Grégoire Biyogo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Biyogo.

Grégoire Biyogo, né à Oyem au Gabon, est un poéticien, égyptologue, philosophe, politologue, et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Grégoire Biyogo a été formé à l'université de Libreville puis à l'université Paris-IV, où il arrive en 1984 (Paris IV, Paris). Il obtient un DEA de Lettres en juin 1985, un DEA de philosophie en juin 1986 et un diplôme de Science Po en juin 1991[réf. nécessaire]. Il a eu cinq « maîtres à penser » : Tsira Ndong Ndoutoume (savant Ekang dans le cadre du Mvett), Cheikh Anta Diop (savant africain, fondateur des Antiquités et de l'historiographie africaines et théoricien de la parenté de l'ancien égyptien et des langues négro-africaines, en l'occurrence le wolof), Karl Popper (épistémologue, père du falsificationnisme), Richard Rorty (philosophe américain, père du néopragmatisme) et Jacques Derrida, père de la grammatologie et de la pensée de la différence[réf. nécessaire]. La lecture de ces penseurs l'a amené à élaborer cinq discours : la Mvettologie, l'épistémologie de l'égyptologie, la philosophie des sciences politiques et des relations internationales, la poématique sur fond derridiano-rortyen, et l'axiomatique quinaire en méthodologie[travail inédit ?]. Précurseur de deux Écoles de pensée : l'École de Libreville et L'École du Per Ankh[réf. nécessaire], fondé et dirigé deux établissements : D'une part, L'Institut Cheikh Anta Diop (ICAD) qu'il a implanté à l'université de Libreville en 1993[réf. nécessaire], où cet universitaire a introduit la pensée du savant et créé les enseignements de théorie, de poématique, d'épistémologie de la recherche et d'égyptologie. Et d'autre part, l'Université panafricaine "Le Per Ankh de la Renaissance" qu'il vient de créer[réf. nécessaire]. Il a enseigné Derrida, Rorty, la poétique, la méthodologie de la recherche aux universités de Libreville et plus tard à Paris[réf. nécessaire], où il a dirigé des thèses de 2004 à 2012. Et travaillé comme directeur de collections aux éditions L'Harmattan (2005-2011)[réf. nécessaire], avant de créer ses propres éditions en 2013, nommées "Imhotep"[réf. nécessaire]. Il est l'auteur de plusieurs articles, et a organisé plusieurs Salons du Livres[réf. nécessaire], colloques internationaux[réf. nécessaire]. En filmographie, il a été acteur et consultant du Film "Au Commencement était le Verbe"[réf. nécessaire]

Il a écrit à ce jour une quarantaine d'ouvrages, et une trentaine de préfaces[réf. nécessaire]. L'ensemble de son œuvre a reçu Le Prix International de la Pléiade[réf. nécessaire]. Directeur de thèses, il a écrit trois thèses (2 HDR)[réf. nécessaire]. Il vit actuellement en France avec son épouse Nadine Biyogo et ses quatre enfants.

Il est actuellement professeur de poétique à l'université Omar Bongo de Libreville [réf. nécessaire] et la méthodologie de la recherche au séminaire doctoral du CEE de Paris XII[1][réf. à confirmer].

Publications[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Égyptologie, philosophie égyptienne, Cheikh Anta Diop[modifier | modifier le code]

  • Aux sources égyptiennes du savoir, Vol. I. Généalogie et enjeux de la pensée de Cheikh Anta Diop, Paris, Héliopolis, 1998, Rééd. Menaibuc, 2000.
  • Aux sources égyptiennes du savoir, Vol. II. Système et anti-système, Cheikh Anta Diop et la destruction du Logos classique, Paris, 1998, Rééd. Menaibuc, 2000.
  • Origine égyptienne de la philosophie, Au-delà d’une amnésie philosophique : le Nil comme berceau universel de la philosophie, Paris, Ménaibuc, 2001.
  • Kémit anti-démocrate. Essai d’élucidation de l’énigme de la souveraineté en Afrique et dans le monde noir, Paris, Ménaibuc, 2001.
  • Le Buste de Zénon (l’Africain), ouvrage épuisé, Paris, Ménaibuc, 2001.
  • Manifeste pour lire autrement l’œuvre de Cheikh Anta Diop (1923-1986), Paris, L’Harmattan, 2007.
  • Bibliographie sélective et classificatoire des œuvres de la philosophie et de l’égyptologie africaines, Paris, L’Harmattan, 2011.
  • Lexique, Paris, L’Harmattan, 2011.
  • Dictionnaire comparé égyptien/fang-Beti, Paris, Imhotep, 2013.

