Green Zone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Green Zone

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Photo de la zone verte de Bagdad (Irak) où se situe l'action du film.

Titre québécois La Zone verte
Réalisation Paul Greengrass
Scénario Brian Helgeland
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Studio Canal
Relativity Media
Working Title Films
Antena 3 Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Guerre
Sortie 2010
Durée 115 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Green Zone ou La Zone verte au Québec, est un film de guerre franco-américano-hispano-britannique écrit par Brian Helgeland et réalisé par Paul Greengrass adapté du livre Imperial Life in the Emerald City de Rajiv Chandrasekaran, sorti le 14 avril 2010. Le film met en vedette Matt Damon, Greg Kinnear, Brendan Gleeson, Amy Ryan, Khalid Abdalla et Jason Isaacs.

Produit par Working Title Films avec un soutien financier d'Universal Pictures, StudioCanal, Relativity Media, Antena 3 Films et Dentsu[1], le tournage du film débuta en janvier 2008 en Espagne, se déplaçant plus tard au Maroc et au Royaume-Uni.

La première de Green Zone s'est déroulée lors du Festival international du film fantastique de Yubari au Japon le 26 février 2010 et est sorti en salles en Australie, en Russie, au Kazakhstan, en Malaisie et à Singapour, le 11 mars 2010, suivi par 10 autres pays le lendemain, parmi lesquels les États-Unis, le Royaume-Uni et au Canada.

Bien qu'ayant reçu des critiques mitigés positivement, Green Zone rencontre un échec commercial, ne totalisant que 94,9 millions de dollars de recettes mondiales, alors que le film a coûté 100 millions.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au début du conflit en Irak, en 2003, le "chief"[2] Roy Miller, de l'US Army, est chargé avec son équipe de retrouver des armes de destruction massive (ADM) censées se trouver dans le pays. Mais, ballotté de site en site, Miller ne retrouve aucune trace de ces armes et commence à se poser des questions sur la fiabilité des renseignements de la source de l'armée, il en fait part à sa hiérarchie, qui le rappelle à l'ordre.

Parallèlement, Clark Poundstone, un officiel du Pentagone, accueille un politicien irakien et est interrogé par la journaliste Lawrie Dayne, qui veut s'entretenir directement avec « Magellan », la source concernant les armes, en raison de la pression internationale concernant les recherches infructueuses des ADM, mais Poundstone refuse.

Au cours d'une patrouille, Miller est contacté par Freddy, un Irakien unijambiste, qui lui apprend que des personnalités du Parti Baas, se trouvent dans une maison. Miller et ses hommes interviennent et ce dernier découvre que le général Al-Rawi, surnommé le « valet de trèfle » dans le jeu de cartes de l'armée américaine, était présent dans la maison, mais est parvenu à s'enfuir avec d'autres hommes, ainsi qu'un carnet contenant des informations précieuses. Mais un des sbires d'Al-Rawi, capturé par les Américains, est arrêté avant d'être capturé par des hommes des opérations spéciales.

Le responsable local de la CIA, Martin Brown, prend contact avec Miller afin de le pousser à continuer ses investigations, au cours duquel le militaire va découvrir les motivations officieuses de l'administration américaine pour mener cette guerre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légende : Version française (V.F.) sur RS Doublage [4]et Version québécoise (V.Q.) sur Doublage Québec[5]

Production[modifier | modifier le code]

Écriture du scénario[modifier | modifier le code]

Casting[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

La production de Green Zone devait initialement débuter à la fin 2007[6], mais le tournage débuta finalement le 10 janvier 2008[7] sur la base aérienne de Los Alcázares, en Espagne[8], puis au Maroc et pour finir au Royaume-Uni en décembre 2008.

Réception[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Dès sa sortie en salles aux États-Unis, Green Zone a obtenu un accueil critique mitigé positivement, en recueillant 53 % d'avis favorables sur le site Rotten Tomatoes, sur la base de 177 commentaires collectés et une note moyenne de 6/10[9] et un score de 63/100 sur le site Metacritic, sur la base de 38 commentaires collectés[10]. En France, le long-métrage obtient un excellent accueil auprès de la presse, puisqu'il obtient une note moyenne de 3,8/5, basé sur 28 commentaires collectés[11].

Opinions des critiques[modifier | modifier le code]

Roger Ebert du Chicago Sun-Times décerne 4 étoiles au film, et écrit : "Greengrass suit l'action dans le style "QueasyCam" ("caméra saoulante") que j'ai auparavant trouvé exaspérant : de nombreux plans brefs entre des séquences filmées à l'épaule. Mais ici ça ne m'a pas gêné. Peut-être parce que j'étais emporté par l'action. Ou bien parce que dans Green Zone, à l'inverse de la série "Jason Bourne" , aucune scène n'est invraisemblable... .... Un sacré thriller"[12].

James Berardinelli de ReelView accorde au film 3 étoiles et demi, car " l'aspect le plus intéressant de "Green Zone" est la façon dont il mêle habilement la réalité et la fiction" [13].

A.O. Scott du The New York Times apprécie la direction de Greengrass : "Il y a de nombreuses scènes de combat, pour la plupart filmées dans le style caméra à l'épaule, ce qui, avec le rythme staccato, est la signature de Greengrass, depuis "Bloody Sunday" jusqu'à la série des Jason Bourne. Ce metteur en scène arrive maintenant à mêler avec bonheur chaos et clarté[14].

Rotten Tomatoes donne au film la note de 6/10, basée sur 180 avis, et conclut que "Matt Damon et Paul Greengrass retrouvent l'action forcenée et le style haletant de la série des Jason Bourne, mais un script encombré de clichés et des personnages stéréotypés (stock character (en)s) empêchent le film d'atteindre l'efficacité des (films sur) Jason Bourne) [15]

Sous le titre "Matt Damon rejoue Bourne à Bagdad" , le The Daily Mail écrit que le film est "un thriller politique moralisateur déguisé en film de guerre" et que la démonstration des grandes vérités politiques qu'on y trouve n'atteint pas son but, car elle parait "destinée à de jeunes Américains ignorants"[16].

Tim Robey dans le The Daily Telegraph assure que "bien qu'on connaisse maintenant parfaitement la manipulation qui a fourni (aux États-Unis) le pretexte pour partir en guerre, il est excitant de suivre sur le terrain les réactions du héros qui a senti la machination" , mais qu'il est étonnant que ce soldat à la limite de la mutinerie ne soit ni sujet à la paranoïa ni maté par sa hiérarchie [17].

A.O. Scott, du The New York Times écrit dans son article intitulé "A la recherche d'une victime de guerre : la Vérité" que le film est un morceau de choix pour les critiques, car, bien que décrivant des évènements récents, il est "un excellent exemple de la capacité du cinéma grand public à mettre en évidence les complexités du monde réel, sans pour autant être trop scolaire, et à faire de la fiction sans tomber dans la falsification"[18].

Andrew O'Hagan de l' Evening Standard est plus enthousiaste : pour lui, "Paul Greengrass a dirigé un film qui accomplit ce que d'innombrables articles de presse, études, déclarations gouvernementales et enquêtes publiques ont raté : révéler quels mensonges terribles se cachent derrière la décision des États-Unis et de la Grande-Bretagne de faire la guerre à l'Irak. Et il le fait avec panache, en décrivant la complexité des implications morales des personnages et en gardant toujours un suspense soutenu" [19]

James Denselow, dans son article du The Guardian intitulé Bourne in Baghdad , estime que la description du conflit est bonne, d'autant que "ce qui rend le film vraiment crédible : il évite d'énoncer l'idée simpliste que l'Irak pouvait être remis d'aplomb à peu de frais. Et les efforts de Miller pour tout révéler (la conspiration basée sur de prétendues Armes de Destruction Massive, et le plan de la CIA consistant à garder en place la hiérarchie militaire irakienne) sont annulés par l'initiative d'un personnage inattendu : un Chiite nationaliste, mutilé de la guerre Iran-Irak, qui à la fin assène aux Américains la phrase qui tue : "Ce n'est pas à vous de décider de l'avenir de l'Irak"[20].


