Greifswald, deux villes hanséatiques.

Elle est reliée à la ligne de chemin de fer Stralsund-Demmin-Neubrandenbourg-Neustrelitz, et à l'autoroute 20.

Municipalité[modifier | modifier le code]

La municipalité, outre la ville de Grimmen, comprend les localités suivantes: Appelshof, Gerlachsruh, Grellenberg, Groß Lehmhagen, Heidebrink, Hohenwarth, Hohenwieden, Jessin, Klein Lehmhagen, Stoltenhagen, et Vietlipp.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Année 1600 1712 1800 1900 1946 1990 2000 2008 2010
Population 1000 850 1840 3616 8298 14242 11585 10655 10399

Jumelages[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Des tribus wendes migrantes ont commencé à sillonner la région au IXe siècle et au Xe siècle, date à laquelle des populations germaniques se sont installées. Grimmen apparaît au début du XIIIe siècle et des artisans et maçons de Basse-Saxe, du Bas-Rhin et de Westphalie commencent au milieu du siècle à bâtir une bourgade aux rues à angle droit. La première mention écrite de la bourgade date de 1267 et elle obtient à la fin du siècle, en 1287, les privilèges de ville selon le droit de Lübeck. C'est cette date qui est retenue pour fêter les anniversaires de la ville, comme le jubilé de ses sept-cents ans en 1987. Mais ce n'est qu'en 1305 qu'elle commence à être nommée en tant que ville. Le conseil de la ville existe déjà en 1306, ainsi que le château.

Grimmen appartenait à la fin du XIIIe siècle à l'évêché de Schwerin, puis elle entre dans les possessions du prince de Rügen. À l'extinction de cette famille avec la mort du dernier prince, elle entre dans le duché de Poméranie en 1325, jusqu'en 1648, date à laquelle la paix de Westphalie attribue le duché au royaume de Suède qui fonde ainsi la Poméranie suédoise.

Des remparts sont construits au XIIIe siècle, il en subsiste encore trois tours qui datent du XVe siècle. L'église paroissiale principale, l'église Sainte-Marie, est une église-halle construite en 1275. L'hôtel de ville (Rathaus), quant à lui, date de 1400-1402 et la vieille école, du XVe siècle.

XVIe au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La Réforme protestante atteint Grimmen en 1536 et se répand dans toute la Poméranie. Elle est assiégée par les troupes de Wallenstein en 1627 et mise à sac. Deux incendies ont lieu en 1630 et 1632, alors qu'en 1631, les troupes suédoises s'emparent de la ville. Elle entre formellement sous la couronne suédoise presque vingt ans plus tard par la paix de Westphalie. À la fin du siècle, le bourgmestre Johannes Flittner organise deux chasses aux sorcières, provoquant la mort de sept femmes.

Plan de Grimmen en 1760

La ville est à moitié détruite par les flammes en 1757, puis elle doit subir, jusqu'en 1759, l'occupation des troupes du roi de Prusse, dans le but de réintégrer sous une couronne allemande les terres poméraniennes peuplées d'Allemands. Mais l'occupation cesse deux ans plus tard. Le roi de Suède fait une visite officielle à Grimmen en 1800. C'est au tour des armées napoléoniennes d'occuper la ville en 1807 pendant la IVe guerre de coalition contre le royaume de Prusse, la Russie et la Saxe.

Le congrès de Vienne attribue en 1815 l'ancienne Poméranie occupée par les Suédois au royaume de Prusse. un an plus tard Grimmen devient chef-lieu de district et accueille le conseil de sous-préfecture (Landsratamt) en 1829. Les remparts sont abattus en 1825.

La ville est reliée par le chemin de fer en 1878 et des faubourgs sont construits, tandis qu'un parc public est aménagé. La nouvelle poste est construite en 1898.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le petit cimetière juif est détruit en novembre 1938 à l'époque du Troisième Reich, et recouvert de constructions en 1945, après la guerre, alors que la ville fait partie de la zone soviétique d'occupation. La ville s'est livrée sans combat en avril 1945 à l'Armée rouge. La république démocratique allemande en fait un chef-lieu d'arrondissement, celui de Grimmen en 1952, au sein du district de Rostock. Elle y demeure jusqu'à la réunification allemande et fait partie ensuite de l'État du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale. Des restaurations de la vieille ville débutent en 1991.

En 1994, Grimmen entre dans l'arrondissement de Poméranie-Occidentale-du-Nord qui laisse la place en 2011 au nouvel arrondissement de Poméranie-Occidentale-Rügen.

Grimmen a perdu un tiers de ses habitants depuis la réunification.