Gouzangrez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gouzangrez
Église Notre-Dame de l'Assomption
Église Notre-Dame de l'Assomption
Blason de Gouzangrez
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Vigny
Intercommunalité Communauté de communes Vexin Centre
Maire
Mandat
Emmanuel Delacour
2014-2020
Code postal 95450
Code commune 95282
Démographie
Gentilé Gouzangrésois
Population
municipale
176 hab. (2011)
Densité 229 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 48″ N 1° 54′ 27″ E / 49.1133333333, 1.9075 ()49° 06′ 48″ Nord 1° 54′ 27″ Est / 49.1133333333, 1.9075 ()  
Altitude 103 m (min. : 101 m) (max. : 114 m)
Superficie 0,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gouzangrez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gouzangrez
Liens
Site web http://www.gouzangrez.fr

Gouzangrez est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Gouzangrez[1]
Commeny
Gouzangrez[1] Le Perchay
Avernes Théméricourt

Gouzangrez est la troisième commune la moins étendue du département, avec une superficie de seulement 0,77 km². Avec 170 habitants en 2009, c'est en même temps la quinzième commune la moins peuplée du Val-d'Oise[2].

Gouzangrez est un des rares villages desservis directement par la chaussée Jules César, dont le tracé subsiste sous la forme d'un chemin de randonnée parcourant le plateau céréalier du parc naturel régional du Vexin français.

Histoire[modifier | modifier le code]

Du XVè au XVIIIè siècle, Gouzangrez est une seigneurie appartenant à la famille de Soulfour. C'est la raison pour laquelle les armes de la ville sont identiques à celles que portait la famille de Soulfour. Cette famille a donné, notamment, des échevins à la ville de Paris, un président au Parlement, ami du cardinal de Bérulle et de Saint-François de Salle. La terre de Gouzangrez, après la mort du dernier Soulfour en 1749, est héritée par la famille de Butler, alliée aux Soulfour en 1716. C'est ainsi que Jean-Baptiste comte de Butler (1717-1755), s'intitulait seigneur de Gouzangrez.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avril 1995 mars 2001 Hervé Delacour    
mars 2001 avril 2002 Henry Nagorny    
avril 2002 mars 2008 Jean Coeffier    
mars 2008   Xavier Flye Sainte Marie    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 176 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
155 136 161 105 124 126 141 162 174
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
174 170 162 177 163 154 161 159 134
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
147 140 159 160 149 143 121 136 140
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
152 166 150 132 174 171 160 176 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Croix de cimetière.

Gouzangrez compte deux monuments historiques sur son territoire.

  • Église Notre-Dame de l'Assomption (inscrite monument historique par arrêté du 16 juin 1926[5]) : De plan cruciforme sans bas-côtés, elle allie une nef simplement plafonnée et une façade romanes à un clocher en bâtière central et un chœur du XIIe siècle, dans le style gothique primitif. Il dépasse en largeur la croisée du transept sous le clocher, et se singularise par son chevet à six pans. Toutes ses baies sont en tiers-point et assez larges, sans remplage, séparées par des contreforts à ressauts. Les voûtes sur croisées d'ogives du chœur et du transept ont été refaits au XVIe siècle. Leurs nervures prismatiques se fondent dans les colonnes ou demi-colonnes, qui sont en conséquence dépourvues de chapiteaux. Le croisillon sud est remplacé par une aile de l'ancien prieuré, avec lequel il communiquait. D'autre part, première travée droite du chœur est doublée par une chapelle carrée au nord, dont le pignon précède largement celui du croisillon nord. Curieusement, la chapelle ne communique plus avec l'église, l'arcade la reliant au chœur étant bouchée. La destination de cette chapelle demeure inconnue. Comme autre particularité, la tourelle d'escalier ronde est posée à quelque distance de l'angle nord-ouest du clocher, et sur son toit en coupole, trône une Vierge à l'Enfant du XIVe siècle pour veiller sur les habitants. Le clocher trapu est d'un diamètre important, mais ne possède qu'un seul étage. Aucune ornementation n'entoure les deux baies abat-son plein cintre par face. La nef de la fin du XIe siècle est basse et toute simple ; elle conserve même ses étroites ouvertures plein cintre d'origine. La façade du XIIe siècle présente quelques traces d'un porche ajouté lors de la restauration de l'église au XVIe siècle, mais démoli au XVIIIe siècle. C'est surtout le portail qui est remarquable, possédant un double archivolte plein cintre orné d'un cordon de marguerites du côté inférieur, et reposant sur deux paires de colonnettes serties de quatre chapiteaux identiques. Ils portent au centre une volute en corne de bélier d'où se détache un faisceau de cordons, et au dessous, se trouve une collerette formée de minces bâtonnets. Au-dessus du portail, la baie romane remonte également au XIIe siècle[6],[7].
  • Soubassement de l'ancienne croix de cimetière (inscrite monument historique par arrêté du 16 juin 1926[8]) : Il est rond et se compose de quatre paliers successifs, évoquant un escalier. Ce soubassement porte un socle avec un fût cylindrique tout simple, et au sommet, une croix en fil de fer rudimentaire. Cette croix ne présente pas de statuette.

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Ancien prieuré Sainte-Geneviève, à côté de l'église : C'est une ancienne dépendance de l'abbaye Saint-Vincent de Senlis. Seul subsiste le logis, avec des éléments du XVIe et du XVIIe siècle. Il constitué le prolongement du croisillon sud du transept de l'église[7].
  • Margelle de puits monolithique au prieuré Sainte-Geneviève[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gouzangrez
Gouzangrez
  • Les armes de Gouzangrez se blasonnent ainsi : D'azur à trois bandes d'argent, au chef de gueules chargé de trois losanges d'argent, soutenu d'une devise d'or.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes de Gouzangrez sur Géoportail.
  2. « Résumé statistique national (fichier Excel) », sur Insee (consulté le 18 octobre 2012).
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  5. « Église Notre-Dame de l'Assomption », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Gouzangrez, Paris, Éditions du Valhermeil,‎ 1988, 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 159-160.
  7. a, b et c Jacques Sirat et Stéphane Gasser, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Gouzangrez », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ octobre 1999, p. 998-999 (ISBN 2-84234-056-6).
  8. « Soubassement de croix », base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]