Grébault-Mesnil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grébault-Mesnil
Clocher de l'église.
Clocher de l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Moyenneville
Intercommunalité Communauté de communes du Vimeu Vert
Maire
Mandat
Sébastien Normand
2014-2020
Code postal 80140
Code commune 80388
Démographie
Population
municipale
233 hab. (2011)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 01′ 34″ N 1° 43′ 17″ E / 50.0261, 1.721450° 01′ 34″ Nord 1° 43′ 17″ Est / 50.0261, 1.7214  
Altitude Min. 93 m – Max. 113 m
Superficie 2,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grébault-Mesnil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grébault-Mesnil

Grébault-Mesnil est une commune française, située dans le département de la Somme, en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village rural du plateau du Vimeu, aisément accessible par l'ancienne RN 28 (actuelle RD 928) et par l'autoroute A28, situé à 12 km au sud-ouest d'Abbeville.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Grébault-Mesnil
Tours-en-Vimeu Ercourt Ercourt
Martainneville Grébault-Mesnil Ercourt
Martainneville Saint-Maxent Saint-Maxent

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les différentes formes du nom du village au cours des siècles : Grebert mesnil en 1126 et 1226, Gribaumesnil en 1384, Grébert maigny en 1433, Grébeau-mesnil en 1596, Grébaut en 1638, Grébaimesnil en 1646, Grébs-mesnil en 1648, Grébeau-misnil en 1753, Grébaulmesnil en 1766, Grébault-mesnil en 1850.

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -mesnil « domaine rural » précédé du nom de personne germanique Grebert remplacé plus tardivement par Gribault, autre nom de personne germanique par confusion de suffixe.

« Mesnil », toponyme très répandu en France, à partir de Mansionem, le bas latin a créé un nouveau terme dérivé du mot latin mansionile [1], diminutif de mansio, demeure, habitation, maison. Devenu en français médiéval maisnil,mesnil, « maison avec terrain » [2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Grébert-Mesnil est cité en 1126 dont le seigneur est le chevalier Hugo ou Hugues de Grébert-Maisnil.
En 1226, le seigneur en est Jehan de Grébert-Mesnil, chevalier ; dont le frère Hugues est Abbé de Centule (Saint-Riquier).
Cette lignée est probablement à l'origine de la famille Grebmesnil
d'Abbeville et serait issue de l'antique Maison de Grébert du Cambrésis. Voir Aegido de Greberto.
La seigneurie faisait partie du bailliage d'Abbeville et relevait de celle de Saint-Maxent.
La cure était à la collation du prieur de Canchy.
À la fin du XIIIe siècle, la seigneurie passe par mariage à Aléaume de Brimeu ; son héritière la fera passer dans la noble famille Boutery pendant environ un siècle.
Vers 1415, Jeanne Boutery en hérite et épouse Jean de Caumont, écuyer.
En 1460, Jeanne de Caumont est l'épouse de Pierre de Haucourt, écuyer.
En 1498, le seigneur est Jean de Haucourt, chevalier et capitaine du château d'Abbeville.
Son héritier et descendant direct est Jean de Toeuffles, chevalier et capitaine du château de Montreuil.
En 1625, le seigneur est Jean de Grouches, baron de Chépy.
En 1650, on cite Augustin de Grouches, Marquis de Gribeauval comme seigneur de Grébault-Mesnil.
En 1689, Nicolas de Grouches, marquis de Chépy, maréchal de camp et Grand-croix de Saint-Louis.


Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'argent à la fasce de gueules, accompagnée en chef de deux flammes du même et en pointe d'un lion de sable[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Sadia Cavillon[4]    
2014[5] en cours
(au 6 mai 2014)
Sébastien Normand    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 233 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
222 240 261 242 292 279 282 295 293
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
268 261 261 262 274 268 266 254 240
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
227 222 214 175 194 184 174 164 161
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
163 159 152 128 109 113 166 170 228
2011 - - - - - - - -
233 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Émile Warré. L'abbé Éloi François Émile Warré est né le 9 mars 1867 à Grébault-Mesnil. Prêtre du diocèse d'Amiens, il est surtout connu pour ses travaux sur l'apiculture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat, Les noms de lieux, origine et évolution, Libraire Delagrave, Paris, 1926, p. 153.
  2. – Marianne Mulon –Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207).
  3. http://labanquedublason2.com/
  4. Réélue pour le mandat 2008-2014 : « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 31 août 2008)
  5. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :