Grenville-sur-la-Rouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grenville.
Grenville-sur-la-Rouge
Grenville-sur-la-Rouge
Calumet
Calumet
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec[1]
Région Laurentides
Comté ou équivalent Argenteuil
Statut municipal Municipalité
Arrondissements 2 (Grenville et Calumet)
Maire
Mandat
John Saywell
2013-2017
Code postal J0V 1B0
Constitution 24 avril 2002
Démographie
Population 2 793 hab. (2014)
Densité 8,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 39′ 00″ N 74° 38′ 00″ O / 45.650005, -74.633338 ()45° 39′ 00″ Nord 74° 38′ 00″ Ouest / 45.650005, -74.633338 ()  
Superficie 31 585 ha = 315,85 km2
Divers
Langue(s) Français
Fuseau horaire Est (-5)
Indicatif +1 819
Code géographique 76052
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Grenville-sur-la-Rouge

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Grenville-sur-la-Rouge
Liens
Site web http://www.grenvillesurlarouge.ca/

Grenville-sur-la-Rouge (API: /ɡʁɛn.vil.syʁ.la.ʁuʒ/) est une municipalité du Québec (Canada) située dans la municipalité régionale de comté d'Argenteuil dans la région administrative des Laurentides[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Grenville-sur-la-Rouge dans la MRC d'Argenteuil

Grenville-sur-la-Rouge est située sur la rive gauche de la rivière des Outaouais, au nord de la ville de Hawkesbury (Ontario). Elle est bornée au nord par Harrington, au nord-est par Wentworth-Nord, à l'ouest par Notre-Dame-de-Bonsecours et Fassett, à l'est par Brownsburg-Chatham. Sur la rive opposée de l'Outaouais, outre Hawkesbury se trouvent les cantons d'Alfred et Plantagenet, Champlain et Hawkesbury Est. Le territoire de la municipalité couvre une superficie totale de 329 km2 dont 322 km2 terrestres[2]. La municipalité se trouve au piémont des Laurentides dans le Bouclier canadien. La municipalité est arrosée par la rivière Rouge et la rivière du Calumet, lesquelles s'y jettent dans l'Outaouais[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Les paysages sont de qualité. Les terres y sont généralement peu fertiles et le couvert forestier est dominant[4]. Elle compte quelques hameaux dont Calumet et Pointe-au-Chêne. Le territoire municipal est traversé d'est en ouest par l'autoroute de l'Outaouais (A-50) qui relie Gatineau à Lachute et Mirabel. La route 148, ancien trajet entre Gatineau et Lachute, longe la rivière des Outaouais. Le Chemin Scotch, qui correspond à un segment de la route 344, suit un axe nord-sud reliant l'échangeur avec l'autoroute 50 au village de Grenville puis vers le pont du Long-Sault qui permet d'accéder à la ville franco-ontarienne de Hawkesbury. Vers l'est, la route 344 se dirige vers Oka. Le pont Rivington franchit la rivière. Le secteur de Carillon est desservi par le centre communautaire Paul-Bougie[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la municipalité provient du nom de l'ancien canton de Grenville, l'une des deux anciennes municipalités fusionnées en la municipalité actuelle, de même que du nom de la rivière Rouge qui arrose la municipalité. Le nom Grenville honore George Grenville, homme politique britannique[6]. L'origine du nom de la rivière Rouge est incertaine mais l'hypothèse la plus vraisemblable se rapporte à la teinte rougeâtre des eaux de la rivière provoquée par l'oxydation des roches de son lit[7]. La municipalité est créée en 2002 par la fusion de l'ancienne municipalité de Calumet et du canton de Grenville[6].

Politique[modifier | modifier le code]

Blason de la municipalité de Grenville-sur-la-Rouge

Les armes de Grenville-sur-la-Rouge se blasonnent ainsi:
D'or à la bande ondée de gueules accostée de deux écussons aux armes du très honorable George Grenville au naturel (De sinople à la croix d'argent chargée de cinq tourteaux de gueules)

Une particularité de cette municipalité est d'être divisée en deux arrondissements : Grenville et Calumet, qui correspondent aux deux anciennes municipalités constituantes de la municipalité actuelle[2]. L'arrondissement de Grenville est reconnu bilingue par la charte de la langue française[8]. Le conseil municipal planifie la construction d'un nouvel hôtel de ville pour 2013[9]. Le mode d'élection est en bloc et sans division électorale[2]. La mairie est quelque instable pour le terme 2009-2013, comptant deux élections partielles et quatre maires se succédant. Aux élections partielles à la mairie de 2010, John Saywell devient maire, devançant l’ancien maire Michel Brosseau. Lors des élections partielles à la mairie le 24 mars 2013, Michel Brosseau devient maire, récoltant davantage de voix que Marc Legris et Richard Polissena[10],[11]. Les relations au conseil municipal demeurent néanmoins tendues[12]. Michel Brosseau ne se représente pas à la mairie à l'élection de novembre 2013. L'ancien maire John Saywell est élu avec 78,8 % contre Diane Monette. Le taux de participation est de 48,3 % et quinze candidats se disputent les six postes de conseillers[2],[13].

La population locale est représentée à l'Assemblée nationale du Québec par le député de la circonscription d'Argenteuil[2]. La circonscription fédérale est Argenteuil-Mirabel[14].

Composition du conseil municipal[2],[15]
2009-2013 2013-2017
Maire Jean-Marc Fillion, 2009-2010
John Saywell, 2011-2012
Diane Monette,Mairesse suppléante, 2011-2013
Michel Brosseau, 2013
John Saywell
Conseillers Diane Monette
Noël F. Baril
Alain Carrière
Daniel Gauthier
Pierre Lessard
Teresa Ogle-Foreman
Claude Cadieux
Robert D'Auzac
Daniel Gauthier
Sébastien Gros
Raymond Larose
Michel Perreault

Population[modifier | modifier le code]

Le recensement dénombre 2 746 habitants en 2011. La population totale permanente est en croissance légère mais continue depuis le début des années 1990[16]. Le nombre de non-résidents ayant une propriété à Grenville-sur-la-Rouge est estimé à 1 000[17]. En 2011, Grenville-sur-La Rouge compte 1 248 logements privés occupés par des résidents habituels et 651 résidences secondaires et autres logements non habituellement occupés de manière permanente[18].

Population totale, 1991-2011

Année Population Variation
2011 2 746 en augmentation0,9 %
2006 2 721 en augmentation2,2 %
2001 2 663 en augmentation3,8 %
1996 2 566 en augmentation4,1 %
1991 2 466 -

Économie[modifier | modifier le code]

La rivière Rouge est reconnue pour ses activités nautiques en eau vive comme le canot, le kayak et le rafting. Les services d'accueil touristique comprennent le camping de la Halte des Sept-Soeurs[19]. Hydro-Québec prévoit en 2014 la fermeture de la centrale hydroélectrique Chute Bell sur la rivière Rouge après le rachat des parts respectives de 20 % et 10 % de la municipalité de Grenville-sur-la-Rouge et de la municipalité régionale de comté d'Argenteuil dans la société en commandite ayant aménagé et exploitant la centrale depuis 1999[20].

Culture[modifier | modifier le code]

Les principaux artistes locaux comprennent Simon Lefrançois, sculpteur sur bois et ferronnier d'art. La Route des arts est un événement ateliers ouverts se tenant fin juillet de Wentworth-Nord à Grenville-sur-la-Rouge[21].

Société[modifier | modifier le code]

