Grand Prix automobile d'Italie 1951

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grand Prix d'Italie 1951

Tracé de la course

Drapeau Circuit de Monza

Données de la course
Nombre de tours 80
Longueur du circuit 6,3 km
Distance de course 504 km
Résultats
Vainqueur Drapeau de l'Italie Alberto Ascari,
Ferrari,
h 42 min 39 s 3
(vitesse moyenne : 185,915 km/h)
Pole position Drapeau de l’Argentine Juan Manuel Fangio,
Alfa Romeo,
min 53 s 2
(vitesse moyenne : 200,353 km/h)
Record du tour en course Drapeau de l'Italie Giuseppe Farina,
Alfa Romeo,
min 56 s 5
(vitesse moyenne : 194,678 km/h)

Le Grand Prix automobile d'Italie 1951 (XXII° Gran Premio d'Italia), disputé le 16 septembre 1951 sur le circuit de Monza, est la quatorzième épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 et la septième manche du championnat 1951.

Contexte avant le Grand Prix[modifier | modifier le code]

Le championnat du monde[modifier | modifier le code]

Avant-dernière épreuve du championnat, le Grand Prix d'Italie se déroule sept semaines après le Grand Prix d'Allemagne, qui a une nouvelle fois consacré la Scuderia Ferrari grâce à Alberto Ascari. L'équipe Alfa Romeo a néanmoins pu prendre sa revanche lors du Grand Prix de Bari, disputé le 2 septembre (hors championnat), où Juan Manuel Fangio a dominé les Ferrari, devançant son compatriote José Froilán González et Piero Taruffi qui a étrenné une toute nouvelle monoplace à moteur quatre cylindres, la 625 F1, modèle qui va servir de base à la future Ferrari 500 de formule 2[1].
Avant la course de Monza, Fangio est en tête du championnat avec dix points d'avance sur Ascari, et une victoire ici lui assurerait le titre mondial quel que soit le résultat de la dernière manche. Mais au vu de la compétitivité des Ferrari, Ascari a de bonnes chances de retarder cette échéance. Troisièmes du championnat, González et Farina peuvent encore prétendre au titre, mais doivent compter sur une contre-performance de Fangio pour rester en lice.

Le circuit[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Autodromo Nazionale di Monza.

Le rapide tracé de Monza, d'un développement de 6,3 km, est inchangé depuis 1948, année de sa réfection totale. En 1950, Juan Manuel Fangio avait tourné à 191,7 km/h de moyenne lors des essais qualificatifs. Avec les dernières évolutions apportées aux monoplaces italiennes (Alfa Romeo et Ferrari), on s'attend à des moyennes au tour approchant les 200 km/h.

Monoplaces en lice[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Alfa Romeo 159, Ferrari 375 F1 et Talbot-Lago T26C.
  • Alfa Romeo 159 "Usine"
Moteur de l'Alfa Romeo 159.
Le moteur de l'Alfetta développe désormais plus de 430 chevaux.

Quatre Alfetta ont été engagées par la marque milanaise, dont trois exemplaires 159M bénéficiant des toutes dernières évolutions moteur (on parle de 430 à 435 chevaux au banc) et de châssis renforcés. Ces modèles sont attribués à Juan Manuel Fangio, Giuseppe Farina et Felice Bonetto, le pilote essayeur Consalvo Sanesi étant engagé sur une 159 plus ancienne[2]. Pilote suppléant, Emmanuel de Graffenried est également présent dans l'équipe.

  • Ferrari 375 F1 "Usine"

La Scuderia Ferrari a amené cinq voitures, dont quatre bénéficiant d'une aérodynamique affinée pour ses pilotes habituels : Alberto Ascari, Luigi Villoresi, José Froilán González et Piero Taruffi. La cinquième, qui va être vendue au pilote brésilien Chico Landi, doit servir de voiture de réserve. Leur moteur V12 atmosphérique développe environ 380 chevaux au banc. Ces monoplaces sont pratiquement aussi rapides que les Alfa Romeo, mais leur sobriété leur confère un avantage en course : moins de charge de carburant, moins d'arrêts ravitaillements que leurs rivales. Un sixième châssis était initialement destiné au gentleman driver Giannino Marzotto, mais sa réalisation n'a pu être achevée à temps pour l'épreuve[1].
Au côté des pilotes "Usine", notons la présence du pilote suisse Rudi Fischer sur la Ferrari 212 de l'Écurie Espadon, du Britannique Peter Whitehead sur son ancienne 125 F1 à compresseur et de Chico Landi sur un modèle 500/625.

  • BRM P15 "Usine"
Photo d'une BRM Type 15.
Deuxième apparition en championnat du monde pour la BRM Type 15.

Tout comme lors du Grand Prix de Grande-Bretagne, l'équipe britannique a engagé deux BRM Type 15, qui seront pilotées par Reg Parnell (cinquième à Silverstone sur cette voiture) et le pilote essayeur Ken Richardson, le pilote allemand Hans Stuck étant pilote de réserve. Ces modèles disposent d'un moteur V16 suralimenté d'une puissance estimée à 450 chevaux au banc, mais leur mise au point laisse encore à désirer[3].

  • Simca-Gordini T15 "Usine"

On retrouve la même équipe qu'au Grand Prix d'Allemagne, avec trois T15 à moteur 4 cylindres suralimenté développant environ 150 chevaux, pour Maurice Trintignant, Robert Manzon et André Simon.

  • OSCA 4500G "Usine"

La marque des frères Maserati effectue ici sa première apparition en championnat, avec une monoplace disposant d'un moteur V12 atmosphérique développant environ 300 chevaux[4]. Deux voitures ont été engagées pour Louis Chiron et Franco Rol, mais seule la voiture de ce dernier est présente à Monza.

  • Talbot-Lago T26C

La marque de Suresnes représente toujours une bonne partie du plateau grâce à ses pilotes privés. Six T26C sont présentes à Monza : Louis Rosier pilote une de ses deux monoplaces, la deuxième étant pour Louis Chiron dont l'O.S.C.A. n'est pas prête; comme au Nürburgring, Yves Giraud-Cabantous et Pierre Levegh pilotent leurs monoplaces personnelles, on retrouve également les deux monoplaces de couleur jaune de l'Écurie Belge (pour Johnny Claes) et de l'Écurie Belgique (pour Jacques Swaters).

Coureurs inscrits[modifier | modifier le code]

Liste des pilotes inscrits[5]
no  Pilote Écurie Constructeur Châssis Moteur Pneumatiques
2 Drapeau de l'Italie Alberto Ascari Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 375 F1 Ferrari V12 P
4 Drapeau de l'Italie Luigi Villoresi Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 375 F1 Ferrari V12 P
6 Drapeau de l’Argentine José Froilán González Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 375 F1 Ferrari V12 P
8 Drapeau de l'Italie Piero Taruffi Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 375 F1 Ferrari V12 P
10 Drapeau de l'Italie Giannino Marzotto Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 375 F1 Ferrari V12 P
12 Drapeau du Brésil Chico Landi Privé Ferrari Ferrari 500/625
Ferrari 375 F1
Ferrari L4
Ferrari V12
P
P
14 Drapeau de la Suisse Rudi Fischer Écurie Espadon Ferrari Ferrari 212 Ferrari V12 P
16 Drapeau du Royaume-Uni Peter Whitehead Privé Ferrari Ferrari 125 Ferrari V12s D
18 Drapeau de la France Louis Rosier Ecurie Rosier Talbot-Lago Talbot-Lago T26C-DA Talbot L6 D
20 Drapeau de Monaco Louis Chiron Ecurie Rosier Talbot-Lago Talbot-Lago T26C Talbot L6 D
22 Drapeau de la France Pierre Levegh Privé Talbot-Lago Talbot-Lago T26C Talbot L6 D
24 Drapeau de la France Yves Giraud-Cabantous Privé Talbot-Lago Talbot-Lago T26C Talbot L6 D
26 Drapeau de la Belgique Johnny Claes Écurie Belge Talbot-Lago Talbot-Lago T26C-DA Talbot L6 D
28 Drapeau de la Belgique Jacques Swaters Écurie Belgique Talbot-Lago Talbot-Lago T26C Talbot L6 D
30 Drapeau du Royaume-Uni Reg Parnell British Racing Motors BRM BRM P15 BRM V16s D
32 Drapeau du Royaume-Uni Ken Richardson
Drapeau de l'Allemagne Hans Stuck
British Racing Motors BRM BRM P15 BRM V16s D
34 Drapeau de l'Italie Nino Farina Alfa Romeo SpA Alfa Romeo Alfa Romeo 159M Alfa Romeo L8s P
36 Drapeau de l'Italie Consalvo Sanesi
Drapeau de la Suisse Emmanuel de Graffenried
Alfa Romeo SpA Alfa Romeo Alfa Romeo 159 Alfa Romeo L8s P
38 Drapeau de l’Argentine Juan Manuel Fangio Alfa Romeo SpA Alfa Romeo Alfa Romeo 159M Alfa Romeo L8s P
40 Drapeau de l'Italie Felice Bonetto Alfa Romeo SpA Alfa Romeo Alfa Romeo 159M Alfa Romeo L8s P
42 Drapeau de Monaco Louis Chiron OSCA Automobili O.S.C.A. OSCA 4500G O.S.C.A. V12 P
44 Drapeau de l'Italie Franco Rol OSCA Automobili O.S.C.A. OSCA 4500G O.S.C.A. V12 P
46 Drapeau de la France Robert Manzon Equipe Gordini Simca-Gordini Simca-Gordini T15 Gordini L4s E
48 Drapeau de la France André Simon Equipe Gordini Simca-Gordini Simca-Gordini T15 Gordini L4s E
50 Drapeau de la France Maurice Trintignant Equipe Gordini Simca-Gordini Simca-Gordini T15 Gordini L4s E

