Grand Prix automobile d'Italie 1955

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grand Prix d'Italie 1955

Tracé de la course

Drapeau Circuit de Monza

Données de la course
Nombre de tours 50
Longueur du circuit 10 km
Distance de course 500 km
Résultats
Vainqueur Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio,
Mercedes-Benz,
h 25 min 4 s 4
(vitesse moyenne : 206,792 km/h)
Pole position Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio,
Mercedes-Benz,
min 46 s 5
(vitesse moyenne : 216,216 km/h)
Record du tour en course Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss,
Mercedes-Benz,
min 46 s 9
(vitesse moyenne : 215,698 km/h)

Le Grand Prix d'Italie 1955 (XXVI° Gran Premio d'Italia), disputé sur le circuit de Monza le , est la quarante-huitième épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 et la septième manche du championnat 1955.

Grille de départ du Grand Prix[modifier | modifier le code]

Grille de départ du Grand Prix et résultats des qualifications[1]
1re ligne Pos. 3 Pos. 2 Pos. 1
Drapeau : Allemagne
Kling
Mercedes-Benz
2 min 48 s 3
Drapeau : Royaume-Uni
Moss
Mercedes-Benz
2 min 46 s 8
Drapeau : Argentine
Fangio
Mercedes-Benz
2 min 46 s 5
2e ligne Pos. 5 Pos. 4
Emplacement
vide
Drapeau : Italie
Castellotti
Ferrari
2 min 49 s 6
3e ligne Pos. 8 Pos. 7 Pos. 6
Emplacement
vide
Drapeau : Argentine
Mieres
Maserati
2 min 51 s 1
Drapeau : France
Behra
Maserati
2 min 50 s 1
4e ligne Pos. 10 Pos. 9
Drapeau : Italie
Musso
Maserati
2 min 52 s 1
Drapeau : Italie
Taruffi
Mercedes-Benz
2 min 51 s 8
5e ligne Pos. 13 Pos. 12 Pos. 11
États-Unis
Schell
Vanwall
2 min 55 s 5
Drapeau : Italie
Maglioli
Ferrari
2 min 55 s 4
Drapeau : Royaume-Uni
Collins
Maserati
2 min 55 s 3
6e ligne Pos. 15 Pos. 14
Drapeau : France
Trintignant
Ferrari
2 min 56 s 3
Drapeau : Royaume-Uni
Hawthorn
Ferrari
2 min 56 s 2
7e ligne Pos. 18 Pos. 17 Pos. 16
Drapeau : Brésil
Silva Ramos
Gordini
2 min 59 s 8
Drapeau : Royaume-Uni
Wharton
Vanwall
2 min 59 s 5
Drapeau : Argentine
Menditeguy
Maserati
2 min 58 s 4
8e ligne Pos. 20 Pos. 19
États-Unis
Fitch
Maserati
3 min 03 s 1
Drapeau : France
Pollet
Gordini
2 min 59 s 9
9e ligne Pos. 22 Pos. 21
Drapeau : France
Lucas
Gordini
3 min 15 s 9
Drapeau : Royaume-Uni
Gould
Maserati
3 min 05 s 2
  • Une place en seconde ligne et une place en troisième ligne sont restées vacantes à la suite des retraits des Lancia de Giuseppe Farina et de Luigi Villoresi, en raison de pneus inadaptés à ces voitures l'anneau de vitesse. Pour la même raison, Eugenio Castellotti, qualifié en deuxième ligne sur Lancia, prend le départ sur le mulet de la Scuderia Ferrari.

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Il fait beau et chaud lorsque le départ est donné le dimanche, à 15 h 30[2]. Stirling Moss (Mercedes) est le plus prompt au baisser du drapeau, et prend immédiatement la tête devant ses coéquipiers Juan Manuel Fangio et Karl Kling. Au premier passage devant les tribunes, Moss mène toujours, abordant l'anneau de vitesse juste devant les trois autres Mercedes de Fangio, Taruffi et Kling. Sur cette portion extrêmement rapide, Fangio déborde Moss et conserve l'avantage à la fin du premier tour complet. Cinquième, Eugenio Castellotti (Ferrari) accuse déjà un léger retard sur les quatre voitures de tête, qui roulent groupées. Les boucles suivantes confirment la supériorité des monoplaces allemandes, qui roulent groupées et se détachent progressivement du reste du peloton. Au cinquième tour, Kling prend l'avantage sur Taruffi ; au huitième Moss déborde Fangio, mais le champion argentin récupère la tête de la course au suivant. Après dix tours, les quatre Mercedes sont toujours groupées, et comptent déjà près de vingt secondes d'avance sur Castellotti. Luigi Musso (Maserati), après un départ manqué l'ayant fait rétrograder en queue de peloton, a effectué une très belle remontée et occupe la sixième place.

