Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aufstieg und Fall der Stadt Mahagonny (« Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny ») est un spectacle musical de Bertolt Brecht et Kurt Weill, qui est devenu un opéra en trois actes. Il a été créé le 9 mars 1930 à Leipzig.

Livret[modifier | modifier le code]

Mahagonny Songspiel, créé en 1927 à Baden-Baden, est né de la collaboration entre Bertolt Brecht et Kurt Weill. Le spectacle de six chansons (dont la célèbre Alabama Song) durait 25 minutes. Ils le reprennent et le développent trois ans plus tard, en 1930, sous le titre Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny ; cet opéra est, dès sa création, interdit en Allemagne.

Il raconte la naissance, l'apogée et la chute de Mahagonny, une ville imaginaire fondée par trois criminels en Amérique. C'est une ville piège destinée à récolter l'argent des chercheurs d'or de la région. Prostituées, alcool et amusement attirent les chercheurs fatigués qui viennent dépenser leur or. Un jour, un bûcheron de l'Alaska, découvre qu'il y manque quelque chose. Il veut supprimer le panneau "Défense de…" par "c'est ton droit". Cette devise fait de la ville un lieu de débauche. Lorsque ce bûcheron se retrouve sans le sou, la justice, incarnée par les criminels fondateurs de la ville, le condamne à la chaise électrique. La ville va sombrer dans le chaos.

Brecht ne nie pas le plaisir du spectateur, mais Mahagonny est avant tout un opéra innovant, épique, où le centre de gravité traditionnel est déplacé. Les procédés du théâtre épique sont ici appliqués à l'opéra et de la même façon, la musique s'allie au texte pour prendre position. Brecht remet ainsi en cause les formes traditionnelles de l'opéra classique. Avec Mahagonny, il affirme la nécessité de la fonction idéologique de l'opéra, qui ouvre à la discussion et à une remise en cause sociale. Cette pièce est en fait une gigantesque métaphore du capitalisme. Elle montre comment celui-ci s'est facilement imposé et comment il peut s'autodétruire.

Une projection de Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny de Kurt Weill et Bertold Brecht par le Metropolitan Opera de New-York a lieu le dimanche 25 mai à 15h à l'auditorium du Louvre.

Alabama Song[modifier | modifier le code]

La chanson Alabama Song est sans contredit l'extrait le plus connu de l'opéra, bien que certains l'attribuent, à tort, à L'Opéra de quat'sous.

Dans le contexte de l'opéra, elle exprime la complainte d'un groupe de prostituées (la partition en requiert sept: Jenny et six Mädchen) qui errent dans le désert à la recherche d'une ville sans prohibition qu'elles ne trouveront jamais.

Au-delà de l'opéra, cette chanson doit sa grande popularité aux versions réalisées par les Doors en 1967 et par David Bowie à la fin des années 1970. Anna Prucnal (1972) en a également créé une version qui a assuré sa popularité en France. Toutefois, les uns et les autres se sont permis de modifier légèrement les paroles en fonction de leur sensibilité. Ainsi Bowie chante-t-il « Show me the way » (« montre-moi ») plutôt que « Show us the way ». Les Doors en revanche chantent « Show us the way to the next little girl » (« montre-moi où se trouve la petite fille la plus proche ») là où le livret original donne « Show us the way to the next pretty boy » (le gentil garçon). Il faut noter que pretty boy désignait sans doute à l'origine un billet de banque (sous la prohibition), ce que recherchent les prostituées dans l'opéra.

Les paroles originales étaient attribuées à Brecht qui les avait probablement écrites en allemand, mais le texte entendu dans l’opéra est en anglais et cette traduction serait d’Elisabeth Hauptmann.

Reprises[modifier | modifier le code]

  • Le 7 novembre 1966 : « Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny » de Bertolt Brecht au TNP de Paris avec Pia Colombo dans une mise en scène de Georges Wilson. Puis au Théâtre de la Cité de Villeurbanne qui deviendra le TNP en 1972, mise en scène Roger Planchon.
  • Octobre 2010 : Teatro Real de Madrid, mise en scène Alex Ollé et Carlos Padrissa, direction orchestre et chœurs Pablo Heras-Casado. Avec Measha Brueggergosman, Jane Henschel, Donald Kaassch.

Sources[modifier | modifier le code]

  • L'Arche

Livret de la collection-programme édité par le TNP de Paris en 1966.

  • KOBBE.Tout l'opéra de Monteverdi à nos jours, Collection Bouquins, Robert Laffont.