Grande Casse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Grande Casse
Vue de la Grande Casse.
Vue de la Grande Casse.
Géographie
Altitude 3 855 m
Massif Massif de la Vanoise
Coordonnées 45° 24′ 19″ N 6° 49′ 39″ E / 45.40528, 6.827545° 24′ 19″ Nord 6° 49′ 39″ Est / 45.40528, 6.8275  
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Ascension
Première 8 août 1860, par William Mathews, avec Michel Croz et Étienne Favre
Voie la plus facile Les grands couloirs, depuis le refuge du Col de la Vanoise
Géologie
Type pic pyramidal

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
La Grande Casse

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
La Grande Casse

La Grande Casse est le plus haut sommet du massif de la Vanoise, dans les Alpes françaises, et du département de la Savoie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Grande Casse se trouve dans le département français de la Savoie, à cheval sur les communes de Pralognan-la-Vanoise à l'ouest, de Champagny-en-Vanoise au nord et de Termignon au sud. La station de Tignes se trouve en direction du nord-ouest. Avec ses 3 855 mètres d'altitude, elle constitue le point culminant du massif de la Vanoise, dans les Alpes, et le plus haut sommet du département. Elle se trouve sur la même arête que la Grande Motte (3 653 m) à l'est et n'est séparée de la pointe Mathews (3 783 m) que par le col des Grands Couloirs au sud-ouest. Cette crête constitue la ligne de partage des eaux entre les vallées de la Tarentaise au nord et de la Maurienne au sud. Elle domine également des sommets environnants comme le Grand Bec (3 398 m), la pointe du Vallonnet (3 372 m), les pointes et Aiguille de l'Épéna (3 421 m pour cette dernière), la pointe de la Sana (3 436 m) ou encore le mont Pelve (3 261 m). Le versant ouest du sommet abrite le glacier des Grand Couloirs, son versant nord-ouest le glacier de la Grande Casse et son versant nord-est le glacier de Rosolin.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première ascension de la Grande Casse a été réalisée le 8 août 1860 par William Mathews, Michel Croz et Étienne Favre[1]. À ces trois personnes, certaines sources rajouteraient une quatrième : le géologue et révérend Thomas George Bonney. Celui-ci aurait rejoint Matthews et Croz à Tignes. Des sources ne font que « supposer » son intégration au duo après leur ascension commune à la Grande Sassière sans donner de justification[2],[3],[4] alors que pour d'autres il n'est jamais question de Bonney[5],[6]. En revanche, il sera bien là avec Matthews et Croz au mont Viso[7], après les avoir rejoint à la Bérarde[8] et au mont Pourri en 1862[9]. Bonney fut aussi avec Matthews en 1859, du côté du mont Rose dans le canton du Valais[5]. Il existe une autre explication reposant sur une confusion entre plusieurs toponymes. En effet, le mont Pourri était nommé Chaffe-Carre par les Britanniques depuis William Brockedon (en)[9]. Au même moment, les cartographes sardes (ou piémontais), sur leur carte topographique « Mont-Iseran » reportent un mont Chaffe-Carre à l'emplacement même de la Grande Casse.

Stèle située au col de la Vanoise en mémoire des chasseurs alpins morts lors de l’ascension de la Grande Casse en juillet 1892.

En avril 1887, le premier parcours de la face nord-nord-ouest de la Grande Casse est effectué par Victor Puiseux avec son fils Pierre Puiseux, Amédée Crochet et Joseph Amiez.

Le 14 juillet 1892, une cordée de militaires du 13e bataillon de chasseurs alpins se perd dans le brouillard et se retrouve dans des pentes bien plus raides. C'est alors l'accident. Deux des quatre militaires, le lieutenant Porcher et l'adjudant Rosier, meurent et c'est le sous-lieutenant A. Messimy qui ira chercher les secours.

Deux ans plus tard, le 23 août 1894, ce dernier, accompagné de J.-J. Blanc, retournera sur le sommet pour venir à bout d'une autre voie d'ascension qui porte maintenant le nom de « couloir Messimy » et qui débouche sur la pointe Matthews.

Vue de la face nord de la Grande Casse.

La petite face nord ou face nord de droite sera vaincue par les frères Puiseux et le guide Joseph Amiez, le 6 août 1887. Ils passèrent par l'éperon rocheux et non par la pente de glace qui est fréquemment parcourue au XXIe siècle.

La face nord directe, dite « couloir des Italiens », a été ouverte par Aldo Bonacossa et L. Binaghi, le 6 août 1933. En 2008, elle est considérée comme une voie majeure en glace en Vanoise.

En août 1942, l'abbé Louis Pellicier, curé de Tignes, avec Michel Barrault et Jean Quelin font la première de la traversée Grande Motte-Grande Casse (AD+/IV)[10].

Le 15 juin 1983, Jean-Marc Boivin, François Diaferia et Jacques Maurin font la première de la voie Folie douce (85°/TD+/IV/5/M5) en douze heures. Ils se désencordent vers le haut de la face car l'assurage est très limité du fait du rocher pourri et cassant[11].

Le 25 octobre 2008, Marc Malvolti et Chris Gachet ouvrent une nouvelle voie sur la Grande Casse, le Couloir NNW (70°/D/3/III/M4)[12].

Voies d'ascension[modifier | modifier le code]

Vue de la face nord de la Grande Casse (au centre), avec la Grande Motte (à gauche) depuis Tovière.

Le plus haut sommet du massif de la Vanoise est fréquemment parcouru par les alpinistes. Il en résulte de nombreux itinéraires[13] :

  • Voie normale des Grands couloirs (PD+, 400 m à 40-45°), régulièrement parcouru par les skieurs et les alpinistes.
  • Petite face nord (AD, 600 m à 45-50°)
  • Couloir Messimy (AD, 45-50°)
  • Le couloir des italiens (D, 800 m à 55-60°), un des itinéraires glaciaires les plus sérieux de la Vanoise.
  • Goulotte Folie Douce (TD+, 800 m)
  • Couloir NNW (D, 650 m)
  • Face sud : itinéraire à ski le plus difficile du massif

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sommets voisins

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maurice Paillon, Annuaire du CAF, 1875
  2. Lionel Laslaz et al., Pralognan, Capitale de la Vanoise, éd. L'Edelweiss, Bourg-Saint-Maurice, 2007 (ISBN 2907984225), p. 47
  3. À la découverte des glaciers de Champagny, parc national de la Vanoise, 2007, p. 16
  4. Jacques De Leymarie, Pralognan La Vanoise. Vie journalière et alpinisme de 1860 à 1914, Mémoires et Documents XIX (nouvelle série) de l'Académie de la Val d'Isère, p.89
  5. a et b (en) Alpine Club Register (chapitres Matthews et Bonney)
  6. (en) Peaks, passes and glaciers (où Matthews nous raconte son excursion à la Grande Casse)
  7. (fr),(it) [PDF] Annales Scientifiques du massif du Mont Viso, n° 1, juin 2006
  8. Outlines sketches in the high Alps of Dauphiné
  9. a et b E. Gaillard, [PDF] Histoire toponymique et alpine du Mont Pourri, Revue Alpine, Imprimerie du Salut Public, Lyon, 1932
  10. Grande Motte-Grande Casse sur camptocamp.org
  11. Folie douce sur Camptocamp.org
  12. Couloir NNW sur camptocamp.org
  13. Topo de ski & d'alpinisme, Voies d'ascension de la Grande Casse sur camptocamp.org