Les passages suivants n’apportent pas de modification au classement, jusqu'au vingtième tour au cours duquel Moss, dans le sillage de Fangio, reçoit une pierre dans son pare-brise et doit s'arrêter au stand pour le faire remplacer, perdant de nombreuses places. Il entreprend alors de regagner le terrain perdu, adoptant un rythme de qualification : il effectue son vingt-et-unième tour à près de 216 km/h de moyenne, à seulement un dixième de second de son meilleur temps des essais ! Il prend bientôt la septième place à Mike Hawthorn (Ferrari), et revient la Maserati de Jean Behra, mais au vingt-huitième tour une casse moteur met un terme à sa prestation.

Derrière l'inamovible trio de tête, composé de Fangio, Kling et Castellotti, l'intérêt de la course s'est reporté sur la bataille pour la quatrième place entre Castellotti et Musso. Ce dernier a pris l'avantage au vingt-cinquième tour, mais n'a pu profiter longtemps de son avantage, retardé par des problèmes de boîte de vitesses. Après un premier arrêt au vingt-huitième tour, Musso va renoncer définitivement au trente-deuxième. Au même moment, Kling, toujours en seconde position dans les roues de Fangio, s'arrête à son stand et renonce, également pour un problème de boîte de vitesses. À ce moment, il ne reste plus que dix voitures en course. Fangio produit alors son effort, se détachant de son coéquipier Taruffi au rythme d'une seconde et demie au tour. À dix boucles de la fin, il a porté son avance à treize secondes. Castellotti, qui roule isolé en troisième position, compte près d'une minute de retard, loin devant Behra qui a ménagé sa voiture depuis le départ. La course va se terminer dans cet ordre. Fangio, qui a ralenti en fin d'épreuve pour permettre à Taruffi de revenir dans son sillage, emporte une nouvelle victoire, la quatrième de la saison. Castellotti complète le podium, tandis que Behra conserve de justesse sa quatrième place, passant la ligne au ralenti, son moteur dégageant un nuage de fumée.

Classements intermédiaires[modifier | modifier le code]

Classements intermédiaires des monoplaces aux premier, cinquième, dixième, vingtième, trentième et quarantième tours[3].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Pos No Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 18 Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Mercedes-Benz 50 2 h 25 min 04 s 4 1 8
2 14 Drapeau : Italie Piero Taruffi Mercedes-Benz 50 2 h 25 min 05 s 1 (+ 0 s 7) 9 6
3 4 Drapeau : Italie Eugenio Castellotti Ferrari 50 2 h 25 min 50 s 6 (+ 46 s 2) 4 4
4 36 Drapeau : France Jean Behra Maserati 50 2 h 29 min 01 s 9 (+ 3 min 57 s 5) 6 3
5 34 Drapeau : Argentine Carlos Menditéguy Maserati 49 2 h 26 min 34 s 9 (+ 1 tour) 16 2
6 12 Drapeau : Italie Umberto Maglioli Ferrari 49 2 h 27 min 32 s 5 (+ 1 tour) 12
7 28 Drapeau : Argentine Roberto Mieres Maserati 48 2 h 27 min 14 s 9 (+ 2 tours) 7
8 8 Drapeau : France Maurice Trintignant Ferrari 47 2 h 25 min 50 s 1 (+ 3 tours) 15
9 40 Drapeau des États-Unis John Fitch Maserati 46 2 h 25 min 25 s 7 (+ 4 tours) 20
10 6 Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn Ferrari 38 Boîte de vitesses 14
Abd. 20 Drapeau : Allemagne Karl Kling Mercedes-Benz 32 Boîte de vitesses 3
Abd. 30 Drapeau : Italie Luigi Musso Maserati 31 Boîte de vitesses 10
Abd. 38 Drapeau : Royaume-Uni Horace Gould Maserati 31 Suspension 21
Abd. 16 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Mercedes-Benz 27 Moteur 2 1
Abd. 26 Drapeau : France Jacques Pollet Gordini 26 Moteur 19
Abd. 22 Drapeau du Brésil Hermano da Silva Ramos Gordini 23 Distribution d'essence 18
Abd. 32 Drapeau : Royaume-Uni Peter Collins Maserati 22 Suspension 11
Abd. 42 Drapeau des États-Unis Harry Schell Vanwall 7 Suspension 13
Abd. 24 Drapeau : France Jean Lucas Gordini 7 Moteur 22
Abd. 44 Drapeau : Royaume-Uni Ken Wharton Vanwall 0 Injection 17
Np. 2 Drapeau : Italie Giuseppe Farina Ferrari Pneumatique 5
Np. 10 Drapeau : Italie Luigi Villoresi Ferrari Pneumatique 8
Np. 24 Drapeau : France Robert Manzon Gordini décision personnelle (remplacé par Lucas)
Np. 46 Drapeau : Italie Luigi Piotti Arzani-Volpini (ex-Maserati) Moteur

Légende :

  • Abd.= Abandon - Np.= Non partant

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Classement final du championnat[modifier | modifier le code]

  • attribution des points : 8, 6, 4, 3, 2 respectivement aux cinq premiers de chaque épreuve et 1 point supplémentaire pour le pilote ayant accompli le meilleur tour en course (signalé par un astérisque)
  • Le règlement permet aux pilotes de se relayer sur une même voiture, les points éventuellement acquis étant alors partagés. En Argentine, González, Farina et Trintignant marquent chacun deux points pour leur deuxième place, Farina, Trintignant et Maglioli marquent chacun un point un tiers pour leur troisième place, Herrmann, Kling et Moss marquent chacun un point pour leur quatrième place. Fait exceptionnel, Farina et Trintignant cumulent les points des deuxième et troisième places. À Monaco, Behra et Perdisa marquent chacun deux points pour leur troisième place. À Indianapolis, Bettenhausen et Russo marquent chacun trois points pour leur seconde place, Faulkner et Homeier chacun un point pour leur cinquième place. En Belgique, Mieres et Behra marquent chacun un point pour leur cinquième place.
  • Seuls les cinq meilleurs résultats sont comptabilisés. Juan Manuel Fangio doit donc décompter le point acquis à Monaco, totalisant quarante points effectifs pour quarante-et-un points marqués.
  • Sur onze épreuves qualificatives initialement prévues pour le championnat du monde 1955, sept seulement seront effectivement courues, les Grands Prix de France (programmé le 3 juillet), d'Allemagne (programmé le 31 juillet), de Suisse (programmé le 21 août) et d'Espagne (programmé le 23 octobre) ayant été annulés au lendemain de la catastrophe des 24 Heures du Mans[1].
Classement des pilotes
Pos. Pilote Écurie Points Drapeau : Argentine
ARG
Drapeau : Monaco
MON
États-Unis
500
Drapeau : Belgique
BEL
Drapeau : Pays-Bas
NL
Drapeau : Royaume-Uni
GBR
Drapeau : Italie
ITA
1 Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Mercedes-Benz 40 (41) 9* (1*) - 9* 8 6 8
2 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Mercedes-Benz 23 1 - - 6 6 9* 1*
3 Drapeau : Italie Eugenio Castellotti Lancia & Ferrari 12 - 6 - - 2 - 4
4 Drapeau : France Maurice Trintignant Ferrari 11,33 3,33 8 - - - - -
5 Drapeau : Italie Giuseppe Farina Ferrari 10,33 3,33 3 - 4 - - -
6 Drapeau : Italie Piero Taruffi Mercedes-Benz 9 - - - - - 3 6
7 États-Unis Bob Sweikert Kurtis Kraft 8 - - 8 - - - -
8 Drapeau : Argentine Roberto Mieres Maserati 7 2 - - 1 4* - -
9 Drapeau : Italie Luigi Musso Maserati 6 - - - - 4 2 -
Drapeau : France Jean Behra Maserati 6 - 2 - 1 - - 3
11 Drapeau : Allemagne Karl Kling Mercedes-Benz 5 1 - - - - 4 -
12 États-Unis Jimmy Davies Kurtis Kraft 4 - - 4 - - - -
13 États-Unis Tony Bettenhausen Kurtis Kraft 3 - - 3 - - - -
États-Unis Paul Russo Kurtis Kraft 3 - - 3 - - - -
États-Unis Johnny Thomson Kuzma 3 - - 3 - - - -
Drapeau : Belgique Paul Frère Ferrari 3 - - - 3 - - -
17 Drapeau : Argentine José Froilán González Ferrari 2 2 - - - - - -
Drapeau : Italie Cesare Perdisa Maserati 2 - 2 - - - - -
Drapeau : Italie Luigi Villoresi Lancia 2 - 2 - - - - -
Drapeau : Argentine Carlos Menditeguy Maserati 2 - - - - - - 2
21 Drapeau : Italie Umberto Maglioli Ferrari 1,33 1,33 - - - - - -
22 Drapeau : Allemagne Hans Herrmann Mercedes-Benz 1 1 - - - - - -
États-Unis Walt Faulkner Kurtis Kraft 1 - - 1 - - - -
États-Unis Bill Homeier Kurtis Kraft 1 - - 1 - - - -
États-Unis Bill Vukovich Kurtis Kraft 1 - - 1* - - - -

À noter[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Mike Lang, Grand Prix volume 1, Haynes Publishing Group,‎ , 288 p. (ISBN 0-85429-276-4)
  2. Christian Huet, Gordini Un sorcier une équipe, Editions Christian Huet,‎ , 485 p. (ISBN 2-9500432-0-8)
  3. Edmond Cohin, L'historique de la course automobile, Editions Larivière,‎ , 882 p.