Qualifications[modifier | modifier le code]

Trois séances qualificatives sont prévues. Dès le début des essais, Consalvo Sanesi est victime d'un début d'incendie lors d'un ravitaillement en carburant de son Alfa Romeo. Assez sérieusement brûlé dans le dos, il est remplacé par Emmanuel de Graffenried[6].
La première séance d'essais est dominée par les Ferrari d'Alberto Ascari et José Froilán González, qui se montrent plus rapides que les nouvelles versions des Alfetta pilotées par Juan Manuel Fangio, Nino Farina et Felice Bonetto. Malgré leur puissance élevée, les BRM ne peuvent contester la suprématie des monoplaces italiennes. Comme à l'accoutumée les Talbot et Simca-Gordini sont nettement surclassées; chez Gordini, Jean Behra (bien que non inscrit), remplace d'ailleurs Maurice Trintignant, malade, qui n'a effectué que quelques tours. La nouvelle O.S.C.A., qui effectue ici ses débuts en championnat, pilotée par Franco Rol, est également bien loin de pouvoir rivaliser avec les favoris.
La deuxième séance, disputée sous la pluie, n'apporte pas de modification significative de la hiérarchie, Ascari se montrant à nouveau le plus rapide. À noter toutefois la belle performance des pilotes Gordini sur le mouillé, Robert Manzon et Jean Behra réalisant les quatrième et cinquième temps de cette séance[7].
C'est lors de la dernière session des qualifications que les ténors d'Alfa Romeo, très assidus, vont enfin exploiter toute la puissance de leurs modèles améliorés, Fangio et Farina s’emparant des deux premières places sur la grille. Réalisant 1'53"2, Fangio a dépassé les 200 km/h de moyenne au tour, une première sur ce tracé. González et Ascari complètent la première ligne, devant leurs coéquipiers Luigi Villoresi et Piero Taruffi. Les deux pilotes BRM se qualifient huitième (Reg Parnell) et dixième (Ken Richardson), mais ce dernier va se voir refuser l'autorisation de courir, faute de licence internationale. C'est le pilote allemand Hans Stuck qui va prendre sa place dans l'équipe anglaise[8].

Fangio
Nouvelle pole position pour le pilote argentin Juan Manuel Fangio, la quatrième cette saison.
Résultats des qualifications
Pos. no  Pilote Écurie Temps Écart Note
1 38 Drapeau de l’Argentine Juan Manuel Fangio Alfa Romeo 1 min 53 s 2   temps réalisé lors de la troisième séance
2 34 Drapeau de l'Italie Nino Farina Alfa Romeo 1 min 53 s 9 + 0 s 7
3 2 Drapeau de l'Italie Alberto Ascari Ferrari 1 min 55 s 1 + 1 s 9
4 6 Drapeau de l’Argentine José Froilán González Ferrari 1 min 55 s 9 + 2 s 7
5 4 Drapeau de l'Italie Luigi Villoresi Ferrari 1 min 57 s 9 + 4 s 7
6 8 Drapeau de l'Italie Piero Taruffi Ferrari 1 min 58 s 2 + 5 s 0
7 40 Drapeau de l'Italie Felice Bonetto Alfa Romeo 1 min 58 s 3 + 5 s 1
8 30 Drapeau du Royaume-Uni Reg Parnell BRM 2 min 02 s 2 + 9 s 0
9 36 Drapeau de la Suisse Emmanuel de Graffenried Alfa Romeo 2 min 05 s 2 + 12 s 0
10 32 Drapeau du Royaume-Uni Ken Richardson BRM 2 min 05 s 6 + 12 s 4
11 48 Drapeau de la France André Simon Simca-Gordini 2 min 08 s 0 + 14 s 8
12 50 Drapeau de la France Maurice Trintignant
Drapeau de la France Jean Behra
Simca-Gordini
2 min 08 s 9

+ 15 s 7
pilote brièvement en première séance
remplace (officieusement) Trintignant, malade
13 46 Drapeau de la France Robert Manzon Simca-Gordini 2 min 09 s 0 + 15 s 8
14 24 Drapeau de la France Yves Giraud-Cabantous Talbot-Lago 2 min 09 s 3 + 16 s 1
15 18 Drapeau de la France Louis Rosier Talbot-Lago 2 min 10 s 8 + 17 s 6
16 12 Drapeau du Brésil Chico Landi Ferrari 2 min 11 s 2 + 18 s 0 temps réalisé sur le mulet de la Scuderia Ferrari[1] (375 F1)
17 20 Drapeau de Monaco Louis Chiron Talbot-Lago 2 min 12 s 1 + 18 s 9
18 44 Drapeau de l'Italie Franco Rol O.S.C.A. 2 min 13 s 4 + 20 s 2
19 16 Drapeau du Royaume-Uni Peter Whitehead Ferrari 2 min 16 s 2 + 23 s 0
20 22 Drapeau de la France Pierre Levegh Talbot-Lago 2 min 16 s 5 + 23 s 3
21 26 Drapeau de la Belgique Johnny Claes Talbot-Lago 2 min 18 s 6 + 25 s 4
22 28 Drapeau de la Belgique Jacques Swaters Talbot-Lago 2 min 18 s 8 + 25 s 6

Grille de départ du Grand Prix[modifier | modifier le code]

Grille de départ du Grand Prix et résultats des qualifications[8]
1re ligne Pos. 1 Pos. 2 Pos. 3 Pos. 4
Drapeau de l’Argentine
Fangio
Alfa Romeo
1 min 53 s 2
Drapeau de l'Italie
Farina
Alfa Romeo
1 min 53 s 9
Drapeau de l'Italie
Ascari
Ferrari
1 min 55 s 1
Drapeau de l’Argentine
González
Ferrari
1 min 55 s 9
2e ligne Pos. 5 Pos. 6 Pos. 7 Pos. 8
Drapeau de l'Italie
Villoresi
Ferrari
1 min 57 s 9
Drapeau de l'Italie
Taruffi
Ferrari
1 min 58 s 2
Drapeau de l'Italie
Bonetto
Alfa Romeo
1 min 58 s 3
Emplacement
vide
3e ligne Pos. 9 Pos. 10 Pos. 11 Pos. 12
Drapeau de la Suisse
De Graffenried
Alfa Romeo
2 min 05 s 2
Emplacement
vide
Drapeau de la France
Simon
Simca-Gordini
2 min 08 s 0
Drapeau de la France
Behra*
Simca-Gordini
2 min 08 s 9
4e ligne Pos. 13 Pos. 14 Pos. 15 Pos. 16
Drapeau de la France
Manzon
Simca-Gordini
2 min 09 s 0
Drapeau de la France
Cabantous
Talbot-Lago
2 min 09 s 3
Drapeau de la France
Rosier
Talbot-Lago
2 min 10 s 8
Drapeau du Brésil
Landi
Ferrari
2 min 11 s 2
5e ligne Pos. 17 Pos. 18 Pos. 19 Pos. 20
Drapeau de Monaco
Chiron
Talbot-Lago
2 min 12 s 1
Drapeau de l'Italie
Rol
O.S.C.A.
2 min 13 s 4
Drapeau du Royaume-Uni
P. Whitehead
Ferrari
2 min 16 s 2
Drapeau de la France
Levegh
Talbot-Lago
2 min 16 s 5
6e ligne Pos. 21 Pos. 22
Drapeau de la Belgique
Claes
Talbot-Lago
2 min 18 s 6
Drapeau de la Belgique
Swaters
Talbot-Lago
2 min 18 s 8
  • Sur la Simca-Gordini n°50, qualifiée douzième, Jean Behra prend le départ en lieu et place de Maurice Trintignant, malade. Ce changement n'ayant pas été notifié aux organisateurs, c'est officiellement Trintignant qui est au départ[7].
  • Forfait des BRM de Reg Parnell et Ken Richardson, respectivement qualifiés huitième et dixième; leurs emplacements en deuxième et troisième ligne sont restés vacants.

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Sur les vingt-deux voitures qualifiées, seules vingt sont alignées sur la grille, l'équipe BRM ayant déclaré forfait en fin de matinée suite à des problèmes de boîte de vitesses. Maurice Trintignant n'étant pas rétabli au moment du départ, Jean Behra le remplace au volant de la Simca-Gordini numéro 50. Tout comme lors des qualifications, Amédée Gordini s'est gardé de notifier ce remplacement aux organisateurs afin de pouvoir toucher l'intégralité de la prime de départ, Behra ne faisant pas partie de la liste des pilotes inscrits[9]. Seules les Talbot pourront effectuer la distance sans ravitailler en carburant. Les voraces Alfa Romeo vont devoir s'arrêter deux fois pour embarquer leurs trois cents litres de méthanol. Chez Ferrari, deux arrêts sont également prévus, mais, avec des réservoirs d'environ deux cents litres, les ravitaillements seront bien plus rapides.

Le départ de la course est donné à 14 h 30[7]. Il fait chaud lorsque les vingt pilotes s'élancent. Les Alfa Romeo de Juan Manuel Fangio et Giuseppe Farina prennent l'avantage, et s'extraient de la Curva Grande devant les Ferrari de José Froilán González et Alberto Ascari. Ce dernier, après un départ hésitant, compte une centaine de mètres de retard, mais se ressaisit aussitôt et déborde rapidement son coéquipier, puis l'Alfetta de Farina à la fin du premier tour. Au troisième passage devant les stands, il est revenu au niveau de Fangio, qu'il double au début du quatrième tour. Rapidement victime d'ennuis de moteur (fuite d'huile[10]), Farina ne peut se mêler longtemps à la lutte en tête : il doit effectuer un premier arrêt au stand à la fin du cinquième tour, repart attardé pour seulement deux boucles avant de devoir se retirer. C'est déjà le second abandon pour Alfa Romeo, Emmanuel de Graffenried s'étant retiré dès son deuxième tour, compresseur bloqué[10] !

Pendant quelques boucles Ascari et Fangio roulent roues dans roues, le pilote argentin reprenant l'avantage au cours du huitième tour. Fangio parvient à se construire une petite avance, mais l'éclatement d'un pneu avant au cours du quatorzième tour l'oblige à rentrer au stand, permettant à Ascari de reprendre la tête devant ses coéquipiers González et Villoresi. L'arrêt de Fangio lui coûte quatre places, il repart cinquième derrière son coéquipier Felice Bonetto. Ce dernier s'empare bientôt de la troisième place, Villoresi ayant effectué un bref arrêt pour faire remplacer un pneu. Fangio regagne du terrain, il dépasse Villoresi lors du dix-huitième tour, Bonetto au suivant, se retrouvant troisième, à plus d'une minute toutefois d'Ascari et González qui contrôlent la course. Fangio ne s'avoue pas vaincu et parvient à réduire l'écart sur les deux leaders, mais doit effectuer son premier ravitaillement au vingt-septième tour. González et Bonetto effectuent le leur deux rondes plus tard, Farina en profite pour reprendre le volant de l'Alfa Romeo de son compatriote; il repart en quatrième position derrière Fangio. Cinq tours plus tard, c'est au tour d'Ascari de ravitailler, l'arrêt dure une trentaine de secondes et le leader de la course repart avec une marge confortable sur ses poursuivants. En troisième position, Fangio revient sur González, mais son moteur ne va pas résister à cette chasse, et un piston cassé l'oblige à renoncer juste avant la mi-course.

Ascari compte alors une minute et demie sur son coéquipier González, et sauf incident ne peut plus être rejoint. Sur l'unique Alfetta restant en lice, Farina est troisième à près d'une minute de la seconde Ferrari. Demandant le maximum à sa machine, il va remonter au rythme de trois secondes par tour sur le pilote argentin qui semble en difficulté. Au cinquante-cinquième passage il a réduit l'écart à seulement sept secondes, mais son deuxième arrêt ravitaillement annihile ses efforts, à cause d'un changement de roue problématique. González quant à lui effectue son deuxième arrêt en une trentaine de secondes, ayant à nouveau une minute d'avance sur Farina. En tête, Ascari est hors de portée, mais Farina entend bien profiter de la baisse de régime de González (ennuis de moteur) pour lui ravir la seconde place. Il s'en rapproche à nouveau, battant le record du tour à plus de 195 km/h de moyenne, mais alors qu'il est revenu à moins de trente secondes une fuite d'essence (réservoir crevé) l'oblige à un troisième arrêt au stand. González préserve ainsi sa deuxième position, la course s'achève sur un doublé Ferrari, avec une nouvelle victoire d'Ascari qui revient à seulement deux points de Fangio au classement du championnat du monde. Farina pour sa part a finalement conservé sa troisième place, sur la voiture de Bonetto, devant les deux autres Ferrari de Villoresi et Taruffi, qui terminent assez loin, ayant été retardées par des crevaisons en début d'épreuve.

Classements intermédiaires[modifier | modifier le code]

Classements intermédiaires des monoplaces aux premier, cinquième, dixième, vingtième, trentième, quarantième et soixante-cinquième tours[11].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Photo d'une Ferrari 375 F1.
Nouvelle victoire pour la Ferrari 375 F1, la troisième consécutive en championnat.
Pos. no  Pilote Voiture Tours Temps/Abandon Grille Points Note
1 2 Drapeau de l'Italie Alberto Ascari Ferrari 80 2 h 42 min 39 s 3 3 8
2 6 Drapeau de l’Argentine José Froilán González Ferrari 80 2 h 43 min 23 s 9 (+ 44 s 6) 4 6
3 40 Drapeau de l'Italie Felice Bonetto
Drapeau de l'Italie Nino Farina
Alfa Romeo 79 2 h 42 min 53 s 5 (+ 1 tour) 7 2
3
Farina relaie Bonetto à la fin du vingt-neuvième tour
4 4 Drapeau de l'Italie Luigi Villoresi Ferrari 79 2 h 44 min 21 s 6 (+ 1 tour) 5 3
5 8 Drapeau de l'Italie Piero Taruffi Ferrari 78 2 h 43 min 17 s 9 (+ 2 tours) 6 2
6 48 Drapeau : France André Simon Simca-Gordini 74 2 h 43 min 39 s 2 (+ 6 tours) 11  
7 18 Drapeau de la France Louis Rosier Talbot-Lago 73 2 h 42 min 44 s 5 (+ 7 tours) 15  
8 24 Drapeau de la France Yves Giraud-Cabantous Talbot-Lago 72 2 h 43 min 53 s 3 (+ 8 tours) 14  
9 44 Drapeau de l'Italie Franco Rol O.S.C.A. 67 2 h 42 min 46 s 0 (+ 13 tours) 18  
Abd. 38 Drapeau de l’Argentine Juan Manuel Fangio Alfa Romeo 39 Moteur 1  
Abd. 50 Drapeau de la France Jean Behra Simca-Gordini 29 Moteur 12   voiture officiellement pilotée par Maurice Trintignant
Abd. 46 Drapeau de la France Robert Manzon Simca-Gordini 29 Moteur 13  
Abd. 20 Drapeau de Monaco Louis Chiron Talbot-Lago 23 Allumage 17  
Abd. 22 Drapeau de la France Pierre Levegh Talbot-Lago 9 Moteur 20  
Abd. 28 Drapeau de la Belgique Jacques Swaters Talbot-Lago 7 Surchauffe moteur 22  
Abd. 34 Drapeau de l'Italie Nino Farina Alfa Romeo 6 Moteur 2  
Abd. 26 Drapeau de la Belgique Johnny Claes Talbot-Lago 4 Pompe à huile 21  
Abd. 36 Drapeau de la Suisse Toulo de Graffenried Alfa Romeo 1 Compresseur 9  
Abd. 16 Drapeau du Royaume-Uni Peter Whitehead Ferrari 1 Magnéto 19  
Abd. 12 Drapeau du Brésil Chico Landi Ferrari 0 Transmission 16  
Np. 30 Drapeau du Royaume-Uni Reg Parnell BRM 0 Non partant 8   forfait de BRM (problème de boîte de vitesses[8])
Np. 32 Drapeau du Royaume-Uni Ken Richardson
Drapeau de l'Allemagne Hans Stuck
BRM 0 Non partant
Non partant
10   non autorisé à partir - remplacé par Hans Stuck[8]
forfait de BRM (boîte de vitesses cassée[8])

Légende :

  • Abd.= Abandon

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Classement général à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

Classement des pilotes
Pos. Pilote Écurie Points Drapeau de la Suisse
SUI
Drapeau des États-Unis
500
Drapeau de la Belgique
BEL
Drapeau de la France
FRA
Drapeau du Royaume-Uni
GBR
Drapeau de l'Allemagne
ALL
Drapeau de l'Italie
ITA
Drapeau de l'Espagne
ESP
1 Drapeau de l’Argentine Juan Manuel Fangio Alfa Romeo 27 (28) 9* - (1*) 5* 6 7* -
2 Drapeau de l'Italie Alberto Ascari Ferrari 25 - - 6 3 - 8 8
3 Drapeau de l’Argentine José Froilán González Ferrari 21 - - - 3 8 4 6
4 Drapeau de l'Italie Giuseppe Farina Alfa Romeo 17 (18) 4 - 8 2 (1*) - 3*
5 Drapeau de l'Italie Luigi Villoresi Ferrari 15 (18) - - 4 4 4 3 (3)
6 Drapeau de l'Italie Piero Taruffi Ferrari 10 6 - - - - 2 2
7 Drapeau des États-Unis Lee Wallard Kurtis Kraft 9 - 9* - - - - -
8 Drapeau des États-Unis Mike Nazaruk Kurtis Kraft 6 - 6 - - - - -
9 Drapeau de l'Italie Felice Bonetto Alfa Romeo 5 - - - - 3 - 2
Drapeau du Royaume-Uni Reg Parnell Ferrari & BRM 5 - - - 3 2 - -
11 Drapeau de l'Italie Luigi Fagioli Alfa Romeo 4 - - - 4 - - -
12 Drapeau de l'Italie Consalvo Sanesi Alfa Romeo 3 3 - - - - - -
Drapeau des États-Unis Andy Linden Sherman 3 - 3 - - - - -
Drapeau de la France Louis Rosier Talbot-Lago 3 - - 3 - - - -
15 Drapeau des États-Unis Jack McGrath Kurtis Kraft 2 - 2 - - - - -
Drapeau des États-Unis Manny Ayulo Kurtis Kraft 2 - 2 - - - - -
Drapeau de la Suisse Emmanuel de Graffenried Alfa Romeo 2 2 - - - - - -
Drapeau des États-Unis Bobby Ball Schroeder 2 - 2 - - - - -
Drapeau de la France Yves Giraud-Cabantous Talbot-Lago 2 - - 2 - - - -
  • attribution des points : 8, 6, 4, 3, 2 respectivement aux cinq premiers de chaque épreuve et 1 point supplémentaire pour le pilote ayant accompli le meilleur tour en course (signalé par un astérisque)
  • Seuls les quatre meilleurs résultats sont comptabilisés. Juan Manuel Fangio doit donc décompter le point acquis en Belgique, totalisant vingt-sept points effectifs pour vingt-huit points marqués; de même, Giuseppe Farina doit décompter le point acquis en Grande Bretagne et Luigi Villoresi n'augmente pas son score à l'issue de l'épreuve italienne.
  • Le règlement permet aux pilotes de se relayer sur une même voiture, les points éventuellement acquis étant alors partagés. Jack McGrath et Manny Ayulo marquent chacun deux points pour leur troisième place à Indianapolis, Luigi Fagioli et Juan Manuel Fangio marquent chacun quatre points pour leur victoire en France, José Froilán González et Alberto Ascari marquent chacun trois points pour leur seconde place en France, Felice Bonetto et Giuseppe Farina marquent chacun deux points pour leur troisième place en Italie.
  • Le titre mondial va se jouer entre Fangio et Ascari lors de la dernière épreuve à Barcelone, González gardant toutefois une petite chance de l'emporter à condition qu'il gagne, s'attribue le record du tour et qu'aucun des deux favoris ne termine second !

