Grande Loge d’Écosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grande Loge d’Écosse

Logo de l’association
Cadre
But Obédience maçonnique
Zone d’influence Grande-Bretagne
Fondation
Fondation 1736
Origine Écosse Écosse
Identité
Siège

Freemasons' Hall - 96 George Street,

Edinburgh, Scotland
Structure 32 loges provinciales, 26 loges métropolitaines
Président Charles Iain Robert Wolrige Gordon
Affiliation internationale GLUA
Membres 150 000
Site web Grande Loge d'Écosse

La Grande Loge d'Écosse (GLE ou Grand Lodge of Scotland ou Grand Lodge of Antient, Free and Accepted Masons of Scotland) est une obédience maçonnique fondée en 1736 lors d'une assemblée réunissant environ le tiers des loges écossaises existantes. Elle est reconnue, dans les termes de la régularité maçonnique par la Grande Loge unie d'Angleterre.

Le caractère de la Grande Loge est lié à l'existence même de la plus ancienne loge connue encore en activité, la loge Kilwinning n°0 et du rituel pratiqué, le Rite standard d'Écosse toujours et uniquement pratiqué en Écosse.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'obédience est fondée en 1736. Lors de l'installation de la nouvelle structure, seul un tiers des loges était représenté. Dès ses débuts, la Grande Loge d'Écosse, tout comme la Grande Loge d'Irlande, furent particulièrement bien représentées au sein de l'armée britannique[1]. Ces loges, dites travelling lodges, étaient généralement formées avant même l'obtention d'un « mandat » par l'obédience mère. Après quelques mois d'existence, si les militaires de la loge étaient toujours en vie, ils devaient s'acquitter d'un droit d'affiliation[1].

Vers le milieu de l'année 1953, la Grande Loge d'Écosse signe une charte avec la Grande Loge de l'État d'Israël[2].

Au XXIe siècle, la Grande Loge recenserait plus de 150 000 membres[3].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le roi George VI, entouré de franc-maçons écossais. Lui-même, fut franc-maçon.

La Grande Loge d'Écosse a un caractère distinct et unique[4]. En effet, en Écosse, le lien entre le métier de la maçonnerie de la pierre et la franc-maçonnerie moderne peut être aisément établi. Les loges ont su préserver leurs privilèges, usages et coutumes ; elles ont chacune leurs propres décors et couleurs de tabliers. Les loges fonctionnaient selon les Statuts Schaw (1588 et 1599) rédigés par William Schaw.

Rite pratiqué[modifier | modifier le code]

À partir de 1637, les premières loges d'Écosse pratiquent le Rite du Mot de maçon, (Mason's Word); telle la loge Kilwinning n°0. Dès la fin du XVIIe siècle, la majorité des loges travaillent au Rite standard d'Écosse (RSE), qui sera codifié deux siècles plus tard. Aujourd'hui, la Grande Loge d'Écosse est presque exclusivement la seule a perpétuer le rituel. Il est admis que le Rite standard d'Écosse est la forme la plus opérative de rituel, par conséquent la plus ancienne et la plus proche des « origines ». La version actuellement pratiquée date de 1969 et se nomme « Standard Ritual of Scottish Freemasonry ».

Le musée de la Grande Loge[modifier | modifier le code]

La Grande Loge dispose d'un musée installé au Freemasons'Hall. Le musée présente une collection d'objets maçonniques dont certaines pièces sont inférieures au XVIIe siècle. Bijoux, céramiques, horloges, montres, décors, etc. sont répartis selon une muséographie particulière et dans diverses pièces du siège de l'obédience[5].

Représentation[modifier | modifier le code]

Grandes loges provinciales en Écosse[modifier | modifier le code]

Grandes loges dans le monde[modifier | modifier le code]

John George Stewart-Murray, grand maître de la Grande Loge d'Écosse de 1909 à 1913. Portrait datant de 1905

La Grande Loge d'Écosse s'est implantée dans les pays suivants :

  • Afrique du Sud (District centre)
  • Botswana
  • La Barbade
  • Belgique
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Guyana
  • Inde
  • Jamaïque
  • Kwazulu Natal
  • Moyen-Orient
  • Extrême-Orient
  • Namibie
  • Nouvelle-Zélande (Districts Nord et Sud)
  • Terre-Neuve et Labrador
  • Nigéria
  • Sierra Leone et Gambie
  • Les Bahamas, Trinidad-et-Tobago
  • Australie Occidentale
  • Cap de Bonne Espérance
  • Zambie
  • Zimbabwe

Liste des grands maîtres de la Grande Loge[modifier | modifier le code]

Grands maîtres célèbres

(Voir leur article respectif sur WP.org)

  • 1736–1737 William St Clair of Roslin[7],[8].
  • 1737–1738 George Mackenzie, 3 rd Earl of Cromartie[7][8].
  • 1738–1739 John Keith, 3 rd Earl of Kintore (grand maître de la GLUA en 1740)[7][8]
  • 1739–1740 James Douglas, 14th Earl of Morton (grand maître de la GLUA en 1741)[7].
  • 1916–1920 Sir Robert Gilmour, 1er baronnet[9].
  • 1974–1979 Robert Wolrige Gordon[9].
  • 2005–2008 Sir Archibald Donald Orr-Ewing, 6e baronnet[9].
  • Depuis 2008 Charles Ian R. Wolrige Gordon[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) M. Baigent and R. Leigh, The Temple and the Lodge : Masonic Field Lodges in Regiments in America, 1775-77,‎ , p. 360-362.
  2. (en) « Grand Lodge of Israel : Jerusalem Ceremony », The Herald (Glasgow),‎ , p. 6 (lire en ligne).
  3. (en) « Frequently Asked Questions - United Grand Lodge of England », sur http://www.ugle.org.uk,‎ .
  4. (fr) The Mother Lodge of Scotland - traduction Histoire de la loge mère de kilwinning
  5. (en) « Museum, a library », sur http://www.grandlodgescotland.com.
  6. Provincial Grand Lodge of Kilwinning
  7. a, b, c et d (en) Kenneth Robert Henderson Mackenzie, « The Royal Masonic Cyclopaedia », Aquarian Press,‎ , p. 288.
  8. a, b et c (en) Robert Freke Gould, Gould's History of Freemasonry throughout the World, vol. 2, C. Scribner's Sons,‎ .
  9. a, b, c et d (en) « Grand Master's biography », sur http://www.grandlodgescotland.com.

Liens externes[modifier | modifier le code]