Grainville-Ymauville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grainville-Ymauville
château de Trébons à Grainville-Ymauville
château de Trébons à Grainville-Ymauville
Blason de Grainville-Ymauville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Arrondissement du Havre
Canton Canton de Goderville
Intercommunalité Communauté de communes de la Campagne de Caux
Maire
Mandat
Patrice Roujolle
2014-2020
Code postal 76110
Code commune 76317
Démographie
Population
municipale
403 hab. (2011)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 39′ 30″ N 0° 25′ 00″ E / 49.6583, 0.416749° 39′ 30″ Nord 0° 25′ 00″ Est / 49.6583, 0.4167  
Altitude Min. 93 m – Max. 135 m
Superficie 6,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Grainville-Ymauville

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Grainville-Ymauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grainville-Ymauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grainville-Ymauville

Grainville-Ymauville est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Roland Adeline DVD  
mars 2008 2014 Patrice Roujolle    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 403 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
309 250 292 364 431 450 412 434 408
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
450 464 435 495 519 458 453 456 386
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
402 393 402 350 370 351 350 336 339
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
287 255 232 317 334 392 397 401 411
2011 - - - - - - - -
403 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château Blanc, où vécut l'écrivain Guy de Maupassant de 1854 à 1859 et où naquit son frère Hervé.

Il fut aussi, de 1964 à 2009, la résidence du Prince Edouard de Lobkowicz et de son épouse, née Princesse Françoise de Bourbon de Parme, descendante des rois de France.

  • Le château de Trébons (monument historique), fief des Comtes des Mares de Trébons sans interruption pendant 400 ans (jusqu'en 1902), reconstruit en 1767 sur les plans de l'architecte Joseph Abel Couture, dernier intendant des Bâtiments Royaux de l'Ancien Régime. Cette grande demeure de style classique, entièrement construite en pierre blanche, est en cours de complète restauration, sous la direction de monsieur Pierre Bortolussi, architecte en chef des Monuments historiques, après un incendie survenu le 13 décembre 2008.

Ces deux châteaux ont largement inspiré Guy de Maupassant dans son premier roman Une vie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les comtes des Mares de Trébons, Lieutenants des Maréchaux de France sous Louis XIV, Louis XV, et Louis XVI, descendants de Laurent de Trébons, l'un des plus illustres Mousquetaires, compagnon d'armes de d'Artagnan et Vauban. Enseigne du 1er corps des Mousquetaires du Roi, maître de camp, puis colonel de cavalerie, Commandeur de l'Ordre militaire de Saint Louis et de l'Ordre de Saint Lazare, Laurent de Trébons fut aussi l'exécuteur testamentaire du Comte d'Artagnan[réf. nécessaire].
  • Guy de Maupassant et son frère Hervé ont vécu au Château blanc avec leur mère, Laure Le Poittevin.
  • Le général Fonteneau et son épouse, née Des Mares de Trébons, reposent au cimetière de Grainville Ymauville.
  • Son Altesse Sérénissime le Prince Édouard de Lobkowicz, décédé le vendredi saint 2 avril 2010, repose au cimetière de Grainville Ymauville avec ses deux fils.
  • Le général Jacques Allard, ancien Commandant des Forces Françaises stationnées en Allemagne de l'Ouest, est né au Château de Trébons.
  • Nicole Fontaine, ancienne Présidente du Parlement européen et ancienne Ministre française de l'Industrie, est née à Grainville-Ymauville[3],au Château de Trébons.[réf. nécessaire]
  • Serge Girard, coureur international d'ultra fonds et recordman de Paris-Tokyo, sans un jour de repos[4],[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Grainville-Ymauville

Les armes de la commune de Grainville-Ymauville se blasonnent ainsi :
d’azur au chevron d’argent accompagné en pointe d’une gerbe de blé de six épis d’or mis en éventail ; au chef aussi d’argent chargé de trois roses de gueules tigées et feuillées de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  3. (en) « Biographie de Madame Nicole Fontaine », sur le Site du Parlement Européen (consulté le 25 janvier 2013)
  4. François CHRÉTIEN, « L'homme qui court au-delà de la douleur », sur le site de Ouest-France,‎ 2010 (consulté le 25 janvier 2013)
  5. « Lettre d'information n°26 du 29 septembre 2009 », sur le site de la Communauté de communes de la Campagne de Caux,‎ 2009 (consulté le 25 janvier 2013)

Ouvrages[modifier | modifier le code]