Gregorio Carafa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait du grand maître Gregorio Carafa d'après une gravure de Manesson Mallet (1683).

Gregorio Carafa, né le 17 mars 1615 à Caulonia et mort le 21 juillet 1690 à La Valette, est un religieux catholique italien du XVIIe siècle, qui fut archevêque de Salerne et le 62e grand maître[1] de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Castelvetere, en Calabre, Gregorio Carafa est en réalité originaire de Naples : issu des princes de Roccella, il appartient à l'une des grandes familles nobles de la cité parthénopéenne, celle des Carafa, qui compte parmi ses ancêtres des personnalités telles que le pape Paul IV (Gian Pietro Carafa, 1476-1559) et possède de nombreux fiefs en Calabre. À la fin du XIVe siècle, un autre Carafa, Bartolomeo Carafa della Spina, avait été anti-grand-maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Entré de minorité au service de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem (dès 1615), Gregorio Carafa se fait remarquer par ses qualités militaires : il est nommé général de la flotte de l'ordre en 1654 et, deux ans plus tard, il commande le contingent maltais victorieux lors de la bataille des Dardanelles. À Malte, il se distingue également comme un grand protecteur des arts et un promoteur de grands chantiers : il protège le peintre Mattia Preti, principal peintre napolitain de la seconde moitié du XVIIe siècle, originaire comme lui de Calabre et qui s'installe à Malte, il commande la décoration ou la reconstruction de plusieurs édifices comme l'église de l'hôpital du Saint-Esprit ou l'auberge d'Italie à La Valette. Il fait également restructurer les fortifications de la ville par Carlos de Grunenbergh. À sa mort en 1690, il est enterré dans un fastueux monument funéraire en marbres polychromes dans la chapelle de la langue d'Italie à l'intérieur de la co-cathédrale Saint-Jean.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. B. Galimard Flavigny (2006) p. 317-319

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]