À noter[modifier | modifier le code]

  • 2e victoire pour Alberto Ascari.
  • 3e victoire pour Ferrari en tant que constructeur.
  • 3e victoire pour Ferrari en tant que motoriste.
  • Voiture copilotée : no 40 ; Felice Bonetto (29 tours) puis Giuseppe Farina (50 tours). Ils se partagent les quatre points de la troisième place. Farina reçoit 1 point supplémentaire suite au tour de plus rapide. Farina cassa le moteur de sa monoplace au sixième tour et reprit la voiture de Bonetto à la fin du vingt-neuvième tour.
  • 1er Grand Prix de championnat du monde pour Jean Behra, mais cette participation n'est pas officiellement reconnue, Behra ayant piloté incognito la Simca-Gordini attribuée à Maurice Trintignant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Alan Henry, Ferrari - Les monoplaces de Grand Prix, Editions ACLA,‎ 1984, 319 p. (ISBN 2-86519-043-9)
  2. (en) Bruce Jones, The complete Encyclopedia of Formula One, Colour Library Direct,‎ 1998, 647 p. (ISBN 1-84100-064-7)
  3. Christian Moity et Gérard Flocon, « BRM, une tumultueuse histoire », Revue L'Automobile, no 382,‎ avril 1978
  4. (en) Mike Lawrence, Grand Prix Cars 1945-65, Motor racing Publications,‎ 1998, 264 p. (ISBN 1-899870-39-3)
  5. (en) David Hayhoe et David Holland, Grand Prix data book, Duke Marketing Ltd,‎ 1996, 567 p. (ISBN 0 9529325 0 4)
  6. Denis Bernard, « Toulo de Graffenried », Automobile historique, no 26,‎ mai 2003, p. 41
  7. a, b, c et d Christian Huet, Gordini Un sorcier une équipe, Editions Christian Huet,‎ 1984, 485 p. (ISBN 2-9500432-0-8)
  8. a, b, c, d et e (en) Mike Lang, Grand Prix volume 1, Haynes Publishing Group,‎ 1981, 288 p. (ISBN 0-85429-276-4)
  9. Gérard Crombac, 50 ans de formule 1 - Les années Fangio, Editions E-T-A-I,‎ 1999, 224 p. (ISBN 2-7268-8336-2)
  10. a et b Pierre Abeillon, « Les Talbot en course », Revue Auto passion, no 32,‎ février 1990
  11. Edmond Cohin, L'historique de la course automobile, Editions Larivière,‎ 1982, 882 p.