Goya et son médecin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Goya et son médecin
Goya atendido por el doctor Arrieta
Goya atendido por Arrieta.jpg
Artiste
Date
Technique
Dimensions
(H × L)
117 × 79 cm
Localisation
Numéro d’inventaire
52.14 +/-

Goya et son médecin[1] ou Goya soigné par le docteur Arrieta (en espagnol : Goya atendido por el doctor Arrieta) est une peinture réalisée par Francisco de Goya en 1820. Elle reflète la grave maladie dont a souffert son auteur de novembre 1819 à la date à laquelle il a été traité par le médecin Eugenio Arrieta.

Contexte de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Au pied de l'œuvre, une note, très probablement de Goya, dit :

Goya agradecido, á su amigo Arrieta: por el acierto y esmero con qe le salvo la vida en su aguda y
peligrosa enfermedad, padecida á fines del año 1819, a los setenta y tres de su edad. Lo pintó en 1820.

« Goya reconnaissant, à son ami Arrieta : pour la justesse et l'application avec lesquelles il lui a sauvé la vie dans son intense et
dangereuse maladie, dont il a souffert fin 1819, à l'âge de soixante-treize ans. Il l'a peint en 1820. »

On ne sait pas exactement quelle était la maladie dont souffrait Goya. Il y a eu beaucoup de spéculations à ce sujet, et les hypothèses les plus probables indiquent une maladie vasculaire cérébrale[N 1] ou une maladie infectieuse[N 2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le professeur García-Conde Gómez fait l'analyse suivante :

    Goya debió sufrir entonces, como en épocas posteriores, crisis de insuficiencia cerebro-vascular transitoria como fondo de una ateromatosis generalizada. La medicación que D. Eugenio García de Arrieta le administra en el cuadro debe ser valeriana...

    — Francisco José García-Conde Gómez, La estimación social del médico en relación con su eficacia (1994)[2].

    « Goya a dû subir alors, comme il le fera à nouveau postérieurement, une athérome généralisée sur fond de crise d'insuffisance vasculaire cérébrale. Les médicaments que D. Eugenio García de Arrieta lui administre dans le tableau doit être valérienne... »

  2. Le professeur Gómiz León en fait lui l'analyse suivante :

    Según documentos que permanecieron en poder de los descendientes de Arrieta, se habla en ellos de fiebres tifoideas (tubardillo)[sic], y que Goya presentó cefalea, fiebre alta, delirios y parálisis parcial.

    — Juan José Gómiz León, Goya y su sintomatología miccional de Burdeos, 1825 (2007)[3].

    « Selon des documents qui sont toujours en possession des descendants d'Arrieta, sont évoquées des fièvres typhoïdes [sic], et que Goya a présenté des symptomes de céphalée, de fièvre élevée, de délires et de paralysie partielle. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. C'est le premier titre en français connu, et qui a été utilisé lors de l'exposition de Goya au musée de l'Orangeraie, à Paris, du au in Jean Hossard, « Un autoportrait de Goya avec son médecin », Revue d'histoire de la pharmacie, vol. 60, no 213,‎ , p. 126-127 (ISSN 1775-3864, lire en ligne)
  2. (es) Francisco José García-Conde Gómez, La estimación social del médico en relación con su eficacia : Discurso leído en la solemne sesión inaugural del curso académico 1994, celebrada el día 11 de enero, Madrid, Instituto de España, Real Academia Nacional de Medicina,‎ , 10 p. (lire en ligne), p. 8
  3. (es) Juan José Gómiz León, « Goya y su sintomatología miccional de Burdeos, 1825 », Archivo Español de Urologia, vol. 60, no 8,‎ , p. 923 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Hossard, « Un autoportrait de Goya avec son médecin », Revue d'histoire de la pharmacie, vol. 60, no 213,‎ , p. 126-127 (ISSN 1775-3864, lire en ligne)
  • Marc Marti, « Goya et la peinture de soi : auto-représentation et autoportrait au XVIIIe siècle », Oxymoron, no 3,‎ (lire en ligne)
  • (es) Valeriano Bozal, Francisco Goya : vida y obra, TF Editores & Interactiva,‎ (ISBN 978-84-96209-39-8), p. 243-247 (vol. 2)
  • (es) Nigel Glendinning, Goya, Madrid, Arlanza,‎ , 159 p. (ISBN 9788495503404)
  • (es) Rose-Marie Hagen et Rainer Hagen, Francisco Goya, 1746-1828, Cologne, Taschen,‎ , 96 p. (ISBN 9783822818237, lire en ligne)
  • (es) J. F. Moffitt, « Goya y los demonios : El Autorretrato con el doctor Arrieta y la tradición del Ars Moriendi », Goya: Revista de Arte, no 163,‎ , p. 12-23

Liens externes[modifier | modifier le code]