Grand Prix automobile d'Espagne 1980

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

40° 37′ 01.6″ N 3° 35′ 08.1″ O / 40.617111, -3.585583 ()

Grand Prix d'Espagne 1980

Tracé de la course

Drapeau Circuit permanent du Jarama

Données de la course
Nombre de tours 80
Longueur du circuit 3,404 km
Distance de course 272,320 km
Résultats
Vainqueur Alan Jones,
Williams-Ford Cosworth,
h 43 min 14 s 076
(vitesse moyenne : 158,273 km/h)
Pole position Jacques Laffite,
Ligier-Ford Cosworth,
min 12 s 647
(vitesse moyenne : 168,684 km/h)
Record du tour en course Alan Jones,
Williams-Ford Cosworth,
min 15 s 467
(vitesse moyenne : 162,381 km/h)

Le Grand Prix d'Espagne 1980, couru sur le circuit du Jarama le 1er juin 1980, est une épreuve de Formule 1, initialement inscrite au calendrier du championnat du monde de Formule 1 1980, avant d'en être retirée. Victime de la guerre FISA-FOCA, l'épreuve a en effet perdu son statut « officiel » en cours de week-end et n'a donc pas donné lieu à une attribution de points.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Grand Prix d'Espagne 1980 s'est tenu dans un contexte de relations de plus en plus tendues entre la FISA (la fédération internationale du sport automobile, organisatrice du championnat du monde) et la FOCA (une association réunissant la plupart des écuries). Fondée au milieu des années 1970, la FOCA est un groupe de pression très influent, qui tente de prendre le contrôle économique de la F1, mais également d'imposer ses vues dans le domaine sportif (son principal cheval de bataille étant la lutte contre les moteurs turbo). À partir de 1979, la montée en puissance de la FOCA est contrariée par l'arrivée à la tête de la FISA de l'intransigeant Jean-Marie Balestre. Ce dernier tente d'interdire la FOCA et fait voter début 1980 en vue de la saison 1981 une modification du règlement qui va dans le sens opposé des intérêts des équipes FOCA (bannissement des jupes mobiles génératrice d'effet de sol).

Prise à la gorge par les mesures drastiques de la FISA, la FOCA tente de réagir en menant une sorte de guérilla contre Jean-Marie Balestre afin de le discréditer. Premier point visé : les briefings organisés avant chaque épreuve par la direction de course, et auxquels les pilotes ont désormais l'obligation d'assister mais que les écuries FOCA demandent à leurs pilotes de boycotter. Balestre distribue des amendes aux pilotes absents, mais ceux-ci refusent de payer et récidivent lors de l'épreuve suivante. La FISA monte le ton d'un cran, et menace de suspendre les contrevenants. C'est lors du Grand Prix d'Espagne que la situation arrive à sa limite : les trois constructeurs « légalistes » (Renault, Ferrari et Alfa Roméo) refusent de prendre le départ si la quinzaine de pilotes absents aux briefings ne sont pas réellement suspendus. Aucun compromis n'étant trouvé, elles quittent le circuit, immédiatement suivies par les officiels de la FISA. La course a lieu, uniquement avec les écuries FOCA (la victoire reviendra au pilote australien Alan Jones, sur Williams), mais est aussitôt déclarée illégale par la FISA, et retirée du championnat du monde.

Dans les semaines qui suivent, tout le monde accepte de mettre de l'eau dans son vin, et l'affaire des briefings boycottés et des amendes non réglées est oubliée. Le championnat 1980 peut donc se poursuivre sans nouvelle perturbation.

Classement[modifier | modifier le code]

Pos Pilote Écurie Tours Temps/Abandon
1 Drapeau de l'Australie Alan Jones Williams-Ford 80 1 h 43 min 14 s 076
2 Drapeau de l'Allemagne Jochen Mass Arrows-Ford 80 + 50 s 940
3 Drapeau de l'Italie Elio De Angelis Lotus-Ford 80 + 1 min 12 s 271
4 Drapeau de la France Jean-Pierre Jarier Tyrrell-Ford 79 + 1 tour
5 Drapeau du Brésil Emerson Fittipaldi Fittipaldi-Ford 79 + 1 tour
6 Drapeau de la France Patrick Gaillard Ensign-Ford 75 + 5 tours
Abd. Drapeau des États-Unis Eddie Cheever Osella-Ford 67 Boîte de vitesses
Abd. Drapeau de la France Didier Pironi Ligier-Ford 65 Perte d'une roue
Abd. Drapeau du Royaume-Uni John Watson McLaren-Ford 49 Accident
Abd. Drapeau du Brésil Nelson Piquet Brabham-Ford 42 Boîte de vitesses
Abd. Drapeau du Royaume-Uni Geoff Lees Theodore-Ford 42 Suspension
Abd. Drapeau de l’Argentine Carlos Reutemann Williams-Ford 36 Collision
Abd. Drapeau de la France Jacques Laffitte Ligier-Ford 36 Collision
Abd. Drapeau de l’Argentine Ricardo Zunino Brabham-Ford 34 Boîte de vitesses
Abd. Drapeau de l'Espagne Emilio de Villota Williams-Ford 34 Accident
Abd. Drapeau de l'Italie Riccardo Patrese Arrows-Ford 30 Boîte de vitesses
Abd. Drapeau des États-Unis Mario Andretti Lotus-Ford 29 Moteur
Abd. Drapeau des Pays-Bas Jan Lammers ATS-Ford 26 Panne électrique
Abd. Drapeau de l'Irlande Derek Daly Tyrrell-Ford 13 Accident
Abd. Drapeau de la Finlande Keke Rosberg Fittipaldi-Ford 11 Accident
Abd. Drapeau de la France Alain Prost McLaren-Ford 5 Moteur
Abd. Drapeau de l'Irlande David Kennedy Theodore-Ford 2 Accident

Légende :

  • Abd.=Abandon

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

  • Pole position : Jacques Laffite en 1 min 12 s 647 (vitesse moyenne : 168,684 km/h).
  • Tour le plus rapide : Alan Jones en 1 min 15 s 467 au 27e tour (vitesse moyenne : 162,381 km/h).

Tours en tête[modifier | modifier le code]