Gratibus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gratibus
Sainte-Barbe.
Sainte-Barbe.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Montdidier
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Montdidier
Maire
Mandat
Gérard Briatte
2014-2020
Code postal 80500
Code commune 80386
Démographie
Population
municipale
171 hab. (2011)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 41′ 16″ N 2° 32′ 26″ E / 49.6878, 2.540649° 41′ 16″ Nord 2° 32′ 26″ Est / 49.6878, 2.5406  
Altitude Min. 46 m – Max. 111 m
Superficie 5,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gratibus

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gratibus

Gratibus est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bouillancourt-la-Bataille Pierrepont-sur-Avre Boussicourt Rose des vents
Marestmontiers N Fignières
O    Gratibus    E
S
Fontaine-sous-Montdidier Courtemanche

Sol, sous-sol, hydrographie, relief[modifier | modifier le code]

Des prairies marécageuses sur sol tourbeux s'étendent dans la partie ouest du village. À l'est, sur la partie en pente, et au sud-est, la craie affleure, marneuse en partie basse, blanche en partie haute. Les terrains sont relativement secs, des bancs de silex sont présents à l'est et le limon argileux couvre le plateau, favorable aux céréales[1].

Le territoire communal est plutôt accidenté. Le plateau est bordé par des pentes raides vers la vallée des Doms, à l'ouest. Le point culminant du village se trouve en limite sud (112 m), le point le plus bas est situé au fond de la vallée[1].

Dans les terres basses des marais et les prés marécageux, des sources sont actives à la fin du XIXe siècle. Un abreuvoir communal est d'ailleurs alimenté grâce à l'une d'entre elles. La nappe alimentant les puits est à une faible profondeur, surtout à l'ouest du territoire. Un cours d'eau permanent, la rivières des Doms, se jette dans l'Avre, affluent de la Somme. Les eaux de pluie s'infiltrent facilement dans ce sol crayeux, le ruissellement alimente la rivière[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

« Bus » signifiant « bois », le nom du village, déjà relevé dans sa forme actuelle en 1301, pourrait être issu des bois qui couvraient une partie du territoire autrefois[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Artus de Longueval, maïeur d'Amiens était le seigneur de Gratibus en 1470[1].

Le roi prescrivant la saisie des biens des protestants, en 1568, Charles de Monvoisin prend possession de la terre du village[1].

En 1636 et en 1653, les Espagnols mettent à mal le village et l'incendient[1].

Le curé local prête serment en 1791.

En 1814 et 1815, les Cosaques imposent des réquisitions aux habitants.

Pendant la Guerre de 1870, les Allemands réquisitionnent à nouveau ; un jeune de la commune meurt prisonnier en Allemagne[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Gérard Briatte   Réélu pour le mandat 2014-2020[2], [3]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 171 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
208 194 204 220 232 237 234 237 238
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
213 207 200 205 190 188 190 183 173
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
156 162 140 130 127 133 125 124 174
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
124 122 101 135 148 172 171 165 169
2011 - - - - - - - -
171 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


En 1899, la seule population éparse consiste en deux familles assurant le service de garde-barrière le long de la voie ferrée et comptant ensemble 8 personnes. L'une d'entre elles se tient à 1 km du centre de l'agglomération alors que l'autre en est éloignée de 300 m[1].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Barbe.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur, M. Quénot, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens, Les pages consacrées à Gratibus sur le site des Archives départementales.
  2. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 31 août 2008)
  3. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :