Granulome inguinal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Granulome inguinal
Classification et ressources externes
Donovanosis.JPG
Donovanose du penis.
CIM-10 A58
CIM-9 099.2
DiseasesDB 3888
MedlinePlus 000636
eMedicine derm/172 
MeSH D006100
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le granulome inguinal (également connu sous le nom de donovanose et granulome vénérien [1] est une maladie bactérienne qui a atteint des proportions endémiques dans beaucoup de pays sous-développés. En raison de la pénurie de soins médicaux, la maladie reste souvent sans traitement. La maladie se caractérise par des ulcères génitaux non douloureux, qu’on peut confondre avec ceux de la syphilis[2]. Toutefois, au cours de son évolution terminale elle aboutit à la destruction des tissus internes et externes, avec écoulement de mucus et de sang. Le caractère destructeur de la donovanose augmente également le risque de surinfection par d'autres microbes pathogènes.

Classification et terminologie[modifier | modifier le code]

Le premier nom connu de cette maladie fut l’"ulcère serpigineux", terminologie qui date de 1882[3],[4].

Le terme clinique correct pour désigner la donovanose est granulome inguinal [2]. Le granulome est une réaction inflammatoire de type nodulaire, et le mot inguinal fait référence à la région inguinale, qui est le siège de cette infection. La maladie est communément connue sous le nom de donovanose, d’après les corps de Donovan, qui sont un signe diagnostic. Découvertes par Charles Donovan[5], ces inclusions intracellulaires représentent des bactéries qui ont été absorbées par des cellules immunitaires nettoyeuses, les phagocytes mononucléés ou histiocytes.

Le micro-organisme responsable, Klebsiella granulomatis , que l'on appelait Calymmatobacterium granulomatis(certaines sources utilisent toujours cette nomenclature) [6], du grec kalymma(un capuchon ou un voile), désignant les lésions qui contiennent des bactéries. Auparavant, il était appelé Donovania granulomatis, en raison des corps de Donovan[2]. Le nom d'espèce granulomatis fait référence aux lésions granulomateuses. Ce micro-organisme a récemment été reclassé dans le genre Klebsiella [7],[8], un changement taxonomique radical car il implique que le micro-organisme change d’embranchement. Cependant, les techniques de réaction en chaîne par polymérase (PCR), utilisant un système de détection colorimétrique ont montré 99 % de similarité avec d'autres espèces du genre Klebsiella.

Symptômes[modifier | modifier le code]

De petits nodules, indolores apparaissent environ 10 à 40 jours après le contact avec la bactérie. Plus tard, les nodules éclatent, aboutissant à la création des lésions tissulaires ouvertes et suintantes. L'infection se propage, mutilant les tissus infectés. En l’absence de traitement l'infection continue à détruire les tissus. Les lésions apparaissent dans les régions de contact sexuel généralement sur le pénis, les lèvres vulvaires, ou l’anus. Plus rarement, la paroi du vagin ou du col de l'utérus peuvent être le siège de lésions. Un cas dont l'évolution a nécessité l'amputation partielle du pénis a été décrit chez un patient indien infecté par le VIH-2 [9].

Transmission[modifier | modifier le code]

Le micro-organisme se propage d'un hôte à l’autre par le contact avec les plaies ouvertes. Les rapports sexuels oraux, vaginaux ou anaux avec des personnes infectées sont des comportements à risque élevé.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Les antécédents sexuels du patient sont recherchés. Pour les médecins expérimentés, le diagnostic est clinique à la simple vue des ulcères. Toutefois, il peut être nécessaire pour le soignant de prélever un fragment de tissu afin d’effectuer un diagnostic de certitude de la maladie. La coloration de Wright-Giemsa permet de faciliter la lecture anatomo-pathologique du prélèvement. En outre, la présence de corps de Donovan dans les prélèvements tissulaires confirme le diagnostic de donovanose.

Traitement[modifier | modifier le code]

Le traitement standard comporte trois semaines d’antibiothérapie avec l’érythromycine, la streptomycine, ou les tétracyclines, ou 12 semaines de traitement avec l’ampicilline. Généralement, l'infection commence à régresser après une semaine de traitement ; toutefois, le traitement doit être poursuivi jusqu’à son terme afin de minimiser les risques de rechute.

Prévention[modifier | modifier le code]

La maladie est traitée avec efficacité par les antibiotiques, en conséquence, les pays développés, comme les États-Unis, ont une incidence de donovanose très faible, (environ 100 cas signalés chaque année aux États-Unis.) Cependant, les contacts sexuels avec des personnes séjournant dans les zones d’endémie augmentent considérablement le risque de contracter la maladie. L'abstention de contacts sexuels et les tests diagnostics pour la recherche de MST pratiqués avant de commencer une relation sexuelle sont des mesures préventives efficaces pour donovanose.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) James, William D.; Berger, Timothy G.; et al., Andrews' Diseases of the Skin: clinical Dermatology, Saunders Elsevier,‎ 2006 (ISBN 978-0-7216-2921-6)
  2. a, b et c Murray P. et al. (2005), Medical Microbiology, fifth ed., Elsevier Mosby, p. 336.
  3. (en) Rashid RM, Janjua SA, Khachemoune A, « Granuloma inguinale: a case report », Dermatol. Online J., vol. 12, no 7,‎ 2006, p. 14 (PMID 17459300, lire en ligne)
  4. McLeod K. Precis of operations performed in the wards of the first surgeon, Medical College Hospital, during the year 1881. Indian Med Gazette 1882;11:113.
  5. Donovan, C.: Ulcerating Granuloma of the Pudenda, Indian Medical Gazette 40:414, 1905
  6. (en) O'Farrell N, « Donovanosis », Sex Transm Infect, vol. 78, no 6,‎ décembre 2002, p. 452–7 (PMID 12473810, PMCID 1758360)
  7. (en) Boye K, Hansen DS, « Sequencing of 16S rDNA of Klebsiella: taxonomic relations within the genus and to other Enterobacteriaceae », Int. J. Med. Microbiol., vol. 292, no 7-8,‎ février 2003, p. 495–503 (PMID 12635932)
  8. (en) Carter JS, Bowden FJ, Bastian I, Myers GM, Sriprakash KS, Kemp DJ, « Phylogenetic evidence for reclassification of Calymmatobacterium granulomatis as Klebsiella granulomatis comb. nov », Int. J. Syst. Bacteriol., vol. 49 Pt 4,‎ octobre 1999, p. 1695–700 (PMID 10555350)
  9. (en) Chandra Gupta TS, Rayudu T, Murthy SV, « Donovanosis with auto-amputation of penis in a HIV-2 infected person », Indian J Dermatol Venereol Leprol., vol. 74(5),‎ Sep-Oct 2008, p. 490-2 (PMID 19052412)

Illustrations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]