Grammaire japonaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Grammaire japonaise (日本語文法) en Japonais.

La grammaire japonaise est de type agglutinant, avec un alignement nominatif-accusatif, et dont l'ordre des constituants est dépendant-tête et SOV (Sujet-objet-verbe). Le marquage des relations entre constituants se fait sur les dépendants, et les rôles syntaxiques des noms dans la phrase sont marqués par des particules s'attachant après eux. Il n'y a pas d'accord en genre, en nombre ou en personne.

Phrase[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

En japonais, le prédicat (constitué par un verbe, un adjectif ou la copule) est placé à la fin de la phrase et tous les autres termes avant. L'ordre des différents termes est en général le suivant :

  • Sujet : marqué par les particules wa (?) ou ga (?).
  • Autres compléments (objet indirect, lieu, etc.)
  • Objet : marqué par la particule o (?)

Par exemple :

  • Un enfant a mangé une pomme. (子どもりんご食べました, Kodomo wa ringo wo tabemashita.?)

Tous termes de la phrase peuvent être en principe thématisés. Un terme thématisé se place avant les autres :

  • ringo wa kodomo ga tabemashita : l[es/a] pomme(s), c'est un enfant qui les a mangées.

En revanche un terme focalisé, par exemple avec la particule mo (?), reste en général à sa place habituelle :

  • kanojo wa sakana mo kaimashita : elle a acheté du poisson aussi.

En outre, un terme de la phrase peut rester non exprimé si son référent a déjà été évoqué ou s'il est évident :

  • Comment-allez vous ? (おげんきですか。, o genki desu ka.?) (Dans un dialogue, il est clair que l'on parle de l'interlocuteur et le sujet est donc absent.)

Les particules qui suivent les principales parties de la phrase sont un outil précieux pour comprendre le sens. Cependant, s'ils sont assez facilement identifiables à l'écrit, il en va tout autrement à l'oral.

Contrairement au français, les mots d'une phrase japonaise ne sont pas séparés par des espaces. En revanche, le japonais utilise des virgules pour indiquer la respiration d'une phrase complexe. La virgule japonaise est orientée différemment de la virgule occidentale : Quant à l'équivalent du point, il s'agit d'un petit cercle :

Par exemple : « Ça, c'est super ! » ('それは、すごい。, sorewa, sugoi.?)

Le discours rapporté est signalé par des chevrons. 「」 Par exemple : « Il a dit : "c'est super" » (「すごい」と言った。, sugoi toitta.?)

Sujet[modifier | modifier le code]

En réalité, bien que la structure de la phrase japonaise commence par le sujet, celui-ci est rarement marqué comme tel et même souvent absent.

Premièrement, dans la majorité des cas, on ne trouvera pas la marque du sujet (ga), mais bien la marque (wa) qui, bien qu'elle s'applique souvent au sujet, représente en réalité ce sur quoi le locuteur souhaite attirer l'attention de celui qui l'écoute, c'est-à-dire, un point particulier de son message, supposé connu des deux. un peu comme si en français, au lieu d'un sujet, on commençait les phrases par à propos de…. Le point important, c'est que la marque (wa) peut s'appliquer à une autre partie de la phrase que le sujet, et dans ce cas, le sujet sera plutôt marqué par (ga). La particule (wa) ne s'applique par contre jamais aux pronoms interrogatif nani (quoi) ou dare (qui). La particule (wa) peut aussi servir à mettre en évidence un contraste : M. A mange, M. B ne boit pasA san wa tabemasu, B san wa nomimasen. Il est parfois difficile de distinguer si la particule wa est utilisée pour marquer un contraste. Quand on veut mettre l'accent sur un contraste et que ça n'apparait pas dans la structure de la phrase, on peut l'accentuer par l'inflexion vocale. par exemple, dans la phrase "biru wa nomimasu" ("je bois de la bière", mais en mettant l'accent sur le fait que c'est de la bière que je bois, on pourrait dire : "à propos de bière, c'est ça que je bois"), mais si on accentue le wa pour marquer le contraste, alors la phrase signifie plutôt "je bois de la bière (et rien d'autre)".

Ensuite, très souvent, un certain nombre d'éléments de la phrase japonaise sont souvent élidés quand ils peuvent être déduits du contexte. C'est par exemple très souvent le cas du je quand il est sujet je suis étranger (watashi wa gaijin desu) devient (gaijin desu).

Enfin, il peut-être perturbant de rencontrer les particules (ga) et (wa) dans certains contextes où elle signifient tout à fait autre chose : (ga) peut également servir de conjonction de coordination avec le sens "mais", et (wa) peut finir une phrase formulée par une femme, comme expression faiblement assertive ou d'un désir.

Accord[modifier | modifier le code]

Les verbes et les adjectifs ne s'accordent pas avec le sujet et sont invariables en genre, nombre et personne.

Pronoms personnels[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pronoms personnels japonais.

Les mots japonais que l’on considère comme étant des pronoms personnels se comportent exactement comme des noms. Ils ne sont souvent pas nécessaires à la phrase quand ils peuvent être déduits du contexte, et dans ce cas, leur présence n’a pour résultat que d’accentuer le rôle de la personne ainsi mise en scène, au même titre qu’un « moi » dans un énoncé du type « moi, je mange. » Par ailleurs, ils n’influencent en aucune manière la forme du verbe auxquels éventuellement ils se rapportent.

La multiplicité des mots ayant pour sens « moi », « toi », « il », « elle » etc. vient du fait qu’une personne grammaticale en japonais ne s’exprime que dans le cadre de la relation hiérarchique qu’elle entretient avec les autres personnes.

Ces mots n’étant rien de plus que des noms, il est courant, et recommandé lorsque la relation hiérarchique entre le locuteur et l’interlocuteur ne permet pas leur usage, d’utiliser à la place le nom (suivi de さん ou d’un dérivé) ou bien le statut de l’interlocuteur ou du référé, dans le cas d’une troisième personne.

Dans tous les cas, ces mots sont avant tout à considérer comme des marqueurs indiquant la hauteur relative des personnes en présence sur une échelle hiérarchique.

Verbe[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Verbe en japonais.

En japonais, il n'existe que deux temps : l'accompli (ou temps de l'antériorité) marqué par les formes « た » et dérivées des verbes, adjectifs et copules, et le non-accompli qui est la forme non marquée de ces monèmes.

Les valeurs « passé », « présent », « futur », etc. seront déterminées par le moment exprimé dans le syntagme central de l’énoncé.

Particularités[modifier | modifier le code]

Langage de politesse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Keigo.

Grammaticalement, la politesse (敬語, keigo?) est marquée en japonais par la forme du verbe et l'utilisation de la forme honorifique des mots. Cependant, la politesse japonaise ne s'arrête pas là et le choix du vocabulaire ou bien même le sujet abordé, sont des éléments autant sinon plus importants. En effet, on peut très bien être impoli en employant une forme grammaticalement polie. Il existe de nombreux niveaux de politesse en japonais, que l'on peut aussi appeler niveaux de hiérarchisation. La société japonaise est segmentée en groupes : les amis, les collègues, l'université, l'entreprise, la chorale, le club de sport, etc. Dans chaque groupe existe une hiérarchie stricte ou implicite basée sur des critères spécifiques à ce groupe.

La politesse par rapport à la personne à qui l'on s'adresse se fait en utilisant la forme formelle (en -masu) des verbes. La politesse (ou plutôt, la déférence) par rapport à la personne de qui on parle se fait en choisissant un verbe de déférence (ou de modestie si le verbe a comme sujet le locuteur ou son entourage). Ces deux concepts sont orthogonaux, ce qui donne, du moins en théorie, quatre combinaisons différentes possibles, selon les situations.

En résumé, il existe deux types de politesses :

  1. haut–bas (groupe) : relation patron–employé, relation professeur–élève, etc.
  2. intérieur–extérieur (groupe) : société–client, famille–non famille, etc.

Dans l'exemple d'un employé qui parle à son chef, il s'adressera à lui en s'abaissant (modestie) lorsqu'il parlera de lui-même et en portant son chef sur une estrade (respect). L'employé fera de même lorsqu'il s'adressera à un client.

Dans le cas d'un employé parlant de son chef à un client, c'est le deuxième type de politesse qu'il utilisera ; il l'abaissera (modestie).

Exemple:

  • L'employé s'adressant à son chef l'appellera par exemple « Tanaka buchou » (chef de département) ;
  • L'employé parlant de son chef à un client, il dira simplement « Tanaka ».

Non-dit[modifier | modifier le code]

Le non-dit est très courant en japonais. Il s'exprime par :

  • Les sous-entendus : des parties de la phrase (surtout le sujet) sont sous-entendues et déduites à partir du contexte. Ceci est la source de l'une des difficultés que rencontrent les étrangers qui apprennent le japonais. Par exemple, kaimasu ka, selon le contexte, peut se traduire achètes-tu ?, achetons-nous ?, etc.
  • Les phrases en suspens : les phrases non finies qui marquent que leurs auteurs expriment un fait relatif et non pas définitif. Le non-dit se déduit à partir du contexte. Les phrases en suspens invitent implicitement l'autre interlocuteur à reprendre la parole. Le mot ga (mais, vocabulaire poli) est très utilisé pour laisser une phrase en suspens. Par exemple, Osoi desu ga… (il est tard, mais…), heya wo yoyakushitai n'desu ga… (je voudrais réserver une chambre, mais…)

Donner et recevoir[modifier | modifier le code]

Le japonais possède plusieurs verbes pour exprimer l'acte de « donner » et de « recevoir », différents selon les participants et la direction du don, c'est-à-dire selon qui donne et qui reçoit. Ils n'ont pas de correspondants exacts dans les langues occidentales[1]. Les verbes sont les suivants :

  • 上げる (ageru) et sa forme en keigo 差し上げる (sashiageru) : « je donne », « tu lui donnes », « il lui donne »
  • くれる (kureru) et sa forme en keigo 下さる (kudasaru) : « tu/il me donne(s) », « il te donne »
  • もらう (morau) et sa forme en keigo いただく (itadaku) : « je/tu/il reçoi(s/t) »

Ces verbes peuvent soit s'utiliser de façon indépendante (verbes pleins) soit comme auxiliaires après un verbe à la forme en te. La notion de direction permet ainsi d'omettre le sujet et l'objet indirect :

  •  ご飯を作る? (gohan wo tsukuru ?) : selon le contexte, « je prépare à manger ? » ou « tu prépares à manger ? »
  •  ご飯を作ってくれる? (gohan wo tsukutte kureru ?) : « tu me prépares à manger ? » ou « il/elle te prépare à manger ? »
  •  ご飯を作ってあげる。 (gohan wo tsukutte ageru.) : « je te/lui prépare à manger. »
  •  ご飯を作ってもらう。 (gohan wo tsukutte morau.) : selon le contexte, « il/elle me prépare à manger » ou « je demande qu'on me prépare à manger. »

Adjectifs[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Adjectif en japonais.

Il existe deux groupes d'adjectifs :

  • Les adjectifs verbaux, qui finissent par un i (?)[2] et qui peuvent être modifiés de la même manière que les verbes (antériorité, négation etc.) ;
  • Les adjectifs nominaux, qui se comportent comme des noms et pour lesquels les modifications seront portées sur la copule.

Particules[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Particule en japonais.

Le japonais utilise des particules pour indiquer la fonction des mots (sujet, complément d'objet direct, etc).

Note :

  1. la particule de thématisation se prononce wa mais on utilise l'hiragana (ha) ;
  2. la particule de complément d'objet direct se prononce o mais on utilise l'hiragana (wo) ;
  3. la particule de direction se prononce é mais on utilise l'hiragana (he).

Comptage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Compter en japonais.

Compter des objets, des animaux ou des personnes en japonais est assez spécifique. En effet, il est nécessaire d'intercaler entre le nombre et l'objet du comptage un suffixe dépendant de la nature de cet objet. Parfois, la prononciation du nombre peut même en être affectée.

Exemples pour (2) :

Français Rōmaji Kana Kanji
Deux personnes futari (no hito) ふたり(のひと) 二人(の人)
Deux feuilles de papier nimai no kami まいのかみ の紙
Deux chats nihiki no neko ひきのねこ の猫

Différences majeures avec le français[modifier | modifier le code]

Quelques différences du japonais par rapport au français à connaître avant de se lancer dans l'étude du japonais :

  • Le sujet de la phrase est souvent omis ; un verbe peut constituer une phrase à lui seul ;
  • Le nom ne varie ni en genre ni en nombre (la pluralité peut être optionnellement marquée par un suffixe) ;
  • L'adjectif ne s'accorde ni en genre, ni en nombre ;
  • Certains adjectifs (finale en -i variable) se comportent comme des verbes : il peut avoir un sujet, varie selon le temps et peut former une phrase à lui seul ;
  • Le verbe se met à la fin de la phrase ;
  • Le verbe ne se conjugue pas selon la personne ("je", "tu", "il", etc.) ;
  • Il existe un système d'honorifiques beaucoup plus complexe que le simple vouvoiement du français

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En français
En anglais
En japonais

Méthodes de japonais[modifier | modifier le code]

  • 40 leçons pour parler japonais, Collection « Langue pour tous » POCKET
  • Le japonais sans peine, Assimil. En 2 volumes de leçons Assimil et un livre de kanji.
  • Les Kanjis dans la tête, de Yves Maniette
  • Minna no nihongo, en 2 volumes. Pour chaque volume il y a un livre en japonais uniquement avec des exercices, et un livre en français (ou allemand, portugais, etc.) expliquant la grammaire ((ISBN 978-4-88319-102-4 et 4883191036))
  • Japanese for busy people, en 3 volumes.
  • Cours pratique de Japonais, de Kunio Kuwae. Scolaire, complet, mais difficilement trouvable.
  • Pratique du Japonais, de Kunio Kuwae. (ISBN 978-2-915255-29-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Grammaire japonaise systématique, Volume 2, Reïko Shimamori, Éditions Maisonneuve, p. 230, (2001) ISBN 978-2-7200-1134-4
  2. Note : Quelques adjectifs finissant par i sont des adjectifs nominaux construits sur un mot sino-japonais, notamment kirei (綺麗?, « beau, propre ») et yūmei (有名?, « célèbre »).