Grand-Camp (Seine-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grand-Camp.
Grand-Camp
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Arrondissement du Havre
Canton Canton de Lillebonne
Intercommunalité Caux-Vallée de Seine
Maire
Mandat
Daniel Delaune
2014-2020
Code postal 76170
Code commune 76318
Démographie
Gentilé Grand-Campoises et Grand-Campois
Population
municipale
666 hab. (2011)
Densité 136 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 33′ 33″ N 0° 35′ 40″ E / 49.5591666667, 0.59444444444449° 33′ 33″ Nord 0° 35′ 40″ Est / 49.5591666667, 0.594444444444  
Altitude Min. 100 m – Max. 154 m
Superficie 4,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Grand-Camp

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Grand-Camp

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grand-Camp

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grand-Camp

Grand-Camp est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Daniel Delaune DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 666 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
244 242 270 305 487 467 478 505 455
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
454 414 393 371 382 405 388 411 386
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
362 334 283 235 229 228 251 254 246
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
230 187 253 431 579 651 699 705 675
2011 - - - - - - - -
666 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (11 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (20,7 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,7 %, 15 à 29 ans = 16 %, 30 à 44 ans = 22 %, 45 à 59 ans = 28,9 %, plus de 60 ans = 11,4 %) ;
  • 50,8 % de femmes (0 à 14 ans = 21,9 %, 15 à 29 ans = 16 %, 30 à 44 ans = 24,2 %, 45 à 59 ans = 27,4 %, plus de 60 ans = 10,5 %).
Pyramide des âges à Grand-Camp en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
3,6 
75 à 89 ans
2,0 
7,8 
60 à 74 ans
8,5 
28,9 
45 à 59 ans
27,4 
22,0 
30 à 44 ans
24,2 
16,0 
15 à 29 ans
16,0 
21,7 
0 à 14 ans
21,9 
Pyramide des âges du département de la Seine-Maritime en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,1 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,0 
60 à 74 ans
13,2 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,5 
30 à 44 ans
19,5 
20,9 
15 à 29 ans
19,2 
19,9 
0 à 14 ans
17,8 


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église paroissiale Saint-Sylvestre[modifier | modifier le code]

historique : En 1131, Innocent II confirme le patronage de la chapelle Saint-Sylvestre à l'abbaye Saint-Georges de Boscherville (Saint-Martin-de-Boscherville, Seine-Maritime). En 1260, la chapelle devient église paroissiale sous le patronage du seigneur du lieu. Le chœur a été construit à la fin du XIIIe siècle. La nef a été reconstruite en 1723 pour Louis François Nupied de Francheville, comme l'indique la litre funéraire. Le pignon est reconstruit en 1750. Le menuisier André Landormy exécute en 1756 le lambris de couvrement de la nef. Il exécute l'arcade ouest en 1774. La couverture du clocher est refaite en ardoise en 1790. En 1850, l'église et son cimetière sont aliénés, elle devient la chapelle du château. Elle est remise en état en 1856. Les verrières sont refaites en 1910.

description : La construction est en silex blond enduit avec chaînes calcaire ; les contreforts sont en brique ; le pignon est de la nef est en pan de bois ; le clocher est en charpente essenté d'ardoises.

Église paroissiale Saint-Michel[modifier | modifier le code]

historique : Le patronage d'une première église a été confirmé en 1200 à l'abbaye de Graville (Le Havre, Seine-Maritime). L'abbé Cochet signale en 1845 des vestiges de fondation d'un transept pouvant lui appartenir. La nef et le clocher ont été construits dans le premier quart du XVIIe siècle. Le chœur a été élevé en 1635 pour le curé du lieu Jean Desnois. La sacristie portait la date 1780. Des réparations aux maçonneries ont eu lieu dans le courant du XIXe siècle (1806, 1842, 1871). La sacristie a été très remaniée dans le style néo-Renaissance à la fin du XIXe siècle ou au début du XXe siècle. La flèche de calcaire, foudroyée en 1967, a été restaurée

description : Le soubassement de la tour porche est en pierre de taille calcaire ; les murs sont en silex blond avec chaînes et bandeaux calcaire ; la voûte d'ogives portée par des culots sculptés est dans la tour.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :