Granas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grana.

Les Granas (hébreu : גורנים Gorneyim, sing. Gorni « de Legorn », c’est-à-dire Livourne) sont les Juifs portugais établis dans la ville toscane de Livourne, suite à leur expulsion de la péninsule ibérique ainsi que leurs descendants. Un sociolecte spécifique était parlé par cette communauté, le bagitto.

Livourne[modifier | modifier le code]

En 1548, Côme Ier de Médicis invite les étrangers, y compris les conversos d'Espagne et du Portugal, à s'installer dans le port de Livourne, afin de redynamiser celui-ci après l'ensablement du port de Pise, tout proche. Mais dans les décennies qui suivent, le résultat n'est pas immédiat.

Pour accélérer les choses, le 10 juin 1593, Ferdinand Ier de Médicis garantit par un édit de tolérance (la "Livornina") la liberté de culte, le droit à la nationalité toscane, le droit à la propriété et l'acceptation implicite du droit des conversos à revenir au judaïsme. Ces décrets furent efficaces : de nombreux Juifs originaires d'Espagne qui s'étaient installés en Afrique du Nord et dans l'Empire ottoman viennent s'établir à Livourne.

En 1667, le gouverneur espagnol d'Oran (actuelle Algérie) décrète l'expulsion de tous les Juifs et des conversos. Ceux-ci rejoignent alors d'autres Juifs d'Oran, qui s'étaient établis à Livourne depuis l'occupation espagnole d'Oran en 1509. Ces conversos reviennent au judaïsme.

Le nombre de Juifs granas dans le port de Livourne est multiplié par trente en un siècle, passant de 114 en 1601 à environ 3 000 en 1689, mais c'est surtout dans les années 1660 que Livourne centralise les réfugiés, persécutés par les autorités espagnoles à Oran, alors que la plupart parlent espagnol et n'ont jamais connu d'autres pays.

Tobago, au large du Venezuela, avait été colonisée par des Juifs hollandais d'Amsterdam dès 1622, dans le sillage de l'ancienne présence hollandaise autour des salines de Punta d'Araya, puis par des Juifs granas de Livourne en 1660, emmenés par Paulo Jacomo Pinto, qui souhaitait les rassembler sur la Côte Sauvage (Amérique du Sud).

En 1675, Livourne devient un port franc et son importance s'accroît, avec des liens avec les autres communautés juives marchandes, à Amsterdam, à Bilbao et à Curaçao, où une ville du nom de "Leghorn" est créée. C'est d'elle que partent les fondateurs de Tucacas en 1693 sur la côte du Venezuela, avec probablement Benjamin da Costa d'Andrade, personnage central de l'histoire de la culture du cacao, expulsé de la Martinique en 1685, et qui repart à Londres en 1696.

Au début du siècle suivant, Tucacas est reprise par les espagnols en 1717, mais les rares cargaisons de cacao partant de Curaçao et n'allant pas à Amsterdam se rendent directement à Bilbao et Livourne[1]. Les chocolatiers italiens et basques sont les plus réputés d'Europe, forts de leur liens avec le Venezuela, qui assure jusqu'en 1810 l'histoire de la culture du cacao, à lui seul la moitié de la production mondiale.

Diaspora[modifier | modifier le code]

Afrique du Nord[modifier | modifier le code]

La première attestation de Livournais (c'est-à-dire Juifs séfarades installés à Livourne) en Afrique du nord date du xv siècle , on differenci alors ces anciens Livournais des nouveaux Livournais qui arrivent en 1685 et forment une première communauté de Gorneyim organisé à Tunis, où ils se distinguent fortement des Juifs indigènes en raison de leur européanisation: ils parlent l'italien et ne se marient qu'entre eux, s'habillent à l'européenne, portent des perruques et se poudrent, possèdent leurs propres rites, synagogues, officiants, rabbins et cimetières et se considèrent comme le fleuron de la bourgeoisie venue d'Europe. Ils n'ont pas ou peu de relations avec les juifs autochtones qui eux parlent le judéo-arabe et s'habillent à l'orientale. Les Granas finiront par s'arabiser par la langue , sous l'inluence des anciens Livournais mais leur forte présence provoque la création d'un schisme qui divise les juifs de Tunis pendant presque 2 siècles. Un accord, ratifié en 1741, concrétise la séparation des 2 communautés[2]. .

A Alger, les Gorneyim deviennent, au XVIIIe siècle, les banquier des deys, les intermédiaires entre ceux-ci et les puissances européennes, certains deviennent même conseillers, voire ministres[3]. Présents dès le seizième siècle et concentrés dans les grandes villes et ayant une situation économique aisée[4]. Beaucoup sont polyglottes, et maintiennent des relations privilégiées avec l'Europe. En Algérie, les institutions religieuses ne furent jamais divisées comme ce fut le cas en Tunisie entre Granas et Tochavim[5].

Amérique[modifier | modifier le code]

Après avoir dû céder au Portugal le Brésil néerlandais en 1654, les Provinces-Unies projettent de réinstaller les Juifs obligés de fuir ces territoires dans deux colonies néerlandaises, l'île de Cayenne (actuelle Guyane française) et Nieuw Middelburg, dans le territoire d'Essequibo (actuelle Guyana), où avait été fondée dès 1616 la colonie d'Essequibo. Afin d'accroître la population et de dynamiser ces colonies, ils y invitent les Gorneyim via leur représentant à Amsterdam, Paulo Jacomo Pinto. Le 12 septembre 1659, un des réfugiés juifs du Brésil conclut un accord avec la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales pour la création d'un village juif, Remire ou Irmire, sur la côte ouest de l'île, où s'installent également des Gorneyim.

En 1664, à l'arrivée des Français à Cayenne, les Néerlandais se rendent sans combattre mais obtiennent la garantie du libre exercice de leur religion pour les Juifs. Néanmoins, les deux tiers des Juifs de Remire, soit environ 300 personnes, partent s'établir au Suriname, alors britannique. Ils y ont bénéficié sous la colonisation britannique, puis néerlandaise, d'une certaine autonomie dans une localité appelée Jodensavanne qu'ils avaient mise sur pied en 1652 sur la Savannah près de la crique de Cassipora[6],[7].

Personnalités de la diaspora juive au siècle d'or[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Documents[modifier | modifier le code]