Grand sylvain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Limenitis populi

Le Grand sylvain ou Nymphale du peuplier, Limenitis populi, est un insecte lépidoptère appartenant à la famille des Nymphalidae, de la sous-famille des Limenitidinae et du genre Limenitis.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Papilio populi est le nom donné par Carl von Linné en 1758, transferré dans le genre Limenitis par Fabicius en 1807.

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Il se nomme Poplar Admiral en anglais et Großer Eisvogel en allemand.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • Limenitis populi populi en Europe.
  • Limenitis populi batangensis Huang, 2001
  • Limenitis populi bukovinensis Hormuzaki, 1897 en Ukraine et Moldavie.
  • Limenitis populi enapius Fruhstorfer, 1908 dans l'ouest de la Sibérie.
  • Limenitis populi fruhstorferi Krulikowsky, 1909
  • Limenitis populi szechwanica Murayama, 1981
  • Limenitis populi ussuriensis Staudinger, 1887[1]
Revers des ailes

Description[modifier | modifier le code]

C'est un grand papillon, l'envergure du mâle va de 70 à 80 mm. Le dessus est brun-noir à gris ardoisé barré d'une bande médiane blanche, bordé d'une ornementation en feston soulignée d'orange.

Le verso est orange orné d'une ligne de taches blanches et bordé de la même ornementation en double feston.

Chenille[modifier | modifier le code]

La chenille est verte avec des taches marron et une paire de bandes latérales de couleur ocre. La tête est brune avec deux courtes excroissances dorsales alors que le mésothorax porte deux grands scoli[2].

Espèces proches[modifier | modifier le code]

Ses couleurs et leurs disposition peuvent évoquer le mâle de la carte géographique (Araschnia levana), mais ce dernier papillon est deux fois plus petit.

Biologie[modifier | modifier le code]

Les œufs sont pondus un à la fois sur le dessus des feuilles et leur incubation dure environ 12 jours.

La chenille est visible d'août à mai, avec hibernation au 3e stade. La chenille accroche sa chrysalide sur une feuille ou un rameau.

Période de vol et hivernation[modifier | modifier le code]

Le papillon vole en une génération pour une durée de 8 à 12 jours entre fin mai et fin juillet.

Son vol plané caractéristique, exclusivement dans les canopées sauf quand le mâle descend rechercher les flaques d'eau et les matières en décomposition, tandis que la femelle préfère la sève des arbre. C'est un des papillons qu'on peut voir venir s'alimenter au sol sur des excréments, sur des zones ouvertes, humides et ensoleillées.

Plantes-hôtes[modifier | modifier le code]

La plante-hôte principale est le tremble Populus tremula. Ce peut être aussi d'autres peupliers comme Populus nigra, Populus balsamifera[1].

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Une remarquable étude a été publiée par Jacques Boudinot[3].

On le trouve depuis le centre et l'est de l’Europe jusqu'au Japon.

En Europe, il est absent du sud (Espagne, Italie) et du nord (Angleterre, Scandinavie). En Belgique, où il est considéré "en danger critique"[4], il est devenu très rare et localisé à quelques forêts du sud du sillon Sambre-Meuse. Il semble également au bord de l'extinction au Luxembourg.

En France métropolitaine, il est en fort déclin, rare ou a récemment disparu (par exemple en Picardie) de presque tout l'ouest et du sud-ouest ainsi que du pourtour méditerranéen (sauf des Alpes-Maritimes)[5].

Biotope[modifier | modifier le code]

Il réside dans les forêts mixtes où la plante hôte de sa chenille est présente, les clairières de grands massifs boisés comprenant des peuplements de trembles (ou dans certains pays d'autres peupliers), les chemins forestiers bordés de grands arbres aux canopées jointives, avec sol localement frais et humide[6].

Protection[modifier | modifier le code]

En France, il est protégé dans la région Île-de-France[7].

Il est en forte et rapide régression depuis les années 1970-1980. Plusieurs causes sont évoquées : l'usage abondant des pesticides (qu'on retrouve dans l'air, dans les pluies et les rosées), mais surtout les modifications des forêts, en particulier le recul des trembles au profit d'autres espèces commercialement plus intéressantes, le nettoyage excessif des lisières, la disparition des clairières, l'augmentation du nombre de routes fragmentant les forêts et ouvertes à la circulation (⇒ collision avec les véhicules ou roadkill)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b funet
  2. D.J. Carter (ill. B. Hargreaves), Guide des chenilles d'Europe, Delachaux et Niestlé, coll. « Les guides du naturaliste »,‎ 2001, 311 p.
  3. Boudinot (J.), 1987. Ethologie et cycle biologique de Limenitis populi, Alexanor, 15(2), p. 67
  4. Stéphane Claerebout, Clé de détermination photographique des papillons de jour de Belgique, 2010, Cercles des Naturalistes de Belgique ASBL, éditeur responsable: Léon Woué D/2010/3152/224b ISSN 0773-9419
  5. lepinet
  6. (Tolman et Lewington 1997)
  7. INPN Protection

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tom Tolman et Richard Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé,‎ 1997 (ISBN 978-2-603-01649-7)