Grammaire du peul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article décrit la grammaire de la langue peul, parlée par le peuple peul.

Structure grammaticale[modifier | modifier le code]

ALPHABET

L'orthographe fait appel à un alphabet de 32 lettres en latin complété[1].

Aa voyelle orale
' glottale occlusive sourde (remplace parfois le " Aa ")
Bb labiale occlusive sonore
' Bb ' labiale implosive
Cc palatale occlusive sourde [ tch ]
Dd dentale implosive
Ee voyelle orale, " è " ouvert
ee doublée
Ff labiale fricative
Gg vélaire occlusive sonore toujours dure
Hh glotale fricative
Ii voyelle
Jj palatale occlusive sonore
Kk vélaire occlusive sonore
Ll liquide latérale
Mm labiale nasale. Toujours prononcée
mb labiale occlusive sonore pré-nasalisée
Nn nasale alvéolaire
nd dentale occlusive sonore pré-nasalisée
ng vélaire occlusive sonore pré-nasalisée
nj palatale occlusive sonore pré-nasalisée
ny palatale nasalisée, mouillée
n vélaire nasale ( N)
Oo voyelle orale.Ouverte
oo doublée
Pp labiale occlusive sourde
Rr dentale fricative vibrante.Roulée
Ss sifflante fricative sourde
Tt dentale occlusive sonore
Uu voyelle. Prononcée " ou "
Ww labiale semi-voyelle, comme le W anglais
Yy palatale semi-voyelle
Y'y' palatale implosive ( Y)

[2]

Écriture[modifier | modifier le code]

Le fulfuldé, comme d'autres langues africaines, peut s'écrire à partir des caractères arabes (`ajami) ou à partir des caractères latins (avec un alphabet adapté). Le tableau ci-dessous donne quelques exemples de mots peuls tirés d'un seul dialecte. Les variations sont nombreuses, y compris dans la manière d'écrire les lettres. Par exemple. le mot nyaamde peut aussi s'écrire ñaamde.

Mot en français Mot en peul Prononciation standard
terre leydi [ lé-idi ]
ciel asamaa [ assa-mâ ]
eau ndiyam [ ndi-yame ]
hirondelle bilibiliiru [ bilibi-lî-rou ]
hibou durudukku [ douroudoukou ]
garçon gorko ( pl: worBe) [ gor-kô ] - ( [ wor-Bé ] )
femme debbo ( pl: rewBe) [ dé-bbô ] - ( [ re-ouBé ])
homme neddo ou gimdo ( pl: yimBe) [ né-dô ] - ( [ yim-Bé ] )
enfant biddo ( pl: bibbe ) [ bi-dô ] - ( [ bi-bé ] )
mère inna [ i-na ]
manger nyaamde [ niâ-mdé ]
étudier janngude [ djang-oudé ]
boire yarde [ iarr-dé ]
grand mawdo [ ma-oudo ]
jeu fijundaaru [ fi-joun-dâ-rou ]
nuit djemma [ djé-ma ]
jour nyalorma [ nia-lorma ]
lundi Altine [ al-tiné ]
vendredi Aldjuma [ al-djouma ]
samedi Aset ou asawe (en Guinée) [ a-ssèt ] ou [ assa-wè ]
dimanche Allat [ a-late ]
jeu de dames cokki [ ko-ki ]
le courage wakkilaarè ( wakkili ) [ wa-ki-lâ-rè ]
aimer yiidhougol [ yîd-ougol ]
bonjour jam nyalli [ djam nia-li ]
nom innde ( pl : inde) [ în-dè ]

[3]

Prononciation[modifier | modifier le code]

Les voyelles brèves

Les voyelles brèves ou voyelles de base, sont au nombre de 5 et s'écrivent comme en français: a, e, i, o, u.

Elles se prononcent comme en français, excepté le u qui se prononce "ou".

ɓ : (b implosif) se prononce comme un « b » précédé par un arrêt glottal en un seul son

c : se prononce « tch »

ɗ : (d implosif) se prononce comme un « d » précédé par un arrêt glottal en un seul son

j : se prononce « dj » ou « dy » comme dans "diamant"

h : est toujours un « h » aspiré

s : se prononce toujours « s » (et pas « z » entre deux voyelles par exemple)

mb : les consonnes s'articulent en un seul son tout comme « nd »

nj : se prononce « ndj »

ng : les deux consonnes s'articulent en un seul son

ny : les deux consonnes s'articulent en un seul son (c'est écrit comme « ñ » au Sénégal et comme « ɲ » au Mali et Burkina Faso)

u : se prononce comme « ou »

Exemple de phrase :

Janngde ina waɗɗii e kala neɗɗanke → L'enseignement est un devoir pour chaque personne.