Michael Moore a écrit sur Twitter : "J'ai de la peine à croire qu'on ait pu faire ce film. Il a été bêtement distribué comme film d'action. C'est le plus HONNETE film sur la guerre en Irak fait par Hollywood"[21].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pour son premier week-end d'exploitation en salles aux États-Unis, Green Zone, diffusé dans plus de 3000 salles[22], démarre à la seconde place du box-office avec un total de 14 309 295 $[22], derrière Alice au Pays des Merveilles[23], soit une moyenne de 4 765 $ par salles[22], ce qui constitue un résultat décevant par rapport aux précédentes collaborations entre Paul Greengrass et Matt Damon, sortis dans une combinaison de salles quasi similaire (La Mort dans la peau, avec 52 521 865 $ de recettes en premier week-end[24] et La Vengeance dans la peau, avec 69 283 690 $ pour son premier week-end[24]), avant de perdre plus de 57 % de ses bénéfices le week-end suivant, avec 6 113 105 $, soit un cumul de plus de 24,8 millions de dollars de recettes[22], soit une moyenne de 2 035 $ par salles[22]. Green Zone perd des salles, et n'engrange plus beaucoup de bénéfices, finissant son exploitation avec 35 053 660 $ en huitième semaine[24], ce qui constitue un échec commercial au vu des 100 millions de dollars de budget de production[22].

Les recettes du film à l'étranger, soit 59 828 889 $[25], ne parviennent pas à compenser le flop américain, puisque les recettes mondiales atteignent les 94,8 millions de dollars de recettes[25].

En France, distribué dans 421 salles, Green Zone ne parvient qu'à se hisser en cinquième position du box-office avec 345 040 entrées en première semaine[26]. Le film reste dans le top 20 hebdomadaire au cours des quatre semaines suivantes avec un cumul de 730 426 entrées[27]. Après dix semaines à l'affiche, dont sept en province[28], Green Zone ne parvient à totaliser que 751 434 entrées[29],[30]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rovi: Green Zone - countries, produced by, released by Retrieved November 4, 2012
  2. Bien qu'appelé 'commandant' dans la VF, il est en réalité Chief warrant officer , équivalent d'un adjudant-major français : sous-officier investi de la large confiance de ses supérieurs et menant un groupe de combat sur le terrain
  3. (en) Green Zone sur l’Internet Movie Database
  4. « Fiche de doublage de « Green Zone » », sur RS Doublage (consulté le 27 janvier 2013).
  5. « Fiche de doublage de « La Zone Verte » », sur Doublage Québec (consulté le 27 janvier 2013).
  6. (en) Adam Dawtrey, « Greengrass lines up Iraq movie », Variety,‎ 21 janv. 2007 (lire en ligne)
  7. (en) Michael Fleming, « Amy Ryan set for Greengrass thriller », Variety,‎ 9 janv. 2008 (lire en ligne)
  8. (es) « Matt Damon y Paul Greengrass en ‘Green Zone, Distrito Protegido’ », sur sobrecine.com
  9. « (en) « Green Zone » », sur Rotten Tomatoes (consulté le 27 janvier 2013).
  10. « (en) « Green Zone » », sur Metacritic (consulté le 27 janvier 2013).
  11. http://www.allocine.fr/film/fichefilm-129054/critiques/presse/
  12. "The action in "Green Zone" is followed by Greengrass in the QueasyCam style I've found distracting in the past: lots of quick cuts between hand-held shots. It didn't bother me here. That may be because I became so involved in the story. Perhaps also because unlike the "Bourne" style I've found distracting in the past: lots of quick cuts between hand-held shots. It didn't bother me here. That may be because I became so involved in the story. Perhaps also because unlike the "Bourne" films, this one contains no action sequences that are logically impossible... ... One hell of a thriller" http://rogerebert.suntimes.com/apps/pbcs.dll/article?AID=/20100310/REVIEWS/100319990%7Cdate=March 10, 2010
  13. "the most rewarding aspect of Green Zone is the manner in which it interweaves fact and fiction into an engaging whole." http://www.reelviews.net/php_review_template.php?identifier=2034%7Caccessdate
  14. "There is plenty of fighting in Green Zone, most of it executed with the hurtling hand-held camerawork and staccato editing that are hallmarks of Mr. Greengrass's style. From Bloody Sunday through the second and third Bourne movies (which turned Mr. Damon into a minimalist movie star), this director has honed his skill at balancing chaos with clarity."http://movies.nytimes.com/2010/03/12/movies/12green.html?ref=movies%7Ctitle=Movie Review – Green Zone – A Search for That Casualty, Truth
  15. "Matt Damon and Paul Greengrass return to the propulsive action and visceral editing of the Bourne films – but a cliched script and stock characters keep those methods from being as effective this time around". https://www.rottentomatoes.com/m/1202804-green_zone/ |title= Green Zone|
  16. "a preachy political thriller disguised as an action flick"... ..."aimed at ignorant American teenagers."http://www.dailymail.co.uk/tvshowbiz/reviews/article-1257298/Green-Zone-Matt-Damons-Bourne-Baghdad.html Matt Damon's Bourne again in Baghdad
  17. "with all we retrospectively know about the wool-pulling to make the case for war, it's a kick to follow a main character on the ground who smells a rat"; he nevertheless criticized the film for lacking credibility in its portrayal of a rogue hero who never faces a reprimand and never suffers paranoia.http://www.telegraph.co.uk/culture/film/filmreviews/7421521/Green-Zone-review.html
  18. "seems to epitomize the ability of mainstream commercial cinema to streamline the complexities of the real world without becoming overly simplistic, to fictionalize without falsifying."http://movies.nytimes.com/2010/03/12/movies/12green.html?scp=1&sq=green%20zone&st=cse A Search for That Casualty, Truth
  19. "Paul Greengrass has directed a film that does what countless newspaper articles, memoirs, government statements and public inquiries have failed to do when it comes to the war in Iraq: exposed the terrible lies that stood behind the decision of the US and Britain to prosecute the war, and it does so in a way that is dramatically brilliant, morally complex and relentlessly thrilling"http://www.standard.co.uk/goingout/film/green-zone-is-one-of-the-best-war-films-ever-made-7418999.html
  20. "ultimately what gives the film its credibility is that it avoids any simplistic idea that Iraq could have simply been 'got right'. Indeed Miller's vision of exposing the WMD conspiracy and the CIA's plan to keep the Iraqi army is undermined by the film's wildcard – a nationalist Shia war veteran who turns the plot on its head before delivering the killer line to the Americans when he tells them: 'It is not for you to decide what happens here in this country.http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2010/mar/14/bourne-baghdad-green-zone
  21. "I can't believe this film got made. It's been stupidly marketed as an action film. It is the most HONEST film about the Iraq War made by Hollywood." https://www.twitter.com/MMFlint/status/10436619971 Twitter
  22. a, b, c, d, e et f http://www.boxofficemojo.com/movies/?page=weekend&id=greenzone.htm
  23. http://www.boxofficemojo.com/weekend/chart/?yr=2010&wknd=11&p=.htm
  24. a, b et c (en) « Box-office des films réalisés par Paul Greengrass », sur Box Office Mojo (consulté le 27 janvier 2013).
  25. a et b http://www.boxofficemojo.com/movies/?page=main&id=greenzone.htm
  26. http://www.jpbox-office.com/classfr.php?idsem=2103
  27. http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=10635&affich=france&deplier=yes
  28. http://www.cbo-boxoffice.com/v3/page000.php3?Xnumitem=110&inc=fichemov.php3&fid=13250
  29. http://www.studiocanal.fr/cid8364/green-zone.html#
  30. http://www.cinefeed.com/box-office/nombre-entrees-green-zone.html

Liens externes[modifier | modifier le code]