Grand maître de l'artillerie de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le grand maître de l'artillerie était l'un des grands officiers de la couronne de France pendant l’Ancien Régime.

La charge de grand maître de l'artillerie apparaît au début de l'époque moderne en remplacement de celle de grand maître des arbalétriers. Elle est érigée en grand office de la couronne en 1601 par Henri IV en faveur de Sully.

Le grand maître avait juridiction, au début du XVIIe siècle, sur tous les officiers de l'artillerie des armées, ainsi que la charge de conduire les travaux des sièges et des campements, la fabrication de la poudre et des canons et la gestion des arsenaux. Dès la fin du siècle, il n'exerce plus qu'un pouvoir symbolique, ses compétences étant passées à des officiers spécialisées, le surintendant des fortifications notamment.

La charge de grand maître de l'artillerie est supprimée en 1755.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1291, sous le règne de Philippe le Bel, Guillaume de Dourdan est maître de l'artillerie du Louvre. C'est le premier connu.

Jean du Lyon, est en 1344, le onzième maître de l'artillerie, il est qualifié de souverain maître. Son fils, Milet du Lyon, porte, en 1378, le titre de maître et visiteur de l'artillerie du roi.

En 1461, Louis XI a donné aux maîtres de l'artillerie le titre de maîtres généraux. Les maîtres généraux ont pour fonction la construction des machines de guerre, leur conservation pendant la paix et d'en diriger les mouvements pendant la guerre. L'office de grand maître des arbalétriers n'est pas remplie et est substituée par trois maître généraux et des maîtres d'artillerie, au Louvre à Paris, à Montargis, à Melun et à Rouen.

François Ier crée la charge de grand maître de l'artillerie en 1515.

Henri IV fait du grand maître de l'artillerie un grand officier de la couronne en 1601 au profit de Sully. Sully porte le titre de grand maître et capitaine général de l'artillerie de France.

En 1755, Louis-Charles de Bourbon donne sa démission au roi. Louis XV supprime alors la charge et réunit les fonctions au ministère de la Guerre. On crée alors les premiers inspecteurs généraux qui sont supprimés en 1789.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Les armoiries de Louis-Charles de Bourbon ( 1701-1775) sur un canon aux Invalides à Paris. les deux canons en relief indiquent son office de Grand-Maître de l'Artillerie de France

Le grand maître est le chef de l'artillerie. Il a l'inspection sur tout ce qui appartient à cette arme, sur la fonte des pièces, les projectiles et la fabrication des poudres. Il passe tous les marchés et en vérifie les comptes. Il nomme aux emplois vacants. Il était le premier colonel du régiment royal d'artillerie.

Le grand maître de l'artillerie prête serment entre les mains du roi.

La juridiction du grand maître de l'artillerie à partir de son transfert à l'Arsenal de Paris, en 1572, comprend un bailli, un lieutenant général, un procureur du roi et un greffier. Ils ont sous leurs ordres un lieutenant des lieutenants provinciaux, un surintendant des poudres et des salpêtres, un commissaire général, des lieutenants provinciaux. Ces charges et offices ont été créées de 1552 à 1636. Elles ont été supprimées en 1703.

Quand une ville était prise sur laquelle on avait tiré du canon, les cloches des églises, les ustensiles de cuivre ou d'autres métaux appartenaient au grand maître et devaient être rachetées par les habitants sauf disposition contraire de l'acte de reddition.

Liste chronologique des grands maîtres de l'artillerie[modifier | modifier le code]

Maîtres généraux de l'artillerie (à partir de 1461)[modifier | modifier le code]

Helion de la Mothe au Groing, grand maître et visiteur de toutes les artilleries de France, 1469, école française, XIXe siècle, musée de l'armée.

Grands maîtres de l'artillerie (à partir de 1515)[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]