Les voyelles longues

L'accentuation: Elle est marquée par le doublement des voyelles de base à l'écrit et par un allongement dans la prononciation à l'oral ;

-aa comme dans le français tâche ;

-ee comme dans tête;

-ii comme dans gîte ;

-oo comme dans hôte ;

-uu = ou long comme dans tour.

Une voyelle devant une terminaison en r, n'a pas besoin d'être redoublée.

  • Remarque

Ne pas marquer la longueur ou le redoublement vocalique est une faute grave puisque certains mots ne se distinguent que par cette opposition de longueur[4]

exp: amugol danser / aamugol se décourager...

Autres caractéristiques[modifier | modifier le code]

À l'étude, on note :

  • trois consonnes appelées "implosives " (l'air est inspiré) que sont le ' B, ' D et Y ' peuvent être difficiles a prononcer pour un non foulaphone[5].
  • Nombreuses permutations ( études diachroniques et régionalismes) du p en B et du p en f.
  • Permutation du y en j, et du j en y, appelé " yod " (noté j à la transcription internationale)[6]
  • La lettre p se prononce rarement.
  • La lettre sh se prononce rarement (tous les termes commençant par sh dans le lexique peul sont d'origine "étrangère", française ou arabe ou Haoussa)[7].
  • Le son ch du "shin" sémitique n'existe pas en pular. À noter qu'au Nigéria, les Peuls ont tendance à prononcer le c (tch) comme un sh.

  • Le système nominal...

Comme d'autres langues africaines, il s'agit d'une langue à classes nominales[8].

On compte 24 classes nominales en fulfulde dix-neuf au singulier, quatre au pluriel auxquelles s'ajoute la classe neutre: -dun Les suffixes de classe du singulier et du pluriel entrent dans un processus d'opposition binaire qui aboutit à la formation de couple de suffixes ou genre.

Genre: La notion de genre en fulfulde est différent du sens que l'on entend en français. Le genre dans les langues à classe est "asexuel".Mais il traduit une opposition singulier-pluriel.(ex.les classes kun, ngal, kal, ngel font leur pluriel en koy (pay-kun " petit enfant"; pay-koy "petits enfants")

Ainsi la forme la plus simple, le nom pular peut-il être schématisé comme suit:

Base radicale + suffixe nominal

ou

Base radicale + classificateur ou marqueur de classe nominale ( M.C )

Cet ordre de succession est rigoureux et strict, seul son respect garantit la grammaticalité de l'expression nominale en fulfulde.


LA PHRASE NOMINALE

La présentation en est SVO.

Schéma : GNS + V + GNO ou GNC

Le verbe[modifier | modifier le code]

La structure verbale est à la fois flexionnelle et agglutinante.On a ainsi des dérivatifs verbaux qui peuvent être suffixés à la racine verbale pour en modifier le sens.

-Base verbale + Zone de dérivation + Zone de flexion


  • Les voix...

Il existe en fulfulde trois voix :Active, moyenne et passive.


  • La phrase verbale
ex: Licel / on yahi / ka / luumo / jooni / kanko / e / ina / makko
Licel est partie au marché tout de suite avec sa mère.
  • La négation verbale
La négation verbale est marquée par divers signes en fulfulde: -aa ; wata ; hita ; alaa ou wanaa.


Exemple
Accompli Inaccompli
Nég.non prétérisée Nég. prétérisée Nég.non prétérisée Nég.prétérisée
Act.mi faamaali Oroji loot-aa-no Oroji rem-at-aa Oroji rem-at-aa-no
je n'ai pas compris Oroji n'avait pas lavé Oroji ne cultivera pas Oroji ne cultivait pas
Moy.mi daanaaki Kiro loot-a-noo-ki Kiro hunj-ot-aa-ko Kiro hunj-ot-a-noo-ko
je n'ai pas dormi Kiro ne s'était pas lavé Kiro ne récitera pas Kiro ne récitait pas
Pass.mi noddaaka Rey loot-a-noo-ka Rey hiwr-et-aa-ka Rey hiwr-et-a-noo-ke
je n'ai pas été appelé Rey n'avait pas été lavé Rey ne sera pas salué Rey n'était pas salué

[9]

Les pronoms[modifier | modifier le code]

Les pronoms sujets courts ou longs, se distinguent en tant qu'ils désignent des personnes, des animaux ou des objets (non personnels et impersonnels), mais aussi selon leur fonction, sujet ou objet.

