Grande fresque de la gare de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grande fresque de la gare de Lyon
GaredeLyonfresqueMarseille.jpg

Détail de la fresque représentant la ville de Marseille, avec la basilique Notre-Dame-de-la-Garde.

Artiste
Date
1900 1920/30 1981
Type
Dimensions
(H × L)
~ 3 × ~ 100 m
Localisation
Protection
Logo monument historique - rouge sans texte.svg inscrit MH (1984) +/-
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 12e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 12e arrondissement de Paris
Red pog.svg

La grande fresque de la gare de Lyon est une longue peinture murale de Jean-Baptiste Olive représentant certaines des villes desservies par la gare de Lyon à Paris, en France.

Description[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Menton, terminus des lignes du PLM et dernière ville représentée sur la fresque.

Longue de près d'une centaine de mètres, la fresque occupe toute la partie supérieure d'un mur de la salle des guichets de la gare de Lyon, dans le 12e arrondissement de Paris.

La peinture représente, de façon continue, les principales destinations accessibles en train à partir de la gare : en débutant à gauche à Paris, la distance augmente en se dirigeant vers la droite, la dernière ville étant Menton, à la frontière avec l'Italie. Les villes sont représentées avec des éléments géographiques et architecturaux caractéristiques (églises, châteaux, etc.) ; leur nom est indiqué à intervalles réguliers au-dessus de la peinture, sous le plafond. La fresque restitue le tourisme urbain de luxe qui se développe sur la Côte d’Azur à la fin du XIXe siècle.

Au bout de la salle, sur le mur perpendiculaire à la fresque, sont situés deux panneaux de même style. Ils représentent Venise : la lagune, une gondole et l'île de San Giorgio Maggiore sur le panneau de gauche, le palais des Doges et la place Saint-Marc sur le panneau de droite.

Historique[modifier | modifier le code]

La fresque est conçue lors de la rénovation de la gare en 1900 par la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (généralement abrégée en « Paris-Lyon-Méditerranée », ou simplement PLM). Les toiles marouflées occupent toute la longueur de la salle des pas-perdus et mettent alors en valeur les principales destinations desservies par le PLM[1]

Dans les années 1980, les guichets de vente ayant été allongés, onze nouvelles images ont été peintes par Lucien Genovesio. Anachroniques, elles représentent des voitures et des personnages contemporains[2].

La salle des fresques est inscrite au titre des monuments historiques en 1984[3].

Villes représentées[modifier | modifier le code]

De gauche à droite, la fresque représente les villes suivantes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Martine Tabeaud et Vincent Moriniaux, Vers « les cieux imbéciles... où jamais il ne pleut », Géographie et cultures (En ligne), 85, 2013, mis en ligne le 20 juin 2014, consulté le 23 mars 2015. DOI : 10.4000/gc.2776.
  2. Visiter la Gare de Lyon à Paris
  3. « Gare de Lyon », base Mérimée, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Asta von Buch, « La perception panoramique : concepts de tourisme urbain et notion d’urbanité dans une peinture murale à la gare de Paris-Lyon », Revue d’histoire des chemins de fer, no 38,‎ 2008 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]