Grandcour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Grandcourt.
Grandcour
Blason de Grandcour
Héraldique
Vue du château de Grandcour
Vue du château de Grandcour
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Broye-Vully
Localité(s) et communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Grandcour, Chesard, Ressudens
Communes limitrophes :
Chevroux, Gletterens, Vallon, Corcelles-près-Payerne, Payerne, Rueyres-les-Prés, Vernay
Syndic Philippe Mayor
Code postal 1543
N° OFS 5817
Démographie
Gentilé Grandcotis
Population 787 hab. (31 décembre 2012)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 52′ 18″ N 6° 55′ 50″ E / 46.871668, 6.930559 ()46° 52′ 18″ Nord 6° 55′ 50″ Est / 46.871668, 6.930559 ()  
Altitude 479 m
Superficie 1 021 ha = 10,21 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Grandcour

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Grandcour

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Grandcour
Liens
Site web www.grandcour.ch
Sources
Référence population suisse[1].
Référence superficie suisse[2]

Grandcour est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de la Broye-Vully. Citée dès 1212, elle fait partie du district de Payerne entre 1803 et 2007. La commune est peuplée de 787 habitants en 2012. Son territoire, d'une surface de 1 023 hectares, se situe entre la Broye et le canal de la Petite Glâne, près du lac de Neuchâtel.

Histoire[modifier | modifier le code]

On trouve déjà des traces d'activité humaine remontant au Néolithique, dans la région de Chevroux, sur la rive du Lac de Neuchâtel. Villa, qui deviendra Grandcour-la-Ville, se situe à un kilomètre au sud du village actuel. Au Xe siècle, une nouvelle ville forte avec château et église est construite. Vers 1200, les premiers seigneurs connus sont les Prangins. Grandcour est une possession de Louis Ier de Savoie en 1293. La châtellenie de Grandcour s'étend alors sur une partie du Vully. Le village dépend ensuite de Grandson. Les seigneurs importants sont Humbert de Savoie, Georges de Rive, les Diesbach de Fribourg et les Labat de Genève. Dépendant du bailliage d'Avenches dès 1536, Grandcour, forme ensuite une baronnie gérée par un Conseil des Douze. La commune fait partie du district de Payerne entre 1803 et 2007, puis du district de la Broye-Vully. Il y a un hôtel de ville dès 1536, un château classique dès 1738 et un collège dès 1903. L'église Saint-Nicolas, construite avant le XVe siècle, est rénovée en 1946. La plus ancienne société de tir du canton, la Milice bourgeoise, est fondée en 1381[3].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Grandcour vient du latin cortis qui signifie un domaine ou une propriété rural. Grandcort, le premier nom connu en 1212, signifie donc grand domaine[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Grandcour Blason Palé de six pièces, argent et azur, à la bande brochant de gueules chargée de trois coquilles d'or posées en bande. Le premier pal d'azur chargé en chef d'une molette à cinq rais d'or[4]
Détails Les armoiries de la commune reprennent celles de Guillaume de Grandson[5].
Les armoiries de la commune sont adoptées et approuvées par le canton de Vaud.

Géographie[modifier | modifier le code]

La surface totale de la commune de Grandcour représente 1 023 hectares qui se décomposent en : 69 ha de surfaces d'habitats et d'infrastructures, 806 ha de surfaces agricoles, 147 ha de surfaces boisées et enfin 1 ha de surfaces improductives (lacs et cours d'eau par exemple). Dans le détail en 2004, les aires industrielles et artisanales représentent 0,29 % du territoire communal, les maisons et bâtiments 3,42 %, les routes et infrastructures de transport 2,93 %, les zones agricoles 69,21 % et les zones arboricoles et viticoles 1 %[2].

Jusqu'à sa dissolution, la commune faisait partie du district de Payerne. Depuis le 1er janvier 2008, elle fait partie du nouveau district de la Broye-Vully. Elle a des frontières communes avec Chevroux, Corcelles-près-Payerne et Payerne dans le canton de Vaud ainsi qu'avec Gletterens, Vallon, Rueyres-les-Prés et Vernay dans le canton de Fribourg.

Le territoire communal s'étend au nord du plateau suisse, entre la Broye et le canal de la Petite Glâne. La frontière orientale de la commune est marquée par la forêt de Laret à laquelle succède la zone située au nord du village comprenant les forêts du bois de la Rombu, du bois de Prahens et du bois des Râpes ; jusqu'au ruisseau de Robin qui s'écoule ensuite directement jusqu'au lac de Neuchâtel. La commune s'étend ensuite à l'ouest où elle se termine à la forêt de Moraye. Le point culminant de la commune se trouve à Bellevue, à 502 mètres d'altitude.

En plus du village de Grandcour, la commune comprend également les hameaux de Ressudens-Dessous, de Ressudens-Dessus, de Fin de Ressudens, de Chesard et de Sur la Vigne ainsi que plusieurs exploitations agricoles isolées.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Grandcour possède 787 habitants en 2012[1].. Sa densité de population atteint 77,1 hab./km2.

