Grandcourt (Seine-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grandcourt.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Grandcour.
Grandcourt
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Londinières
Intercommunalité Communauté de communes de Londinières
Maire
Mandat
Arnaud de Chezelles
2014-2020
Code postal 76660
Code commune 76320
Démographie
Population
municipale
362 hab. (2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 54′ 54″ N 1° 29′ 32″ E / 49.915, 1.492249° 54′ 54″ Nord 1° 29′ 32″ Est / 49.915, 1.4922  
Altitude Min. 55 m – Max. 204 m
Superficie 22,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Grandcourt

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Grandcourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grandcourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grandcourt

Grandcourt est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime, de la région de Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Yères, à proximité de laquelle est établi un silo.

La commune est implantée dans le pays de Bray. Elle est traversée par l'Yères, un fleuve côtier qui se jette dans la Manche à Criel-sur-Mer.

Le village de Grandcourt est situé à quelques kilomètres au nord-est de Londinières et à l'ouest de Blangy-sur-Bresle. Il est au carrefour des routes départementales D14, D148, D149 et D16.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site est riche en vestiges du passé : outils, objets divers et cimetière datant des époques gauloise, romaine et franque[1].

Lors des invasions normandes, au IXe siècle, une église existait déjà. Elle a aujourd'hui disparu[1].

Un hôpital et une léproserie sont signalés au XIIe siècle[1].

À la bataille de Bourgtheroulde, en 1124, le seigneur du lieu, Guillaume de Grancourt prend la tête de l'armée anglaise[1].

Cette commune a intégré celles de Écotigny, Pierrepont et de Déville en 1938.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Claude Henry [2]    
mars 2001 2008 Jean-Paul Anselin   Chef d'entreprise
1936   De Chézelles    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 362 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
313 330 326 356 721 707 704 704 746
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
768 783 803 807 735 718 708 688 621
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
626 610 607 605 598 618 669 646 582
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
602 528 488 419 337 331 345 362 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.
  • Église Saint-Martin[5]. Elle renferme un orgue qui est fonctionnel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • La première dynastie de la Maison de Pierrepont[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Site de la paroisse de Londinières-sur-Eaulne.
  2. Source : Hebdomadaire Le réveil du 27 mars 2008
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  5. Page spécifique du site du diocèse de Rouen
  6. Selon www.depierrepont.net.

Liens externes[modifier | modifier le code]