Pronoms sujets
Singulier Pluriel
1- mi moi (sujet long mi do) 1- excl men nous ; 1- incl en nous
2-a tu 2-on vous
3-o il / elle 3-be ils / elles

[10]


Exemple conjugaison verbe arugol " venir " + pronoms sujets

Mi arii Je suis venu
A arii Tu es venu
O arii Il /elle est venu(e)
Men arii Nous (exclusif comme le "Nous autres" au Québec) sommes venus
En arii Nous ("Nous" inclusif ou "Nous normal" en français standard) sommes venus
On arii Vous êtes venus
Be arii Ils / Elles sont venu(e)s

[11]

Les pronoms interrogatifs[modifier | modifier le code]

Le pronom interrogatif est composé du préfixe hon-, marque de l'interrogation et du suffixe de classe.

ex:

Le temps... honde

-honnde tuma ou honnde sai, quand?

La quantité...jelu

-ko defte jelu okkadaa?, Combien de livres t'a-t-on offert?

Dialectes[modifier | modifier le code]

Le fulfuldé ou pular se subdivise en de nombreuses variétés, qui sont habituellement regroupées en cinq grands ensembles géographiques :

Locuteurs[modifier | modifier le code]

fulfuldé, la grande fracture Est, Ouest...

On peut évaluer en sociolinguistique, les locuteurs qui énoncent avec un sentiment de sécurité linguistique (s'ils considèrent leur façon de parler comme légitime) ou au contraire d'insécurité (s'ils la dévalorisent).

À savoir...

  • Nombre de Peuls pour des raisons diverses et variées ne parlent pas leur langue, au profit de langues européennes.
  • Nombre de Peuls pensent parler un fulfuldé "pur", sans avoir la possibilité d'un tel contrôle.

Avenir d'un corpus...

Le peul est encore actuellement une langue à l'étude, qui devrait réserver encore bien des surprises aux linguistes et aux historiens[12]. Le fulfulde jusqu'à présent langue véhiculaire et langue d'étude, va comme d'autres langues, trouver sa future extension et exploitation dans le domaine de la linguistique appliquée.

  • la didactique des langues : didactique de la langue maternelle ou des langues étrangères. Élaboration de grammaire scolaire, ou de méthodes d'enseignement (pour les ONG dans les domaines scolaire, périscolaire ou médical) - Langue de spécialité : rédaction et compréhension d'articles en pular (domaine artistique, Presse écrite et télévisuelle), etc.
  • la lexicographie : les usagers d'une langue aussi étendue et dont les locuteurs sont pour partie expatriés ou migrants (Europe continentale, États-Unis et depuis peu, Asie[13]) ont besoin de dictionnaires (pour contrôler une définition, une orthographe, pour apprendre la langue des "parents restés au pays"...). la lexicographie a pour fonction de réfléchir sur la confection de dictionnaires étymologiques.


La politique linguistique

L'étude du pular demande absolument la réalisation de dictionnaires et de lexiques unitaires[14].

Or, Nation sans État, les Peuls pâtissent de leur dispersion pour un développement standardisé de leur langue.

L'aménagement d'une version standardisée de cette langue est entamée à la suite de la conférence de Bamako (1966) dans le cadre du Projet manding et peul de l'Agence de coopération culturelle et technique (1983).

  • Manifestations :

Tabital Pulaaku international - initié par des Peuls du Mali et Bururé du Fouta-Djalon en 2002, manifestation culturelle ayant lieu chaque été, réunissant des acteurs Peuls de la société civile ; politiques, ingénieurs, scientifiques, médecins, artistes, écrivains etc. et du secteur économique (entrepreneurs) ou humanitaire (ONG), afin de discuter et d'œuvrer pour la communauté peule dispersée dans de nombreux pays en Afrique et à l'étranger.Conférences, débats, musiques traditionnelles, le Tabital Pulaaku réunis des Peuls de Guinée, du Mali, Mauritanie, Sénégal, Tchad, Burkina Faso, Sierra Leone, Cameroun, Asie, Europe, Amérique, etc.

Il existe un Tabital Pulaaku Belgique (Festival Peulh de Bruxelles) et un Tabital Pulaaku France (Paris) sous le patronage d'un Tabital Pulaaku Europe.

  • Recherche

GREFUL (Groupe D'Études Comparatives des Sociétés peules) Depuis vingt ans, le premier lundi de chaque mois, les membres (chercheurs, doctorants) appartenant à diverses institutions françaises (CNRS, EHESS, IRD, INALCO, Université Paris X... ) ou étrangères, se réunissent dans le cadre d'un séminaire consacré à la diaspora des Fulbe[15].

  • Revues:
  • Journaux:
  • Médias:

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Latin - " Norme préétablie " ; Les transcriptions en alphabet latin ( exclusive depuis 1966 ) beaucoup plus fréquentes qu'en ajami, indiquent les voyelles et restituent une image de la syllabe plus exacte, ce qui expliquent en partie le succès actuel de cet alphabet [...] L'arabe, ne retranscrivant pas ou mal les voyelles, il servait à l'origine à retranscrire avec plus d’efficacité les tons, (toutes les langues africaines étant des langues à " tons ", sauf le pular )ibid. " les langues africaines sont des langues à tons sauf le pular qui est une langue à genre et à classe mais pas à tons". Cet alphabet devrait donc logiquement continuer à être utilisé dans la plupart des ex-pays d'Afrique-Occidentale française " in Littératures d'Afrique noire,Des langues aux livres, Alain Ricard, ed. Karthala, 1995
  2. p.86 in Les Bergers du Soleil, L'Or des Peuls, ed. DésIris,1998
  3. Jam tan, initiation à la langue peul, Roger Labatut et Mohamadou Aliou, édité par BPI/INALCO, 1987, Paris
  4. P.23-107 Anne Leroy, Alpha Oumar Kona Balde, Parlons Poular, Peul du Fuuta Djalon, ed. L'Harmattan,2002
  5. p.86 Les Bergers du Soleil, J. M. Mathieu, ed. désiris, 1998
  6. (comme en grec et comme c'est souvent le cas dans les langues iraniennes). Le y et le x aussi, ayant tendance à devenir une chuintante. Règle phonétique particulière des langues iraniennes et de la branche orientale des langues indo-européennes (baltique, slave, albanais, arménien, indo-iranien ou indo-germanique ) définissant d'ailleurs la notion satem - Il existe en phonétique, deux yod : la forme "écrasée" ou "chuintante", ou "haute" : le [ ich ] allemand - in L'Indo-européen, ed. J'ai Lu, Paris - le yod peul est clairement un yod écrasé ou chuintant.
  7. lexique p.681 in Dictionnaire pluridialectal des racines verbales du peul, Christiane Seydou, ed.Karthala, 1998
  8. Parlons poular, Peul du Fouta Djalon, Anne Leroy Alpha Oumar Kona Balde, ed.L'Harmattan, 2002( et suite )
  9. p. 80
  10. p. 39 et p. 40 suite
  11. Pour l'étymologie et l'ambivalence du nom propre (et du verbe arugol) Hari peul, de l'arménien méridional et de son " cousin " germanique (H)ari / Harii, voir les écrits sur les " Iraniens ", les " ârya " et "Indo-germaniques" en général (G. Dumézil note p. 169 Heurs et malheurs du guerrier, ed.Flammarion, 1985, Paris - p. 508, 517, 523, 602 et 603 Les premières civilisations, des despotismes orientaux aux cités grecques,ed. Puf, 1987, Paris - p. 73 et 74 Langues indo-européennes sous la direction de Françoise Bader, ed.CNRS,1994, Paris - Pour la présence d'ari - ( et sako ) en arménien méridional, voir les études généralistes sur les langues iraniennes et en particulier les Études irano-aryennes offertes à Gilbert Lazard, ed. C.-H. de Fouchécour et Ph. Gignoux, Paris, 237-246, Arménien et iranien dans l’œuvre d'É. Benveniste. É.Benveniste aujourd'hui, Acte du Colloque international du CNRS (Tours, 28-30 septembre 1983) , II, 183-196 , De skr. anyà- à arya- : noms i.-e. de l'"autre", BSL 80, 57-90 in Langues indo-européennes, Françoise Bader, CNRS éditions, 1994
  12. Michel Malherbe, Les langages de l'humanité, ed. Rober Laffont, 1995
  13. " chocolate city" S. de Silva JayasuriyaAfrican Identity in Asia: Cultural Effects of Forced Migrations, Princeton,ed. Markus Wiener, Publisher,2008
  14. L'INALCO produit des dictionnaires du peul à l'intention des chercheurs, mais sans étymologie.
  15. Préface in Figures Peules de R. Botte, ed. Karthala, 1992