Un glissement de terrain se produit sur le chemin de la Rouge en 2013[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les informations de l'infobox proviennent de Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités : Rigaud », 71133, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec (consulté le 7 juillet 2013), sauf exceptions suivantes :
    a. Superficie terrestre : Statistique Canada. Grenville-sur-la-Rouge, Québec (Code 2476052) et Argenteuil, Québec (Code 2476) (tableau). Profil du recensement, produit nº 98-316-XWF au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Recensement 2011, diffusé le 24 octobre 2012. Consulté le 7 juillet 2013.
    b. Code postal : Postes Canada, « Nombre et carte des secteurs de livraison rurale et urbaine », Québec,‎ 10 mai 2013 (consulté le 7 juillet 2013).
  2. a, b, c, d, e, f et g Gouvernement du Québec, « Grenville-sur-la-Rouge », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
  3. « Municipalité de Grenville-sur-la-Rouge » (consulté le 14 janvier 2013)
  4. « Grenville-sur-la-Rouge », 214, sur Tourisme Argenteuil (consulté le 14 janvier 2013)
  5. « Le centre Paul Bougie plus accueillant », Tribune Express, vol. 19, no 43,‎ 23 août 2013, p. 2.
  6. a et b Grenville-sur-la-Rouge (municipalité) - Commission de toponymie du Québec
  7. Gouvernement du Québec, « Rivière Rouge », 54707, sur Commission de toponymie du Québec (consulté le 14 janvier 2013)
  8. Arrondissements et municipalités visés par l'article 29.1 de la Charte de la langue française
  9. Un nouvel hôtel de ville, Richard Mahoney, Tribune-Espress, 14 décembre 2012, 19:7, p. 4.
  10. Charlotte Paquette, « Élections partielles à Grenville-sur-la-Rouge », <Tribune Express, vol. 19, no 21,‎ 22 mars 2013, p. 3
  11. Richard Mahoney, « Michel Brosseau : « Selon le code » », <Tribune Express, vol. 19, no 22,‎ 29 mars 2013, p. 2
  12. Charlotte Paquette, « Règlement controversé à Grenville-sur-la-Rouge », Tribune Express, vol. 19, no 36,‎ 5 juillet 2013, p. 3.
  13. Charlotte Paquette, « Michel Brosseau ne sera pas candidat », Tribune Express Ontario, vol. 19, no 47,‎ 20 septembre 2013, p. 9
  14. Gouvernement du Canada, « Proclamation donnant force de loi au décret de représentation électorale à compter de la première dissolution du Parlement postérieure au 25 août 2004 (TR/2003-154), Annexe: Loi sur la révision des limites des circonscriptions électorales - Décret de représentation », sur Ministère de la Justice du Canada (consulté le 7 juillet 2013)
  15. Municipalité de Grenville-sur-la-Rouge, « Le Conseil Municipal » (consulté le 7 juillet 2013)
  16. a. Statistique Canada. Grenville-sur-la-Rouge, Québec (Code 2476052) et Argenteuil, Québec (Code 2476) (tableau). Profil du recensement, produit nº 98-316-XWF au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Recensement 2011, diffusé le 24 octobre 2012. Consulté le 4 octobre 2013.
    b. Statistique Canada. 2007. Grenville-sur-la-Rouge, Québec (Code2476052) (tableau). Profils des communautés de 2006, Recensement de 2006, produit nº 92-591-XWF au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Diffusé le 13 mars 2007. Consulté le 4 octobre 2013.
    c. Statistique Canada. 2002. Profils des communautés de 2001. Calumet et Grenville (canton). Diffusé le 27 juin 2002. Date de modification : 2005-11-30. No 93F0053XIF au catalogue de Statistique Canada.
    d. Statistique Canada, Recensement de la population de 1996, produit numéro 95F0181XDB96001 au catalogue de Statistique Canada. Calumet et Grenville (canton). Consulté le 4 octobre 2013.
  17. Charlotte Paquette, « Élections 2013 : vote des non-domiciliés », Tribune Express, vol. 19, no 49,‎ 4 octobre 2013, p. 8.
  18. Statistique Canada. Recensement 2011.
  19. Charlotte Paquette, « Halte des Sept-Soeurs », <Tribune Express, vol. 19, no 22,‎ 29 mars 2013, p. 8.
  20. Charlotte Paquette, « Chute Bell: 2M$ pour Grenville-sur-la-Rouge », Tribune Express, vol. 19, no 43,‎ 23 août 2013, p. 2.
  21. Charlotte Paquette, « Sculptures presque vivantes », Tribune Express Ontario, vol. 19, no 39,‎ 26 juillet 2013, p. 20.
  22. « Glissement de terrain sur le chemin de la Rouge », Tribune Express, vol. 19, no 36,‎ 5 juillet 2013, p. 2.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Harrington Wentworth-Nord Rose des vents
Notre-Dame-de-Bonsecours,
Fassett
N Brownsburg-Chatham
O    Grenville-sur-la-Rouge    E
S
Alfred et Plantagenet
Champlain
Grenville
Rivière des Outaouais
Flag of Ontario.svg Ontario
Hawkesbury
Hawkesbury Est