Grenade à main type 97

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grenade à main type 97
Image illustrative de l'article Grenade à main type 97
Photo d'une grenade type 97
Présentation
Pays d'origine Drapeau du Japon Japon
Type Grenade à main
Époque Seconde Guerre mondiale
Accessoire(s) lance-grenades Type 89
Période d'utilisation 1937 1945
Poids et dimensions
Masse 450 g
Longueur totale 93,6 mm
Diamètre 49,3 mm
Caractéristiques techniques
Explosif TNT
Quantité d'explosif 65 g
Retard 4-5 secondes

Précédé par grenade à main Type 91

Le grenade à main type 97 produit dans l'empire du Japon est un perfectionnement de la grenade à main Type 91. Celle-ci est moins longue et plus puissante. Elle entra en production à partir de 1937.

Histoire et développement[modifier | modifier le code]

La grenade à main Type 97 a été développée à partir de la grenade à main Type 91 qui pouvait aussi être utilisée comme une grenade à fragmentation, et comme munition pour les lanceurs de grenade type 89. Pour cette raison, elle avait moins de puissance explosive et un délai relativement plus long qu'une grenade manuelle. Pour répondre à ces questions, le Bureau technique de l'Armée a développé un nouveau concept en 1937.

Conception[modifier | modifier le code]

Le Type 97 avait les mêmes principes que la plupart des grenades à fragmentation de la période: une rainure du corps en forme d'ananas. On commençait en vissant le percuteur, de sorte qu'il dépasse de la base de la grenade. Puis la goupille de sécurité était retirée en tirant sur la corde à laquelle elle était attachée; le capuchon de protection couvrant le percuteur pouvant être retiré. Un coup violent contre une surface dure, comme un rocher ou casque de combat permettait d'actionner un ressort et d'écraser un bouchon en laiton mince, permettant à l'épingle de frapper l'amorce et d'allumer la mèche avant de lancer la grenade sur la cible. Cependant, en comparaison avec les grenades à main alliées de l'époque, la force explosive des type 97 était plus faible, et en raison de l'absence d'un mécanisme d'allumage automatique, la grenade, dans la pratique a été jugée peu fiable et même dangereuse en raison de sa temporisation inexacte.

Physiquement, la type 97 était presque impossible à distinguer de la type 91, sauf qu'elle n'avait pas d'attache sur la base de la cartouche propulsive. Une étiquette avertissait du plus court délai (4-5 secondes).