Recherches sur le Mvett et l’égyptologie[modifier | modifier le code]

  • L’Origine du Songo selon le Mvett, Libreville, ICAD, 1999.
  • Encyclopédie du Mvett, Tome I. Du Haut Nil en Afrique Centrale : Le rêve poétique et musical des Fang Anciens, Paris, Ciref-Icad, 2000, Rééd. Paris, Ménaibuc, 2002.
  • Encyclopédie du Mvett, Tome I. Du Haut Nil en Afrique Centrale : Le rêve poétique et musical des Fang Anciens, Paris, Ciref-Icad, 2000.
  • Adieu à Tsira Ndong Ndoutoume, Hommage à l’inventeur de la Raison graphique du Mvett, Paris, L’Harmattan, 2007.

Histoire de la philosophie, philosophie moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

  • Adieu à Jacques Derrida. Enjeux et perspectives de la déconstruction, Paris, L’Harmattan, 2005.
  • Histoire de la philosophie africaine, 3 volumes, épuisé, Paris, L’Harmattan, 2005.
  • Histoire de la philosophie africaine, 4 volumes, Paris, L’Harmattan, 2006.

Méthodologie, épistemologie, poétique[modifier | modifier le code]

  • Traité de méthodologie et d’épistémologie de la recherche. Les Modèles quinaires, Paris, L’Harmattan, 2005.
  • Corpus des Corpus : Répertoire des auteurs et des livres du Gabon. Vol. I : Lettres, philosophie, Sciences Humaines, égyptologie, économie, droit, science politique, Paris, L’Harmattan, 2011.
  • Littérature et philosophie à l’épreuve de la Nouvelle théorie, L’Amitié impossible d’Orphée et de l’Oiseau de Minerve, Paris, L’Harmattan, 2008.

Politique[modifier | modifier le code]

  • Omar Bongo Ondimba l’insoumis ? Paris, L’Harmattan, 2008.
  • Déconstruire les Accords de coopération franco-français, Au-delà de l’interventionnisme politique militaire et économique, Paris, L’Harmattan, 2008.

Idées religieuses[modifier | modifier le code]

  • Introduction à la Réforme de l’Église actuelle, Paris, L’Harmattan, 2008.

Littérature[modifier | modifier le code]

Trilogie romanesque[modifier | modifier le code]

  • Orphée Négro, Paris, L’Harmattan, 2006.
  • Homo Viator, Paris, L’Harmattan, 2008.
  • La Terre promise, Paris, L’Harmattan, 2008.

Textes poétiques[modifier | modifier le code]

  • Titre générique : Running Away, Paris, L’Harmattan, 2011. Au bout des Enfers, Harmattan, 2011.
  • Théâtre philosophique d’inspiration égyptienne : Les Hommes d'Ailleurs.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dieng (Amady Aly), penseur marxiste, intellectuel sénégalais, in Lecture des 4 volumes de notre Histoire de la philosophie africaine., internet et revues.
  • Koumba (Brice Lévy), poéticien gabonais, sadien et derridien. « Mvett et poétique. Réminiscence d’une lecture de L’encyclopédie du mvett de Grégoire Biyogo » in Critica, 31 juillet 2010.
  • Makaya (Auguy), philosophe congolais et gabonais, écrivain. In, -Lire et Relire « Omar Bongo Ondimba l’insoumis ? » de Grégoire Biyogo, Paris, L’Harmattan, 2001.
  • Mono-Ndjana (Hubert), historien de la philosophie camerounais. In « Histoire de la philosophie africaine », Paris, L’Harmattan, 2010.
  • Mvé-Bekale (Marc), afro-américaniste, essayiste et écrivain gabonais. « Aux sources égyptiennes du savoir de Grégoire Biyogo », in Gabon : la postcolonie en débat, Paris, L’Harmattan, 2003. « Orphée négro de Grégoire Biyogo », in http://obili.over-blog.com/article-orphee-negro-48717108.html, vendredi 16 avril 2010.
  • Namaiwa (Boubé ), épistémologue sénégalais. Lecture de Aux sources égyptiennes du savoir, Vol. I, in Ethiopiques, no 64.
  • Ngadi (Benjamin), philosophe gabonais, heideggérien. In, L’Écriture, l’Afrique et l’humanité, Paris, L’Harmattan, 2001.
  • Nzué (Paulin Carlos Mozer), philosophe gabonais, épistémologue. In Nouvelles perspectives épistémologiques autour de la pensée de Cheikh Anta Diop, Préface de Grégoire Biyogo, Paris, Ménaibuc, 2002.
  • Samb (Djibril), philosophe sénégalais, éminent platonicien, in Le Vocabulaire des philosophes africains, Paris, L’Harmattan, 2010.
  • Dr TEDANGA Ipota Bembela (linguiste, théologien du Kongo démocratique). In Ressusciter le Dieu des Nègres, Paris, Ménaibuc, 2009.
  • Eyéné (Auguste), Directeur adjoint ICAD, philosophe gabonais, anthropologue, théoricien de la communication. In, L’Écriture, l’Afrique et l’humanité, Paris, L’Harmattan, 2001.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]