Gouzon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gouzon
Image illustrative de l'article Gouzon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Creuse
Arrondissement Guéret
Canton Jarnages
Intercommunalité C.C. du Carrefour des Quatre Provinces
Maire
Mandat
Cyril Victor
2014-2020
Code postal 23230
Code commune 23093
Démographie
Population
municipale
1 526 hab. (2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 33″ N 2° 14′ 22″ E / 46.1925, 2.2394 ()46° 11′ 33″ Nord 2° 14′ 22″ Est / 46.1925, 2.2394 ()  
Altitude Min. 366 m – Max. 476 m
Superficie 50,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de Creuse
City locator 14.svg
Gouzon

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de Creuse
City locator 14.svg
Gouzon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gouzon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gouzon

Gouzon est une commune française située dans le département de la Creuse et la région Limousin. Les habitants de Gouzon s’appellent les Gouzonnais et Gouzonnaises.

Gouzon se nomme Gosom (prononcer Gouzou) en occitan marchois, la langue régionale parlée dans cette partie de la Creuse autrefois nommée Haute-Marche.

La commune de Gouzon est labellisée Village étape depuis 2008.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Gouzon se trouve au cœur d'une zone au relief plat rare par son étendue au sein du paysage vallonné du Limousin, le « bassin sédimentaire de Gouzon ». Celui-ci s'étend des hauteurs de Toulx-Sainte-Croix au nord et au plateau de Chénérailles au sud, et son point bas forme la retenue naturelle de l'étang des Landes sur la commune voisine de Lussat.

Situation et transports[modifier | modifier le code]

Située à 385 mètres d'altitude, à l'ouest de la micro-région de la Combraille (ou Combrailles), sur la Voueize, Gouzon est située à environ 30 km de Guéret et 35 km de Montluçon sur la Route Centre-Europe Atlantique qui relie La Rochelle et Nantes à Genève en Suisse. Il est également desservi par le train, la gare de Parsac - Gouzon étant située à 5 kilomètres à l'ouest sur la commune de Parsac. La ville est située à 13 kilomètres de l'Aéroport de Montluçon Guéret LFBK ouvert à la Circulation Aérienne Publique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la conquête Romaine, la Marche dépendait du Pays des Lémovices. Plus tard, elle s'agrandit du pays de Combrailles. Gouzon formait alors avec ses environs une enclave bourbonnaise dans la Combraille.

Le premier seigneur connu de la baronnie de Gouzon est Alard de Goson. En 1279, Guy de Gouzon accorda à ce lieu des lettres de franchises qui furent confirmées le 16 novembre 1337 par Louis de Bourbon, duc du Bourbonnais, comte de Clermont et de la Marche. D'après la charte de franchise, les Gouzonnais sont déclarés "francs bourgeoys, exempts de tout guetz, harbans et corveez".

Héraldique[modifier | modifier le code]

Gouzougnat
Blason de Gouzougnat Blason D'azur au croissant d'argent sur monté de deux étoiles d'or rangées en fasce ; au chef d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  2001 Boudard RPR maire
mars 2001 2008 Jean Pierre Vacher UMP  
mars 2008   Cyril Victor UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 526 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
924 1 048 1 048 1 204 1 415 1 485 1 475 1 494 1 570
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 516 1 418 1 445 1 390 1 438 1 481 1 519 1 568 1 632
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 640 1 794 1 684 1 529 1 574 1 545 1 557 1 436 1 364
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 447 1 430 1 501 1 469 1 370 1 381 1 404 1 424 1 500
2011 - - - - - - - -
1 526 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Histoire[modifier | modifier le code]

Autour de Gouzon, on a retrouvé des témoignages de l’occupation préhistorique (haches à talon en schiste) et gallo-romaine (poteries sigillées, perles, boucles, collier, autel, sépultures à incinération, tegulae). Gouzon appartient à la partie de la Combraille qui fut rattachée au comté de Bourges par Charlemagne.

Le premier seigneur connu, Alard de Gouzon apparait dans le cartulaire de l’abbaye cistercienne de Bonlieu en 1187. Le suzerain est alors Henri II Plantagenêt, comte d’Anjou, duc d’Aquitaine (et roi d’Angleterre. Il a choisi le mari de Denise de Déols, Guy de Chauvigny, un fidèle, qui a en charge la seigneurie voisine de Boussac.)

Les seigneurs de Gouzon auraient-ils pu aussi doter le tout proche prieuré de Grandmont appelé Jayat [7]?

Guy de Gouzon accorde des privilèges aux habitants du bourg en 1279 confirmés par un autre Guy de Gouzon et Louis de Bourbon, comte de la Marche en 1337, puis Pierre de Rochefort de Salvert en 1581. Gouzon était passé dans la mouvance de la seigneurie de Bourbon au début du XIIIe siècle. La famille de Gouzon a gardé la baronnie jusqu’en 1450. Ensuite les familles Brandon, de Cluis, Fricon, La Fin sont coseigneurs, puis François de Durat en 1615. Par mariage de sa petite fille, la seigneurie passa à Toussaint d’Oiron en 1654. Henri-François de Ligondès en acheta une partie en 1770 à M. de Fénis.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • D. Dussot, Carte archéologique de la Gaule, Creuse, dir. M.Provost, Paris, 1989, p. 134-5.
  • M. Joullieton, Histoire de la Marche et du pays de Combraille, Guéret, 1814, 2 tomes, p. 95.
  • A. Lecler, Dictionnaire topographique, archéologique et historique de la Creuse, (1902), Marseille 1994, p. 307-8.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les comtes de Gouzon étaient anglais, et les Gouzonnais, au Moyen Âge, bénéficiaient des droits de pêche et de chasse, ce qui a beaucoup contribué à la prospérité de la commune.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Fromagerie au hameau de Laugère (Le Gouzon est aussi un fromage fabriqué en Limousin)
  • Cristallerie
  • Usine "Les Comtes de la Marche" (production et confection de gâteaux)
  • Un supermarché : Carrefour Market

Sports[modifier | modifier le code]

Le club de football de la ville est l'Avenir Sportif Gouzon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]