En 2000, la population de Grandcour est composée de 360 hommes (49,3 %) et 370 femmes (50,7 %). La langue la plus parlée est le français, avec 699 personnes (93,6 %). La deuxième langue est l'allemand (27 habitants ou 3,6 % de la population). Il y a aussi 14 lusophones (1,9 %). 706 habitants sont de nationalité suisse (94,5 %) et 41 sont étrangers (5,5 %). Sur le plan religieux, la communauté protestante est la plus importante avec 506 personnes (67,7 %), suivie des catholiques (125 ou 16,7 %). 45 personnes (6 %) n'ont aucune appartenance religieuse[6].

La population de Grandcour est de 716 habitants en 1850. Elle oscille depuis entre 650 et 800 habitants et est de 795 habitants en 2010. Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Grandcour entre 1850 et 2010[7] :

Politique[modifier | modifier le code]

Lors des élections fédérales suisses de 2011, la commune a voté à 35,31 % pour l'Union démocratique du centre. Les deux partis suivants furent le Parti socialiste suisse avec 19,43 % des suffrages et le Parti libéral-radical avec 13,83 %[8].

Lors des élections cantonales au Grand Conseil de mars 2011, les habitants de la commune ont voté pour le Parti libéral-radical à 42,07 %, l'Union démocratique du centre à 27,86 %, le Parti socialiste à 16,93 %, les Verts à 6,75 %, le Parti bourgeois démocratique, les Vert'libéraux à 6,25 % et Vaud Libre à 0,15 %[9].

Sur le plan communal, Grandcour est dirigé par une municipalité formée de 5 membres et dirigée par un syndic pour l'exécutif et un Conseil communal, composé de 30 élus, dirigé par un président et secondé par un secrétaire, pour le législatif[10].

Économie[modifier | modifier le code]

Jusque dans la seconde moitié du XXe siècle, l'économie locale était largement dominée par l'agriculture (en particulier les céréales, la betterave à sucre et le tabac) et les cultures fruitières qui représentent toujours une part importante des emplois locaux. Depuis ces dernières décennies, le village s'est développé avec la création de plusieurs quartiers résidentiels habités par des personnes travaillant principalement dans la région de Payerne ; cette transformation s'est accompangée de la création de plusieurs petites entreprises locales (par exemple dans la construction et l'horticulture) ainsi que dans les services.

La commune compte également une boulangerie deux restaurants[11].

Monuments[modifier | modifier le code]

L'église réformée Notre-Dame de Ressudens.

Le château de Grandcour et l'église réformée Notre-Dame de Ressudens sont inscrits comme biens culturels suisse d'importance nationale[12], alors que le four à pain est répertorié comme bien culturel d'importance régionale dans la liste cantonale dressée en 2009[13]. Tous ces monuments se trouvent dans le village de Grandcour, lui-même inscrit comme site ISOS[14].

Transports[modifier | modifier le code]

Au niveau des transports en commun, Grandcour fait partie de la communauté tarifaire fribourgeoise Frimobil. Le bus CarPostal faisant le parcours Payerne-Chevroux-Payerne s'arrête dans la commune[15]. Le village est aussi desservi par les bus sur appel Publicar, qui sont un service de CarPostal[16].

Vie locale[modifier | modifier le code]

La commune de Grandcour compte plusieurs associations, parmi lesquelles un chœur d'hommes, une fanfare et une société de jeunesse, ainsi que des clubs de football et de ski[17].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annales de Grandcour (Gran-Cort), Ch. Marcuard-Guex, Imprimerie de l'Ère Nouvelle, Lausanne, 1923.
  • « La ville de Grandcour au Moyen Âge », Franco Ciardo et Gilbert Marion, Éditions Cabédita, Yens-sur-Morges, 1993 (ISBN 2-88295-099-3).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidente permanente par commune et origine, Vaud, 1950-2012 », sur Statistiques Vaud (consulté le 23 avril 2013)
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. a et b « Grandcour » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  4. [(fr) Annexe à l'arrêté relatif aux armoiries communales (AAC) du 10 février 1925 (175.12.1) (page consultée le 11 septembre 2011)]
  5. « HISTOIRE - LES ARMOIRIES DE LA COMMUNE », sur grandcour.ch (consulté le 15 octobre 2012)
  6. « STAT-TAB: la banque de données statistiques interactive », Confédération suisse
  7. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 1er octobre 2012)
  8. « Elections au Conseil national 2011: Participation, force des partis, électeurs fictifs », sur Statistique suisse (consulté le 2 octobre 2012)
  9. « Election du Grand Conseil du 11 mars 2012 », sur vd.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  10. « Grandcour », sur communal.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  11. « Hôtels et restaurants », sur grandcour.ch (consulté le 8 octobre 2012)
  12. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  13. [PDF] « Inventaire PBC, liste provisoire des objets B », sur Office fédéral de la protection de la population (consulté le 3 octobre 2012)
  14. « Liste des sites d'importance nationale », sur Office fédéral de la culture (consulté le 3 octobre 2012)
  15. « Payerne-Chevroux-Payerne », sur fahrplanfelder.ch (consulté le 1er octobre 2012)
  16. « PubliCar Payerne (VD) », sur carpostal.ch (consulté le 1er octobre 2012)
  17. « Associations », sur grandcour.ch (consulté le 8 octobre 2012)

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Site officiel de la commune