Grand Théâtre (Genève)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grand Théâtre.

Grand Théâtre de Genève

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Façade du Grand Théâtre de Genève depuis la place Neuve

Type Opéra
Lieu Genève, Drapeau de la Suisse Suisse
Coordonnées 46° 12′ 07″ Nord 6° 08′ 33″ Est / 46.20194, 6.1425
Architecte(s) Jacques-Elisée Goss (1879)
Charles Schapfer et Marcello Zavelani-Ross (1951)
Inauguration 2 octobre 1879
Capacité 1 500 places
Statut juridique Fondation d'intérêt public communal
Gestionnaire Fondation du Grand Théâtre de Genève
Tutelle Ville de Genève
Direction Tobias Richter (depuis 2009)
Site web http://www.geneveopera.ch

Résidence

Ballet du Grand Théâtre de Genève
Chœur du Grand Théâtre de Genève

Le Grand Théâtre est le principal opéra de la ville de Genève (Suisse).

Situé sur la place Neuve, il prend place parmi les plus importants théâtres européens en matière lyrique et sa renommée contribue grandement au rayonnement culturel de Genève[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la Réforme protestante, l'opéra à Genève est limité par l'orthodoxie calviniste et ce n'est qu'au milieu des années 1760 que les dirigeants de la ville acceptent de construire un bâtiment spécifique. Sous l'influence de Voltaire, l'opéra commence à s'épanouir dans une première salle de spectacles aménagée au Jeu de Paume de Saint-Gervais en 1738 puis au théâtre de Rosimond en 1766, surnommé « La Grange des étrangers », qui est détruit en 1768 à la suite d'un incendie[1]. Il faut attendre 1783 pour voir apparaître un nouveau théâtre au bas de l'actuelle rue de la Croix-Rouge, le Théâtre de Neuve, qui est toutefois mal équipé et trop exigu. Il est démoli en 1880[1].

Bâtiment actuel[modifier | modifier le code]

C'est en 1862 que naît l'idée de bâtir un grand théâtre, ce qui ne devient possible qu'en 1873 grâce à l'héritage du duc Charles II de Brunswick et au don d'un terrain de 3 000 m2 par l'État de Genève[1]. Un concours est lancé pour la création d'un nouvel opéra mais, malgré un vainqueur clair, c'est à un non participant, l'architecte Jacques-Elisée Goss, qu'est attribué le projet. Le prestigieux bâtiment d'une capacité de 1 300 places[1] ouvre ses portes le 2 octobre 1879 avec la représentation du Guillaume Tell de Rossini. Le Grand Théâtre devient rapidement la plus grande structure de ce type en Suisse romande[1]. De style Second Empire, la façade tripartite est enrichie de nombreuses sculptures et moulures dont quatre statues situées sur l'avant-corps central du socle. Cet avant-corps s'achève sur un fronton dont le tympan porte les armoiries de Genève[1].

Incendie de 1951[modifier | modifier le code]

Grand foyer préservé de l'incendie
Salle de spectacle

Le théâtre survit en l'état jusqu'au 1er mai 1951 lorsqu'un incendie détruit le bâtiment pendant la préparation d'un effet pyrotechnique prévu dans le dernier acte de La Walkyrie[1], conservant uniquement les façades, le foyer et sa bibliothèque de 1877 dans un état récupérable. Grâce au concours remporté par l'artiste suisse d'origine polonaise Jacek Stryjenski, la salle est remodelée par deux architectes, le Genevois Charles Schapfer et le Milanais Marcello Zavelani-Rossi[1], avec une capacité de 1 500 sièges et rouvre finalement le 12 décembre 1962 avec la version française de Don Carlos de Verdi. Les agrandissements des coulisses créent deux ailes latérales et une scène arrière pour la commande de paysages. La salle compte deux balcons et un amphithéâtre supérieur.

Renaissance[modifier | modifier le code]

Dans les années 1890, le bâtiment accueillit une première mondiale en français de Werther de Jules Massenet. Au XXe siècle, des productions significatives sont mises sur pied sous la direction de Rolf Liebermann puis Hugues Gall qui dirige la compagnie à partir des années 1980 avant de diriger l'Opéra de Paris dès 1995.

Le Grand Théâtre présente une centaine de ballets, opéras et concerts de musique classique par an. Depuis 1997, la nouvelle salle Théodore Turrettini lui a été rattaché pour des représentations de musique de chambre, des spectacles de danse et des récitals.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Genève et son Grand Théâtre dans la FAO du 20 août 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Thierry Beauvert, Opera Houses of the World, éd. The Vendome Press, New York, 1995. (ISBN 0865659788)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]